KIA Carens (CRDi 136)

ESPACE MONOSPACE
  • Modularité
  • Equipements
  • Prix
  • Pas de boîte DCT avec moteurs Diesel
  • Consommation CDRi 136

Prix : de 21 600 € à 31 400 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres – 16 soupapes turbo Diesel injection indirecte à rampe commune, turbo à géométrie variable
Cylindrée 1685 cm³
Puissance maxi 136 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 33.70 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.53 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.61 m

Poids

Total 1567 kg

Capacités

Coffre de 492 à 1694 dm³
Réservoir 58 L
Nb de places 7

Performances

Vitesse maxi 191 km/h
0 à 100 km/h 10.40 s

Environnement

Emission CO2 127 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.30
Urbaine 5.70
Mixte 4.80
Essai 0.00

CONQUETE DE L’OUEST

En deux ans environ, KIA a renouvelé sa gamme avec récemment la deuxième génération de Cee’d et le remodelage du Sorento. La marque, plus qu’agressive et qui s’en donne les moyens pour l’être, dispose d’un modèle par segment. On a vu que la position de conquête avec l’arrivée de la Rio dans le monde disputé des compactes en 2011, avait porté ses fruits. Il manquait un dernier segment important que KIA n’avait pas vraiment exploré : celui des monospaces compacts, très prisé en France. Et pour cause, les stars du marché sont principalement françaises avec les RENAULT Scenic, CITROËN C4 Picasso, mais aussi un autre redoutable concurrent nommé VW Touran… Le constructeur coréen n’est nullement impressionné d’arriver après coup dans le milieu et compte bien se faire une place dans le paysage avec une prévision de 4.000 exemplaires par an.

Carrosserie

A l’instar de la dernière Rio, le patronyme existait déjà puisque le nouveau Carens est déjà le quatrième du nom. Il est vrai que les trois premières générations sont restées discrètes, discrétion probablement due à un manque de notoriété et d’image. Le dernier Carens n’est d’ailleurs plus vendu depuis 2010. KIA a accru la reconnaissance grâce entre autres à sa politique de garantie de sept ans (ou 150.000 kilomètres), à l’augmentation de ses points de vente (210) et à un style plus affirmé. Ce dernier point se remarque et se perpétue au fil des nouveautés de la marque. Le Carens 4 ne déroge pas à la règle de la calandre type ("nose tiger" pour qui aurait oublié), arrondie à la manière de la face de la Cee’d 2. On retrouve la même forme d’optiques ultra effilées avec une découpe semblable à celles de la berline. L’ensemble surplombe un bouclier contenant, selon les versions, les antibrouillards verticaux.

Le profil monospace se retrouve dans le pare-brise très incliné avec une ceinture de caisse plutôt haute (à la germanique) surmontant le rassurant creux de bas de portière, autre signe stylistique distinctif de KIA. A l’image de la Cee’d, l’arrière est plus sage avec des feux horizontaux qui, dans ce cas, rappellent ceux d’un FORD B-MAX. Dommage, les designers semblent toujours en manque d’imagination pour dessiner l’arrière de leurs voitures. Heureusement, dans quelques jours, le troisième rejeton de la famille Cee’d à savoir le coupé Pro-Cee’d va stopper cette tendance de style frileux de l’arrière.

Carrure

Le Carens mesure 4,52 mètres, il vise les stars énoncées tout à l’heure en y ajoutant le PEUGEOT 5008. A conquérir quelques (nombreuses) places dans ce marché disputé, le KIA propose cinq ou sept places avec les deux places supplémentaires dans le second cas à 500 € (seulement). La modularité du monospace se retrouve dans les configurations de la deuxième rangée composée de trois sièges individuels coulissants et inclinables individuellement, le siège du milieu étant plus étroit. L’accès à la troisième rangée se fait par la droite côté trottoir, et requiert un peu de souplesse. Cela dit, les deux sièges individuels de la troisième rangée, complètement escamotables dans le plancher, sont bien entendu à réserver à des enfants dont la souplesse est sans égal. La place aux jambes est plus que contenue pour un adulte si celui-ci est assis derrière un autre adulte.

La configuration cinq places est bien entendu la plus logeable, permettant de réserver de la place pour cinq et un coffre de bonne contenance (492 litres contre 103 litres en sept places). Le côté monospace du Carens peut le transformer en utilitaire grâce au repli du dossier (tablette) du siège passager avant. Cet aménagement permet de transporter des objets mesurant jusqu’à 2,15 mètres de long. Astuce particulièrement maligne, à tel point qu’on se demande pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt, le cache bagage à enrouleur a une place aménagée dans le plancher de coffre dans le cas où on n’a pas besoin de lui. Autre avantage de la philosophie monospace, les rangements sont nombreux avec un grand bac central (le frein à main électrique y contribue) et des coffres sous les pieds de la deuxième rangée (façon Scénic). Pour les enfants enfin, les tablettes aviation sont bien présentes au dos des sièges avant (à partir du niveau trois). On le voit, KIA n’a rien oublié, pas même les stores latéraux des portières arrière…

Charisme

La planche de bord reprend l’esprit de celle de la Cee’d avec une console centrale relativement épurée. Ce relative sobriété profite au style, mais se fait en quelque sorte au détriment du volant. Celui-ci, multi fonctions équipant le haut de gamme essayé, ne compte pas moins de douze commandes. C’est pratique pour la radio, le régulateur, l’ordinateur mais seulement après une plus ou moins longue période d’apprentissage selon vos habitudes. C’est sûr, les commandes tomberont naturellement et efficacement sous la main. Le confort de la voiture s’apprécie aussi par le silence de fonctionnement, la qualité de l’habitacle et même par des équipements (en option) en général réservés aux segments supérieurs comme l’allonge de l’assise ou le volant chauffant ou encore les sièges chauffants (avant et arrière), ventilés à l’avant. Si c’est possible, préférez le grand toit ouvrant panoramique (en série avec le niveau trois) qui apporte un véritable plus dans la vie de l’habitacle.

La politique de KIA est désormais connue et efficace : bien positionner les prix pour une dotation d’équipements de série bien fournie. La gamme compte quatre niveaux en retenant que le premier d’entre eux, "Motion", est réservé aux deux motorisations (essence et Diesel) d’entrée. On compte tout de même dans sa liste d’équipements, l’assistance de direction, le régulateur/limiteur de vitesse, les feux avant diurnes à LED et une climatisation manuelle. Les trois autres niveaux ("Style", "Active" et au sommet "Premium"), augmentent la dotation avec l’allumage automatique des feux, des jantes en alliage ou encore le détecteur de pluie dès le niveau deux. Une utile caméra de recul est présente à partir du niveau trois. Le niveau supérieur se distingue par son démarrage sans clé et sa navigation, et l’accès aux packs. La gamme Carens bénéficie de la garantie de sept ans ou 150.000 kilomètres à laquelle s’ajoute la mise à jour gratuite de la navigation pendant la même durée.

Caractère

La découverte du Carens nous rappelle la Cee’d, mais pour les moteurs, ce n’est pas du côté de la berline qu’il faut chercher mais d’autres modèles. Le "petit" Diesel provient du 1,7 CRDi de 115 chevaux qui équipe déjà le Sportage. Ce moteur est associé à une boîte mécanique à six rapports. Le même 1,7 litre se retrouve aussi au sommet de la gamme avec une puissance portée à 136 chevaux. C’est du côté de la grande Optima qu’il faut chercher avec au choix, une boîte mécanique ou une boîte automatique (les deux à six rapports). C’est cette motorisation que nous avons essayée. Nul doute sur le confort et l’énergie du moteur. Il s’est montré moyennement sobre sur un circuit à dominante citadine avec une consommation moyenne de 6,7 litres. C’est évidemment en utilisation routière, la vocation de cette voiture familiale, que la consommation retrouve des valeurs plus basses (beaucoup plus proches des données du constructeur). L’offre essence, confidentielle en France, est assurée par le GDi, désignation de l’injection directe essence, la seule motorisation qui peut être associée à la boîte à double embrayage. Espérons que KIA proposera dans quelques temps cette boîte en remplacement de la boîte auto avec un des CRDi. Tous les Carens sont équipés du système Stop&Start (nommé ISG).

Comme sur la Cee’d qui aura souvent été citée, le Carens peut accéder, moyennant le recours aux packs seulement accessibles depuis le niveau supérieur, à des éléments de sécurité comme l’alerte involontaire de franchissement de ligne ou les projecteurs Xénon adaptatifs. Pour le confort, l’aide au stationnement ou la sellerie cuir peuvent compléter la dotation…

Qui a dit que KIA marquait une pose, se trompe ! Après les arrivées des Sportage, Rio, Picanto et Cee’d, le Carens débarque dans l’intéressant segment des monospaces compacts. L’avantage d’arriver après les autres est de rassembler ce qui se fait de mieux : sept places, modulaire, bien équipé, avec un toit panoramique… Le nouveau KIA est accompagné de prix attractif avec la possibilité d’augmenter la dotation et d’accéder à des équipements de segment supérieur…

Philippe NIOLLET

2013-04-08