RENAULT Kadjar Intens Energy dCi 110 EDC eco2 2015

ESPACE SUV
  • Design réussi
  • Présentation intérieure
  • Praticité
  • Taille du coffre
  • Bilan sonore

Prix : 32 000 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 8 soupapes - Diesel turbo rampe commune
Cylindrée 1461 cm³
Puissance maxi 110 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 25.50 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.45 m
Largeur 2.06 m
Hauteur 1.62 m

Poids

Total 1421 kg

Capacités

Coffre de 472 à 1478 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 181 km/h
0 à 100 km/h 11.70 s

Environnement

Emission CO2 103 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.90
Urbaine 4.00
Mixte 3.90
Essai 5.40

GONFLÉ !

L'imagination des créatifs marketing des constructeurs automobiles est sans limite quand il s'agit de créer des noms exotiques ayant pour but de suggérer l'évasion et l'aventure. C'est ainsi que le crossover NISSAN Qashqai a dû son patronyme en 2007 à une tribu nomade d'Iran. Dans la même veine, et sans doute pour souligner son lien de parenté avec ce dernier dont il partage la plateforme, RENAULT a baptisé son dernier né du nom homonyme d'une dynastie persane ayant régné du XVIIIème au XXème siècle. L'évènement est donc d'importance : après une tentative laissée dans les cartons en 2008 pour cause de crise mondiale, qui avait alors laissé le champ libre à PEUGEOT et son 3008, ce nouveau venu ne représente rien de moins que le premier vrai crossover de la firme au losange sur le segment C. Suite à la création en septembre 2015 de modèles spécifiques dotés du nouveau label ECO2, qui permet ainsi d'identifier les versions les moins polluantes d'une gamme, c'est doté de la dernière génération du 1.5 dCi associé à la boîte EDC que nous essayons aujourd'hui ce Kadjar. 

Le grand frère

A l'extérieur l'ascendance stylistique du Captur est évidente, et de face un œil non averti oubliant la taille de l'auto, pourrait bien les confondre. Le regard est cependant plus acéré, avec des guides LED de lumière en "C" dessinant le contour des phares. Le Kadjar est ainsi le deuxième modèle après le nouvel Espace à arborer la nouvelle identité visuelle de face avant du constructeur au losange, associée à un logo "king size" peut-être un peu trop exposé aux chocs en ville à notre goût. Le résultat est réussi, avec une largeur visuelle renforçant l'aspect robuste et cossu, les nervures travaillées du capot venant parachever une "gueule "ayant du caractère…Enfin!

Les flancs ne sont pas en reste, dotés de formes incurvées afin de faire ressortir les épaulements au niveau des roues, ce qui donne visuellement du "muscle" à la silhouette. Une autre nouveauté chez RENAULT, les portes latérales recouvrent les bavolets du véhicule en partie basse. Cet artifice, inspiré des pratiques NISSAN, permet une meilleure intégration visuelle des protections en plastique des portes sur ce type de véhicule baroudeur. La caisse est ainsi entièrement ceinturée de protections plastiques, y compris sur les passages de roues, et ce nouveau venu se trouve ainsi bien armé pour les contacts quotidiens citadins ou bien les rugueux frottements des chemins de traverse. Bien dans l'air du temps, la ligne de ceinture de caisse est positionnée assez haute, et remonte même sur l'arrière ne laissant qu'une vitre de custode de hauteur assez réduite. Heureusement l'avancée marquée du feu arrière sur le côté de caisse vient casser visuellement cette zone et évite alors une trop grande surface de tôle, à l'inverse de ce qui a été fait sur un véhicule comme le 3008 par exemple. L'arrière pourra être jugé un poil carré mais le hayon incliné rehaussé d'un becquet aérodynamique permet de casser cette impression en vue de trois quarts. Enfin ce tableau ne serait pas complet sans les inévitables baguettes de toit, un "must have" pour tout trekkeur authentique, ici proposées sous la forme de discrets rails d'aluminium bordant un toit en verre fixe de 1,4 m² en option. Au niveau des jantes, l'offre va de 17 à 19 pouces, avec de très agréables versions diamantées bicolores bien dans l'air du temps. Comme sur le nouvel Espace, le diamètre important choisi pour les roues assoit la voiture sur la route et lui donne un chouïa de sportivité. Au niveau du nuancier, même la teinte "rouge flamme" de notre modèle d'essai ne fait pas trop flashy sur une voiture de cette taille mais plutôt urbain branché. Au final il n'y a pas grand-chose à redire à notre sens sur le design externe : les équipes du Losange ont fait du bon boulot, et l'essai est transformé après l'heureuse surprise du nouvel Espace.

Des efforts visibles

Cette bonne impression se poursuit à l'intérieur avec un habitacle sobre mais soigné. Les plastiques en partie supérieure ont un aspect agréable, un peu moins en partie basse de planche de bord : les vieux démons sont toujours là… Les ajustages sont correct et, ô surprise, les poignées intérieures de portes ne grincent plus comme sur la Megane 3 Phase 1 ! Elles sont même recouvertes d'un revêtement façon cuir avec surpiqûres. La console centrale assez large propose une poignée de maintien pour passager stressé ou malmené en tout-terrain (ou bien pour accrocher votre sac à main mesdames), et se trouve agrémentée de décorations laquées pour le style. On y trouve également un profond espace de rangement entre les deux sièges avant pouvant accueillir une bouteille d'eau. On aurait aimé cependant que l'accoudoir central puisse proposer un réglage vers l'avant pour un plus grand confort du conducteur. Au niveau du rang arrière, c'est plutôt bien également. Basé sur la nouvelle plate-forme modulaire de l'alliance RENAULT-NISSAN déjà présente sur le Qashqai et le nouvel Espace, l'espace aux jambes s'avère préservé.

Au niveau du poste de conduite, on retrouve l'orientation choisie avec l'Espace 5, et le combiné d'instruments fait maintenant place à un écran TFT couleur en partie centrale. Celui-ci affiche les informations de vitesse et du compte-tours ainsi que les différents voyants du véhicule, et propose une personnalisation selon quatre modes de visualisation et cinq couleurs en fonction de vos envies. Contrairement à certains systèmes comme le "glass cockpit" AUDI, cet écran ne reprend que très sommairement les instructions de guidage, qui restent principalement sur l'écran R-Link de la console centrale.

Concernant le multimédia justement, ce Kadjar est équipé de la deuxième génération de ce que RENAULT appelle maintenant la "tablette" R-Link. Aucune tablette en "lévitation" comme sur la Clio 4 cependant, l'écran tactile de sept poucesest ici entièrement intégré au tableau de bord et orienté en paysage, et non au-dessus de ce dernier, probablement pour le besoin d'ergonomie lié aux commandes tactiles. On retrouve ici les fonctions habituelles de ce système en termes de multimédia et de navigation, bien accessibles et avec une ergonomie augmentée grâce à l'écran tactile et la reconnaissance vocale des commandes, ainsi que le "coach" de conduite écologique, qui attribuera une note (sur 100, heureusement…) à chacun de vos trajets. Malheureusement il existe toujours un revers à la médaille, avec un abonnement TomTom traffic valable uniquement douze mois à l'achat du véhicule, et un abonnement Coyote limité lui à trois mois… De même, l'affichage des pochettes d'album en lecture audio à partir d'un appareil connecté en Bluetooth semble avoir disparu, à moins qu'il ne s'agisse d'une incompatibilité de notre téléphone. A quand finalement un véritable Carplay avec affichage de l'écran de notre smartphone sur celui de la voiture? Rien à dire cependant sur la qualité sonore du système Audio BOSE proposé par le constructeur au losange, d'un bon rapport qualité/prix, mais il reste malheureusement en option, même en haut de gamme.

L'ergonomie générale du poste de conduite est bien pensée et agréable, chacun pouvant rapidement trouver une position confortable en fonction de son gabarit. La planche de bord et les commandes ont été simplifiées grâce à l'écran tactile, mais heureusement les commandes de chauffage et de climatisation restent séparées. Vous trouverez également dans cette voiture une nouvelle version du volant multifonctions RENAULT : agréable à l'œil, il présente des branches plus fines que sur les anciennes gammes, et regroupe les commandes du régulateur de vitesse sur le côté gauche, et du menu auto et téléphone sur le côté droit. Le petit "joystick" de contrôle du régulateur de vitesse ne nous a cependant pas convaincu à l'usage. De même, la position de l'interrupteur de ce système sur la console centrale nous a semblé un peu trop en arrière. Il y a pire cependant : sur notre version d'essai équipée de sièges en cuir chauffants les interrupteurs de ces derniers sont situés sur la face avant de l'espace de rangement central sous le repose-bras. Autant dire qu'ils sont peu visibles et peu accessibles, et il faut se pencher légèrement en avant pour vérifier quelle intensité de chauffage a été sélectionnée, les boutons disposant de petits voyants. Enfin, attention à ne pas trop en faire sur le design : l'aspect blanc laqué très branché de la carte/clé de contact mains libres nous est apparu quelque peu superflu.

Au chapitre des petits regrets se trouve en premier lieu le volume du coffre. Malgré les 527 litres revendiqués par le constructeur, celui-ci est visuellement petit pour la zone en-dessous du cache-bagages, et se trouve doté d'un seuil de chargement trop haut. Ce constat est tempéré par la modularité travaillée de la zone de chargement : le système "easy break" de mise en break automatique directement depuis le coffre ne souffre aucune critique, et même le siège passager avant se met en quatre, ou plutôt en tablette, pour accueillir les objets longs. On aurait cependant apprécié une modularité plus fonctionnelle avec par exemple la possibilité de mettre des packs d'eau sous le faux plancher du coffre. En bref, pensez à acheter de petites valises et à rester frugal sur vos bagages en vacances si vous voyagez à quatre.

Notre modèle d'essai était une version haut de gamme Intens à l'équipement très complet incluant les aides au parking, mais avec plusieurs options payantes dont l'intérieur cuir, le toit panoramique en verre fixe et le BOSE sound system. La gamme Kadjar s'articule ainsi selon trois niveaux de finition: Life, Zen et Intens, ce dernier incluant entre autres de splendides jantes Egeus de 19 pouces. Au niveau de la transmission, outre la boîte EDC disponible exclusivement avec le moteur dCi 110, une version 4x4 est également proposée avec le moteur le plus puissant disponible, à savoir le 1,6 litre dCi de 130 chevaux. L'offre de moteurs se résume donc pour le moment à trois blocs dont deux Diesel pour une puissance de 110 à 130 chevaux.

Limité mais vaillant

Nous avons pu tester cette voiture dans différents environnements et sur tous types de routes. La première chose qui en ressort est, comme toujours, qu'une boite automatique à double-embrayage bien gérée et par définition ultra-rapide  permet de compenser un relatif manque de puissance. Doté en effet d'une puissance somme toute mesurée pour une voiture d'une tonne quatre, le petit 1.5 dCi 110 ne démérite pourtant pas et propose même un joli dynamisme en milieu urbain. Ce bon bilan dynamique se confirme même sur route ouverte et il n'y a que lors des franches accélérations avec la voiture chargée, par exemple sur une bretelle d'autoroute, que vous remarquerez les limites de ce propulseur. Cette nouvelle génération du moteur best-seller de l'alliance RENAULT-NISSAN, maintenant doté un système de piégeage des oxydes d'azotes (ou NOx-trap) pour être conforme à la norme EURO 6b, accueille également des améliorations au niveau des frottements de ses pistons ou sur son système d'injection : le claquement à froid caractéristique de ce bloc moteur a ainsi été fortement réduit, et les transitoires de démarrage ou d'extinction sont devenus très doux. Bien sûr, un système d'extinction automatique du moteur à l'arrêt ou Stop&Start est de série, et repose ici sur un démarreur renforcé. Cette version ECO2 propose également la récupération d'énergie au freinage et de petits volets situés derrière la calandre sont pilotés électriquement afin d'optimiser le refroidissement du moteur et le Cx de la voiture. Ils permettent également une chauffe plus rapide au démarrage à froid.

Pour être bien dans l'air du temps ce KADJAR peut être doté en option ou selon les versions de multiples systèmes d'aide à la conduite. Commençons par une classique caméra de recul pouvant être complétée du système "Easy park assist" : la voiture vous aide alors à chercher une place assez grande et s'y gare toute seule, quelle que soit sa configuration en créneau ou en épi. L'effet ludique auprès des enfants (petits et grands) est garanti ! Pour ce qui est des vitesses plus élevées un avertisseur d'angle mort avec rappel dans les rétroviseurs fait une apparition bienvenue,  ainsi qu'une alerte de franchissement de ligne. Avec ce système, le volant émet des vibrations si vous déviez de votre voie de circulation sans avoir préalablement activé le clignotant. Aucune correction n'est cependant réalisée automatiquement par la voiture, se limitant à une stricte fonction d'alerte, a contrario de certains systèmes concurrents. Enfin une caméra localisée sous le rétroviseur intérieur lit les panneaux de signalisation routiers et vous rappelle la limitation de vitesse dans l'écran TFT. RENAULT n'a cependant pas cédé aux sirènes "geeks" et n'a pas doté ce véhicule de système d'affichage tête haute. Enfin, on regrettera que le régulateur de vitesse ne soit pas adaptatif en fonction des véhicules vous précédant, ce type de système étant maintenant largement déployé à ce niveau de gamme.

Au niveau du confort, nous avons apprécié le bon maintien des sièges ainsi que la bonne insonorisation du compartiment moteur. Nous avons cependant remarqué une fâcheuse tendance aux bruits d'air à haute vitesse, ainsi que des remontées importantes de bruits de roulement par la caisse en fonction de l'état de la chaussée. Ceci est d'autant plus dommage que le son du moteur est, lui, bien contenu. Il n'est pas exclu cependant que cet effet soit dû à la monte pneumatique de notre voiture d'essai, qui disposait de larges jantes de 19 pouces et de pneus taille basse favorisant ce type de nuisance. Le comportement général de la voiture est sans surprise d'une neutralité de bon aloi, avec une direction un poil lourde mais restant précise. La hauteur de caisse de ce SUV ne pénalise donc pas son comportement dynamique.  

Doté d'un design agréable et d'une finition en hausse, le Kadjar, malgré sa ressemblance avec son cousin Qashqaï, propose une synthèse intéressante du savoir-faire RENAULT dans l'univers des SUV. Non pénalisé par la puissance modeste de son petit 1.5 dCi, il se tire avec brio de la plupart des situations grâce à sa boîte EDC très réactive et concède juste une insonorisation globalement perfectible et un coffre à bagages modeste. Souhaitons-lui le même succès que son petit frère Captur !

Frederic JOUSSET

2015-12-21