HONDA Civic Type R

ESPACE Sportive
  • Efficacité du châssis
  • Freinage hors norme
  • Tenue de route exemplaire
  • Finition perfectible
  • Confort sur route dégradée
  • Ergonomie intérieure et surtout visibilité arrière

Prix : 35 750 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes Turbo essence
Cylindrée 1996 cm³
Puissance maxi 310 ch à 6500 tr/min
Couple maxi 40.79 mkg à 2500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.39 m
Largeur 1.87 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 1382 kg

Capacités

Coffre de 498 à 1427 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 270 km/h
0 à 100 km/h 5.70 s

Environnement

Emission CO2 170 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.10
Urbaine 9.40
Mixte 7.30
Essai 13.00

TRES ABOUTIE VOIRE MEME RADICALE

Il aura fallu cinq ans à HONDA pour donner vie à cette nouvelle Civic type R de troisième génération. Les premières générations de type R (NSX, Civic, Integra) étaient le fruit de l’imagination de Shigeru Uehara (ingénieur développement des modèles sport) et Nobuhiko Kawamoto (PDG de Honda de 1990 à 1998). Celle-ci est de Suehiro Hasshi. La principale évolution de cette version, en dehors de l’esthétique, est l’abandon du moteur i-VTEC au profit d’une version turbocompressée comme toutes ses concurrentes (SEAT Leon Cupra R, RENAULT Mégane RS et autres AUDI RS3 ou MERCEDES A45 AMG), même si ces dernières sont hors catégorie et ne jouent donc pas dans la même cour. Ayant eu l'occasion d'essayer l'ancienne version de la Civic type R plutôt plaisante par la particularité qu’elle offrait dans le segment avec un moteur pouvant atteindre les 8.000 tr/mn, HONDA nous a offert la possibilité de prendre le volant de cette nouvelle version 2015 pour un essai sur route à titre de comparaison.

Une finition perfectible

La tradition veut que les types R portent une couleur blanche et un logo HONDA rouge en référence à ses victoires en F1. La robe de notre Civic était donc parfaitement dans le thème. L'extérieur est une affaire de goût. Très exubérante, on ne peut pas la louper au premier regard avec son aileron arrière surdimensionné et ses doubles sorties d'échappement "fictives" sans compter son kit carrosserie. Kit carrosserie pas toujours d’une finition exemplaire à tel point que l’on se demande s’il n’a pas été rapporté à la hâte. A ce tarif, on aurait aimé que les ajustements soient un peu mieux soignés. Comme vous le comprendrez, personnellement, je ne suis pas très fan et plutôt adepte de la discrétion d’une AUDI RS3 mais force est de reconnaître que son look ne laisse pas indifférent et devrait séduire le plus "geek" d’entre nous. D’ailleurs il semble, selon HONDA, que cette enveloppe a été optimisée aérodynamiquement pour une tenue de route exemplaire. Nous avons pu en effet nous en rendre compte dès les premiers kilomètres. Son côté bodybuildé reprend donc un peu d’intérêt. Le revers de la médaille, pour que cette auto puisse coller littéralement à la route, est que le spoiler frotte sur les dos d’âne, malgré toute la bienveillance que nous avons pu porter à cette Civic. Mieux vaut donc ne pas en louper un !

 Une version trop typée piste

Intérieurement, là encore, on ne peut pas oublier que nous sommes dans une hyper sportive japonaise avec sa position "basse". Les sièges hyper baquet offrent un maintien parfait dans les courbes et les enchainements de virages, mais ils ne sont pas réglables, ce qui est, pour les grands gabarits comme moi, un handicap. Et je ne parle là que de l’ergonomie car si on parle confort, je crois bien que ce mot a été omis du cahier des charges. Il suffit de passer sur des aspérités en ville pour vous le rappeler et cela sans même l’utilisation de la fonction R+ qui affermit la suspension de 30 % supplémentaires… Rappelons que l’on parle d’une auto à usage routier et non pas pour les pistards exclusivement.

Le tableau de bord est une affaire de goût. Personnellement, là encore, je ne suis vraiment pas fan de l’ergonomie qu’il propose. La lisibilité n’est pas exemplaire et la finition et la qualité des matériaux utilisés laissent à désirer, sans parler du côté "gadget" du compteur qui peut afficher les G encaissés en virages, à l'accélération ou au freinage, les temps au tour sur circuit ou le 0 à 100, ainsi que la pression du turbo et de l'huile. Pour 2.400 €, HONDA propose le pack GT avec la climatisation bi zone, le GPS, les radars de recul, un système hi-fi et le pack d’assistance à la conduite : alerte de franchissement de ligne (LDW), système actif de freinage (CTBA), surveillance des angles morts (BSI) et reconnaissance des panneaux (TSR). Mais le gros point négatif, pour moi, concerne la vision arrière et panoramique quasi nulle. Son usage urbain en devient contraignant et ce n’est pas la caméra de recul qui pourra combler ce manque. A l’inverse, le gros plus de la Civic est son habitabilité avec l'accès aisé aux places arrière et un coffre généreux qui permet un usage familial. A la façon d’un docteur Jekyll et Mister Hyde, cette Civic, disponible uniquement en version cinq portes, est donc un bon compromis entre sportivité et quotidien.

 

Difficile de la mettre en défaut

Après avoir fait le tour du propriétaire, quelques tours de roues s’imposent pour prendre la température de cette nouvelle monture. Dès les premiers kilomètres, cette Civic mettra tout le monde d'accord ! Elle étonne par sa fluidité, sa réactivité et sa disponible sur tous les rapports. On se trouve rapidement à son aise sur la chaussée si on ne tient pas compte de la fermeté du châssis. Sur autoroute, les bruits de mécanique et d’air se font discrets preuve que l’aérodynamisme a été étudié dans les détails. Seul le bourdonnement des échappements devient vite lassant. Au final, en usage quotidien, c’est plutôt du positif malgré les a priori que l’on pourrait avoir au premier coup d’œil.

Pour vraiment sentir la différence avec ses concurrentes directes et les anciens modèles de Type R, il faut l’emmener sur les petites routes sinueuses de campagne ou de montagne pour les plus chanceux d’entre nous. Bien calé dans les sièges baquets, la Type R révèle alors tout son potentiel. On a l’impression que cette voiture en demande toujours plus. L’entrée en virage se fait toujours plus vite et la ré-accélération toujours plus tôt avec une stabilité déconcertante. Du vrai bonheur ! La principale nouveauté se situe sous le capot. Pour la première fois, HONDA a associé son système VTEC avec un turbocompresseur. Fini l'époque des moteurs atmosphériques aux envolées jouissives au-delà de 8.000 tr/mn. Comme toutes ses concurrentes, la Civic adopte donc un bon vieux turbo "des familles". Les puristes pourront sûrement le regretter mais les règlementations imposent ce choix avec une consommation mixte affichée de 7,3 l/100 km et un taux de CO2 de 170 g/km. Quoi qu'il en soit, cette nouvelle Civic réalise le meilleur chrono au Nürburgring, ce n’est pas pour rien. Plutôt bien équipée avec un différentiel autobloquant, un train avant à pivot découplé, un freinage surpuissant (confiés à Brembo) et surtout des suspensions pilotées (une première), elle abat le 0 à 100 en 5,7 secondes pour un prix défiant toute concurrence. Pour prendre pleinement la puissance de la Civic, il faut actionner le mode "R+" qui affûte la réponse sous le pied droit, alourdit la direction et rigidifie la suspension. Elle colle alors radicalement à la route. Etant moi-même possesseur d’une Clio RS au châssis quasi parfait, j'estime que la Civic se place encore un cran bien au-dessus, la rigidité en torsion de l’auto ayant été renforcée de 18 %. On retrouve un vrai plaisir de conduire à tel point que seule sa consommation aura tendance à vous rappeler à l’ordre. Avec 310 chevaux à 6.500 tr/mn pour 400 Nm de couple à 7.000 tr/mn, elle devient la traction la plus puissante du marché. Et cerise sur le gâteau, elle conserve une boîte manuelle à six rapports avec passages courts et précis. On retrouve à son volant une vraie sensation de pilotage, dommage que nous n’ayons pas pu la pousser un peu plus dans ses retranchements sur route fermée ou sur circuit. Si on pouvait n’avoir qu’un regret, c’est de n’avoir pu retrouver la sonorité jubilatoire des anciennes versions.

Au final, cette version, certes moins extravertie que l’ancienne (même si elle pousse encore jusqu’à 7.000 tr/mn), réveille en nous de véritables sensations et un grand plaisir de conduire. Pour 35.750 €, il est difficile de trouver mieux sur le marché tant ses concurrentes sont relayées bien loin, en excluant bien sur les AUDI et MERCEDES qui jouent dans une autre catégorie. Le point négatif, l’ergonomie et la finition peuvent parfois apporter des doutes au moment de signer le chèque final. Mais à ce prix-là, vous avez une vraie sportive cinq places. L’esthétique étant une affaire de goût, je vous laisse donc seul juge sur ce point mais pour la performance elle mettra tout le monde d’accord !

S.PEREZZAN

2015-12-01