SEAT Ateca 2.0 TDI 150 ch Xcellence 4Drive BVM6

ESPACE SUV
  • Rapport encombrement/habitabilité
  • Moteur agréable
  • Comportement routier
  • Politique de prix
  • Sécheresse des suspensions
  • Grondement moteur à l'accélération
  • Austérité de l'habitacle
  • Modularité basique

Prix : 35 220 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres – 16 soupapes Turbo Diesel, injection directe par rampe commune
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 150 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 34.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.36 m
Largeur 1.84 m
Hauteur 1.61 m

Poids

Total 1548 kg

Capacités

Coffre de 0 à 485 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 196 km/h
0 à 100 km/h 9.00 s

Environnement

Emission CO2 129 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.70
Urbaine 5.90
Mixte 5.10
Essai 7.10

CONCENTRÉ DE SUV

Alors qu'une voiture vendue sur quatre est aujourd'hui un SUV, SEAT se devait de combler rapidement son absence sur ce marché et proposer un modèle attractif se différenciant des créations des autres marques du groupe VOLKSWAGEN. L'enseigne ibérique a choisi pour l'Ateca une stratégie opposée à celle de SKODA pour son Kodiaq : proposer un SUV ramassé, adapté à une vocation urbaine, sans pour autant concurrencer le cousin Tiguan plus imposant, ciblé plus haut de gamme et sensiblement plus cher. Et pour enfoncer le clou, SEAT a choisi le genre féminin, UNE Ateca, contrairement aux Tiguan et Kodiaq !

Tempérament latin

Bien qu'utilisant nombre de composants estampillés VOLKSWAGEN et notamment la plate-forme MQB, les designers de SEAT ont su s'en démarquer en dotant l'Ateca d'une robe aux angles marqués dégageant une forte personnalité. On retrouve à l'avant du nouveau SUV ibérique les codes visuels de la marque déjà présents sur la Leon, notamment les feux de jour à signature lumineuse triangulaire.

Le profil est élégant et plus dynamique que celui du Tiguan, combinant une ligne tendue courant d'un bout à l'autre du véhicule et des flancs de portes creusés. L'Ateca parait plus grande qu'elle n'est en réalité. Les roues peuvent atteindre un diamètre de 19 pouces, améliorant la silhouette, mais pas nécessairement le confort. La poupe conforte sa personnalité avec un renfoncement prononcé destiné à la plaque d'immatriculation et les optiques à LED accentuent le galbe des ailes et confirment une impression de robustesse qui rassure. Enfin, la gamme de coloris comporte quelques teintes méditerranéennes comme l'Orange Samoa, inhabituelles chez ses cousins.

Avec une longueur de 4,36 mètres, l'Ateca se pose en concurrente directe du NISSAN Qashqai et concède plus de douze centimètres au Tiguan. Elle revendique une prédisposition à un environnement urbain en raison d'un gabarit mesuré, tout en ne sacrifiant aucun des attributs indispensables à un usage familial polyvalent.

 

Rapport prix/équipements convaincant

La SEAT Ateca est proposée en neuf configurations, dont trois en quatre roues motrices. Les versions essence sont organisées autour des motorisations 1.0 TSI de 115 chevaux et 1.4 TSI de 150 chevaux. Cette dernière, dotée de la technologie de désactivation des cylindres en cas de faible charge moteur, est proposée en boîte manuelle, boîte automatique à double embrayage DSG, en simple traction ou avec une transmission intégrale avec un coupleur Haldex de cinquième génération qui ne s'active qu'en cas de nécessité sur indication des capteurs de motricité.

En Diesel, nous trouvons un bloc 1.6 TDI 115 chevaux en entrée de gamme et le 2.0 TDI en deux puissances, 150 et 190 chevaux. Comme pour la version essence de même puissance, le TDI 150 chevaux peut être associé à une boîte manuelle, DSG, deux roues motrices ou transmission intégrale. Enfin, la version phare de 190 chevaux est proposée en une seule configuration comprenant  transmission intégrale et boîte DSG.

L'offre commerciale Ateca est articulée autour de trois niveaux de finition. Service minimum pour la version d'entrée de gamme "Reference", sur les 115 chevaux TSI et TDI, équipée d'origine d'une climatisation manuelle, d'un frein de stationnement électrique, d'un écran multimédia de cinq pouces, du contrôle de pression des pneumatiques ou encore du Front Assist. Nette montée en gamme avec la finition "Style" pour les motorisations 115 chevaux Diesel et 150 chevaux essence et Diesel, au sein de laquelle nous trouvons notamment un ensemble caméra de recul et radar arrière, ouverture et démarrage sans clé, climatisation automatique, commande vocale, connexion Full Link pour les smartphones, GPS et jantes de dix-sept pouces.

Le haut de gamme est caractérisé par la finition Xcellence (pour les 150 et 190 chevaux essence et Diesel) qui soigne ses passagers avec un toit ouvrant panoramique, des sièges en Alcantara et un éclairage d'ambiance modulable, mais aussi par de nombreuses aides à la conduite, high-tech ou équipements de confort : hayon électrique, projecteurs Full LED, vision 360 degrés, molette Driving Experience (quatre modes route et deux off-road), Traffic Jam Assist qui automatise la conduite dans les embouteillages, régulateur de vitesse adaptatif, feux de route intelligents,… Bref, cette Ateca n'a rien à envier aux plus grandes !

Le prix d'appel peut ainsi s'établir à 21.990 € pour la version essence 115 chevaux en finition Reference, et le tarif culmine à 37.690 € pour la version "phare" TDI 190 chevaux Xcellence, boîte DSG et transmission intégrale.

La version qui nous a été confiée pour cet essai de quatre jours, était une Ateca 2.0 TDI 4DRIVE 150 chevaux,  en finition Xcellence , avec boîte manuelle six rapports, proposée à un prix de 35.220 €.

 

Habitacle en décalage

Si l'Ateca montre son originalité avec une ligne dynamique et marquée, rien de tel en pénétrant dans l'habitacle. On retrouve une planche de bord proche de celle de la Leon, elle-même dans la lignée des créations du groupe VOLKSWAGEN, une austérité qui contraste avec l'exubérance méditerranéenne revendiquée par la robe… Rien à voir avec le modernisme de l'habitacle d'un PEUGEOT 3008 ! Heureusement, dans cette finition haute Xcellence, les sièges bruns en partie recouverts d'Alcantara apportent un peu de chaleur dans l'habitacle par ailleurs bien éclairé par le toit ouvrant. Ils offrent un bon maintien du dos, et l'accoudoir central est bien positionné pour faciliter le maniement du petit levier de vitesses. La position de conduite est aisée à trouver avec un petit volant qui tombe bien en mains. Pour être juste, la tradition germanique n'a pas que des inconvénients : la qualité des matériaux et l'ergonomie des commandes sont au rendez-vous. L'écran tactile multimédia de huit pouces est réactif et bien placé, l'apprentissage des différentes fonctions se fait rapidement et naturellement. Comme évoqué plus haut, la technologie est là et les aides à la conduite, nombreuses. Pour promouvoir son image high-tech, SEAT met en avant la Connectivity Box, située au bas de la console centrale, qui permet notamment de recharger par induction les smartphones compatibles et de dupliquer certaines applications sur l'écran multimédia.

Mais le point fort de cette Ateca, c'est son rapport encombrement/habitabilité. Si les places avant sont le plus souvent généreuses, dans ce SUV de taille réduite, SEAT a réussi la gageure d'offrir des places arrière qui permettent d'accueillir deux grands adultes sans aucune gêne ni pour la tête ni pour les genoux. Seule la place centrale laisse, comme à l'habitude, à désirer. Avec 485 litres, le volume du coffre est satisfaisant et atteint même 510 litres dans la version deux roues motrices. Pour mémoire, le Qashqai offre un volume de 430 litres. Nul n'étant parfait, nous regretterons que la modularité de la partie arrière soit réduite au strict minimum : pas de banquette coulissante, ni de plancher plat.

 

Un TDI moelleux à souhait

Disons-le d'emblée, motorisée par le TDI 150 chevaux, notre Ateca n'est pas à la peine. Bien qu'il emmène un équipage de près de 1.600 kg à vide dans cette version dotée d'un pont arrière, ce bloc offre des accélérations et reprises vigoureuses qui permettent d'envisager les dépassements routiers en toute sécurité et une conduite agréable sur tous types de parcours. Le couple de 340 Nm dès 1.750 tr/mn offert par le 2.0 litre TDI n'y est évidemment pas étranger. Il n'en est pas de même pour la boîte manuelle six rapports qui manque d'agrément. Les verrouillages sont trop fermes et nécessitent de passer lentement voire de décomposer les changements de rapports. Dommage car le court levier de la boîte invite plutôt à un maniement "sportif". La direction est précise et informative, la tenue de route sans reproche compte-tenu de la hauteur relative de ce genre de véhicule.

Deux écueils viennent assombrir en partie ce tableau plutôt flatteur. D'une part le grondement du moteur à l'accélération qui envahit l'habitacle. C'est dommage, car il se calme rapidement à vitesse stabilisée et les trajets autoroutiers ne sont pas un problème d'autant que les remous aérodynamiques ne viendront pas perturber vos oreilles. L'autre difficulté est inhérente à la fermeté de ses suspensions. Certes c'est un SUV, certes il dispose d'une transmission intégrale, mais il n'en demeure pas moins qu'à la longue, pour peu que le revêtement se dégrade, la fatigue se fait sentir. Heureusement, les sièges offrent un bon maintien. Et consolons-nous en pensant que c'est en partie grâce à elles que l'Ateca reste joueur dans les enchaînements de virages…

Essayé essentiellement sur un trajet rapide, notre Ateca a consommé 7,1 l/100 km, ce qui peut être considéré comme très raisonnable étant donné son poids et son gabarit.

Pour son premier SUV, SEAT n'est pas loin de réussir un coup de maître avec l'Ateca. Il est dommage que la marque ibérique n'ait pas assorti le ramage intérieur au plumage extérieur en dotant son nouveau modèle d'un habitacle plus "fun". Habitabilité, tenue de route, motorisation, équipement de cette version Xcellence sont au rendez-vous. Les gros investissements publicitaires réalisés par SEAT ces derniers mois devraient donner à l'Ateca la visibilité qu'elle mérite sur ce marché en plein boum. 

Bruno ROUMEGOUX

2017-03-29