FIAT Punto 60 CULT

ESPACE CITADINE
  • Espace intérieur
  • Prix
  • Revêtements intérieurs
  • 5 CV fiscaux

Prix : 8 217 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 8 s
Cylindrée 1242 cm³
Puissance maxi 61 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 10.20 mkg à 3000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.76 m
Largeur 1.62 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 0 à 275 dm³
Réservoir 47 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 160 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 6.20
Essai 0.00

Un air bien connu

La FIAT Punto, qu'on ne présente plus, poursuit sa carrière avec une certaine sérénité, forte de son titre de numéro 1 des ventes en Europe sur l'essentiel de 1997 et 1998. Pas de "lifting" de printemps en vue malgré sa sixième année de production et pour cause, la remplaçante devrait lui succéder à la rentrée, pour fêter les 100 ans de la marque. La Punto se repose sur une gamme bien fournie de 4 motorisations essence, 2 turbo diesel et depuis peu le GPL. Après Star et Opéra, Cult, Diva et Stile sont devenues 3 des 8 niveaux de finition proposés pour le millésime 99. Comme la version Opéra (essayée), la série Cult est basée sur la finition S (bas de gamme) qu'elle améliore en proposant l'airbag conducteur et un autoradio RDS Kenwood. Entretenons donc le culte avec la version 60, une des plus vendues en essence.

Allegretto

Allègre, la Punto se place toujours parmi les premières de sa catégorie en matière d'espace intérieur, tant en longueur qu'en largeur ou en hauteur. La planche de bord caractéristique donne un mouvement qui participe à cette sensation d'espace. Pour la version 3 portes, rappelons que les passagers arrière accèdent facilement à leurs places grâce au siège passager monté sur glissières à mémoire, le siège conducteur ne dispose que du dossier inclinable. Les revêtements intérieurs sont toujours aussi "en dessous " de ce que propose la concurrence. Le plastique très présent (elles sont nombreuses dans ce cas), ne donne pas une impression de qualité, le grain est gros et la rayure y est facile, (la Punto se retrouve plus esseulée). Mêmes remarques en ce qui concerne le tissu des sièges en espèce de "Jersey" pas très agréable au toucher. Cette relative sous qualité dessert toujours l'effort de présentation et de finition, qui lui, est réel et cela est fort dommage. Il est vrai que la finition S est le bas de gamme, donc le meilleur marché (- 10.000 FF par rapport à la concurrence), et sur ce plan, la Punto reprend sa place de numéro 1. 60 - 55 = 7, vous ne trouvez pas comme moi ? Les versions 60 et 55 disposent respectivement d'un 1200 de 61 ch et d'un 1100 de 54 ch. La " 60 " gagne donc 7 chevaux vapeur et 1 cheval fiscal (de 4 à 5) supplémentaires par rapport à la moins chère des Punto. Excepté pour le porte-monnaie, car la vignette a sauté une tranche, ce gain est bénéfique principalement en accélérations et en reprises. Elle fait preuve d'un tempérament très alerte dans toutes les situations. La différence est moins flagrante en vitesse de pointe, bien que FIAT annonce une (logique) augmentation de 10 km/h en vitesse maximale pour la plus puissante des deux. La prédilection de la Punto 60 est d'abord la ville, puis la campagne et les autoroutes. Le freinage, ramené aux prestations de la voiture, se montre efficace, mais troublé par un train avant qui a du mal à suivre en stabilité dans les cas d'urgence. La Punto est une italienne, elle est nerveuse mais au détriment de la sobriété qui n'est pas vraiment son fort. Pour 54.000 FF ou même moins - quand FIAT aide, il n'est pas rare de voir le prix passer en dessous des 50.000 FF - le niveau des équipements n'a pas été sacrifié. D'accord, il faudra se passer de compte-tours et de température d'eau ou encore d'airbag passager et d'ABS (option). Investissez dans des balais d'essuie-glace efficaces, ceux qui sont fournis étant bons à jeter. Tous les réglages disponibles sont manuels (vitres électriques en option combinée avec fermeture centralisée) excepté le volant et le siège conducteur qui restent fixes (en hauteur). En revanche, la Punto S offre l'antidémarrage codé (dans la clé) et pour la série Cult, un autoradio Kenwood à façade détachable et 4 HP. Fin de série oblige, l'airbag conducteur est offert. Les appuis-tête gagneraient nettement en efficacité s'ils étaient réglables en inclinaison. Un bon point sera donné pour la touche de dégivrage rapide, le réglage de site des phares et pour la fixation des enjoliveurs avec les roues, dissuasif pour les voleurs. Les capacités de rangement sont tout à fait honorables, seuls les bacs des portières pèchent par leur faible largeur.

Vivace

60 - 55 = 7, vous ne trouvez pas comme moi ? Les versions 60 et 55 disposent respectivement d'un 1200 de 61 ch et d'un 1100 de 54 ch. La " 60 " gagne donc 7 chevaux vapeur et 1 cheval fiscal (de 4 à 5) supplémentaires par rapport à la moins chère des Punto. Excepté pour le porte-monnaie, car la vignette a sauté une tranche, ce gain est bénéfique principalement en accélérations et en reprises. Elle fait preuve d'un tempérament très alerte dans toutes les situations. La différence est moins flagrante en vitesse de pointe, bien que FIAT annonce une (logique) augmentation de 10 km/h en vitesse maximale pour la plus puissante des deux. La prédilection de la Punto 60 est d'abord la ville, puis la campagne et les autoroutes. Le freinage, ramené aux prestations de la voiture, se montre efficace, mais troublé par un train avant qui a du mal à suivre en stabilité dans les cas d'urgence. La Punto est une italienne, elle est nerveuse mais au détriment de la sobriété qui n'est pas vraiment son fort.

Opéra de 4 sous

Pour 54.000 FF ou même moins - quand FIAT aide, il n'est pas rare de voir le prix passer en dessous des 50.000 FF - le niveau des équipements n'a pas été sacrifié. D'accord, il faudra se passer de compte-tours et de température d'eau ou encore d'airbag passager et d'ABS (option). Investissez dans des balais d'essuie-glace efficaces, ceux qui sont fournis étant bons à jeter. Tous les réglages disponibles sont manuels (vitres électriques en option combinée avec fermeture centralisée) excepté le volant et le siège conducteur qui restent fixes (en hauteur). En revanche, la Punto S offre l'antidémarrage codé (dans la clé) et pour la série Cult, un autoradio Kenwood à façade détachable et 4 HP. Fin de série oblige, l'airbag conducteur est offert. Les appuis-tête gagneraient nettement en efficacité s'ils étaient réglables en inclinaison. Un bon point sera donné pour la touche de dégivrage rapide, le réglage de site des phares et pour la fixation des enjoliveurs avec les roues, dissuasif pour les voleurs. Les capacités de rangement sont tout à fait honorables, seuls les bacs des portières pèchent par leur faible largeur.

Grand classique de FIAT, la Punto se place parmi les premières en matière d'habitabilité, de prix et de comportement. Ayant concouru au renouveau de FIAT, elle est dynamique, vivace, toujours actuelle. Arrivant en fin de vie, ses défauts de jeunesse (plutôt rares) ont été gommés. Elle se sent naturellement bien en ville, son premier lieu de prédilection et est loin d'être ridicule sur route, même avec un modeste 1200. Pour les amateurs de sensations, il est toujours possible de viser un modèle plus sportif ou carrément le cabriolet. Le handicap de la qualité "en dessous" des revêtements intérieurs subsiste, malheureusement, encore. Il pourra rebuter certains réticents, dommage car il masque l'effort réel de finition de la marque italienne.

Philippe NIOLLET

1998-03-01