Fiat Eco Drive gratuit - En vert et pour le coût

EN BREF


Warning: mysql_result() [function.mysql-result]: 01_prix_min not found in MySQL result index 3 in /home2/eq24937/html/accessoire.php on line 265

Warning: mysql_result() [function.mysql-result]: 01_prix_max not found in MySQL result index 3 in /home2/eq24937/html/accessoire.php on line 267
Prix : Non communiqué

S'il est un constructeur qui a vu d'un bon œil les bonus écologiques, c'est bien FIAT. Sa gamme de petites voitures dynamisée par la 500, et équipée de moteurs essence et diesel économiques a permis à FIAT d'être le premier constructeur généraliste à émettre le plus bas taux d'émission de CO2 en moyenne. Afin de ne pas s'arrêter en si bon chemin, chemin porteur, le constructeur a développé un système simple d'utilisation, gratuit, destiné à permettre à tout conducteur de conduire encore plus écologique…

Eco index

Le système est exclusif, c'est une première. S'il est gratuit et réservé aux possesseurs de Grande Punto, Bravo et 500 dans un premier temps (puis Croma SW et Qubo en mars), il y a une contrainte : la voiture doit être équipée du système Blue&Me. Pour mémoire, ce système, développé avec Microsoft, permet au conducteur d'utiliser "mains libres" son téléphone (avec le Bluetooth), ses SMS, sa musique et même sa navigation avec la génération "Blue&Me Nav". Avec une simple clé USB connectée à la prise "Blue&Me", le conducteur peut enregistrer quatre des principaux paramètres de conduite agissant sur le taux émis et en corollaire, sur la consommation. Il s'agit des accélérations, des décélérations, de l'aptitude à conserver une vitesse constante et des changements de rapports (la bonne vitesse au bon régime, si possible pas trop haut).

Il suffit ensuite de télécharger gratuitement l'application eco:Drive sur le site de FIAT (www.fi at.com/ecodrive) sur votre ordinateur et d'y connecter votre clé USB. Les informations contenues sur la clé sont traitées par eco:Drive, en lui ayant précisé le type de voiture et sa motorisation. La première sanction est rendue, baptisée "eco:Index". C'est une note comprise entre 0 et 100 traduisant votre conduite, le but étant de se rapprocher le plus possible de 100. Bien entendu, il faut faire au minimum cinq parcours (pas nécessairement identiques) avant que le système ne soit exploitable.

Eco citoyen

Eco:Drive informe le conducteur sur les phases de conduite en décernant des étoiles (jusqu'à cinq) sur chacun des quatre paramètres. En quelques clics, on peut facilement voir où on a péché. C'est ce que j'ai fait après un premier parcours à majorité urbaine, ma voiture était une Grande Punto diesel MultiJet à boîte mécanique. Ma marge de progression portait sur le changement de rapports : correct pour le premier, à régimes trop élevés pour les suivants. A l'aide d'un compte-tours, le système indique à quels régimes j'ai passé mes rapports et à quels régimes, j'aurais dû les passer. Il m'aurait fallu un indicateur de changement de rapports visible au tableau de bord, comme sur une ABARTH. Un autre défaut à corriger : il ne faut pas laisser "glisser" au point mort mais au contraire le faire sur un filet de gaz, avec une vitesse enclenchée. L'ordinateur de bord confirme le fait par ses données de consommations instantanées. Le système donne également quelques astuces qui sont, en fait, du bon sens comme surveiller la pression des pneus. Et en final, il convertit les améliorations constatées en euros, ce que l'on doit confirmer par la consommation moyenne qui doit nécessairement baisser.

Le défi du bon eco:Index est levé. On peut se fixer un objectif, d'autant plus difficile à réaliser qu'on se rapproche de 100. Tout étant gratuit, le challenge peut même toucher le moins concerné par les émissions émises, par l'argument financier. Rappelons-nous le temps où le litre de super dépassait 1,50 € (la fameuse barre de 10 Francs), temps qui pourrait revenir. Les personnes qui font un même parcours quotidien (domicile-travail) pourront voir où et comment améliorer leur conduite. Fort du premier verdict d'eco:Drive, mon second parcours, même trajet et même voiture, m'a permis d'améliorer mon eco:Index, mais avec le même déficit d'étoiles sur le changement de rapports.

Pour le côté communauté un peu caricatural, FIAT a créé une ecoVille virtuelle dont le nombre des citoyens européens augmente sans cesse. Un compteur général met à jour, en temps réel, les économies réalisées par la communauté. Un "éco-chat" existe. En effet, chaque membre a la possibilité d’échanger son expérience avec d’autres utilisateurs…

Simple, gratuit et évolutif, le système eco:Drive FIAT annonce jusqu'à 15% d'économie annuelle. C'est un moyen pour améliorer sa conduite et gommer quelques défauts consommateurs d'essence et générateurs de CO2. Dans le même domaine, FIAT vient de lancer son système Start'n Stop sur la 500 avant de l'étendre au reste de la gamme, un retour aux sources, puisque la Ritmo ES (pour Energy Saving) disposait d'un système semblable il y a trente ans déjà…