AUDI A3 Cabriolet

ESPACE Cabriolet
  • Vrai cabriolet
  • Plaisir de conduite
  • Moteurs
  • GPS
  • Prix

Prix : de 31 730 € à 46 790 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - bi-injection essence turbo
Cylindrée 1798 cm³
Puissance maxi 180 ch à 5100 tr/min
Couple maxi 25.50 mkg à 1250.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.42 m
Largeur 1.79 m
Hauteur 1.41 m

Poids

Total 1405 kg

Capacités

Coffre de 0 à 320 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 242 km/h
0 à 100 km/h 7.70 s

Environnement

Emission CO2 133 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.80
Urbaine 7.30
Mixte 5.80
Essai 0.00

LA PALME

En même temps que la S3 berline, AUDI accueille une nouvelle A3, nouvelle dans sa déclinaison cabriolet. De façon logique, une S3 décapotable arrivera dans quelques semaines pour concilier l’ultra sport avec la possibilité de rouler cheveux au vent et au soleil. Justement, il s’agit bien de rouler le plus possible sans toit au dessus de la tête et pour cela, l’A3 cabriolet ne manque pas d’arguments. Dévoilée au Salon de Francfort, cette nouvelle venue vient logiquement combler le manque laissé par la génération précédente, mais ce "comblement" n’est pas un simple artifice de gamme. En effet, le cabriolet renferme les technologies de ses sœurs et gagne en longueur, se rapprochant des dimensions de l’ancienne A4 cabriolet, une ancienne belle production d’AUDI.

La banane

Pour mémoire, la famille A3 est composée de deux bases différentes, la trois portes et la Sportback d’un côté, et la berline de l’autre. Le cabriolet partage la structure de la seconde, ce qui lui donne une longueur de 4,42 mètres, soit près de vingt centimètres de plus que l’ancienne A3 cabriolet. Cette différence se voit essentiellement à l’arrière, montrant une carrosserie typique d’un cabriolet traditionnel, reconnaissable par sa poupe bien marquée. Cette belle allure manquait à la génération précédente dont l’arrière plus court était coupé un peu trop à la serpe. Le coup de dessin des designers AUDI a produit une voiture élégante et effilée, dans la pure tradition des cabriolets. La face est celle de la berline avec les phares effilés et la calandre single frame. La particularité du cabriolet se voit dans l’entourage chromé du pare-brise. Le creux de bas de portière parallèle à la ligne de vitres, repris de la berline, marque les flancs de la voiture. Dans le même esprit, l’arrière garde les feux en deux parties de la berline, très effilés eux aussi, ainsi que le becquet de couvercle de coffre. Le profil du cab est pur, nullement déprécié par des arceaux ou par un pare-brise très incliné. Il est évident qu’en cas de retournement, des plaques sont déployées jouant le rôle d’arceaux.

La capote en toile - on revient aux capotes traditionnelles comme sur l’A5 - est électrique. On n’a plus aucune opération manuelle à faire excepté l’actionnement et le maintien du bouton dédié, placé sur la console centrale. La manœuvre vous met à dix-huit secondes du bonheur et pour être sûr de retrouver plus vite la banane de circuler au soleil, elle peut être réalisée en roulant (jusqu’à 50 km/h). Il n’y a plus besoin d’ajouter de cache capote comme sur la génération précédente, tout est automatisé. La seule contrainte est, comme pour tout cabriolet, de ranger les bagages dans l’emplacement prévu dans le coffre afin de laisser place à la capote repliée. Dans cette configuration, il reste encore près de 287 litres disponibles. A noter que les dossiers arrière sont rabattables pour augmenter le volume.

Volcanique !

La capote en toile est accessible en deux tailles, normale ou acoustique. La seconde, plus épaisse, améliore l’insonorisation de l’habitacle mais ajoute 305 € à la note. Le confort acoustique est sans aucun reproche, ni bruit d’air ; il est vrai que la voiture d’essai était dotée de la capote épaisse. Pour rester dans le registre du confort, la position de conduite est excellente, appréciable par la qualité de référence d’AUDI. Pour le côté gadget, les plafonniers s’allument par simple contact du doigt à la manière d’un Smartphone. La voiture se conduit parfaitement, aussi bien avec que sans capote. C’est bien évidemment dans cette dernière configuration qu’on aime rouler. Le pare-vent est disponible en série selon la finition, mais les deux places arrière sont condamnées. Accessible également, en option bien sûr, un chauffage de nuque implanté dans les sièges avant complète le bien-être de ses occupants.

Avant de se transformer en "volcanique" S3 avec ses 300 chevaux, notre cab récupère les moteurs de ses sœurs à coffre et à hayon et ne se montre pas pour autant plus placide ! Les deux excellents moteurs à essence dotés de l’injection directe donnent 140 et 180 chevaux. Le premier est doté du "COD" pour "Cylinders On Demand" qui désactive deux des quatre cylindres selon les conditions de route. A part l’affichage sur l’écran central en mode consommation instantanée, on ne se rend pas compte qu’on roule en bicylindre. L’autre TFSI dispose d’un mode injection indirecte et même d’une fonction de roue libre pour réduire la consommation. Le mariage de ce moteur bi-injection avec la boîte Stronic est tout simplement idéal, en silence et en puissance... En fait, il existe un troisième TFSI de 125 chevaux plus destiné à marquer l’entrée de gamme. L’A3 cab peut rouler au gazole avec les deux Diesel de milieu de gamme. En haut, on retrouve le deux litres de 150 chevaux, un régal lui aussi. En bas, l’autre TDI, le récent 1,6 litre délivre 110 chevaux. Aucun des moteurs n’est pénalisé par un malus, à l’exception du TFSI 180. AUDI a fait la chasse aux kilos en privilégiant l’aluminium comme ses sœurs et même le magnésium pour le mécanisme de la capote ; bien que plus grande, cette génération pèse cinquante kilogrammes de moins que la précédente.

Les dessins de jantes ne manquent pas avec treize modèles différents sur plusieurs tailles jusqu’à dix neuf pouces. Les A3 d’essais étaient chaussées avec cette taille. Le comportement de la voiture est extrêmement sain, on n’a définitivement pas l’impression de rouler en cabriolet. La voiture est littéralement collée à la route et ce n’est pas les routes sinueuses et montagneuses de notre terrain de jeu qui ont perturbé ce bon rendement.

Gisements

La gamme est architecturée autour de cinq niveaux qui, associés aux possibilités d’options, permettent de ne pas avoir deux A3 semblables. Comme à chaque fois, la personnalisation, voire l’exclusivité a un prix. Si la famille débute à 31.000 €, on ne repartira pas en cab avec un moteur digne des quatre anneaux à moins de 40.000 €. Ce montant correspond peu ou prou au niveau haut orienté raffinement "Ambition Luxe" du TFSI 140 ou de la finition "S line" immédiatement en dessous orienté sport pour les TFSI 180 ou TDI 150. Les trois autres niveaux vont decrescendo par paliers de 2.500 € environ, ils restent suffisamment dotés. Le 100% cuir, la caméra de recul, le système Multi Media MMI avec GPS ou le démarrage sans clé sont réservés à l’Ambition Luxe. A ce sujet, le GPS a eu quelques idées fantaisistes de nous envoyer dans quelques impasses, mais riches de découvertes pour l’une d’entre elles…

Les technologies (re)découvertes dans l’A3 sont accessibles en option dans le cabriolet pratiquement avec tous les niveaux. Ainsi, on peut équiper sa voiture du régulateur adaptatif intelligent, du système d’alerte de franchissement de ligne, du détecteur d’angle mort (latéral et arrière) et de la reconnaissance des panneaux de signalisation. Dans quelques temps, la transmission intégrale Quattro sera disponible, rappelons qu’elle est indissociée de la sportive S3.

AUDI a la banane ! Numéro un des hauts de gamme en Europe, nouveau record de ventes en 2013, le succès est toujours au rendez-vous et après tout, ce n’est pas le fait du hasard si AUDI remporte la palme. Ce devrait aussi le cas pour un de ses best sellers sur le vieux Continent dans sa déclinaison en un élégant cabriolet. L’A3 cab est beau, bien fini, bien motorisé en attendant la S3 découvrable et bien posé sur ses (belles) roues. Ce cabriolet est excellent en tenue de route et en confort, de quoi investir (c’est le mot) pour une utilisation quotidienne. La suite du programme est tout aussi alléchante avec les futurs S1, TT et l’hybride A3 e-tron…

Philippe NIOLLET

2014-02-02