RENAULT Clio Estate 0.9 TCe 90 Intens

ESPACE Compact break
  • Habitabilité et coffre
  • Moteur tonique et sobre
  • Esthétique
  • Sécurité et confort
  • Couple moteur un peu juste
  • Volant désagréable au toucher
  • Quelques détails de finition

Prix : 18 300 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 3 cylindres 12 soupapes - Turbo essence injection multipoint séquentielle
Cylindrée 899 cm³
Puissance maxi 90 ch à 5250 tr/min
Couple maxi 13.77 mkg à 2500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.27 m
Largeur 1.73 m
Hauteur 1.45 m

Poids

Total 1055 kg

Capacités

Coffre de 443 à 1380 dm³
Réservoir 45 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 182 km/h
0 à 100 km/h 12.30 s

Environnement

Emission CO2 104 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.90
Urbaine 5.50
Mixte 4.50
Essai 6.30

ELEGANT ET HABITABLE, SOBRE ET DYNAMIQUE

Nous avons pris contact en février dernier avec deux nouveautés de la gamme Clio IV : le break Estate motorisé par le 1.5 dCi 90 et le moteur trois cylindres à essence 0.9 TCe dans la berline. Aujourd'hui, nous faisons la synthèse de ces nouveautés en étant au volant de la Clio Estate 0.9 TCe 90. Cette version habitable et élégante, motorisée par une mécanique moderne, sobre et efficace est-elle la Clio idéale ?

 

Elégant

Le plus beau compliment que l'on puisse faire en parlant du break Clio est que, justement, il ne ressemble pas à un break. Elargi, abaissé, avec les poignées de portes arrière camouflées dans l'encadrement de la vitre et un profil effilé, l'Estate n'a plus rien à voir avec les familiales d'il y a quelques années ; juste un petit regret pour ceux qui n'ont pas su ou pas pu attendre, le précédent break Clio III Estate prend un "sacré coup de vieux". Par contre, si la présentation de l'intérieur est plus actuelle et moins austère que dans la Clio III, la qualité des matériaux (quelques plastiques ne sont pas "tops") et des assemblages est en régression. De même, les inserts noirs laqués sur le volant (collectionnant les empreintes digitales et très chauds après plusieurs heures au soleil…) ainsi que le revêtement rouge vif du tableau de bord (disponible en noir, havane ou bleu) font un peu clinquants. Toutefois, malgré ces remarques, l'impression d'ensemble de cet habitacle est quand même plutôt favorable. 

Habitable

La ligne fluide et élégante ne se fait pas au détriment de l'habitabilité. Les passagers à l'avant sont à l'aise et le conducteur trouve facilement une bonne position de conduite. La place est plus mesurée à l'arrière, mais encore acceptable pour deux adultes de taille moyenne à condition quand même que les sièges avant ne soient pas reculés au maximum, l'empattement de la berline ayant été conservé. Le porte-à-faux arrière a, par contre, été allongé de vingt centimètres au bénéfice du coffre ; de ce fait, le volume sous le cache-bagages tous sièges en place est de 443 litres soit presque équivalent à celui d'une berline Laguna (450 litres). Le coffre est aisément chargeable grâce à un faux plancher installé au niveau du seuil du hayon et de l'assise de la banquette. Ce faux plancher, que l'on peut remonter contre les dossiers de la banquette, cache un espace de rangement de 85 litres (inclus dans les 443 litres sous le cache-bagages) et permet une grande surface de chargement plane une fois les dossiers arrière, rabattables 40/60, basculés. En prime, le dossier du siège passager avant se rabat en tablette autorisant le transport d'objets de grandeur longueur (2,48 mètres) ; intéressant pour une voiture compacte de 4,27 mètres. Par contre, on regrette que les bacs de porte soient trop petits et que l'accoudoir faisant office de rangement entre les sièges avant soit en option.

Sobre

Les incertitudes concernant l'avenir du Diesel - fiscalité, pollution, normes Euro 6 à venir (2014) renchérissant ces motorisations - incitent les constructeurs à développer de nouveaux moteurs à essence avec pour objectif une moindre consommation, grâce à la réduction de la cylindrée, tout en maintenant un niveau de performances suffisant par le biais de la suralimentation. C'est le cas du trois cylindres RENAULT Energy TCe 90. Lors d'un trajet autoroutier de 200 kilomètres effectué sous régulateur à la vitesse légale, la consommation s'est stabilisée à 6,5 litres aux cent kilomètres. Lors du retour par la route, avec un style de conduite dynamique, le TCe 90 a consommé à peine moins, 6,1 l/100 km. Ce chiffre peut s'expliquer par le relatif manque de couple (135 Nm à 2.500 tr/mn à comparer aux 220 Nm à 1.750 tr/mn du 1.5 dCi 90) incitant à monter les intermédiaires assez haut en régime pour rester dans une zone favorable en sélectionnant les rapports supérieurs. En circulation urbaine, trajets d'une dizaine de kilomètres de circulation fluide, la consommation tourne également autour de 6 l/100 km, mais atteint quand même 8 l/100 km en utilisation par "sauts de puce". Décidément, je n'ai pas de chance avec le système "Start/Stop", opérationnel entre 0 et 30 degrés Celsius ; en février, lors de l'essai de la berline 0.9 TCe, il faisait trop froid pour qu'il fonctionne normalement, cette fois-ci en juillet, il a fait trop chaud ! On touche là aux limites du système. Au final, tous types de trajets confondus, la moyenne de 6,3 l/100 km est tout à fait acceptable. C'est environ 1,5 litre de plus qu'avec le Diesel 1.5 dCi 90, coûtant 2.300 € supplémentaires à finition équivalente, soit de nombreuses années d'amortissement pour ceux qui roulent peu. 

Dynamique

Non seulement ce petit moteur consomme raisonnablement, mais il procure également un agrément de conduite certain à la Clio Estate. Certes, le couple ne se manifeste vraiment qu'au-delà de 2.000 tr/mn entrainant des reprises en cinquième un peu justes en côte ou pour un dépassement, surtout en charge, mais il monte allègrement en régime sur les vitesses  intermédiaires et ne s'avère pas trop bruyant, sauf quand même en accélération. A ce propos, si le son du trois cylindres ne vous convainc pas, on peut en modifier le rendu acoustique interne en sélectionnant dans l'application R-Sound Effect le bruit émis par différents véhicules. On se croit vraiment au volant d'un six cylindres, d'une voiture de sport ou d'une ancienne. L'effet est saisissant en choisissant "Clio V6". On peut toujours rêver…

La suspension concilie avec bonheur confort et tenue de route. La Clio Estate est stable en ligne droite et en courbe rapide, vive dans les enchainements plus serrés grâce à une direction précise et surveillée par le contrôleur de stabilité ESP en cas d'excès ou d'imprévu. Bien que toujours à tambours à l'arrière, les freins sont efficaces avec un "toucher de pédale" agréable, l'assistance étant bien calibrée. Sur l'Estate, la suspension arrière a été raffermie afin de mieux supporter la charge, ce qui occasionne quelques trépidations plus marquées sur chaussées déformées voiture peu chargée et à faible vitesse. En augmentant la cadence et avec plus de poids sur l'essieu arrière la suspension absorbe mieux les défauts du revêtement. Les passagers sont dans l'ensemble bien portés, d'autant plus que les sièges sont confortables et la position de conduite facile à trouver grâce au volant réglable en hauteur et en profondeur. Comme toute la gamme Clio, l'Estate est classée cinq étoiles aux tests EuroNCAP.

Nouvelles appellations

Depuis le printemps 2013, RENAULT a changé l'appellation des finitions de sa gamme. Ainsi, Life, Zen, Intens remplacent désormais Authentique, Expression, Business, Dynamique avec quelques différences dans les tarifs et les dotations en équipements. Les prix (juillet 2013) s'échelonnent de 13.600 € (1.2 16V 75 Life) à 18.300 € (0.9 TCe 90 Intens) en essence en passant par les 16.700 € de la version 0.9 TCe 90 Zen et de 16.400 € (1.5 dCi 75 Life) à 20.600 € (1.5 dCi 90 Intens) en Diesel en passant par les 19.000 € de la version 1.5 dCi 90 Zen. La boîte robotisée à double embrayage EDC est disponible avec le moteur 1.5 dCi (+1.400 € sur Zen et Intens) et avec le 1.2 Tce 120 sur une nouvelle exécution GT à 21.690 €.

L'équipement de la version Life, pour les deux motorisations de base essence et Diesel, est succinct (radio et climatisation en option) mais dispose toutefois des vitres avant électriques, du limiteur / régulateur de vitesse, de la carte électronique (ouverture / fermeture des ouvrants et démarrage sans clé), de l'ensemble ESP, ASR, ABS, AFU et son prix a baissé de 700 € par rapport à Authentique apparemment sans suppression d'équipements. La finition Zen apporte, entre autres, la climatisation manuelle et un écran tactile sept pouces avec radio et téléphonie mains libres, mais perd le système Media Nav (avec navigation GPS) de l'ancienne Expression pour un prix diminué de 200 € sur 0.9 Tce 90 et de 400 € sur 1.5 dCi 90. La version Intens un peu plus chère de 300 € sur 0.9 Tce 90 et de 100 € sur 1.5 dCi 90 que l'ex Dynamique donne droit à la climatisation régulée, au système Media Nav, à la carte mains-libres qui permet l'ouverture et la fermeture des portes en effleurant les poignées, aux jantes en alliage (auparavant en option sur Dynamique), à l'allumage automatique des phares et des essuie-glaces et ouvre à l'option tablette numérique RENAULT R-Link donnant accès à des applications Internet.

A l'issue de cet essai, j'ai trouvé cette Clio Estate 0.9 TCe 90 très convaincante. D'une part, le moteur à essence trois cylindres apporte un bon agrément de conduite, maîtrise sa consommation et ne nécessite qu'un entretien économique notamment grâce à sa chaîne de distribution à la place d'une courroie coûteuse à remplacer périodiquement. D'autre part, la carrosserie break accroît notablement la capacité de chargement, par rapport à la Clio berline, tout en conservant des dimensions compactes à l'Estate. C'est donc un excellent compromis ville/route. On peut malgré tout regretter une finition un peu légère et un couple moteur plutôt juste, surtout en charge. 

Daniel DECHENE

2013-07-15