KIA Soul 1.6 CRDi L

ESPACE Crossover compact
  • Look décalé
  • Habitacle amélioré
  • Prix / garantie
  • Consommations
  • Pas de filtre à particules

Prix : 21 650 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - turbo Diesel injection directe rampe commune, turbo à géométrie variable
Cylindrée 1582 cm³
Puissance maxi 128 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 26.00 mkg à 1900.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.14 m
Largeur 1.80 m
Hauteur 1.59 m

Poids

Total 1308 kg

Capacités

Coffre de 354 à 1367 dm³
Réservoir 54 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 180 km/h
0 à 100 km/h 11.00 s

Environnement

Emission CO2 132 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.00
Urbaine 6.00
Mixte 5.00
Essai 6.00

SAGA

Commençons par une devinette : en quatre lettres, quel est le nom d’un modèle prenant un rôle de mythe, enchaînant les versions au fil du temps en évoluant sans changer le style d’origine ? Il y a plusieurs réponses possibles entre Golf ou MINI. Le Soul répond bien à la définition pour le nombre de lettres, mais est encore un peu jeune pour prétendre au mythe. KIA y travaille et après un peu moins de six ans de vie du premier Soul, le numéro 2 est en vente en France depuis le mois d’avril.

Veine

Le Soul a un style incontestablement décalé qui avait dépoussiéré le design consensuel coréen de l’époque. Les véhicules de loisir arborant un look anticonformiste sont très peu nombreux. Parmi eux, on peut citer le NISSAN Juke et le tout récent CITROËN C4-Cactus. C’est plutôt signe de succès même si c’est un peu tôt de le dire pour le C4, mais ces véhicules génèrent en général une belle cote d’amour. Le Soul entre pleinement dans cette veine.

Alors j’ai déjà tout dit : le Soul 2 ressemble à s’y méprendre au Soul 1 et quand KIA annonce qu’aucun panneau de carrosserie n’a été repris sur le nouveau, on a du mal à le croire, c’est l’effet MINI ! On parle bien d’un nouveau modèle et non d’un modèle renouvelé. Le profil (carré) est identique, marqué par son pare-brise assez vertical, la découpe des vitres latérales et son hayon tout aussi vertical. Les optiques sont entièrement nouvelles avec les LED diurnes pour notre modèle d’essai haut de gamme et les mêmes LED qui éclairent les feux arrière. La calandre typique est devenue factice, laissant l’aération à l’immense bouche du bouclier. Les boucliers ont d’ailleurs gardé le volume "généreux" de la génération précédente après son remodelage de mi-vie. L’arrière reprend la configuration du hayon vertical descendant jusqu’au bouclier, encadré de deux feux verticaux plus volumineux. Le bouclier est l’exact symétrique de l’avant avec un profil noir laqué entouré des antibrouillards arrière, copie conforme et rouge des antibrouillards avant. Tous ces feux sont cerclés de chrome sur notre modèle d’essai. KIA a conservé la petite grille latérale d’aile avant à la différence qu’elle est un simple monogramme sur le numéro 2.

Mine d’or

Les dimensions ont tendance à augmenter en passant à la génération nouvelle. Ce n’est pas le cas pour le Soul si on néglige les deux centimètres supplémentaires sur la longueur. Cela dit, c’est toujours cela de pris vu que c’est l’empattement qui en profite et donc les passagers. Les voies ont été un peu élargies, toujours bienvenu pour la tenue de route. KIA en a profité pour élargir la porte du hayon facilitant le chargement. Le volume de coffre a lui aussi été amélioré (354 litres contre 222 précédemment).

La logique de KIA est limpide : conserver le look typique et décalé du Soul et améliorer les faiblesses du numéro un. La principale évolution se voit en pénétrant dans l’habitacle. Celui-ci n’a rien à voir avec celui qu’il remplace. La planche de bord est plus massive, avec une console centrale verticale contenant un écran (huit pouces dans notre haut de gamme d’essai). Il sert pour la vision arrière, abandonnant la caméra de recul dans le rétroviseur. KIA a conservé le principe des trois compteurs indépendants regroupés sous une casquette surpiquée en fil d’or (tout comme les sièges). L’autre principale évolution se touche et se ressent : les matériaux ont incontestablement évolué en qualité et en finition. Cette amélioration se retrouve dans l’habitacle à toutes les places. Absolument indispensable, le Soul 2 a conservé le cerclage des hauts parleurs qui changent de couleur à la demande en fonction du tempo de la musique ou simplement en continu.

KIA a troqué l’ancienne plateforme du Soul 1 pour celle, plus moderne, de la Cee’d 2. Les suspensions ont été améliorées pour notamment isoler l’habitacle des remontées de la route. La caisse a été rigidifiée, utilisant plus d’acier à très haute résistance sans pour autant augmenter la masse de la voiture. Le constructeur a également travaillé l’acoustique du Soul 2, atténuant les bruits du moteur Diesel de notre voiture. La position de conduire est toujours aussi pratique (et haute pour le côté SUV) offrant une bonne vision. Pour 800 € de plus, on peut remplacer la banale tôle du toit par une vitre panoramique ouvrant ou entrebâillant.

Filon

Rien de nouveau sous le capot, il faut dire que les nouveautés étaient apparues sous celui du Soul 1 remodelé. Le Diesel qui motorise la voiture est donc une vieille connaissance du groupe. On retrouve en effet le 1.6 CRDi de 128 chevaux associé au choix avec une classique boîte auto à six rapports ou une boîte mécanique à six rapports également. C’est avec cette dernière configuration que le Soul est le plus économique et le moins pénalisé (seulement 150 € pour le malus contre 2.200 € pour les autres versions). Bizarrement, la voiture n’a pas de stop & start, le Soul n’a pas eu droit aux effets du système maison "ecoDynamics". Le CRDi n’a toujours pas d’association avec un filtre à particules. La sobriété n’est pas aussi bonne que les données constructeurs, on a l’habitude quel que soit le constructeur. En étant vigilant, avec une majorité de trajets en ville, l’ordinateur de bord a convergé vers six litres aux cent kilomètres.

L’autre proposition est représentée par le récent moteur essence à injection directe de 1,6 litre, remplaçant l’ancien quatre cylindres classique de 126 chevaux. Ce GDi offre quatre chevaux de mieux que son cousin CRDi.

La gamme a été complètement revue avec deux finitions simplement nommés M et L, on se croirait dans du prêt-à-porter. Cette simplification de gamme est renforcée par deux séries limitées saisonnières, un peu à l’image des soldes avec une série au printemps et l’autre à l’automne. Leur principe est d’améliorer la dotation d’équipements et de personnaliser le look. La première collection (200 exemplaires) est nommée "Spirit of Soul". Notre classique finition L peut toutefois être agrémentée d’un toit coloré blanc, rouge ou noir pour 200 € et même d’un kit "XXL" qui habille la carrosserie d’un kit noir laqué avec des jantes en alliage de dix huit pouces spécifiques. 2.000 € séparent les deux finitions et 2.200 € séparent les deux motorisations. Cela nous donne le premier Soul (GDi M) à 17.450 € séparé de 4.200 € de notre M d’essai. Cette entrée de gamme offre une climatisation manuelle, des jantes alliage (16 pouces), une climatisation (manuelle) ou encore d’un régulateur/limiteur de vitesse. Le Soul bénéficie des sept ans de garantie (ou 150.000 kilomètres) et des sept ans de mise à jour de la cartographie.

Le KIA Soul 2 poursuit la saga débutée avec le précurseur décalé et sans concurrent direct du Soul originel. Cette poursuite se fait avec le même style, histoire de ne pas dépayser les amateurs. Les motorisations sont conservées, et pèchent un peu côté consommations et rejets. Les liaisons au sol ont été améliorées. La signature du Soul 2 se distingue à l’intérieur avec un net bond en finitions et choix des matériaux. Finalement, tout va bien, la saga Soul est bien partie…

Philippe NIOLLET

2014-08-02