RENAULT Espace 2015 5e génération

ESPACE Monospace
  • Design extérieur et intérieur
  • Motorisation essence performante
  • Diesel sobre
  • Confort et sécurité
  • Qualité de fabrication
  • Garde au toit à l'arrière
  • Peinture métallisée en option
  • Consommation motorisation essence
  • Coffre réduit en 7 places

Prix : de 34 200 € à 46 300 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type Energy dCi 160 - 4 cylindres 16 soupapes - Twin turbo Diesel injection directe common rail
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 160 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 38.76 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.86 m
Largeur 1.89 m
Hauteur 1.68 m

Poids

Total 1659 kg

Capacités

Coffre de 247 à 2035 dm³
Réservoir 58 L
Nb de places 7

Performances

Vitesse maxi 202 km/h
0 à 100 km/h 9.90 s

Environnement

Emission CO2 120 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.40
Urbaine 5.00
Mixte 4.60
Essai 6.80

2015 : L'ODYSSEE DE L'ESPACE

Trente et un ans après son illustre aïeul qui inaugura un nouveau genre de véhicule familial, voici la cinquième génération d'un RENAULT Espace transfiguré et en route vers le sommet de la catégorie. Par rapport à la génération précédente, tout a été changé : le style, la modularité, la mécanique, la clientèle visée. C'est une renaissance à part entière. 

Mutation génétique

L'Espace V sera commercialisé le 15 avril 2015 et remplacera l'Espace IV diffusé à plus de 380.000 exemplaires en treize ans. Précédemment le passage d'une génération à la suivante était l'occasion d'améliorer le confort, les performances ou la présentation mais l'Espace conservait la même philosophie de monospace familial privilégiant l'habitabilité au style. La cinquième génération est en rupture totale avec le passé et se présente sous les traits d'un crossover. La hauteur a sensiblement diminuée (1,68 mètre contre 1,80 mètre pour l'Espace IV) malgré une garde au sol augmentée de quatre centimètres et les grandes roues jusqu'à 20 pouces. En prime cette hauteur réduite est bénéfique pour l'aérodynamique, donc la consommation et les émissions de CO2. Si les vitres sont plus petites, la longueur est restée identique étirant de la sorte la silhouette de l'Espace et lui conférant un profil dynamique. L'avant n'est pas sans rappeler le Captur avec la calandre soulignant les contours de l'imposant losange. Les phares "full LED" apportent la nécessaire touche de modernité.

Intérieur haut de gamme

Tout comme la carrosserie, le design intérieur est également intégralement remanié. Le style sobre, pour ne pas dire dépouillé, de la planche de bord de l'Espace IV fait place à un tableau de bord traité de façon très moderne avec un bloc d'instrumentation entièrement numérique et face au conducteur. Au centre un levier de vitesses futuriste (pour les boîtes EDC) trône sur la console centrale flottante, elle-même prolongée par une tablette, à écran tactile 8,7 pouces, disposée verticalement et donnant accès à quasiment tous les systèmes du véhicule. Cela va du réglage de la navigation, du système audio, au basculement (!) des sièges des rangs deux et trois, en passant par le système Multi-Sense gérant l’ensemble des technologies moteur, boîte de vitesses, châssis et fonctions de confort. Tout ceci est bien agencé, réalisé avec soin et avec des matériaux de belle qualité. Les designers de l'Espace ont travaillé avec leurs homologues de MERCEDES afin d'obtenir une qualité perçue haut de gamme.

Habitable

L'habitabilité est excellente à l'avant et conducteur et passager sont très bien assis dans un véritable fauteuil avec de six à dix voies de réglages suivant la finition. Les trois sièges du rang deux sont coulissants et rabattables individuellement. Ces places offrent, grâce au grand empattement, un espace généreux pour les jambes. C'est moins le cas pour les sièges du rang trois (option sur toutes les versions à 1.500 €) qui sont escamotables dans le plancher. Ces places disposent toutefois d'un réglage de la climatisation, néanmoins elles conviennent mieux à des enfants en raison d'une garde au toit plus réduite. Bien que moins vaste que précédemment, le coffre offre un volume correct en configuration cinq sièges (680 et 614 litres pour respectivement la version cinq places et la sept places) mais ne propose plus que 247 litres lorsque les sièges du rang trois sont dépliés. Tous les sièges étant repliés le volume disponible est de 2.101 et 2.035 litres et le plancher est plat.

Equipement complet

Pour son lancement, sept versions d'Espace sont disponibles se partageant trois motorisations et quatre finitions. Le premier niveau Life (34.200 €) n'est disponible qu'avec le seul moteur Diesel Energy dCi 130 BVM6, réservé à cette finition, et dispose déjà d'un équipement très complet. Parmi les plus marquants, on note la carte Renault mains-libres avec allumage des feux à l’approche, la climatisation automatique bi-zone, le système Renault R-Link 2 multimédia connecté avec tablette tactile 8,7 pouces, navigation TomTom Europe, connectivité Bluetooth®, son Arkamys® 8 haut-parleurs, la modularité One Touch (sièges rabattables à commande électrique depuis le panneau de commandes dans le coffre ou la tablette), les feux LED PURE VISION, le système Active Traction Control (anti-patinage avancé), etc.

Le premier "vrai" Espace commence avec la finition Zen donnant accès aux motorisations Diesel Energy dCi 160 EDC6 (39.200 €) et essence Energy TCe 200 EDC7 (37.700 €). L'équipement s'enrichit du pack Sécurité (freinage actif d'urgence et alerte distance de sécurité), du pack Visio Système (commutation automatique des feux de route/croisement, alerte de survitesse avec reconnaissance des panneaux de signalisation, avertisseur d’angles morts, alerte de franchissement de ligne), de la caméra de recul, du système Renault MultiSense® (choix des modes de conduite), du siège conducteur électrique et massant, à mémoire et du siège passager avec réglage lombaire, et de la sellerie mixte brun foncé.

Le niveau Intens ajoute sur le dCi 160 EDC6 (42.300 €) et le TCe 200 EDC7 (40.800 €) le pack City (assistance au stationnement, hayon motorisé), le pack Technologie (régulateur de vitesse adaptatif, affichage tête haute), la sellerie cuir Riviera brun foncé avec les sièges avant chauffants et le siège passager électrique et massant.

Enfin Intiale Paris (dCi 160 EDC6 à 46.300 € et TCe 200 EDC7 à 44.800 €) sort le grand jeu avec le pack 4Control® (châssis à quatre roues directrices et amortissement piloté), les appuie-têtes avant et arrière Relax, les rideaux pare-soleil aux portes arrière, les sièges avant à réglages dix voies (dont huit électriques), le vitrage latéral feuilleté, le système audio BOSE Surround System avec 12 haut-parleurs et contrôle actif du bruit, les jantes alliage 19 pouces Initiale Paris, et la sellerie cuir Nappa pleine fleur gris camaïeu ou brun foncé. Cette version a droit à une teinte de carrosserie spécifique, noir améthyste à 900 €. Les autres peintures métallisées sont en option à 720 €. A ce niveau de gamme la peinture métallisée devrait être de série. C'est une augmentation de prix déguisée car, ici comme ailleurs la seule couleur hors option est le "blanc camionnette".

Proposé entre 34.200 € et 46.300 €, l'Espace ratisse large en termes de concurrence, des monospaces compacts aux crossovers premium en passant par les grands monospaces. L'effet nouveauté, sa ligne, sa technologie et sa qualité de fabrication sont des arguments pouvant lui être favorables. Il n'y a pour le moment ni hybride, ni 4x4.

Quelques kilomètres avec l'Espace Energy TCe 200 EDC7

Pour cette journée de prise en mains, l'équipe RENAULT a mis à notre disposition les versions Energy dCi 160 EDC6 et Energy TCe 200 EDC7 en finition haut de gamme Initiale Paris, c'est-à-dire avec tous les équipements du catalogue, en particulier pour la conduite, les quatre roues directrices et la suspension pilotée. Sur un trajet effectué majoritairement sur des départementales sinueuses entrecoupées de nombreuses traversées de petites agglomérations, la consommation moyenne s'est établie à plus de 10 l/100 km. Certes ce parcours imposant d'incessantes variations d'allures, peu propices à une faible dépense énergétique, n'était pas favorable pour un véhicule de ce type (200 ch. à 5.750 tr/mn, 260 Nm à 2.500 tr/mn, 1.609 kg), mais quand même, la consommation n'est pas vraiment économique avec cette motorisation. En revanche les qualités de tenue de route, de confort et de performances (0 à 100 km/h en 8,6 secondes, 1000 m DA en 29,5 secondes et 211 km/h en pointe) y ont été mises en valeur. Les quatre roues directrices apportent maniabilité et agilité à faible allure grâce aux roues arrière braquant en sens opposé des roues avant, de 3,5 degrés maximum jusqu'à 50 à 70 km/h suivant le mode de conduite choisi. Au-delà les roues arrière tournent dans le même sens que celle de l'avant et procurent une grande stabilité dans les courbes rapides. Le système Renault MultiSense® (choix des modes de conduite), agissant sur les paramètres du moteur, de la boîte de vitesses, de la direction, de l'amortissement permet d'adapter le comportement de la voiture au profil de la route et à l'humeur du conducteur. Cinq modes sont possibles : Eco, Confort, Neutre, Sport et Perso. L'éclairage, les informations du tableau de bord, la sonorité du moteur sont différents pour chaque mode. Je n'ai pas vraiment apprécié les modes Eco et Confort qui rendent la voiture peu réactive. Le mode Sport est évidemment plus dynamique mais le bruit du moteur amplifié et la suspension affermie finissent par lasser. Au final, le mode Neutre est un compromis agréable entre confort et vivacité pour une conduite de tous les jours. L'idéal est le mode Perso (non testé) qui comme son nom l'indique permet de personnaliser les différents paramètres de la conduite.     

Puis avec l'Espace Energy dCi 160 EDC6

La boucle d'essai de l'après-midi empruntait un parcours plus roulant avec notamment quelques kilomètres sur autoroute. Le dCi 160 avec son couple généreux (380 Nm à 1.750 tr/mn) s'y est montré très docile et agréable. Le Diesel est un peu plus sonore que l'essence à la mise en route et dans les phases d'accélération mais se révèle ensuite très discret à vitesse stabilisée. On apprécie alors le confort et l'excellence du système audio. La consommation sur ce trajet facile, effectué essentiellement en mode Neutre, n'a pas atteint 7 l/100 km, ce qui est très raisonnable pour un tel véhicule et, à moins d'être allergique au Diesel ou d'attacher une importance primordiale aux performances, le dCi 160 avec son double turbo, déjà suffisamment performant (0 à 100 km/h en 9,9 secondes, 1000 m DA en 31,3 secondes et 202 km/h en pointe), me semble un choix judicieux. Compte tenu du différentiel de consommation et de prix des carburants entre Diesel et essence, les 1.500 € supplémentaires pour acquérir le dCi 160 seront rapidement amortis, d'autant plus que le TCe 200 reçoit un malus écologique de 250 € en 2015.

Il faudra que nous testions la version dCi 130 Life (130 ch. à 4.000 tr/mn, 320 Nm à 1.750 tr/mn, 1.622 kg), sans les roues directrices, l'amortissement piloté et le choix du mode de conduite pour voir s'il conserve sa superbe (0 à 100 km/h en 10,7 secondes, 1000 m DA en 32,4 secondes et 191 km/h en pointe) car, à 34.200 €, ce peut être une alternative intéressante face aux monospaces compacts dans leurs versions haut de gamme, tel le RENAULT Grand Scénic affiché à 34.500 € dans sa définition la plus aboutie.

Le nouveau RENAULT Espace a réussi sa mutation et sera un bel ambassadeur pour la marque. Le segment des grands monospaces étant en perte de vitesse, le constructeur a habillement glissé vers la catégorie des crossovers très prisée en ce moment. L'Espace est remarquable d'agrément, de confort, de sécurité et sa finition haut de gamme lui permet d'être à la hauteur face aux concurrents allemands, japonais ou suédois

Daniel DECHENE

2015-04-13