AUDI A3 Berline

ESPACE Berline compacte
  • Retour à la berline dynamique
  • Moteur 1,8 litre
  • Plaisir de conduite
  • Visibilité ¾ arrière

Prix : de 28 450 € à 36 150 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - bi-injection essence turbo
Cylindrée 1798 cm³
Puissance maxi 180 ch à 5100 tr/min
Couple maxi 25.49 mkg à 1250.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.46 m
Largeur 1.80 m
Hauteur 1.42 m

Poids

Total 1295 kg

Capacités

Coffre de 0 à 425 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 235 km/h
0 à 100 km/h 7.30 s

Environnement

Emission CO2 129 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.80
Urbaine 7.00
Mixte 5.60
Essai 0.00

BERLINE DE CHASSE

Un an après la berline et sept mois après le Sportback, la famille A3 s’agrandit et ce n’est pas fini ! La gamme accueille la composante sportive S3 déjà connue sur la génération précédente, mais, fait nouveau, elle prend une dimension plus luxueuse avec une inédite A3 berline. Le tri corps n’est pas la carrosserie préférée des Français mais il pourrait susciter quelques envies. En effet, l’aspect sportif, la voie ouverte par la MERCEDES CLA et la peur d’acheter une plus grande A4 (berline) pourraient motiver l’achat de cette nouvelle venue, même si on a compris que la berline sera plus prisée outre-Atlantique…

Chasse gardée

Après la carrosserie break revenue au goût des acheteurs, la berline compacte tente elle aussi un retour sur la pointe des pneus. La tâche n’est pas simple, cette carrosserie étant traditionnellement réservée aux segments hauts de gamme et de préférence allemands. Cela tombe bien, AUDI a la bonne nationalité et ses limousines de classe supérieure, des berlines et des limousines, sont autant de signes de réussite. On le sait, AUDI a de la ressource et tente une proposition inédite en raccourcissant la berline et en la positionnant sous l’A4. La nouvelle avait été découverte sous la forme d’un prototype "e-tron", elle est désormais transformée en voiture de série. Contrairement aux apparences, l’A3 berline ne partage pratique aucun élément de carrosserie avec l’A3 à hayon à l’exception des phares, de la calandre et des rétroviseurs. Et donc par déduction, tout le reste est spécifique à la quatre portes. Le creux de bas de portière parallèle à la ligne de vitres est visiblement propre à la berline. La poupe est évidemment caractéristique avec un couvercle de malle terminé par un becquet. Les feux arrière reprennent la forme de ceux de ses sœurs tout en étant plus effilés, c’est la marque distinctive de la berline, je devrais dire limousine vu la petite vitre supplémentaire en aval des portes arrière. Le propre de la berline compacte repose sur le dynamisme, fini la berline à coffre de papa, se rapprochant des berlines coupé que j’apparente au type "chasse" d’un break de même acabit. Cette nouvelle A3 est d’ailleurs un peu plus basse (un à deux millimètres) que ses sœurs.

Chasse ouverte

Pour rester dans le chapitre des dimensions, la berline est plus longue de quinze centimètres que le Sportback et rend vingt trois centimètres à l’A4. Pas de risque de cannibalisme, les deux voitures ne visent pas la même catégorie d’acheteurs. L’A3 est bien sûr construite sur la nouvelle plateforme modulaire MQB connue pour la compacité de ses porte-à-faux. Cette architecture servira au cabriolet (attendre début 2014 pour le découvrir). L’empattement n’a pas changé, les places arrière non plus, moins accessibles que dans la Sportback du fait de la ligne de pavillon ultra fuyante. C’est le coffre qui profite de l’augmentation de longueur et même s’il perd une porte de hayon, il gagne 45 litres par rapport au Sportback.

L’A3 berline est avant tout destinée au marché nord américain, ce n’est pas une surprise. Et rien n’est surprenant en disant que la voiture occupera une place plus marginale en France, encore qu’elle pourrait surprendre vu sa prestance. Plus dynamique et moins chère qu’une A4, elle a des atouts de séduction en se plaçant un cran au-dessus de ses sœurs à hayon. Côté motorisations, la gamme commence avec un seul Diesel et trois moteurs à essence. Deux autres Diesel, le 1,6 litre de 105 chevaux et le deux litres de 184 chevaux, encadreront en fin d’année le seul deux litres de 150 chevaux disponible au lancement.

Avion de chasse

Alors, intéressons nous aux moteurs essence, deux récentes productions (si on laisse de côté le 1,4 TFSI de 122 chevaux d’entrée de gamme) qui peuvent très bien accompagner le choix de cette berline. Le 1,4 TFSI de 140 chevaux avec Cylinder On Demand. Cet excellent moteur est doté d’une intelligence électronique capable de désactiver les deux cylindres centraux quand les conditions le permettent. Le "down sizing" malin passe sur deux cylindres sans aucune manifestation. La boîte S tronic s’impose obligatoirement. Associé à la même boîte, le 1,8 de 180 chevaux est la meilleure proposition. Doté d’une bi injection directe ou indirecte selon le régime, le quatre cylindres est puissant et puissant tout le temps, grâce à une courbe de couple maxi, constante quel que soit le régime. Le taux de CO2 est contenu, 129 grammes avec la boîte magique et 134 avec la boîte mécanique. La conduite de la voiture est précise, confortable et à part la vision de ¾ arrière qui n’est pas des plus aisées, la berline vaut de se démarquer…

La berline est déclinée en quatre finitions en commençant directement par le niveau 2 de ses sœurs, ce qui confirme la mission de la berline de surclasser la gamme. Comptez 550 € de plus que le Sportback. L’entrée de cette gamme est donnée à l’Ambiente dotée de jantes en alliage de seize pouces, d’un régulateur de vitesse, des détecteurs de pluie et de luminosité et d’une climatisation bizone. Ce sont quelques exemples de la dotation en ajoutant le système multimédia MMI avec pack Connectivity. On peut d’ailleurs accéder à la version Advanced du MMI avec TouchPad. En termes de connectivité, AUDI a prévu une connexion Internet (via la norme LTE). Le GPS est associable avec Google, ce qui rend la vision de la carte des plus précises. Le niveau haut accueille l’Audi drive select qui gère entre autres, la direction, la cartographie moteur et la fermeté des suspensions.

On peut personnaliser sa berline en optant pour les dispositifs de sécurité comme le régulateur de vitesse adaptatif (seulement 350 €), l’alerte de franchissement de ligne, "l’Audi side assist" qui surveille les angles morts ou encore "l’Audi pre sense" qui se charge de détecter une situation d’accident et de protéger préventivement les occupants. Plus simplement, le grand toit ouvrant s’escamotant en partie supérieure donne un agrément certain à la voiture.

AUDI a-t-il inventé la berline de chasse ? Un de ses compatriotes répondra probablement non. En tout cas, l’A3 berline se présente comme une proposition raffinée qui surclasse la gamme. Moins chère que la plus grande A4, plus dynamique aussi, elle peut tout à fait correspondre à des acheteurs qui se passeront sûrement du hayon. Et quant à penser anticonformisme (toute proportion gardée), préférez le 1,8 bi-injection avec une boîte S tronic, une séduisante proposition…

Philippe NIOLLET

2013-09-01