FORD Kuga 1.5 EcoBoost 150 Titanium

ESPACE SUV
  • Insonorisation
  • Commande de boîte
  • Facilité de conduite
  • Equipements technologiques intéressants
  • Habitabilité
  • Taille de l’écran de navigation
  • Malus 500 €

Prix : 27 300 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - turbocompresseur injection directe d’essence
Cylindrée 1498 cm³
Puissance maxi 150 ch à 0 tr/min
Couple maxi 24.50 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.52 m
Largeur 1.84 m
Hauteur 1.70 m

Poids

Total 1579 kg

Capacités

Coffre de 456 à 1653 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 195 km/h
0 à 100 km/h 9.70 s

Environnement

Emission CO2 143 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.30
Urbaine 7.80
Mixte 6.20
Essai 8.50

L'OUTSIDER

Les SUV de taille moyenne sont les nouvelles stars du marché. Depuis quelques années ils ont volé la vedette aux monospaces compacts. Le Kuga est positionné en outsider de la catégorie SUV compact. Pour rester dans le peloton de tête, FORD a travaillé les motorisations. En plus du 2,0 litres TDCi amélioré tout juste arrivé, le Kuga bénéficie d’un nouveau bloc essence de 1,5 litre, celui de notre essai. Est-ce suffisant pour inquiéter le best seller de la catégorie, le NISSAN Qashqai ?

Rude concurrence

Cela ne fait aucun doute, le Kuga respecte tous les codes du véritable SUV. La deuxième génération apparue en 2013 est toujours dans le coup. La silhouette est dynamique tandis que les boucliers ou les barres de toit en aluminium apportent un côté baroudeur. Les lignes sont plus tendues que celles de ses principaux rivaux comme le NISSAN Qashqai, le KIA Sportage ou le VW Tiguan. Sur le plan du design, chacun des protagonistes a sa propre personnalité. Au final, ils sont très difficiles à départager, la concurrence est rude. Le Kuga étant néanmoins le plus viril du lot comme en témoigne ses prises d’air avant imposantes et son bouclier arrière sportif équipé de deux sorties d’échappement.

Esthétiquement, les roues de 17 pouces de série manquent de prestance. Le minimum syndical est d’opter pour la monte en 18 pouces facturée seulement 400 €. Et là, vous changez de dimension, c’est le cas de le dire. Le Kuga devient beaucoup plus stylé et en impose.

Intéressant

Deux niveaux de puissance sont disponibles en motorisation Diesel. C’est la même chose pour l’essence avec 150 et 182 chevaux. Notre modèle d’essai est équipé du bloc 1,5 litre en version 150 chevaux et deux roues motrices. La déclinaison la plus puissante est réservée à la version quatre roues motrices. Elle permet d’encaisser la centaine de kilos supplémentaire due à la transmission intégrale. La cylindrée réduite à 1.5 litre peut paraître juste sur le papier mais en pratique, elle s’avère tout à fait à la hauteur. Le turbocompresseur apporte le couple nécessaire pour tracter les 1.579 kilogrammes du Kuga. Mis à part sur le sixième rapport où le recours au changement de rapport est fréquent pour relancer en côte, la souplesse en ville en appréciable. Elle n’est pas au niveau d’un Diesel mais ce n’est pas loin. Douce et à la fois ferme et précise, la commande de boîte est des plus agréables. C’est un véritable atout au quotidien pour le plaisir de conduite, et un des points qui différencie un véhicule plaisant à conduire d’un autre permettant juste de se déplacer.

Un autre critère décisif du plaisir de conduite est le comportement en courbe. Les suspensions sont souples et confortables. Le Kuga pourrait être à la peine en courbe mais aidé par la gestion électronique de la transmission, l’assiette est bien maintenue. Le freinage est efficace et facile à doser. Seule la direction manque un peu de précision et vient ternir un tableau néanmoins réussi. Pour compléter la liste des bonnes surprises, il faut souligner l’insonorisation. Elle est digne d’une berline allemande haut de gamme.

Avec une moyenne de 8,5 litres durant notre essai, la consommation est correcte sans être exceptionnelle. Notez quand même que pour rentabiliser le surcoût de la motorisation Diesel de puissance équivalente, il vous faudra parcourir environ 70.00 kilomètres. Le point faible du Kuga porte sur les rejets de CO2, avec 143 grammes au kilomètre, il écope d’un malus de 500 €, alors que le Qashqai n’en rejette que 134, pour 13 chevaux de plus. Au final, cela crée un écart de 350 € à l’avantage du SUV NISSAN.

Si les essuie-glaces automatiques sont devenus un standard, ce n’est pas du tout le cas du passage piloté des phares en feux de croisement lorsque vous rattrapez ou croisez un autre véhicule. Deux aides à la conduite vraiment complémentaires et essentielles permettant de se concentrer sur sa conduite, surtout quand les conditions sont difficiles comme sous une pluie battante.

Paré pour le voyage

A l’intérieur, l’ambiance est proche de son concurrent japonais. Les inserts décoratifs "Black Piano" et les lignes de la planche de bord sont modernes. La console centrale est volumineuse et les boutons nombreux. Le pare-brise est très plongeant et donne presque l’impression d’être dans un monospace. Les rangements sont pratiques et l’ergonomie sans reproche. Tous les équipements phare du marché sont disponibles. Une bonne partie l’est de série comme le Stop & Start ou la climatisation automatique bizone. Dans la liste des options disponibles, nous retiendrons, la prise 230V/150W permettant de recharger un ordinateur portable en roulant. Une autre option originale est l’éclairage d’ambiance LED permettant de choisir la couleur dominante, d’autant plus que les attentions lumineuses sont multiples, comme les rangements de contre-portes ou les poignées d’ouverture. Pour 95 €, il ne faut pas s’en priver. A noter qu’en finition Titanium, le système de navigation est en option et facturé 1.170 € tout de même, d’autant plus que la taille de l’écran est limitée et sa définition perfectible. Un bon point cependant est donné pour l’affichage digital de la vitesse au milieu des compteurs, couplé à la reconnaissance optique des panneaux de limitation de vitesse. Les équipements de sécurité sont nombreux, ils demandent un recours aux options sur cette finition mais ce n’est pas un mal. Cela permet de choisir ceux qui vous paraissent les plus utiles.

Les sièges cuir/tissu sont confortables et esthétiquement réussis. Un petit plus pour l’assise arrière, elle est réglable en inclinaison. Le coffre est dans la moyenne de la catégorie. En tout cas, il permet de conserver une habitabilité remarquable pour les passagers. Il peut disposer en option de l’ouverture automatique inaugurée sur la BMW Série 3 il y a quelques mois.

Le FORD Kuga est un sérieux outsider au best seller de la catégorie, le NISSAN Qashqai. Ils rivalisent sur la plupart des registres et le SUV siglé de l’ovale bleu se distingue même par des innovations judicieuses. Il vous reste à choisir entre la motorisation essence ou Diesel. Mais étant donné la souplesse et la vigueur de ce nouveau 1,5 litre, le kilométrage que vous comptez effectuer sera déterminant.

Marc JANIAUD

2014-12-02