comparaison1comparaison1

RENAULT Laguna Estate 2.0 DCi 150 Carminat Luxe Privilège

volantvolantvolantvolant

SAAB 9-3 Sport-Hatch 1.9 TiD 150 Vector

volantvolantvolant

Prix : 31 300 €

  • Nouvelle motorisation moderne
  • Equipement en hausse (GPS en particulier)
  • Bon compromis confort / comportement
  • Ligne un peu fade malgré le restyling
  • Absence de Filtre à Particules sur version 150 ch
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes turbo diesel injection directe
Cylindrée 1995 cm³
Puissance maxi 150 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 34.70 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.71 m
Largeur 2.06 m
Hauteur 1.44 m

Poids

Total 1455 kg

Capacités

Coffre de 0 à 0 dm³
Réservoir 68 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 212 km/h
0 à 100 km/h 9.20 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.00
Urbaine 7.80
Mixte 6.00
Essai 6.90

ESPACE COMPARAISON

Opposition de style

Pour la SAAB 9-3 l’arrivée d’une version break dénommée Sport-Hatch est une première en gamme, en revanche, pour RENAULT la Laguna Estate est une habituée de nos routes. Si son restylage date du printemps dernier, c’est sa toute nouvelle motorisation diesel 2.0 dCi qui lui permet de s’afficher à nouveau sur le devant de la scène.

Ligne : Avantage SAAB

A n’en pas douter, la ligne de la SAAB constitue un de ses plus beaux atouts. A l’avant, la 9-3 reste très conventionnelle et perpétue l’air de famille inauguré en son temps par la célèbre 900. De profil, l’originalité vient de la ligne de caisse qui enveloppe la vitre arrière en formant une crosse de hockey. Côté éclairage, les feux arrière blancs sont tels des blocs de glace et rappellent sans conteste ses origines suédoises. L’ensemble a ainsi vraiment belle allure et seuls les esprits chagrins y trouveront à redire et remarqueront d’entrée son aspect très compact qui se confirmera lors de la prise en main et l’évaluation de son habitabilité. De son côté, la Laguna fait pâle figure et affiche un conformisme excessif qui à notre avis la dessert beaucoup à une époque où la ligne est certainement une des principales raisons d’achat ! Son "restyling" survenu au printemps dernier a simplement corrigé l'horrible "casquette" ornant la calandre et si cela lui a rendu un peu de fluidité, cela n’est pas encore suffisant à notre goût ! Nos deux véhicules était parés, dans ces finitions supérieures "Luxe Privilège" et "Vector", de jantes en aluminium de 17 pouces, mais là encore c’est sans nul doute la SAAB qui emporte la palme du look avec un design beaucoup plus sportif. Comme vous l’avez déjà compris, la SAAB 9-3 joue la carte de la compacité et si cela lui permet d’afficher une ligne plus sportive et plus affinée, cela la pénalise en terme d’habitabilité. Inutile d’aller compulser au préalable les mensurations de la belle pour s’apercevoir qu’elle fait partie des breaks les plus petits de la catégorie. La place aux épaules et aux jambes des passagers n’a rien d’exceptionnel. Face à certaines concurrentes telles qu’une AUDI A4 Avant ou une BMW Série 3 Touring, cela n’est pas trop grave, mais face à la Laguna, la différence est très notable. Au niveau de la contenance de la malle, la SAAB avec ses 419 dm3 fait également moins bien. Consciente de cette lacune, elle propose une modularité intéressante avec une banquette rabattable 2/3 - 1/3 et surtout un double fond baptisé "Twin Floor" dans le coffre. En comparaison donc, on se sent plus au large au sein de la Laguna Estate et c’est plus au niveau de l’espace aux jambes des passagers arrière que cela se ressent qu’à la contenance du coffre (475 dm3) qui ne conserve sur sa concurrente d’un jour qu’un léger avantage. Dans leur finition supérieure "Luxe Privilège" pour la RENAULT et "Vector" pour la SAAB, les deux véhicules offrent un équipement de qualité et sans faille. La SAAB cultive toujours sa différence et affiche un poste de conduite rappelant ses origines aéronautiques, ou bien encore sa clé de contact disposée entre les deux sièges proches du frein à main. La RENAULT joue la carte de la modernité avec sa célèbre carte "mains libres" et son bouton start/stop ou encore son frein à main électronique qui se verrouille ou se déverrouille automatiquement. Si vous ajoutez le système de navigation dernière génération dont la Laguna est équipée et qui fait vraiment partie des meilleurs (si ce n’est le meilleur) de la catégorie, la SAAB se retrouve en position de faiblesse même bien qu'elle ne démérite pas vraiment ! Elle a simplement trouvé en la matière plus forte partie qu’elle ! Les diesels ont toujours le vent en poupe et sur ce type de carrosserie, ils représentent très nettement la majeure partie des ventes. Il est donc normal que les constructeurs y consacrent un large investissement et soient toujours enclins à présenter de nouvelles améliorations. C’est donc dans ce cadre que la Laguna se voit désormais équipée d’un nouveau bloc 2.0 dCi remplaçant "l’ancien" 2,2 litres. Ce moteur est décliné en deux puissances 150 chevaux (objet de notre essai) et très prochainement 175 chevaux. Il se distingue par l’adoption d’un système d’injection à commande piézoélectrique Bosch qui améliore la rapidité d’injection du carburant. Cela se traduit par un gain sur la consommation, les rejets et l’acoustique. On regrettera simplement que la motorisation développant 150 chevaux ne bénéficie pas d’un filtre à particules comme sa déclinaison en 175 chevaux. Sur le papier, le 2.0 dCi marque un progrès relativement conséquent car si la puissance demeure la même, en revanche le couple progresse. C’est en termes de reprises et d'accélérations que le gain est le plus significatif puisqu’on gagne près d’une seconde sur le 0 à 100 km/h. De son côté, la SAAB 9-3 est disponible avec deux motorisations diesel issues de la collaboration avec FIAT développant 120 ou 150 chevaux. La motorisation TiD 150 qui équipait notre véhicule d’essai dispose par ailleurs d’un couple légèrement inférieur à celui de la Laguna (320 Nm à 2.000 tr/mn contre 340 Nm au même régime). En utilisation, les deux motorisations associées chacune à une excellente boîte de vitesses à six rapports sont à leur aise et procurent de très bonnes sensations en accélération et en reprise. Il n’y a guère qu’en dessous de 2.000 tr/mn que les plus exigeants seront un peu déçus. Côté agrément, la SAAB pêche par une sonorité moyenne plus élevée que sa concurrente, ce qui nuit un peu à l’agrément général. Sur le plan de la consommation, ces deux breaks affichent de belles performances et n’arrivent pas à se départager avec, dans les deux cas, une consommation moyenne durant notre essai qui reste inférieure à 7 litres aux 100 kilomètres en utilisation courante. Si SAAB cultive allègrement et avec un certain succès sa différence, la 9-3 ne déroge malheureusement pas à la règle concernant son train avant et la maîtrise de la puissance. Même s’il est en net progrès, ce train éprouve encore quelques difficultés pour digérer le couple assez conséquent. Dès que le sol n’est plus tout à fait sec, le véhicule fait rapidement appel à l’ESP. L’arrivée de la nouvelle motorisation sur la Laguna ne perturbe en rien son comportement et le confort qu’elle distille. Il est vrai que depuis son restylage, elle dispose d’une nouvelle direction en net progrès et de nouvelles lois en matière d’amortissement et d’antiroulis. Pour être complètement objectif, il faut avouer que la SAAB pousse plus facilement le conducteur vers une conduite plus sportive, alors que la RENAULT confère à son conducteur une atmosphère plus paisible et plus proche de la conduite d’un bon père de famille.

Habitabilité : Avantage RENAULT

Comme vous l’avez déjà compris, la SAAB 9-3 joue la carte de la compacité et si cela lui permet d’afficher une ligne plus sportive et plus affinée, cela la pénalise en terme d’habitabilité. Inutile d’aller compulser au préalable les mensurations de la belle pour s’apercevoir qu’elle fait partie des breaks les plus petits de la catégorie. La place aux épaules et aux jambes des passagers n’a rien d’exceptionnel. Face à certaines concurrentes telles qu’une AUDI A4 Avant ou une BMW Série 3 Touring, cela n’est pas trop grave, mais face à la Laguna, la différence est très notable. Au niveau de la contenance de la malle, la SAAB avec ses 419 dm3 fait également moins bien. Consciente de cette lacune, elle propose une modularité intéressante avec une banquette rabattable 2/3 - 1/3 et surtout un double fond baptisé "Twin Floor" dans le coffre. En comparaison donc, on se sent plus au large au sein de la Laguna Estate et c’est plus au niveau de l’espace aux jambes des passagers arrière que cela se ressent qu’à la contenance du coffre (475 dm3) qui ne conserve sur sa concurrente d’un jour qu’un léger avantage.

Equipement : Avantage RENAULT

Dans leur finition supérieure "Luxe Privilège" pour la RENAULT et "Vector" pour la SAAB, les deux véhicules offrent un équipement de qualité et sans faille. La SAAB cultive toujours sa différence et affiche un poste de conduite rappelant ses origines aéronautiques, ou bien encore sa clé de contact disposée entre les deux sièges proches du frein à main. La RENAULT joue la carte de la modernité avec sa célèbre carte "mains libres" et son bouton start/stop ou encore son frein à main électronique qui se verrouille ou se déverrouille automatiquement. Si vous ajoutez le système de navigation dernière génération dont la Laguna est équipée et qui fait vraiment partie des meilleurs (si ce n’est le meilleur) de la catégorie, la SAAB se retrouve en position de faiblesse même bien qu'elle ne démérite pas vraiment ! Elle a simplement trouvé en la matière plus forte partie qu’elle !

Motorisation : Egalité

Les diesels ont toujours le vent en poupe et sur ce type de carrosserie, ils représentent très nettement la majeure partie des ventes. Il est donc normal que les constructeurs y consacrent un large investissement et soient toujours enclins à présenter de nouvelles améliorations. C’est donc dans ce cadre que la Laguna se voit désormais équipée d’un nouveau bloc 2.0 dCi remplaçant "l’ancien" 2,2 litres. Ce moteur est décliné en deux puissances 150 chevaux (objet de notre essai) et très prochainement 175 chevaux. Il se distingue par l’adoption d’un système d’injection à commande piézoélectrique Bosch qui améliore la rapidité d’injection du carburant. Cela se traduit par un gain sur la consommation, les rejets et l’acoustique. On regrettera simplement que la motorisation développant 150 chevaux ne bénéficie pas d’un filtre à particules comme sa déclinaison en 175 chevaux. Sur le papier, le 2.0 dCi marque un progrès relativement conséquent car si la puissance demeure la même, en revanche le couple progresse. C’est en termes de reprises et d'accélérations que le gain est le plus significatif puisqu’on gagne près d’une seconde sur le 0 à 100 km/h. De son côté, la SAAB 9-3 est disponible avec deux motorisations diesel issues de la collaboration avec FIAT développant 120 ou 150 chevaux. La motorisation TiD 150 qui équipait notre véhicule d’essai dispose par ailleurs d’un couple légèrement inférieur à celui de la Laguna (320 Nm à 2.000 tr/mn contre 340 Nm au même régime). En utilisation, les deux motorisations associées chacune à une excellente boîte de vitesses à six rapports sont à leur aise et procurent de très bonnes sensations en accélération et en reprise. Il n’y a guère qu’en dessous de 2.000 tr/mn que les plus exigeants seront un peu déçus. Côté agrément, la SAAB pêche par une sonorité moyenne plus élevée que sa concurrente, ce qui nuit un peu à l’agrément général. Sur le plan de la consommation, ces deux breaks affichent de belles performances et n’arrivent pas à se départager avec, dans les deux cas, une consommation moyenne durant notre essai qui reste inférieure à 7 litres aux 100 kilomètres en utilisation courante.

Comportement : Egalité

Si SAAB cultive allègrement et avec un certain succès sa différence, la 9-3 ne déroge malheureusement pas à la règle concernant son train avant et la maîtrise de la puissance. Même s’il est en net progrès, ce train éprouve encore quelques difficultés pour digérer le couple assez conséquent. Dès que le sol n’est plus tout à fait sec, le véhicule fait rapidement appel à l’ESP. L’arrivée de la nouvelle motorisation sur la Laguna ne perturbe en rien son comportement et le confort qu’elle distille. Il est vrai que depuis son restylage, elle dispose d’une nouvelle direction en net progrès et de nouvelles lois en matière d’amortissement et d’antiroulis. Pour être complètement objectif, il faut avouer que la SAAB pousse plus facilement le conducteur vers une conduite plus sportive, alors que la RENAULT confère à son conducteur une atmosphère plus paisible et plus proche de la conduite d’un bon père de famille.

Victoire RENAULT Au final ce match se traduit par une victoire de la RENAULT Laguna, car en dehors de sa ligne un peu trop fade, elle comblera une clientèle avide de modernisme, que ce soit par sa motorisation ou son équipement, et ménagera aussi votre portefeuille à iso équipement. Quant aux anti-conformistes et aux plus fortunés, ils se laisseront certainement tenter par une SAAB 9-3 moins brillante au global mais à la personnalité plus affirmée et dont la ligne flatteuse saura sans nul doute les charmer.

Fabrice DUMAS

Prix : 33 950 €

  • Elégance et originalité de la ligne
  • Motorisation performante et sobre
  • Bon compromis confort / comportement
  • Habitabilité
  • Motorisation un peu bruyante
  • Train avant parfois dépassé
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes turbo diesel injection directe
Cylindrée 1910 cm³
Puissance maxi 150 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 32.60 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.66 m
Largeur 1.76 m
Hauteur 1.51 m

Poids

Total 1440 kg

Capacités

Coffre de 419 à 1273 dm³
Réservoir 62 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 200 km/h
0 à 100 km/h 10.20 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.30
Urbaine 8.00
Mixte 6.10
Essai 6.80