RENAULT Mégane 4 Estate

ESPACE BREAK
  • Habitabilité et coffre
  • Break sportif (GT TCe 205)
  • Confort et insonorisation
  • Esthétique
  • Consommation un peu élevée (essence)
  • 4Control uniquement sur GT
  • Sièges baquets de la GT trop serrés
  • Pas de palettes au volant sur boîte EDC (sauf GT)

Prix : de 19 900 € à 34 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes Turbo injection directe essence
Cylindrée 1198 cm³
Puissance maxi 130 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 20.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.63 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 1324 kg

Capacités

Coffre de 580 à 1504 dm³
Réservoir 47 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 197 km/h
0 à 100 km/h 11.70 s

Environnement

Emission CO2 122 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.70
Urbaine 6.80
Mixte 5.40
Essai 7.80

UNE GRANDE ET BELLE MEGANE

Après avoir été longtemps délaissés au profit des monospaces, les breaks actuels ont de nouveau le vent en poupe. Comme pour la Talisman sur le segment D, le volume des ventes des breaks compacts (segment C) est en croissance constante et, dans la gamme Mégane, RENAULT pense diffuser 30 % de versions Estate. Nous venons de prendre contact avec ce nouveau break qui sera commercialisé à la rentrée de septembre 2016. 

Coffre bien intégré

Compte tenu du renouveau des breaks, RENAULT a prévu l'Estate dès l'étude de la nouvelle Mégane, tout comme cela avait été fait pour la Clio IV et la Talisman. Le résultat esthétique est à la hauteur de l'effort consenti. L'avant est évidemment identique à celui de la berline avec la nouvelle signature lumineuse de jour, des LED formant un "C" autour des phares. De profil, la nouvelle forme du coffre s'intègre parfaitement à la ligne, grâce à un porte-à-faux arrière modéré. Un élément noir brillant, prolongeant le retour latéral du hayon, donne l'impression d'un vitrage continu autour de la voiture, et un jonc chromé souligne les vitres latérales et se termine en pointe derrière la vitre de custode. L'arrière reprend les fines lignes de LED rouges étirées sur quasiment toute la largeur du hayon, soulignant les stops et les clignotants.

A l'instar de la berline, la Mégane IV Estate est plus longue, plus large et plus basse que la version Mégane III Estate précédente (respectivement six, un, cinq centimètres), lui donnant un aspect plus dynamique. Elle est également plus longue de 27 centimètres par rapport à la berline dont quatre pour l'empattement, au bénéfice des passagers arrière disposant d'un bel espace pour les jambes (rayon aux genoux de 216 millimètres) et d'une banquette plus inclinée à 27 degrés. Le volume du coffre est évidemment le grand gagnant de l'opération et les 580 litres sous le rideau cache-bagage attendent les valises de pied ferme, avec un seuil de seulement 60 centimètres. Pour les objets encombrants, la banquette (2/3-1/3) se rabat rapidement (système Easy Break) libérant un volume de 1.504 litres et en rabattant le dossier du siège avant passager (sauf GT) on peut embarquer des objets de grande longueur, jusqu'à 2,70 mètres. Bien qu'intéressants, ces volumes sont en retrait de ceux de ses concurrentes directes PEUGEOT 308 SW et VW Golf SW (respectivement 610/1.660 et 605/1.620 litres). Les designers ont favorisé le style plutôt que le volume maximal, un choix que les esthètes apprécieront.

 

Qualité perçue

La cellule avant de l'habitacle est reprise de la berline et sur les deux versions haut de gamme Intens et GT, on retrouve un intérieur valorisant avec des matériaux et des assemblages laissant une belle impression de qualité perçue, chacune dans leur style. La GT est orientée "sport" avec ses sièges baquets, son pédalier alu et ses palettes de boîte de vitesses au volant. La version Intens bénéficie d'une présentation raffinée avec des sièges confortables recouverts de similicuir et de velours. Toutes les deux sont équipées d'une tablette tactile verticale de 8,7 pouces (22 centimètres) donnant accès au système R-Link 2 (système multimédia connecté avec écran capacitif 8,7" vertical, cartographie Europe).

 

Le catalogue

Le catalogue de la Mégane Estate pour la France comprend 23 versions se partageant cinq niveaux d'équipement (Life, Zen, Intens, GT et Business pour les professionnels), quatre motorisations à essence et cinq Diesel. Le supplément demandé par rapport à la berline, 900 €, sauf Life 1.700 € (la berline bénéficiant d'un prix d'appel attractif), est raisonnable et aidera certainement ceux intéressés par le coffre et l'habitabilité, tout en conservant une belle voiture, à choisir le break.

Le premier niveau Life est déjà plutôt bien équipé puisque climatisation manuelle, vitres avant électriques à impulsion, régulateur/limiteur de vitesse, radio Bluetooth® avec afficheur 4,2'' entre autres sont présents. Cette finition est disponible avec les motorisations 1.2 TCe 100 (19.900 €), 1.5 dCi 90 (23.000 €), 1.5 dCi 110 (24.300 €) et 1.5 dCi 110 90g ECO2 (24.500 €), toutes avec une boîte manuelle à six vitesses.

La finition Zen est associée au plus grand nombre de motorisations, quatre Diesel 1.5 dCi 90 (25.000 €), 1.5 dCi 110 (26.300 €), 1.5 dCi 110 90g ECO2 (26.500 €), 1.6 dCi 130 (27.500 €) en BVM6 et deux moteurs à essence 1.2 TCe 100 (21.900 €) et 1.2 TCe 130 (24.100 €). Si on veut la boîte de vitesses automatique avec cette finition, ce sera obligatoirement le 1.5 dCi 110 EDC6 (27.800 €). L'équipement est intéressant, avec notamment la climatisation automatique bi-zone, la carte Renault mains-libres avec fermeture à l’éloignement, la radio multimédia avec écran capacitif 7", l'aide au parking arrière, l'alerte de franchissement de ligne, l'alerte de survitesse avec reconnaissance des panneaux de signalisation, les capteurs de pluie et de luminosité, les jantes alliage 16''…

Pour 400 € de plus sur les mêmes configurations que Zen, sauf TCe 130 et dCi 130 non disponibles à ce niveau, Business apporte l'aide au parking avant, les rétroviseurs électriques, le système multimédia R-Link 2 et, intéressant pour les professionnels, la banquette arrière 1/3-2/3 avec fonction Easy Break, compartimentage du coffre et mise en tablette du siège passager.

Le niveau Intens peut recevoir les motorisations médianes, aussi bien en Diesel 1.5 dCi 110 (28.500 €), 1.5 dCi 110 EDC6 (30.000 €), 1.6 dCi 130 (29.700 €), qu'en essence 1.2 TCe 130 (26.300 €), 1.2 TCe 130 EDC7 (27.800 €). L'équipement est très complet : Renault Multi-sense® (choix de modes de conduite), R-Link 2, aide au parking avant et arrière, caméra de recul, alerte de distance de sécurité, freinage actif d’urgence, jantes alliage 17", projecteurs "full LED" pour les principaux.

Enfin la GT, avec le moteur essence 1.6 TCe 205 EDC7 (32.800 €) et le 1.6 dCi 165 EDC6  (34.900 € automne 2016) est très richement dotée et orientée sport avec le système 4Control à quatre roues directrices, le système de freinage spécifique GT, le châssis et les suspensions Renault Sport Technologies, ainsi que le design extérieur et intérieur spécifique avec des sièges baquets.

Plusieurs packs (City, Sécurité, Cuir, GT Line) permettent de personnaliser sa Mégane Estate, notamment GT Line qui fait à peu près ressembler les Zen ou Intens à la GT.

Cette large gamme devrait permettre à beaucoup de trouver la version leur convenant, toutefois il est dommage que la boîte de vitesses EDC6 ne soit pas disponible avec le moteur Diesel 1.6 dCi 130, alors qu'elle est proposée sur la Talisman avec cette motorisation et qu'il faille choisir la finition GT et ses "gros" moteurs pour disposer du système 4Control. Une Mégane, berline ou Estate, en finition Intens avec les motorisations TCe 130 ou dCi 130 et option 4Control pourrait être intéressante, comme RENAULT l'a fait sur la Talisman.

 

Mégane Estate 1.2 TCe 130 EDC7 Intens (27.800 €)

Pour cette prise en mains, nous avons fait une virée en vallée de Chevreuse, riche en routes sinueuses, au volant de la Mégane Estate motorisée par le moteur essence de milieu de gamme. Suivant la tendance actuelle, ce moteur est de cylindrée réduite pour limiter la consommation et alimenté par une injection directe boostée par un turbo. Toutefois, RENAULT n'a pas suivi certains concurrents proposant leurs petits moteurs en trois cylindres. Nous avons donc affaire à un quatre cylindres seize soupapes, moins vibrant, délivrant un couple de 205 Nm à 2.000 tr/mn et une puissance de 130 chevaux au régime pas très élevé de 5.500 tr/mn. Pour transmettre cette puissance, on a le choix entre une boîte de vitesses manuelle à six rapports ou, comme sur la voiture essayée, une boîte automatique à double embrayage EDC7 (+1.500 €). En ville, ce moteur est souple et silencieux, la boîte est réactive, le start/stop arrête le moteur dès que possible et la direction est douce, surtout si on roule avec le mode Confort du Multi-Sense. Avec ses 4,62 mètres la Mégane Estate n'est pas vraiment une citadine et commence à ne pas être facile à garer, merci aux aides de stationnement avant-arrière et à la caméra de recul, de série sur la finition Intens. Sur route, l'Estate est plus à l'aise et on apprécie son silence et son confort. Conducteur seul à bord, le moteur est assez agréable et bien secondé par la boîte EDC7 changeant de rapport à bon escient en mode Neutre. Un peu léger en couple, il est fort probable qu'en charge il soit plus à la peine, que la boîte rétrograde plus souvent et que la consommation en pâtisse. Lors de l'essai, essentiellement réalisé en mode Neutre, avec quelques passages en Sport, laissant monter le moteur plus haut en régime, la consommation moyenne a atteint 7,8 l/100 km ce qui est assez éloigné des moins de 5 litres réalisés lors de l'essai de la Mégane berline dCi 130. Avec le réservoir de 47 litres seulement, l'autonomie est un peu limitée. La suspension offre un bon compromis entre confort et tenue de route. Grâce à un amortissement efficace, les mouvements de caisse sont réduits et avec les sièges confortables de cette version Intens, les passagers sont bien portés, même sur chaussée dégradée.

 

Mégane Estate 1.6 TCe 205 EDC7 GT (32.800 €)

J'ai fait la boucle de l'après-midi au volant de la version GT équipée du désormais fameux système 4Control à quatre roues directrices, apportant maniabilité (diamètre de braquage de 10,6 mètres au lieu de 11,4 mètres), vivacité et agrément de conduite. On retrouve le comportement enjoué de la berline, le 4Control conférant à ce break familial un comportement très dynamique malgré l'empattement et le porte-à-faux arrière allongés. Ce bon rendement est obtenu grâce au train arrière directeur, tournant, rappelons-le, en sens inverse des roues avant (3,5 ° maximum) jusqu'à 80 km/h en mode Sport pour plus d'agilité et dans le même sens au-delà au profit de la stabilité. La boîte EDC7 avec palettes au volant et le moteur de 205 chevaux autorisent des accélérations (0 à 100 km/h en 7,4 secondes et 1000 mètres départ arrêté en 27,8 secondes) et reprises très convaincantes. Evidemment la consommation n'est pas des plus économiques dans ces conditions mais reste malgré tout dans des limites acceptables (8,3 l/100 km réalisés lors de l'essai). En mode Sport, le son du moteur est amplifié, ce qui est sympathique pendant quelques kilomètres mais finit par être fatiguant à la longue. Pour un long trajet autoroutier, le mode Normal est plus adapté à moins que vous ne préfériez enregistrer votre configuration personnelle. Il n'y a pas de mode Eco sur la GT en cohérence avec l'esprit de la voiture. En ville, le mode Confort lisse les réactions de l'accélérateur, trop vives en mode Sport, et assouplit la direction. En plus du 4Control, la GT bénéficie de suspensions définies par Renault Sport Technologies et d'une direction plus directe assurant un guidage remarquable. Le confort est plus ferme que sur les autres versions sans pour autant verser dans trop de raideur. Par contre, je n'ai pas trouvé une position de conduite idéale sur le siège baquet à cause des retours latéraux du dossier trop prononcés et toujours en contact avec les bras si l'on conduit assez près du volant.   

On retrouve sur la Mégane Estate les qualités de la berline, design, équipement, sécurité, confort, agrément de conduite auxquelles s'ajoutent une meilleure habitabilité et un coffre fonctionnel et de bonne contenance. On peut regretter la consommation un peu élevée des motorisations à essence et l'absence de boîte automatique EDC sur le Diesel dCi 130. Ainsi armée, la gamme Mégane est prête à affronter la concurrence.

Daniel DECHENE

2016-07-08