SUZUKI S-Cross Gamme

ESPACE SUV
  • Moteurs sobres et performants
  • Habitabilité/coffre
  • Aptitudes tous chemins (Allgrip)
  • Direction trop légère à grande vitesse
  • Quelques matériaux moyens
  • Boîte manuelle rugueuse

Prix : de 19 390 € à 29 790 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes Turbo injection directe essence
Cylindrée 1373 cm³
Puissance maxi 140 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 22.00 mkg à 1500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.30 m
Largeur 1.79 m
Hauteur 1.59 m

Poids

Total 1150 kg

Capacités

Coffre de 430 à 1269 dm³
Réservoir 47 L
Nb de places 7

Performances

Vitesse maxi 200 km/h
0 à 100 km/h 9.00 s

Environnement

Emission CO2 120 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.90
Urbaine 6.30
Mixte 5.40
Essai 6.50

UN SUV ORIGINAL ET AGREABLE

Lancé en 2013 le SUZUKI S-Cross a eu un peu de mal a trouvé son marché, seulement 9.300 ventes en trois ans, à cause d'une esthétique sans relief et de la concurrence, agressive dans ce segment, notamment celle du "petit frère" Vitara, à peine plus petit (- 12 centimètres) et moins cher. Pour redonner de l'attrait au S-Cross, SUZUKI lui a offert un gros restylage accompagné d'une mise à jour technique du châssis et de l'apparition de deux nouveaux moteurs à essence. 

Transfiguré

Afin de distinguer le S-Cross parmi les nombreux SUV et crossovers urbains (RENAULT Captur, SUZUKI Vitara…) et compacts (NISSAN Qashqai, PEUGEOT 3008…), les designers ont revu leur copie et l'ont transfiguré. C'est la partie avant, la plus caractéristique d'une voiture, qui a le plus évolué grâce à un nouveau capot nervuré et rehaussé, moins plongeant et donnant la primeur à une nouvelle calandre chromée munie de grandes barrettes verticales, chromées elles aussi. Les projecteurs à LED et les nouvelles jantes contribuent également à moderniser le S-Cross. A l'arrière, seuls les feux, désormais à LED, ont été modifiés. Enfin, pour lui donner un aspect plus baroudeur, la garde au sol a été augmentée de quinze millimètres. 

Habitable

L'aménagement de l'habitacle du S-Cross utilise de façon optimale le volume disponible. Quatre adultes peuvent s'installer confortablement et même accueillir un enfant au milieu de la banquette arrière tout en préservant le coffre disposant d'un volume appréciable (430 litres). Cette banquette offre une modularité (60/40) dégageant un grand espace de chargement (jusqu'à 1.269 litres) sur un plancher plat et facilement accessible grâce à une large ouverture du hayon. Plusieurs rangements, boîte à gants, bacs de portière, porte-bouteilles sont judicieusement disposés dans l'habitacle. Les grandes surfaces vitrées éclairent généreusement l'intérieur, particulièrement avec la finition haute Style, équipée d'un toit ouvrant panoramique en verre occultable par un velum.  

On trouve facilement une bonne position de conduite grâce aux multiples réglages du siège et du volant. Ces sièges sont confortables et agréables d'aspect, particulièrement ceux des versions Style, recouverts de cuir. Les autres matériaux sont plus standard avec encore de nombreux plastiques durs sur la planche de bord et les contre-portes. L'ensemble est toutefois agréablement présenté et bien agencé. On regrette quand même quelques incertitudes dans les assemblages occasionnant des bruits parasites, en provenance du cache-bagages notamment.   

Bien équipé

Dès la version de base Avantage, disponible en prix d'appel à 19.390 €, la dotation est généreuse puisque l'on dispose déjà de la climatisation, de la centralisation des ouvrants, de quatre vitres électriques, d'un limiteur/régulateur de vitesse, d'un système audio avec quatre haut-parleurs, lecteur de CD et connexion Bluetooth… Pour la sécurité, aux désormais classiques ABS, ESP, airbags, cette finition ajoute notamment l'aide au démarrage en côte, l'aide au freinage d'urgence, une alarme périmétrique. Cette version n'est disponible que motorisée par le 1.0 Boosterjet essence sans possibilité de boîte automatique ni de transmission Allgrip à quatre roues motrices.

Pour accéder à ces technologies, il faut choisir Privilège, soit avec le 1.0 Boosterjet (21.790 €), soit avec le Diesel 1.6 DDIS (23.890 €). La boîte auto est tarifée 1.600 €, uniquement avec le 1.0 Boosterjet, et la transmission Allgrip 2.000 € sur l'un et l'autre. Privilège octroie plusieurs équipements intéressants tels que la climatisation automatique bi-zone, les capteurs de pluie et de luminosité, l'ouverture des portes et le démarrage moteur "mains libres", les jantes en alliage dix-sept pouces, le système multimédia avec écran tactile sept pouces comprenant radio, liaison Smartphone, caméra de recul et permettant de rester connecté avec les applications de son iPhone via la fonction MirrorLink de l'Apple CarPlay. Androïd Auto est prévu mais pas encore disponible. La navigation GPS est en option (280 €).

Enfin, la finition Style est très complète et propose en plus la sellerie cuir, le toit ouvrant panoramique, la navigation 3D avec cartographie Europe et infos trafic, les radars de stationnement avant et arrière, le régulateur de vitesse auto-adaptatif et, pour la sécurité, le freinage actif d'urgence. Ce niveau Style peut être motorisé par le 1.4 Boosterjet (25.290 €), 1.4 Boosterjet Allgrip (27.290 €), 1.4 Boosterjet Allgrip Auto (28.890 €), ou par le 1.6 DDIS Allgrip (28.190 €), 1.6 DDIS Allgrip Auto (29.790 €). La boîte automatique des moteurs à essence est une classique boîte à convertisseur de couple hydraulique, alors que le Diesel bénéficie d'une automatique à double embrayage appelée TCSS (Twin Cluch System by SUZUKI).

Prise en mains du S-Cross 1.6 DDIS Privilège

J'ai commencé les essais du SUZUKI S-Cross au volant de la version 1.6 DDIS Privilège. Ce moteur au couple généreux (320 Nm à 1.750 tr/mn) et développant 120 chevaux à 3.750 tr/mn, s'affranchit aisément des 1.240 kilogrammes de cette version deux roues motrices. Les accélérations sont toniques (0 à 100 km/h en 12 secondes), le moteur atteignant la zone rouge à 5.000 tr/mn sans s'essouffler, et les reprises sont franches, mais la sixième vitesse, très longue (60 km/h pour 1.000 tr/mn), impose de rétrograder pour un dépassement rapide sur route où le moteur tourne à peine à 1.500 tr/mn à 90 km/h, en dessous de son régime de couple maximal. La contrepartie est un niveau sonore discret sur autoroute, un peu moins en accélération, et une consommation très modérée (4,8 l/100 km d'après l'ordinateur de bord) malgré un parcours tourmenté imposant de fréquents changements de vitesses. La partie châssis donne également satisfaction avec une suspension conciliant confort et tenue de route. La direction est très assistée, c'est agréable pour les manœuvres, mais elle manque de consistance à vitesse soutenue.

Puis du S-Cross 1.4 Boosterjet Style sur route et du 1.4 Boosterjet Allgrip en tout-chemin

Après la pause déjeuner, changement de monture. Direction le domaine de Galicet à Freneuse (78) pour tester les capacités hors bitume des versions Allgrip. Pour y aller, je me suis retrouvé au volant d'un S-Cross 1.4 Boosterjet, un des nouveaux moteurs à essence, mais en 4x2. Le chemin d'accès au domaine, en terre bien détrempée, a été l'occasion de quelques patinages alors que les versions Allgrip avançaient sans difficultés.

Arrivé sur place, j'ai pu faire, au volant d'un S-Cross Allgrip, le parcours concocté par les animateurs du domaine, mettant bien en valeur les qualités du système Allgrip. Ce système comporte quatre modes de fonctionnement. Au démarrage du moteur, le mode AUTO est activé. Seules les roues avant sont motrices et le système passe automatiquement en 4x4 si une perte d'adhérence est détectée. Le mode SPORT est adapté à une conduite plus dynamique. Par défaut en traction, le système Allgrip passe en 4x4 si nécessaire mais avec plus de transfert de couple aux roues arrière afin de rendre la conduite plus réactive. Sur terrains très glissants, le mode SNOW permet de contrôler en permanence la motricité et la stabilité du véhicule. Le mode LOCK bloque le différentiel central et agit sur l'ESP pour freiner les roues qui patinent et transférer le couple aux roues adhérentes. Ce mode permet d'évoluer sur terrains très glissants ou sur des chemins difficiles et inaccessibles aux deux roues motrices. Dès que la vitesse atteint 60 km/h, le système passe automatiquement en mode SNOW.

En pratique, avec le S-Cross Allgrip nous avons franchi un talus suivi d'une descente raide avec virage à angle droit en bas, passé un croisement de pont (lorsque la roue avant gauche, par exemple, est dans un trou et sa voisine sur une bosse et inversement à l'arrière avec la roue gauche sur une bosse et la droite dans un creux), circulé sur un terrain herbeux en dévers, puis sur du sable. Mais il ne faut pas prendre le S-Cross pour ce qu'il n'est pas. Les forts pourcentages, en montée ou en descente, les ornières profondes, les terrains pierreux lui sont interdits par manque de vitesses courtes, de garde au sol et de pneus adaptés.

Après ces exercices très intéressants, j'ai repris le volant du S-Cross 1.4 Boosterjet 4x2 sur les routes secondaires des Yvelines afin de rejoindre le gite d'étape. J'ai bien apprécié les qualités routières du S-Cross, notamment le nouveau 1,4 litre puissant, 140 chevaux, et coupleux. Les montées en régime sont rageuses sur les intermédiaires (0 à 100 km/h en 9,5 secondes) et les reprises se font en souplesse grâce à un couple de 220 Nm disponible dès 1.500 tr/mn. En prime, la consommation est restée raisonnable, 6,5 l/100 km (ordinateur), malgré une conduite plus "fun" qu'économique. Toutefois, la boîte de vitesses manuelle à six vitesses, assez rugueuse et la direction un peu molle ternissent légèrement le plaisir de la conduite. Le freinage, par contre, puissant et progressif est très efficace.

Retour sur Paris avec le S-Cross 1.0 Boosterjet Privilège Allgrip

J'ai fait le retour vers Paris avec l'autre nouveau moteur essence, le 1.0 Boosterjet. Il s'agit d'un trois cylindres d’un litre de cylindrée développant 111 chevaux au régime pas très élevé de 5.500 tr/mn et disposant d'un couple de 160 Nm sur une plage allant de 1.600 à 4.000 tr/mn. Malgré sa cylindrée réduite, ce petit moteur est vaillant (0 à 100 km/h en 11 secondes) et s'acquitte très honorablement de sa tâche. Evidemment, il faut monter plus haut les régimes qu'avec le 1.4 pour relancer la voiture après un ralentissement, d'autant plus que la boîte manuelle ne comporte que cinq vitesses (six en automatique), mais il reste agréable à mener et exempt de vibrations malgré son architecture trois cylindres. Paradoxalement, la consommation du 1.0 (7,2 l/100 km) a été supérieure à celle du 1.4, mais le trafic très ralenti en arrivant sur Paris, et la masse supplémentaire de la transmission Allgrip (+ 110 kg), n'ont pas été des conditions favorables pour une moindre consommation.   

La précédente génération du S-Cross n'ayant pas atteint les objectifs de ventes souhaités, SUZUKI a profondément revu son SUV, aussi bien au niveau esthétique que technique. La nouvelle face avant plus agressive et avec plus de personnalité, les excellentes nouvelles motorisations, accompagnant les qualités de confort, d'habitabilité et de sécurité (cinq étoiles aux tests EuroNCAP) devraient relancer le S-Cross sur la voie d'un succès mérité.

Daniel DECHENE

2016-11-15