comparaison1
Warning: getimagesize(photos/photos/fiches/nc) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /home2/eq24937/html/espacecomparaison.php on line 158

Warning: Division by zero in /home2/eq24937/html/espacecomparaison.php on line 159

Warning: Division by zero in /home2/eq24937/html/espacecomparaison.php on line 165
comparaison1

OPEL Vectra GTS 3.2 V6 24V

volantvolantvolantvolant

OPEL Vectra GTS 2.2 DTI 16V

volantvolantvolantvolant

Prix : 27 700 €

  • Confort
  • Agrément moteur
  • Comportement
  • Commodos !!
  • A-coups de transmission
  • Ce n'est pas un coupé !
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 6 cylindres - essence
Cylindrée 3175 cm³
Puissance maxi 210 ch à 6200 tr/min
Couple maxi 29.40 mkg à 4000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.59 m
Largeur 1.80 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 1503 kg

Capacités

Coffre de 480 à 1360 dm³
Réservoir 61 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 248 km/h
0 à 100 km/h 7.50 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 7.60
Urbaine 14.30
Mixte 10.10
Essai 0.00

ESPACE COMPARAISON

Grand Tourisme en Série

Fin Juin 2002 OPEL a présenté à Munich la dernière venue dans le renouvellement de sa gamme moyenne supérieure VECTRA : la GTS, pour Gran Tourismo Sedan. Derrière cette appellation, plutôt ludique pour certains "accros" de la Playstation, se cache, non pas un coupé comme d'aucuns voudraient bien nous le faire croire, mais la version 5 portes de la nouvelle berline de la marque allemande. OPEL souhaite cependant donner à ce modèle une connotation bien sportive, comme en témoignent les deux motorisations que nous avons eu l'occasion d'essayer sur les routes des Alpes bavaroises et que nous vous présentons aujourd'hui.

Un style moins conventionnel

D'extérieur, cette GTS est plus agressive que la berline 4 portes dont elle est dérivée. Plus basse de 2 centimètres, elle dispose de boucliers spécifiques présentant de nouvelles entrées d'air ainsi que des antibrouillards ronds et non plus rectangulaires. "Tension et mouvement" furent les maîtres mots de son style et c'est vrai qu'avec son énorme "bouche" elle semble prête à avaler le bitume même à l'arrêt. A souligner les ouïes aménagées au niveau des roues avant et la sortie d'échappement (2 sur le V6) très bien intégrée au bouclier arrière. On aimera ou pas la barrette chromée joignant les deux blocs arrière qu'elle partage avec la berline, mais il paraît que cela termine la ligne. En général, cette auto semble plutôt ludique et stylistiquement osée, perpétuant ainsi l'audace affichée par le constructeur avec ses modèles récents comme le Speedster. On regrettera seulement que les poignées de porte arrière n'aient pas été dissimulées, comme sur l'ALFA 156 par exemple, afin de renforcer la filiation "coupé" revendiquée par OPEL pour ce modèle. A l'intérieur rien ne la distingue vraiment de la berline, si ce n'est le volant trois branches et des inserts chromés sur la planche de bord. Les sièges se font plus enveloppants, offrant un bon maintien latéral. La finition est au standard OPEL, les plastiques utilisés présentant un aspect solide et flatteur. Cette "5 portes" se positionne clairement vers le haut de gamme puisque, bien que la plupart des moteurs de la berline 4 portes seront au catalogue, elle ne sera disponible qu'en deux niveaux supérieurs de finition : GTS et Elegance. La dotation est soignée dès le niveau GTS puisqu'il comprend le lecteur CD, les jantes en alliage et un rétroviseur électro-chrome. Ceci s'ajoute aux multiples airbags (conducteur, passager, latéraux avants et rideaux avant et arrière) et systèmes de sécurité actifs de contrôle de freinage et trajectoire (ABS, EBD, CBC, ESP…). Si vous n'en avez pas assez un pack Executive sera disponible sur les versions à gros moteur et finition Elegance, qui vous apportera des jantes 17 pouces spécifiques, les phares au xénon et un GPS à écran couleur. On regrettera simplement des petits détails comme l'obligation de prendre l'option de climatisation régulée sur le niveau GTS pour avoir un pare-brise athermique réfléchissant (en série sur Elegance). Le 3,2 litres - 6 cylindres - 24 soupapes qui constitue la nouveauté de cette version GTS est en fait une connaissance : issu de la base d'organes GM il équipe déjà l'OPEL OMEGA. En V ouvert à 54°, son injection multi-points lui permet de sortir 211 chevaux et un couple respectable sur la majorité de la plage d'utilisation. Réalisé en aluminium, utilisant même le magnésium pour certaines pièces, il présente un gain sensible par rapport à l'ancien V6 2,6 litres qui équipait la génération précédente de VECTRA. Coté motorisation Diesel, le 2.2 DTi de cette GTS vient de l'ancienne VECTRA et développe 125 ch. Il sera épaulé dans la gamme par un 2 litres100 ch et un curieux 2,2 litres117 ch dont l'existence semble plus liée à des particularités fiscales pour flottes d'entreprises qu'à un réel besoin technique. Basé non pas sur un système à rampe commune mais sur une injection directe à haute pression assurée par une pompe radiale, cette version 125 chevaux promet un comportement onctueux grâce au couple conséquent revendiqué, ainsi qu'à la présence d'arbres d'équilibrage présent sur les 2,2 l, sensés éliminer les vibrations harmoniques et assurer un grand confort d'utilisation. Le châssis de l'auto a également été soigné. Doté d'un multiplexage à haute vitesse, ce système IDS (pour Interactive Driving System) centralise et coordonne les différentes fonctions de sécurité active de la voiture comme l'antipatinage ou le contrôle de trajectoire, grâce à une boucle de communication haute vitesse. Bref comme beaucoup de voitures de sa génération, cette nouvelle OPEL est entièrement multiplexée. Afin d'avoir un caractère à la hauteur de ses prétentions, cette GTS dispose de réglages spécifiques des trains roulants. L'ESP a lui aussi été revu afin de se faire un peu plus discret que sur la berline 4 portes, et de laisser le conducteur avoir quelques sensations de conduite. Légère, miss VECTRA 2002 ne l'est certes pas. Affichant plus d'une tonne et demi sur la balance, ce léger embonpoint laissait augurer un tempérament plutôt tranquille et donnait quelques craintes sur la capacité du châssis à supporter la puissance du V6 en phase de relance. Après vérification sur les petites routes des Alpes bavaroises, force est de constater qu'OPEL a réussi un tour de force : un train avant direct et incisif, un arrière agile et une grande stabilité en courbe caractérisent cette nouvelle venue. Les efforts des ingénieurs afin d'obtenir une caisse plus raide, ainsi que les tarages spécifiques des amortisseurs semblent vraiment efficaces. Le V6 n'est certes pas à la peine, mais se montre cependant plus placide qu'on aurait pu le supposer sur le papier : légèrement creux en-dessous de 3.000 tr/mn, il n'explose pas non plus dans les hauts régimes. Son onctuosité est cependant fort agréable pour une conduite rapide et s'il ne procure pas d'énormes sensations de conduite, l'efficacité est cependant bien là, faisant de cette auto la plus rapide des OPEL de série avec 248 km/h sur circuit. Le bloc DTi est certes en retrait par rapport au V6, mais disposant d'un couple presque aussi imposant pour un régime nettement inférieur, il assure des relances efficaces à l'auto qui s'avère même plus joueuse avec cette motorisation. Le V6 présente en effet des à-coups de transmission sur les rapports inférieurs qui gomment un peu le plaisir . Au chapitre du confort la vie à bord est plutôt agréable. L'insonorisation de l'habitacle est réussie, tant pour ce qui est des filtrations des bruits aérodynamiques que de ceux venant du moteur. La voiture est bien suspendue, mais ce confort à l'allemande est cependant un peu raide : la rigueur germanique, sans doute. Seul point noir présent sur les voitures d'essai et à éliminer d'urgence : les commodos de clignotants et d'essuie-glaces à impulsions. Bien que plus doux à la manipulation que des interfaces classiques, l'absence de crans déconcerte cependant et éteindre les clignotants déclenchés en roulant demande d'atteindre un "point mort" difficile à trouver sans un certain apprentissage. Bref, c'était bien essayé, mais finalement peu convaincant, ce qui n'est certainement pas le cas de l'auto.

A l'intérieur rien ne la distingue vraiment de la berline, si ce n'est le volant trois branches et des inserts chromés sur la planche de bord. Les sièges se font plus enveloppants, offrant un bon maintien latéral. La finition est au standard OPEL, les plastiques utilisés présentant un aspect solide et flatteur. Cette "5 portes" se positionne clairement vers le haut de gamme puisque, bien que la plupart des moteurs de la berline 4 portes seront au catalogue, elle ne sera disponible qu'en deux niveaux supérieurs de finition : GTS et Elegance. La dotation est soignée dès le niveau GTS puisqu'il comprend le lecteur CD, les jantes en alliage et un rétroviseur électro-chrome. Ceci s'ajoute aux multiples airbags (conducteur, passager, latéraux avants et rideaux avant et arrière) et systèmes de sécurité actifs de contrôle de freinage et trajectoire (ABS, EBD, CBC, ESP…). Si vous n'en avez pas assez un pack Executive sera disponible sur les versions à gros moteur et finition Elegance, qui vous apportera des jantes 17 pouces spécifiques, les phares au xénon et un GPS à écran couleur. On regrettera simplement des petits détails comme l'obligation de prendre l'option de climatisation régulée sur le niveau GTS pour avoir un pare-brise athermique réfléchissant (en série sur Elegance).

Une technique classique mais efficace

Le 3,2 litres - 6 cylindres - 24 soupapes qui constitue la nouveauté de cette version GTS est en fait une connaissance : issu de la base d'organes GM il équipe déjà l'OPEL OMEGA. En V ouvert à 54°, son injection multi-points lui permet de sortir 211 chevaux et un couple respectable sur la majorité de la plage d'utilisation. Réalisé en aluminium, utilisant même le magnésium pour certaines pièces, il présente un gain sensible par rapport à l'ancien V6 2,6 litres qui équipait la génération précédente de VECTRA.

Coté motorisation Diesel, le 2.2 DTi de cette GTS vient de l'ancienne VECTRA et développe 125 ch. Il sera épaulé dans la gamme par un 2 litres100 ch et un curieux 2,2 litres117 ch dont l'existence semble plus liée à des particularités fiscales pour flottes d'entreprises qu'à un réel besoin technique. Basé non pas sur un système à rampe commune mais sur une injection directe à haute pression assurée par une pompe radiale, cette version 125 chevaux promet un comportement onctueux grâce au couple conséquent revendiqué, ainsi qu'à la présence d'arbres d'équilibrage présent sur les 2,2 l, sensés éliminer les vibrations harmoniques et assurer un grand confort d'utilisation.

Le châssis de l'auto a également été soigné. Doté d'un multiplexage à haute vitesse, ce système IDS (pour Interactive Driving System) centralise et coordonne les différentes fonctions de sécurité active de la voiture comme l'antipatinage ou le contrôle de trajectoire, grâce à une boucle de communication haute vitesse. Bref comme beaucoup de voitures de sa génération, cette nouvelle OPEL est entièrement multiplexée. Afin d'avoir un caractère à la hauteur de ses prétentions, cette GTS dispose de réglages spécifiques des trains roulants. L'ESP a lui aussi été revu afin de se faire un peu plus discret que sur la berline 4 portes, et de laisser le conducteur avoir quelques sensations de conduite.

Légère et court vêtue

Légère, miss VECTRA 2002 ne l'est certes pas. Affichant plus d'une tonne et demi sur la balance, ce léger embonpoint laissait augurer un tempérament plutôt tranquille et donnait quelques craintes sur la capacité du châssis à supporter la puissance du V6 en phase de relance. Après vérification sur les petites routes des Alpes bavaroises, force est de constater qu'OPEL a réussi un tour de force : un train avant direct et incisif, un arrière agile et une grande stabilité en courbe caractérisent cette nouvelle venue. Les efforts des ingénieurs afin d'obtenir une caisse plus raide, ainsi que les tarages spécifiques des amortisseurs semblent vraiment efficaces. Le V6 n'est certes pas à la peine, mais se montre cependant plus placide qu'on aurait pu le supposer sur le papier : légèrement creux en-dessous de 3.000 tr/mn, il n'explose pas non plus dans les hauts régimes. Son onctuosité est cependant fort agréable pour une conduite rapide et s'il ne procure pas d'énormes sensations de conduite, l'efficacité est cependant bien là, faisant de cette auto la plus rapide des OPEL de série avec 248 km/h sur circuit. Le bloc DTi est certes en retrait par rapport au V6, mais disposant d'un couple presque aussi imposant pour un régime nettement inférieur, il assure des relances efficaces à l'auto qui s'avère même plus joueuse avec cette motorisation. Le V6 présente en effet des à-coups de transmission sur les rapports inférieurs qui gomment un peu le plaisir .

Au chapitre du confort la vie à bord est plutôt agréable. L'insonorisation de l'habitacle est réussie, tant pour ce qui est des filtrations des bruits aérodynamiques que de ceux venant du moteur. La voiture est bien suspendue, mais ce confort à l'allemande est cependant un peu raide : la rigueur germanique, sans doute.

Seul point noir présent sur les voitures d'essai et à éliminer d'urgence : les commodos de clignotants et d'essuie-glaces à impulsions. Bien que plus doux à la manipulation que des interfaces classiques, l'absence de crans déconcerte cependant et éteindre les clignotants déclenchés en roulant demande d'atteindre un "point mort" difficile à trouver sans un certain apprentissage. Bref, c'était bien essayé, mais finalement peu convaincant, ce qui n'est certainement pas le cas de l'auto.

Coup marketing ou pas ? Car en fait cette GTS ne serait que la version 5 portes de la nouvelle VECTRA lancée il y a quelques mois en France en berline 4 portes… Force est de constater qu'OPEL a cependant réalisé des efforts particuliers pour donner un caractère affirmé à son nouveau bébé. Si en plus on compare les prix avec certaines stars du segment comme la 406 ou la LAGUNA, on comprend qu'elles ont bien du souci à se faire face à cette GTS bien née. La seule à dormir tranquille sera pourtant la 406 coupé ! Cela augure cependant de bonnes choses pour les deux modèles à venir dans la famille : le monospace SIGNUM et le break.

Frédéric JOUSSET

Prix : 25 100 €

  • Confort
  • Agrément moteur
  • Comportement
  • Commodos !!
  • Ce n'est pas un coupé !

Warning: getimagesize(photos/photos/fiches/nc) [
function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /home2/eq24937/html/espacecomparaison.php on line 709

Warning: Division by zero in /home2/eq24937/html/espacecomparaison.php on line 726
Highslide JS
Warning: getimagesize(photos/photos/fiches/nc) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /home2/eq24937/html/espacecomparaison.php on line 742

Warning: getimagesize(photos/photos/fiches/nc) [
function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /home2/eq24937/html/espacecomparaison.php on line 748

Warning: Division by zero in /home2/eq24937/html/espacecomparaison.php on line 762
Highslide JS

Warning: getimagesize(photos/photos/fiches/nc) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /home2/eq24937/html/espacecomparaison.php on line 742

Warning: getimagesize(photos/photos/fiches/nc) [
function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /home2/eq24937/html/espacecomparaison.php on line 748

Warning: Division by zero in /home2/eq24937/html/espacecomparaison.php on line 762
Highslide JS

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - turbo Diesel
Cylindrée 2171 cm³
Puissance maxi 125 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 27.50 mkg à 2750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.59 m
Largeur 1.80 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 1503 kg

Capacités

Coffre de 480 à 1360 dm³
Réservoir 61 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 206 km/h
0 à 100 km/h 10.80 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.20
Urbaine 8.70
Mixte 6.50
Essai 0.00