RENAULT Twingo 0.9 TCe 90 série limitée Edition One

ESPACE citadine
  • Esthétique
  • Maniabilité
  • Sobriété et nervosité
  • Tenue de route sûre
  • Habitabilité à l'arrière
  • Vibrations à bas régimes
  • Coffre peu volumineux et chaud
  • Accessibilité mécanique difficile

Prix : 15 700 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type Transversal arrière 3 cylindres 12 soupapes - Turbo injection multipoint essence
Cylindrée 898 cm³
Puissance maxi 90 ch à 5250 tr/min
Couple maxi 13.77 mkg à 2500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.60 m
Largeur 1.65 m
Hauteur 1.55 m

Poids

Total 943 kg

Capacités

Coffre de 188 à 980 dm³
Réservoir 35 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 165 km/h
0 à 100 km/h 10.80 s

Environnement

Emission CO2 99 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.90
Urbaine 4.90
Mixte 4.40
Essai 5.90

TOUT A L'ARRIERE

La Twingo est une institution chez RENAULT. La première série a été un grand succès dû à sa simplicité, son habitabilité avec sa banquette coulissante, et son esthétique particulière de mini monospace. Elle a été produite à 2,4 millions d'exemplaires de 1993 à 2007. En 2007 apparaissait la Twingo II qui a connu un démarrage un peu difficile à cause d'un design qui s'était banalisé. Elle rencontra un regain d'intérêt en 2012 suite à un restylage inaugurant la nouvelle identité visuelle de la marque et a été produite à près d'un million d'exemplaires en sept ans. Voici donc, maintenant, la Twingo III radicalement différente des deux précédentes, notamment avec son moteur positionné à l'arrière. Quels sont ses atouts ?

Mignonne

C'est le mot qui vient à l'esprit en la regardant, la leçon de la Twingo II a été bien apprise. Elle a bien les gênes de la maison avec un petit air de la Twingo I ou les hanches larges de la turbulente R5 Turbo. Elle a aussi la silhouette de la FIAT 500 qui plait beaucoup, mais là on sort de la famille... Dans la rue, les gens se retournent sur son passage, effet de la nouveauté sans doute, mais aussi attirante par ses rondeurs et ses couleurs vives. Suivant la tendance actuelle, des stickers en option permettent de personnaliser sa Twingo. D'un côté pratique, la Twingo III dispose maintenant de quatre portes avec les poignées arrière camouflées dans l'encadrement des vitres. Un hayon, en fait la vitre arrière sans encadrement, donne accès au coffre.

Le retour en grâce du moteur arrière… 

Alors que la plupart des voitures actuelles ont le moteur et les roues motrices à l'avant, RENAULT a repensé de A à Z la conception de sa citadine. Développée en collaboration avec SMART, marque du groupe DAIMLER-BENZ, partenaire de RENAULT-NISSAN, la plateforme de la nouvelle Twingo sera commune avec les prochaines SMART ForTwo et ForFour. La solution du moteur arrière s'est imposée car elle dégage la cellule avant des encombrants moteur, boîte de vitesses, transmission, permettant ainsi de bons résultats aux crash-tests et un diamètre de braquage très réduit (8,65 mètres) grâce à un pivotement des roues à 45 degrés. Par rapport à la Twingo II, l'habitacle est allongé de 22 centimètres pour une longueur de caisse diminuée de 10 centimètres à 3,59 mètres.

Et de ses petits inconvénients

Dans les faits, la longueur de l'habitacle permet effectivement d'embarquer de longs objets (2,30 mètres), dossier du siège avant passager abaissé, mais compte tenu que le moteur est situé transversalement en avant de l'axe des roues arrière, il n'a pas été possible de positionner la banquette très en arrière comme précédemment et de reconduire sa fonctionnalité coulissante. En conséquence, l'espace pour les jambes est en régression. Par ailleurs les dossiers très verticaux et les grands sièges avant occultant la visibilité, ces deux places ne seront utilisables par des adultes que sur de courtes distances. Heureusement, les portes arrière permettent un accès plus aisé. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il n'y a pas de coffre à bagages sous le capot avant, cet emplacement est un "local technique" contenant divers accessoires mécaniques. Les bagages sont à l'arrière au-dessus du moteur avec ici aussi quelques petits inconvénients. Malgré une bonne épaisseur d'isolant, le fond du coffre chauffe sensiblement. Attention aux produits frais… Si la surface du plancher de coffre est assez vaste, le volume est moyen (188 litres) à cause d'une faible hauteur sous le rideau cache-bagages. On peut agrandir le coffre (219 litres) en redressant les dossiers arrière, rendant ces places définitivement inconfortables, ou en les rabattant complètement ce qui donne un volume intéressant de 980 litres sur un plancher plat.

Intérieur moderne et astucieux

L'intérieur de la Twingo est résolument moderne et coloré (sauf sur le premier niveau Life). Trois ambiances sont proposées, sellerie noir/gris avec décor noir, sellerie noir/rouge avec décor rouge, sellerie gris clair/bleu avec décor bleu. Chaque décor intérieur comprend le volant cuir avec inserts, le bandeau de planche de bord et les cerclages des aérateurs. L'ensemble est agréable à regarder et les différents éléments plutôt bien assemblés. L'instrumentation est réduite à sa plus simple expression : un grand compteur de vitesse gradué jusqu'à 200 km/h (en prévision d'une version sportive ?), une jauge à essence et un écran pour l'affichage des données de l'ordinateur de bord. Le compte-tours est absent, le thermomètre de liquide de refroidissement également, c'est dommage. Il y a bien un indicateur de changement de vitesses, mais c'est quand même moins parlant qu'une visualisation permanente du régime moteur. A une exception près, la commande de lève-vitre électrique est trop reculée sur l'accoudoir et ne dispose pas de montée/descente automatique,  l'ergonomie ne prête guère le flanc à la critique. Tout tombe bien sous la main, notamment les commandes de la radio derrière le volant se manipulant du bout des doigts. L'écran tactile est intuitif et ne nécessite pas la multiplication de divers boutons. Si le coffre n'est pas grandiose, on dispose en contrepartie de nombreux rangements dans l'habitacle dont une originale sacoche amovible prenant place dans la boîte à gants ouverte, une boîte de rangement, amovible elle aussi, devant le levier de vitesses, un grand espace sous la banquette arrière avec un filet de retenue et un bac dans chaque porte.

Les moteurs

Les motorisations des Twingo III sont différentes de celles de la II, non seulement par leur emplacement à l'arrière, mais également par l'adoption de nouvelles mécaniques à essence et par l'abandon des versions Diesel, les normes Euro 6 imposant de chers équipements de dépollution difficiles à amortir sur ces mini-citadines. L'offre en octobre 2014 se compose du 0.9 TCe 90 déjà monté sur la Clio IV et d'un dérivé atmosphérique 1.0 SCE de 70 chevaux. Par rapport à la Clio, il a fallu incliner le moteur à 49 degrés pour le loger à l'arrière, gagnant au passage 15 centimètres sur la hauteur. De ce fait, seulement 50 % des pièces sont communes entre les moteurs Clio et ceux pour la Twingo. L'accès à la mécanique  n'est pas un modèle du genre. Il faut ôter la moquette du coffre et dévisser les six écrous à main pour retirer la plaque de protection du moteur. Il n'y a pas de place perdue dans ce compartiment et le contrôle du niveau d'huile, sans jauge électrique au tableau de bord, est une vraie corvée !

Les modèles

Trois niveaux d'équipements (Life, Zen, Intens) sont proposés plus une série spéciale de lancement "Edition one" très bien équipée. Il n'y a pas de boîte automatique au catalogue pour le moment. On peut raisonnablement espérer que la boîte à double embrayage EDC de la Clio soit prochainement adaptée à la Twingo. Seule une carrosserie cinq portes est proposée.

Le prix de base est de 10.800 € pour la Twingo Life avec uniquement le moteur 1.0 SCE 70. Si cette version n'est pas trop dépouillée notamment au niveau sécurité (ABS, ESP, quatre airbags, aide au démarrage en côte, détection de la pression des pneus) et au niveau confort (condamnation électrique centralisée des portes avec télécommande, direction assistée, limiteur de vitesse, ordinateur de bord), il faut piocher dans les options pour le cache-bagages (!), la climatisation manuelle, les lève-vitres avant électrique et la radio Connect R & Go, ce qui correspond à la finition Zen disponible avec le 1.0 SCE 70 (12.300 €), le 1.0 SCE 70 Start and Stop (12.600 €) et le 0.9 TCe 90 Energy (13.300 €). La finition Intens apporte l'alerte de franchissement de ligne, les bacs de rangement de portes arrière, le régulateur - limiteur de vitesse, les rétroviseurs extérieurs électriques et dégivrants, le siège conducteur réglable en hauteur, le siège passager rabattable, les jantes alliage 15 pouces... pour 13.300 € avec le 1.0 SCE 70, 13.600 € avec le 1.0 SCE 70 Start and Stop et 14.300 € avec le 0.9 TCe 90 Energy. De nombreux packs et options permettent de compléter l'équipement, notamment le Pack Techno (Pack Renault R-Link Evolution (système multimédia connecté Renault R-Link Evolution avec écran tactile 7" capacitif, radio, Bluetooth®, commande vocale, navigation TomTom®, cartographie Europe, son "3D Sound by Arkamys", deux haut-parleurs et un caisson de basse), rangement central avec prise USB et jack et caméra de recul) uniquement disponible sur Intens ou sur Edition One (15.700 €) de série sur cette dernière. Il faut encore ajouter 400 € sur Intens ou sur Edition One pour avoir la climatisation régulée ainsi que les capteurs de luminosité et de pluie.

Maniabilité hors pair

La nouvelle Twingo est la nouvelle reine de la circulation urbaine. Avec un diamètre de braquage plus court que l'actuelle Smart, l'absence de porte-à-faux, une excellente visibilité, un moteur 0.9 TCe 90 sobre et nerveux, une direction souple et précise elle est particulièrement bien armée pour se faufiler, se garer, manœuvrer. Un petit bémol toutefois. Si ce moteur est nerveux, il est également assez creux à bas régimes, où il a tendance à vibrer, et il accélère brutalement quand le turbo entre en action. On peut atténuer le phénomène en sélectionnant le mode "Eco" qui lisse la courbe de couple, mais aussi qui rend la voiture trop atone. Le moteur 1.0 SCE 70, sans turbo, est peut être plus progressif. A essayer. La consommation lors de courts et moyens trajets en Ile de France s'est établie à un intéressant 5,9 litres aux cent kilomètres.

Bonne routière 

Que ceux qui s'inquiètent de la position du moteur à l'arrière soient rassurés et que ceux qui rêvent de dérapages contrôlés reviennent à la réalité. La tenue de route de la Twingo III n'a rien à voir avec celle, parfois délicate, des RENAULT R8 ou des SIMCA 1000 des années 60. L'excellente répartition des masses, les pneus très accrocheurs plus larges à l'arrière qu'à l'avant et le tout surveillé par un ESP rendent le comportement de la Twingo très neutre et très rassurant. A vitesse élevée sur autoroute, la Twingo tient bien son cap et est relativement silencieuse malgré quelques sifflements aérodynamiques. A ce propos, le SCx de la Twingo ne doit pas être très favorable car la vitesse de pointe est annoncée à 165 km/h alors que la Clio avec le même moteur dépasse 180 km/h. Sur route la Twingo est tonique, malgré les rapports quatre et cinq de la boîte, un peu longs, favorisant plus la consommation que les reprises. Il est préférable de rétrograder pour dépasser promptement. Les sièges avant sont confortables ce qui permet d'atténuer les percussions de la suspension sur revêtements dégradés.

La nouvelle Twingo bouleverse la catégorie des mini-citadines avec son architecture technique inhabituelle lui conférant d'excellentes aptitudes en matière de maniabilité et d'agrément de conduite. Le design très réussi de la carrosserie et de l'habitacle sera également un atout majeur. Par contre l'habitabilité n'offre plus la même aisance à l'arrière que dans les Twingo précédentes et le moteur 0.9 TCe 90, plutôt sobre et nerveux, est également assez vibrant.

Daniel DECHENE

2014-10-24