CITROEN Berlingo Multispace BlueHDi 120 XTR

ESPACE LOISIRS
  • Rangements
  • Espace intérieur
  • Moteur
  • Look vieillot
  • Plastiques
  • Trop d’options

Prix : 24 150 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 8 soupapes turbo Diesel, injection directe, rampe commune - FAP
Cylindrée 1560 cm³
Puissance maxi 120 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 31.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.38 m
Largeur 1.81 m
Hauteur 1.86 m

Poids

Total 1398 kg

Capacités

Coffre de 675 à 1350 dm³
Réservoir 53 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 180 km/h
0 à 100 km/h 11.40 s

Environnement

Emission CO2 113 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.90
Urbaine 4.80
Mixte 4.30
Essai 5.30

L’IDEE DU LUDO

Il a été inventé par CITROËN il y a vingt ans (déjà) avec le premier Berlingo, le ludospace a eu son moment de gloire, rencontrant un certain succès dans les ventes. La concurrence n’a pas traîné, les portes arrière coulissantes non plus rendant la voiture plus familiale et moins utilitaire. Depuis, les SUV et les monospaces compacts ont nettement pris le dessus au détriment du ludospace. La deuxième génération de Berlingo a été présentée en 2008, et remodelée l’année dernière pour garder une proposition en attendant probablement une troisième famille. Justement, c’est la famille qui est intéressée surtout si elle n’a pas un budget démesuré…

"Bonbon citroënné"

En effet, quand on a une famille et surtout les bagages qui vont avec, on a le choix entre plusieurs types de voiture : le break, le monospace, le SUV ou le ludospace. Le premier est logeable mais on est assis bas. Le monospace comme le SUV offre la bonne position de conduite (en hauteur) mais n’est pas forcément logeable. Forts de leur succès, ces véhicules sont plus chers, d’où l’idée du ludospace qui peut allier les trois composantes. Notre Berlingo XTR qui table dans le haut de gamme est 3.000 € moins cher qu’un C4 Picasso et même 5.000 € au-dessous d’un C4 Aircross. Il n’y a bien que les redoutables RENAULT Captur ou PEUGEOT 2008 ou encore C4 Cactus qui ont des prix très proches mais les volumes de coffre sont ridicules comparés à celui du "bonbon citroënné". La forme très cubique du ludospace avec un hayon parfaitement vertical réduit l’attrait esthétique mais augmente la capacité de rangement. Avec 675 litres sous tablette en configuration cinq places, le volume double sièges arrière repliés et peut monter jusqu’à 3.000 litres ces mêmes sièges retirés. Et si on a de la peine avec le maniement ou l’encombrement de l’immense hayon, l’option ouverture de la seule lunette (150 € avec vitres arrière surteintées) peut faciliter la vie.

L’habitacle reste ultra classique, il n’en demeure pas moins fonctionnel surtout pour la multitude de rangements, avec un immense bac fermé entre les sièges avant, la boîte à gants, la capucine au-dessus, les bacs dans les portières, les compartiments dans le plancher du rang 2, le tiroir sous le siège conducteur et les aumônières. Ce grand espace intérieur se ressent au volant, le ludospace étant doté d’un grand parebrise. La vision vers l’arrière est plus délicate, et la caméra de recul est une des nouveautés proposées avec le remodelage. Malheureusement, elle est payante, associée à un pack.

Les passagers arrière bénéficient d’une tablette aviation et disposent chacun d’un siège avec un peu de modularité (pour le repli du siège central par exemple). L’option du toit vitré "Modutop" (1.050 €) est à retenir pour donner encore plus de luminosité dans l’habitacle.

Bon d’achat

Le remodelage du Berlingo est ultra discret et se résume en gros par un nouveau bouclier avec des feux diurnes à LED repositionnés et une nouvelle grille de calandre. Le dessin de la face n’a pas suivi celui des dernières nouveautés des chevrons comme les C4 Picasso et Cactus, et une des futures vedettes du Mondial, la troisième C3. Quatre finitions sont au catalogue, se distinguant extérieurement par leur face différente. Le baroudeur XTR se place au sommet de la gamme, se reconnaissant à son bandeau noir sous la calandre et une protection de bouclier grise, et surtout par sa garde au sol légèrement plus haute. Parmi les équipements de série, on retient le limiteur et le régulateur de vitesse. Mais l’allumage automatique des feux et des essuie-glaces sont à chercher dans la rubrique options (inclus dans un pack).

Bon pour les services

L’importante surface vitrée donne la visibilité, mais la position de conduite en hauteur aide aussi à rivaliser avec les SUV. Le tableau de bord date un peu avec sa console centrale très verticale, contenant en son sommet un écran tactile de sept pouces (sur notre finition d’essai) et quatre aérateurs. En fait, deux de ces aérateurs sont, pour l’un, un mini rangement et, pour l’autre, le sélecteur du "Grip Control". Le baroudeur XTR récupère ce système d’antipatinage dont la mission est d’optimiser la motricité des roues avant, en fonction du type de terrain. Quatre positions sont proposées en plus du mode courant : la déconnexion de l’ESC et trois positions respectivement pour la neige, le sable et le tout chemin (boue, terrain humide etc…). Le Berlingo, même avec un peu plus de grip, n’est pas fait pour s’aventurer trop loin du bitume, sans oublier que le système est payant (option à 270 €).

Le levier de vitesses est intégré dans la planche de bord, pratique et reposant. C’est finalement la position des lève-vitres sur la console centrale qui date et déroute le plus. Le remodelage du CITROËN inclut désormais cet écran tactile de sept pouces (encore une option) qui regroupe le Miror Screen pour retrouver la connexion de son smartphone.

La nouveauté côté moteurs est l’adoption des BlueHDi compatibles Euro6. Le BlueHDi 120 chevaux est le plus puissant de la gamme et peut être associé à la boîte automatique ETG6. Les deux autres Diesel donnent 75 et 100 chevaux. Un seul moteur essence VTi est accessible, preuve que l’essence a encore du chemin à faire pour toiser les Diesel. Il offre la puissance maxi de 120 chevaux comme le plus gros HDi. Revenons à notre BlueHDi, associé à une boîte six, il se montre efficace pour véhiculer le Berlingo. On n’attend pas des foudres dans ce genre de véhicule, juste un moteur assez puissant sans être gourmand. Pour ce point, la consommation s’est montrée plutôt raisonnable : il faut compter entre cinq et six litres en moyenne.

Gardons un œil sur le Berlingo, le ludospace reste une valeur sûre pour une famille. Relativement accessible à condition de ne pas abuser des options et des packs, il est champion en termes de volume intérieur. Sa forme cubique est un peu moins dans l’air du temps des SUV, visuellement plus attirants, c’est en quelque sorte la rançon de sa fonctionnalité. Le ludospace a encore de beaux arguments…

Philippe NIOLLET

2016-08-10