AUDI TT Roadster Ultra TDI

ESPACE Cabriolet
  • Présentation
  • Effacement acoustique Diesel
  • Comportement
  • Manque de rangements
  • Coffre
  • Prix avec options

Prix : 42 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes -Diesel Turbo EURO6 injection directe rampe commune
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 184 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 38.76 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.18 m
Largeur 1.83 m
Hauteur 1.36 m

Poids

Total 1360 kg

Capacités

Coffre de 0 à 280 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 2

Performances

Vitesse maxi 237 km/h
0 à 100 km/h 7.30 s

Environnement

Emission CO2 114 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.90
Urbaine 5.10
Mixte 4.30
Essai 0.00

YOU SEXY THING !

Après avoir commencé sa carrière en 1999 puis avoir été renouvelée en 2007, c'est maintenant la troisième génération de Roadster TT qui pointe le bout de son joli capot. Sur les routes ensoleillées et peu fréquentées de l'île de Fuerteventura dans l'archipel des Canaries, nous avons ainsi pu apprécier la liberté de rouler cheveux au vent près des plages de l'océan Atlantique en faisant connaissance avec cette nouvelle venue.

Une filiation évidente

Bien que présentant les mêmes mensurations que le coupé quatre places dont il dérive, ce roadster à capote en toile ne propose par définition que deux places. L'espace normalement dévolu aux places arrière est utilisé par le mur milieu dont le rôle est de rigidifier la caisse en torsion, et de supporter les arceaux anti-retournement. Juste derrière se trouve l'espace de rangement de la capote qui prend donc sa place sur le coffre de l'auto.

La face avant reprend les codes de la TT troisième génération, avec ces lignes horizontales et cette imposante calandre Single Frame large et massive. De généreuses entrées d'air latérales soulignent tout de suite la sportivité revendiquée par la voiture, sportivité également évoquée de trois quart arrière avec la double sortie d'échappement. L'emblème aux anneaux, positionné sur le capot comme sur la R8, est un clin d'œil de plus à la filiation sportive. De profil, la ligne de capot se prolonge sur les portières et continue jusqu'à la fuite du coffre. Les épaulements marqués aux passages de roues achèvent de rappeler la ligne originelle des TT basée sur trois ellipses (toit et arcs de roues), et décapotée, la similitude avec le coupé est frappante : il s'agit de la même voiture dont on a scié le toit ! Seuls les arceaux fixes anti-retournement cassent quelque peu cette illusion mais imposent leur présence pour d'évidentes raisons de sécurité. Enfin, la capote en place ne peut procurer une ligne de profil aussi agréable à voir que celle du coupé, celle-ci se finissant en custode un poil trop verticale à notre goût, mais ceci est malheureusement inhérent au concept choisi de toit amovible. Heureusement cette capote entièrement automatisée est d'un maniement enfantin et se montre vive comme l'éclair : il ne lui faut que dix secondes pour s'ouvrir ou se fermer, tout compris jusqu'à 50 km/h ! Même l'ouverture à distance avec la télécommande est disponible pour frimer sur les parkings. Testé et approuvé par nos soins !

Au niveau de la personnalisation du design, cette voiture est disponible avec pas moins de 10 couleurs (12 en comptant les teintes spécifiques de la TTS roadster à venir), et des kits extérieurs de carrosserie sont également disponibles comme le S-line qui contiendra principalement des élargisseurs de bas de caisse, un extracteur arrière ainsi que les rétroviseurs chromés. Pour ce qui est des jantes, le choix est large à condition de recourir à la liste d'options proposées, des 17 pouces de série aux magnifiques mais raides 20 pouces.

Haute technologie

Rationalisation industrielle oblige, la nouvelle TT, qui est produite à Gyor à l'Ouest de la Hongrie, fait également appel à la plate-forme MQB du groupe VOLKSWAGEN déjà vue sur la nouvelle AUDI A3 mais ici reprise dans sa plus simple expression. Seuls l'écartement des longerons et le porte-à-faux avant sont en effet conservés pour l'implantation transversale des deux litres essence et Diesel largement utilisés dans le groupe à des puissances variables. Le TDI de 184 chevaux animant la voiture de notre essai propulse également l'A3 ou la Golf GTD entre autres. Le reste du châssis de la voiture fait appel à l'aluminium et à l'acier haute résistance pour les renforts, avec un assemblage collé-vissé sur les éléments en acier selon la technologie "AUDI Space Frame". Des pièces en composite thermoformé sont mêmes utilisées pour les planchers et les longerons arrière afin de gagner encore de la masse, se rapprochant ainsi des technologies de l'aéronautique. De même, le câble principal de la batterie, disposée à l'arrière du véhicule afin d'optimiser la répartition des masses, est en aluminium comme sur les dernières générations d’avions afin de sauver 2,6 kg. Les sièges sport ont, eux, perdu 5 kg. Cette génération de roadster est ainsi en moyenne 25 kg moins lourde que la génération précédente, ce qui lui permet de revendiquer le label AUDI "Ultra" synonyme d'émissions et de consommations contenues.

Cette voiture peut également être équipée selon les versions de la dernière transmission intégrale Quattro, basée sur un système HALDEX de cinquième génération. Celle-ci repose sur un embrayage multidisque électrohydraulique entre l'essieu avant et l'essieu arrière. Cet embrayage adapte en permanence la répartition de la motricité entre l'avant et l'arrière en fonction de l'état de la route et de la typologie de conduite, et sa réactivité a été encore améliorée par une activation permanente de la pompe de coupleur. De plus, ce système de gestion de la motricité est maintenant intégré électroniquement à l'AUDI Drive Select, qui permet de paramétrer le caractère de la voiture au travers de l'injection moteur, la boîte automatique, l'assistance de direction ou l'amortissement piloté. Quatre modes de conduite prédéfinis peuvent ainsi être sélectionnés: Comfort, Auto, Dynamic, Efficiency et le dernier dénommé Individual permet d'ajuster chaque paramètre à votre main afin de faire réagir votre auto comme vous le souhaitez. 

Tableau de bord futuriste

La deuxième technologie marquante, présente sur l'ensemble de la gamme TT, est le fameux "glass cockpit" ou "virtual cockpit". Il s'agit du remplacement pur et simple de l'élément bloc compteurs par un immense écran LCD très lisible de 12,4 pouces situé derrière le volant et reprenant l'ensemble des indications de conduite ainsi que la navigation et de l'infotainment MMI, suivant plusieurs types de vues personnalisables. La première conséquence, sur une voiture aussi sportive que la TT et donc quelque peu égoïste dans sa philosophie, est la disparition de l'écran central de radio et de navigation. Exit donc l'écran mobile ou son implantation plus ou moins hasardeuse selon les constructeurs ! Ceci ne sera pas nécessairement le cas pour les futurs modèles à caractère plus familial et devant intégrer cet équipement comme la future A4, afin de coller à une utilisation familiale et donc plus partagée. Le passager n'est cependant pas totalement oublié car il dispose de commandes spécifiques pour la radio et la navigation sur la console centrale, et bien qu'assez excentré l'écran du "glass cockpit" garde une très bonne lisibilité exempte de reflet. Geek ou pas, nous avons adoré le couplage avec la navigation en fond d'écran et les cartes Google map, les paramètres du compte-tours et de la vitesse passant presque au second plan.

L'autre particularité du tableau de bord réside dans les aérateurs circulaires "king size" intégrant les commandes de climatisation avec de petits écrans LCD en leurs centres. Au final un résultat plutôt réussi et haut de gamme, une intégration poussée et une simplification supplémentaire pour une planche de bord en "aile d'avion" très épurée. Au niveau de l'habitabilité, on regrette l'absence des sièges arrière et la quasi-absence de rangements hormis la petite boîte à gants et le logement entre les sièges. Ne comptez pas sur le coffre pour rattraper tout cela: il est rikiki, surtout en version Quattro ! Bref, miss TT vous imposera quelques concessions pour son usage quotidien et vous fera profiter d'un sèche-cheveux naturel le matin.

Produite à Gyor à l'ouest de la Hongrie et proche de la frontière autrichienne, cette voiture a également profité de partenariats "locaux" comme avec le constructeur coréen de pneumatiques HANKOOK implanté à Gyor : les modèles roadsters de l'essai étaient ainsi équipés de pneus spécifiques "HANKOOK A0" développés pour la voiture et produits sur place. Le reste de la gamme se répartit sur plusieurs autres manufacturiers concurrents selon la taille des jantes.

Un roadster plaisir

Un roadster est l'essence même de la voiture plaisir. La présentation et le look sont donc souvent une des principales caractéristiques et les options de personnalisation sont nombreuses. Dans ce domaine, la marque d'Ingolstadt est passée maitre et propose un large choix de personnalisations techniques comme de présentation, toutes orientées premium.

Outre le kit extérieur S Line facturé 1.700 €, un kit d'aménagement intérieur "Audi design selection" est également proposé à 3.390 €. Axé luxe et design, il propose un capitonnage total de l'intérieur (sièges et contre-portes) en cuir Nappa fin et surpiqué, d'une couleur exclusive : en l'occurrence bleu amiral pour le roadster, associée à des inserts internes gris anthracite. Si la couleur ne vous plait pas les sièges en cuir Nappa seuls sont déjà à 3.000 €, et les inserts sont personnalisables de plusieurs couleurs pour quelques centaines d'euros. Bien sûr nous ne nous attarderons pas sur les jantes allant des 17 pouces de série aux 20 pouces sport à dix branches pour des prix variant de 345 à 3.315 €.

Fidèle à son slogan "Vorsprung Durch Technik", les options technologiques en supplément de la dotation de série déjà généreuse ne sont pas en reste. Des phares Full LED Audi Matrix sont ainsi proposés à 2.590 €. Outre leur design très spécifique autorisé par la technologie LED, ils sont couplés à des caméras qui leur permettent d'adapter le faisceau lumineux de manière sélective afin de ne pas éblouir les véhicules arrivant en face. L'illumination frontale reste donc tout le temps optimale en fonction des conditions, la voiture gérant d'elle-même les feux de route.

Pour continuer avec la technologie l'Audi Drive Select est facturé 245 € sur la finition de base, et le Magnetic Ride, gérant la dureté de la suspension dans ce système, 1.200 €. On pourra regretter qu'à ce niveau de gamme le démarrage sans clé et l'alarme volumétrique soient facturés dans un pack à 1.000 €, et pour ceux qui prêteront leur voiture à leur femme (ou inversement…), le park assist est facturé 1.200 €.

Au niveau du confort, sujet assez prégnant pour une voiture découverte, le chauffage des sièges est également disponible, tout comme d'astucieux et pratiques chauffe-nuques moyennant de 400 à 500 € chacun.

Plus intéressant également, un pack Audi Security intègre une balise de suivi de la voiture en cas de vol. Ce système AUDI Tracking System, facturé de 1.610 à 2.270 € selon les versions, permet de tracer à tout moment la position de votre voiture par le système GPS/GPRS et est activé pour deux ans d'abonnement.

Vous l'aurez compris en additionnant mentalement les quelques principales options que nous venons de mentionner, l'addition peut s'avérer très salée. Mais les possibilités de personnalisation du constructeur aux anneaux sont très larges et valorisantes, tout comme ses concurrents germaniques du côté par exemple de Stuttgart, et permettent réellement à chacun d'habiller son véhicule à son goût.

Mais pas que…

Au roulage, on remarque en premier lieu l'excellente rigidité de l'auto qui ne nous a pas semblé d'emblée très différente de celle du coupé, ce qui est la première chose qui aurait pu décevoir sur un cabriolet. Malgré son poids contenu, cette TT roadster fait bloc et ne se désunit pas même légèrement malmenée. Pour ceux ayant besoin d'un meilleur grip sur route humide ou tout simplement pour la sécurité apparente qu'elle apporte, la transmission intégrale Quattro est disponible moyennant la modique somme de 5.000 €, mais associée exclusivement à la boîte Stronic à double  embrayage.

Le moteur Diesel de 184 chevaux fait montre d'un allant suffisant pour propulser efficacement l'auto d'un virage à l'autre ou cruiser tranquillement bas dans les tours. Mais s'il vous prend l'envie d'accélérer, la boîte manuelle, douce et précise, vous permettra de "rentrer" les rapports et de vous amuser sans effort.

Le plus bluffant dans ce tableau et qu'il est difficile de faire partager au travers d'un article écrit est la signature acoustique extrêmement travaillée de l'auto. L'insonorisation poussée du compartiment moteur efface complètement les claquements du Diesel. Il n'y a pas sur cette auto de générateur de son grâce au caisson de basses mais des clapets judicieusement placés dans la ligne d'échappement en font remonter les basses fréquences depuis l'arrière (exhaust sound system). Au final… eh bien difficile de dire s'il s'agit d'un moteur Diesel ou d'un à essence, surtout lors des accélérations ! Le seul indice viendra lorsque vous longerez un mur qui vous renvoie les claquements caractéristiques de l'injection directe haute pression émis par l'avant de l'auto. Mais à part cela, le rendu est réellement bluffant. Les puristes préfèreront cependant comme nous la version essence TFSI de 230 chevaux, ce type de moteur étant la monte naturelle d'un cabriolet.

En ce qui concerne les autres aspects du confort, la suspension est certes un peu ferme et d'autant plus que les jantes sont de grand diamètre, mais les flux d'air semblent particulièrement bien maitrisés, grâce également au coupe-vent à déploiement et rétractation électriques de série. Pour les frileux, et les autres, les sièges chauffants ainsi que les chauffe-nuques s'avèreront bien utiles lorsque la fraicheur tombe et que vous voudrez continuer à profiter du grand air.

Elle est exclusive, relativement onéreuse et offre peu d'espaces de rangements. Mais cette TT roadster est en train, de génération en génération, de construire sa légende avec une silhouette caractéristique se sublimant à chaque renaissance. AUDI la positionne d'ailleurs intelligemment juste en-dessous de la PORSCHE Boxster en termes de prix, puissance et nombre de cylindres… La voiture parfaite pour passer une journée à la plage en amoureux, sans les enfants ! 

Frederic JOUSSET

2015-05-11