comparaison1comparaison1

RENAULT Clio F1 Team

volantvolantvolantvolant

OPEL Corsa OPC

volantvolantvolantvolant

Prix : 24 700 €

  • Comportement châssis exemplaire
  • Confort pour une sportive
  • Usage au quotidien
  • Sensations filtrées
  • Pavillon trop haut
  • Ambiance minimaliste
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres – 16 soupapes Injection essence multipoints, 2 ACT
Cylindrée 1998 cm³
Puissance maxi 200 ch à 7250 tr/min
Couple maxi 21.80 mkg à 5550.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.99 m
Largeur 1.77 m
Hauteur 1.48 m

Poids

Total 1240 kg

Capacités

Coffre de 288 à 0 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 223 km/h
0 à 100 km/h 6.30 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.50
Urbaine 11.60
Mixte 8.40
Essai 9.00

ESPACE COMPARAISON

Du rififi chez les bombinettes

Sûre de sa force et de son fait la championne Clio RS se voit titiller les pare-chocs par une nouvelle venue sur-vitaminée qui compte bien conquérir sa place à la force des pistons. Il nous a semblé intéressant de confronter ces deux radicalisations de modèles de grande série, afin de mettre en évidence les intentions de chacun des deux constructeurs. Accrochez-vous à la poignée, nous voila partis.

Show-biz ou Jacky Touch ?

Déjà sur le plan du style miss Clio ou miss Corsa jouent des partitions différentes. Une chose est sûre : elles sont aisément différentiables des modèles de grande série dont elles sont issues. Toutes les deux n’existent qu’en trois portes, proposent des montes de jantes spécifiques sur-dimensionnées et affleurantes (17 pouces dans les deux cas) dans des bas de caisse élargis par de proéminents kits de carrosserie (boucliers et bas de caisse) directement inspirés de la course avec leurs diffuseurs d’air à l’arrière. On notera le très beau pot d’échappement triangulaire de la Corsa qui rend cette version identifiable au premier coup d’œil, s’il en était besoin. Côté robe, toutes deux proposent des teintes spéciales : jaune racing bien sûr pour cette Clio F1 qui capitalise directement sur le capital sportif de la marque au losange avec également un décor d’autocollants de carrosserie optionnel et gratuit, bleu pétant pour la petite excitée de la marque à l’éclair. Au final, si la Clio joue une note un peu plus discrète et sage, la Corsa se montre assez exubérante, un rien "too much" surtout dans sa livrée bleue. Pour les discrets, les deux autos sont disponibles en noir. A l’intérieur, la tendance s’inverse. Si les sièges baquet RECARO, un must de toute sportive branchée qui se respecte, sont bien présents dans chacune des deux autos. Leur positionnement n’est pas le même avec une hauteur d’assise nettement plus basse sur la Corsa. Sur la RENAULT, l’assise est un peu relevée, donnant moins l’impression d’être au volant d’un kart. Ceci n’est pas forcément un avantage pour une voiture sportive et c'est rendu possible par la hauteur importante de la Clio aux places avant. L’aspect positif de cette construction est un confort accru par l’espace procuré et une position de conduite dominant un peu plus la route. Pour l’utilisation familiale, ou l’excuse du papa voulant une voiture de sport, toutes deux proposent des fixations ISOFIX pour installer facilement un siège enfant à l’arrière, quand celui-ci entre par la portière avant ! Côté rangements, c’est un peu chiche dans les deux autos mais avec une mention spéciale au grand coffre logeable de la Clio, sauf en position assise arrière rabattue à cause d’une traverse de carrosserie proéminente et gênante pour rentrer à plat les grands objets. Concernant la finition, OPEL a particulièrement soigné l’intérieur de sa Corsa, avec une console centrale au fini laqué noir du plus bel effet, qui ajoute une touche de classe dans un habitacle au final assez réussi et richement doté en équipements. Quel dommage que cette jolie laque crée un reflet gênant dans le pare-brise au premier rayon de soleil ! A côté, la Clio continue sa partition sage et réservée et la planche de bord de la version normale, bien que réussie dans l’absolu et agrémentée de touches d’alu brossé, fait un peu tristounette. Par contre, la Clio joue sur la rareté puisque chaque exemplaire est numéroté à l’aide d’une petite plaque constructeur sous le frein à main. Le contenu technologique est en faveur de la Corsa avec un équipement radio un peu plus orienté multimédia. On cherche en effet l’écran couleur ou la prise iPod sur la Clio. Par contre son autoradio capte nettement mieux que celui de la Corsa et s’avère moins compliqué à utiliser. Une fois la clé de contact tournée, la vraie nature de ces petits monstres apparaît vite. Au sonomètre, avantage à la Corsa avec un bruit rauque à souhait et assez présent, voire trop, à la longue. Miss Clio reste en retrait, toujours bien sage, mais en accélération, le bruit du moteur 2 litres atmosphérique de RENAULT SPORT prend du coffre et de la voix. Une fois les voitures lancées, la différence des caractères s’amplifie. Le 1,6 litre turbo développé par OPC affiche un caractère exceptionnel, une mauvaise humeur et une hargne continuelles qui procurent à cette auto un vrai caractère. Joueuse et amusante à souhait, mais conduisible également à allure raisonnable, cette Corsa OPC se pose en digne héritière des GTi ou plutôt GSi des années 80. Et c’est là où le bât blesse un peu, car elle a également hérité de leurs défauts. La voiture a en effet tendance à beaucoup délester son train avant à l’accélération et présente également un point milieu difficile à trouver. Au final, en accélération franche, vous vous trouverez à braquer le volant de gauche à droite avant d’arriver à stabiliser la bête en ligne droite, ou vous perdrez brutalement la motricité en sortie de virage. Ceci est un peu surprenant pour une voiture mise au point sur le célèbre circuit du Nürburgring mais rien de dangereux en définitive dans tout cela, surtout avec le freinage au meilleur niveau dont elle est équipée : tout au plus y laisserez-vous un peu de gomme, en vous prenant pour Fangio. Le seul point noir de ce petit berlingot est son appétit de glouton : plus de douze litres aux cent kilomètres réels pendant l’essai. A côté de ce petit diablotin, miss Clio siège sur son piédestal. Avec elle, tout n’est que sérénité et trajectoire chirurgicale. Sa tenue de route est difficile à prendre en défaut et son moteur pousse vigoureusement mais un peu trop linéairement jusqu’à la zone rouge. Au final, cette Clio pourra paraître trop peu démonstrative, même si, sur le chronomètre, les performances sont là… D’un autre côté, la consommation, 9 litres au cent kilomètres, reste raisonnable comparée à celle de la CORSA, contrairement aux chiffres annoncés sur le papier.

Des styles acérés

A l’intérieur, la tendance s’inverse. Si les sièges baquet RECARO, un must de toute sportive branchée qui se respecte, sont bien présents dans chacune des deux autos. Leur positionnement n’est pas le même avec une hauteur d’assise nettement plus basse sur la Corsa. Sur la RENAULT, l’assise est un peu relevée, donnant moins l’impression d’être au volant d’un kart. Ceci n’est pas forcément un avantage pour une voiture sportive et c'est rendu possible par la hauteur importante de la Clio aux places avant. L’aspect positif de cette construction est un confort accru par l’espace procuré et une position de conduite dominant un peu plus la route. Pour l’utilisation familiale, ou l’excuse du papa voulant une voiture de sport, toutes deux proposent des fixations ISOFIX pour installer facilement un siège enfant à l’arrière, quand celui-ci entre par la portière avant ! Côté rangements, c’est un peu chiche dans les deux autos mais avec une mention spéciale au grand coffre logeable de la Clio, sauf en position assise arrière rabattue à cause d’une traverse de carrosserie proéminente et gênante pour rentrer à plat les grands objets. Concernant la finition, OPEL a particulièrement soigné l’intérieur de sa Corsa, avec une console centrale au fini laqué noir du plus bel effet, qui ajoute une touche de classe dans un habitacle au final assez réussi et richement doté en équipements. Quel dommage que cette jolie laque crée un reflet gênant dans le pare-brise au premier rayon de soleil ! A côté, la Clio continue sa partition sage et réservée et la planche de bord de la version normale, bien que réussie dans l’absolu et agrémentée de touches d’alu brossé, fait un peu tristounette. Par contre, la Clio joue sur la rareté puisque chaque exemplaire est numéroté à l’aide d’une petite plaque constructeur sous le frein à main. Le contenu technologique est en faveur de la Corsa avec un équipement radio un peu plus orienté multimédia. On cherche en effet l’écran couleur ou la prise iPod sur la Clio. Par contre son autoradio capte nettement mieux que celui de la Corsa et s’avère moins compliqué à utiliser.

A quoi bon ?

Une fois la clé de contact tournée, la vraie nature de ces petits monstres apparaît vite. Au sonomètre, avantage à la Corsa avec un bruit rauque à souhait et assez présent, voire trop, à la longue. Miss Clio reste en retrait, toujours bien sage, mais en accélération, le bruit du moteur 2 litres atmosphérique de RENAULT SPORT prend du coffre et de la voix. Une fois les voitures lancées, la différence des caractères s’amplifie. Le 1,6 litre turbo développé par OPC affiche un caractère exceptionnel, une mauvaise humeur et une hargne continuelles qui procurent à cette auto un vrai caractère. Joueuse et amusante à souhait, mais conduisible également à allure raisonnable, cette Corsa OPC se pose en digne héritière des GTi ou plutôt GSi des années 80. Et c’est là où le bât blesse un peu, car elle a également hérité de leurs défauts. La voiture a en effet tendance à beaucoup délester son train avant à l’accélération et présente également un point milieu difficile à trouver. Au final, en accélération franche, vous vous trouverez à braquer le volant de gauche à droite avant d’arriver à stabiliser la bête en ligne droite, ou vous perdrez brutalement la motricité en sortie de virage. Ceci est un peu surprenant pour une voiture mise au point sur le célèbre circuit du Nürburgring mais rien de dangereux en définitive dans tout cela, surtout avec le freinage au meilleur niveau dont elle est équipée : tout au plus y laisserez-vous un peu de gomme, en vous prenant pour Fangio. Le seul point noir de ce petit berlingot est son appétit de glouton : plus de douze litres aux cent kilomètres réels pendant l’essai. A côté de ce petit diablotin, miss Clio siège sur son piédestal. Avec elle, tout n’est que sérénité et trajectoire chirurgicale. Sa tenue de route est difficile à prendre en défaut et son moteur pousse vigoureusement mais un peu trop linéairement jusqu’à la zone rouge. Au final, cette Clio pourra paraître trop peu démonstrative, même si, sur le chronomètre, les performances sont là… D’un autre côté, la consommation, 9 litres au cent kilomètres, reste raisonnable comparée à celle de la CORSA, contrairement aux chiffres annoncés sur le papier.

L’excitée et la sereine (ne vois-tu rien venir ?) Tout le monde n’est pas un pilote professionnel capable d’aller titiller les dixièmes de seconde au tour de circuit. Sur route ouverte le potentiel de ces autos, même si elles appartiennent à l’entrée de gamme des réelles sportives, ne peut raisonnablement être exploité. On peut donc aisément comprendre la logique d’OPEL qui a développé un petit monstre démonstratif et attachant à souhait. Cette Corsa OPC présente certes des défauts, mais au global, elle donne vraiment l’impression d’en avoir pour son argent, malgré sa petite tendance m’as-tu vu. Les Clio RS et autres 207RC devraient bien faire attention à leurs arrières...

Frédéric JOUSSET

Prix : 22 500 €

  • Rage moteur
  • Style
  • Equipement
  • Consommation
  • Manque de rangements
  • Direction floue à l’accélération
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres – 16 soupapes Turbo essence - 2 ACT
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 192 ch à 5850 tr/min
Couple maxi 27.70 mkg à 1980.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.04 m
Largeur 1.71 m
Hauteur 1.49 m

Poids

Total 1203 kg

Capacités

Coffre de 285 à 0 dm³
Réservoir 45 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 221 km/h
0 à 100 km/h 7.20 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.40
Urbaine 10.50
Mixte 7.90
Essai 12.10