CITROEN C-Elysée HDi 92 Exclusive

ESPACE Compacte
  • Rapport équipement/prix
  • Habitabilité et confort
  • Allure moderne
  • Non importée
  • Commande de boîte imprécise
  • Mesquineries d’équipements
  • Bruit à froid

Prix : 19 728 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne – 8 soupapes - Turbo Diesel à rampe commune
Cylindrée 1560 cm³
Puissance maxi 92 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 25.49 mkg à 2400.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.43 m
Largeur 1.72 m
Hauteur 1.45 m

Poids

Total 1205 kg

Capacités

Coffre de 506 à 1038 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 180 km/h
0 à 100 km/h 12.40 s

Environnement

Emission CO2 115 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.70
Urbaine 4.80
Mixte 4.10
Essai 6.80

LOW-COST DE LUXE

Pour répondre à la demande de certains pays où le "low cost" et le besoin d’affichage social au volant d’une berline sont au cœur du marché, PSA affûte son offre avec la CITROËN C-Elysée. Elle vient épauler sa cousine la PEUGEOT 301. Non importée en France, nous sommes allés l’essayer au Portugal. 

Look moderne

La contrepartie d’une auto "low cost" est souvent une esthétique ingrate. La C-Elysée ne mange pas de ce pain. Sous tous les angles, sa ligne est plutôt flatteuse. La face avant est moderne et rappelle celle de la C4, mais avec un pare-brise moins incliné. L’arrière n’est pas extraordinaire mais acceptable. Sur ce point, la PEUGEOT 301 ne tient pas la comparaison. La cousine de la C-Elysée est, quant à elle, pataude et vieillotte vue d’arrière. D’un gabarit comparable, les deux françaises manquent néanmoins de carrure pour en imposer comme une "vraie" berline. Mais avec seulement 4,42 mètres de long, ce n’est pas facile. 

Dans les pays où elle est distribuée, la concurrence fait rage. Grâce à sa ligne, la C-Elysée est en pointe dans le peloton de tête. Pour parfaire sa silhouette, la livrée Exclusive est équipée de jantes aluminium 16 pouces bien dessinées. Leur teinte légèrement fumée produit un effet élégant et valorisant. Ce qu’il faut retenir du design : la C-Elysée n’a rien d’une "low cost" habituelle, au contraire. Il faut la voir comme une petite berline contemporaine. Depuis la PEUGEOT 305 des années 80, ce type de carrosserie n’a plus fait recette. Il faut dire que pendant ce temps les designers n’ont pas été très inspirés quel que soit le constructeur. La C-Elysée fait exception, elle est la première à faire preuve d’élégance.

Pas si "low cost"

Au Portugal, l’entrée de gamme est affichée à 14.900 €. A ce prix, il faudra vous contenter d’un petit bloc 1.2 litres essence développant seulement 72 chevaux. Pour tracter les 1.200 kg de l’engin, plus toute la famille à bord et les bagages, bonne chance ! Pour ne pas reculer dans les côtes et disposer d’une puissance convenable, il faut débourser 3.700 € de plus, soit 18.600 €. A ce tarif, avec le 1.6 HDi, la puissance grimpe à 92 chevaux sous le capot en finition Séduction. Ce n’est pas un avion de chasse mais cela suffit pour rouler à un rythme correct. Pour le haut de gamme, il reprend l’appellation Exclusive chère à CITROEN. En contrepartie, la note grimpe à 19.700 €. A ce prix, ce n’est plus tout à fait du "low cost". C’est plutôt une proposition de variante de carrosserie face au marché des deux volumes qui courent les rues. Cependant, le prix reste compétitif. Une CITROËN C4 avec un niveau d’équipement et une motorisation comparables s’affiche à 4.000 € de plus, soit 23.700 €. Alors pourquoi ne pas la distribuer en France ? La firme aux chevrons a sans doute plus d’intérêt à vendre des C4 ou considère le pari comme trop osé pour la clientèle française. En attendant, il faut recourir à l’importation parallèle pour s’en procurer une en France. Certains mandataires la proposent d’ailleurs à un tarif attractif. 

Bonnes surprises 

Pour conserver un prix contenu, CITROËN n’a visiblement pas sorti le grand attirail technologique. La C-Elysée présente deux défauts principaux. Le premier est une commande de boîte désagréable. Le débattement du levier est important mais c’est surtout la précision qui pêche. Parfois, on en vient à douter que la première est bien enclenchée. Le second concerne le bruit moteur et l’insonorisation. A froid, le claquement du Diesel donne l’impression d’être à bord d’une camionnette de livraison. Par contre, le niveau sonore devient correct sur route. Disons que le prix contenu aide à faire passer la pilule. En même temps, ce n’est pas une grosse pilule.

Le comportement routier est une bonne surprise. Le confort est à la hauteur même sur un mauvais revêtement. Ce point est essentiel pour vendre dans les pays cibles de la C-Elysée mais il s’avère être également dans nos  villes européennes. Les consommations affichées sont alléchantes mais en pratique, nous sommes bien au-dessus. Nous avons consommé 6,8 litres en moyenne durant notre essai sur un parcours mixte 

Alors que l’on s’attend au pire à l’intérieur en montant dans une auto produite pour les pays émergents, il n’en n’est rien. Point de plastiques durs à profusion, ni de design de tableau de bord datant de plusieurs décennies. L’ambiance intérieure est soignée, c’est une autre bonne surprise ! L’inspiration sent bon la DS3 comme l’illustrent le volant à méplat et le bandeau gris métallisé laqué. L’instrumentation est complète et correctement présentée. Sans être exceptionnel, c’est dans la moyenne. Seule ombre au tableau, les commandes au volant qui ne sont pas de la partie, toujours pour contenir le prix... Dans le même esprit, les feux de jours ne sont pas à LED. Là, par contre, c’est mesquin !

Bien dotée

Certes les équipements et la qualité perçue ne sont pas au même niveau que la C4 mais la C-Elysée n’est pas ridicule pour autant. Les principaux équipements sont là, du radar de recul au régulateur de vitesse en passant par les prises multimédia. Cependant, la climatisation n’est pas bi-zones et seul le conducteur a droit à l’airbag. A noter également, l’absence de système de navigation, même en option. Le maintien latéral des sièges est insuffisant mais leur confort correct. Les places arrière sont équipées de fixations Isofix et les adultes sont bien logés. Le coffre est gigantesque pour une auto de cette taille. Avec ses 506 dm3, elle offre le même espace de rangement que celui du C4 Picasso II.

Mis à part la SKODA Rapid, la C-Elysée n’aurait pas vraiment de concurrente directe en France. Soit vous tombez dans la véritable "low cost" type DACIA Logan, soit vous partez sur du haut de gamme souvent plus encombrant et surtout bien plus cher. En effet, les marques "premium" comme MERCEDES et AUDI se mettent à sortir de petites berlines trois volumes comme la CLA et l’A3 sedan. Cela pourrait bien relancer la mode et faire changer de position au constructeur français sur l’importation de la C-Elysée, à suivre…

Le positionnement de la C-Elysée est intéressant et la connotation bas de gamme est à oublier. Elle fait renaître la catégorie des compactes trois volumes. Aujourd’hui, CITROËN a réussi à concevoir une petite berline élégante et abordable avec quelques défauts mineurs cependant. Par ce temps où les finances comptent de plus en plus, c’est un choix intéressant pour les amateurs de carrosseries trois volumes au budget limité.

Olivier JANIAUD

2013-07-19