RENAULT Grand Scenic dCi 160 Intens Energy

ESPACE Monospace
  • Tenue de route
  • Volume habitable
  • Equipement
  • Sièges pas à la hauteur de l'équipement
  • Réservoir trop petit

Prix : 36 400 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - Turbo Diesel injection directe à rampe commune
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 160 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 38.80 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.63 m
Largeur 1.87 m
Hauteur 1.66 m

Poids

Total 1644 kg

Capacités

Coffre de 0 à 718 dm³
Réservoir 52 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 200 km/h
0 à 100 km/h 32.10 s

Environnement

Emission CO2 122 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.40
Urbaine 5.30
Mixte 4.70
Essai 6.40

UNE EVOLUTION SCENIQUE ?

Qui ne connait pas le RENAULT Scénic ? Un best-seller que l'on peut voir un peu partout et dans toutes ses versions : long, court, cinq ou sept places. Il faut dire que trois générations se sont déjà succédé, sans compter les restylages. Justement, pour la quatrième génération on peut parler de restylage profond car elle s'est complètement transformée, à tel point que la filiation avec ses devancières n'est plus aussi évidente que pour les précédentes versions. Il est clair que cette évolution scénique est une belle montée en gamme de cette familiale connue et reconnue. 

Histoire de Famille

Le RENAULT Mégane Scénic, puis RENAULT Scénic, fait partie des précurseurs des monospaces compacts et a été le premier, à partir de 1996, à connaître un véritable succès commercial. Depuis, quatre générations de Scénic ont vu le jour, avec des évolutions de style plus ou moins marquées. Notre RENAULT Scénic a, lui, été présenté pour la première fois en 2016 au Salon international de l'automobile de Genève et est inspiré du concept R-Space dévoilé en 2011.

Il est basé sur la plate-forme CMF-C utilisée par les RENAULT Espace V et Kadjar et est le grand frère de la RENAULT Mégane IV. Cette filiation est d'autant plus marquée que le design de ces différents véhicules a évolué vers un physique très typé SUV. Soyons franc, on aime ou on n'aime pas cette évolution esthétique mais pour ma part je la trouve bienvenue car, le côté haut perché et massif de ce RENAULT Scénic, renforcé par des jantes de vingt pouces présentes sur toute la gamme, donne un air cossu à notre familiale.

Des jantes de vingt pouces sur une familiale française ? Eh oui ! Il y a quelques années, cela aurait pu paraître étonnant mais avec les nouveaux profils de véhicules tels que celui de notre RENAULT Scénic, cela semble naturel. Il faudra voir à l'usage le tarif de ces gommes mais il semble que cela ne soit pas excessif par rapport à des montes plus classiques.

Une esthétique travaillée

En examinant notre RENAULT Scénic, l'air de famille avec le RENAULT Espace est indéniable, surtout en version longue. Le losange massif chromé sur la calandre, caractéristique de la nouvelle identité visuelle de l'ensemble de la gamme, se détache élégamment sur la grille noire. Visuellement, notre version Intens, la finition la plus haut de gamme, avant l'arrivée probable de l'habituelle finition Initiale Paris, est aguichante avec sa carrosserie bicolore. Ce mélange de brun et de noir étoilé lui sied à merveille, il est renforcé par des jantes très travaillées qui auront probablement leurs détracteurs mais qui donnent indéniablement une assise visuelle solide à cette familiale.

Une autre caractéristique intéressante de notre monture est la taille des surfaces vitrées qui, avec l'ajout du toit en verre fixe panoramique en option, donne une belle luminosité intérieure. Le profil du montant avant du pare-brise très travaillé permet une bonne visibilité, accentuée par la vitre triangulaire de custode avant. La visibilité du conducteur est ainsi améliorée et cette configuration renforce la sécurité.

Malgré sa longueur de plus de 4,6 mètres, les courbes tendues de la carrosserie permettent d'alléger ce profil musclé et de lui donner un côté effilé intéressant. Nous ne sommes évidemment pas en présence d'une sportive mais son allure dynamique donne une impression de force et de fluidité qui nous pousse à en prendre le volant, alors, en selle.

Un équipement complet

L'accès à bord est attrayant, les sièges bi-matière ont un dessin agréable et sportif qui donne envie de s'installer. Malheureusement, ils ne sont pas en accord avec le niveau d'équipement de notre véhicule. En effet, les réglages manuels peu nombreux ne permettent pas un ajustement précis de la position de conduite. Pas d'appui-tête quatre voies à mécanisme intégré, pas de réglage d'assiette ni de réglage de nez d'assise et un réglage lombaire archaïque ne rendent pas justice à l'esthétique et au maintien du siège. Dommage !

Heureusement, le reste de l'habitacle n'est pas en rapport avec cette première impression mitigée. Une qualité perçue clairement en hausse fait que l’on se sent immédiatement à l'aise dans cet environnement. Le volant cuir Nappa et le tableau de bord avec sa matière dense et souple à la fois sont très flatteur au toucher. L'écran de sept pouces et le tableau de bord paramétrable apportent une touche high-tech. La prise en main de l'écran de bord est relativement intuitive même si parfois on peut rechercher certaines fonctions comme la radio qui se trouve dans la partie multimédia. L'ensemble des réglages permet de configurer le véhicule à son goût, y compris le moteur, l'identité visuelle intérieure, les compteurs… Le choix des couleurs d'éclairage est agréable et finalement en combinant les différentes options, on arrive à une configuration personnalisée qui nous sied agréablement.

Par contre, la matière de l'écran est très marquante et les traces de doigts sont tenaces et visibles, peut-être un petit côté maniaque qui ressort. Etant donné les possibilités de réglage de l'ordinateur de bord, il est dommage de ne pas pouvoir avoir deux téléphones actifs en même temps. De même, je ne comprends pas la logique de l'ordinateur de bord qui à chaque nouvelle mise en marche demande si on veut conserver les anciens réglages. Une amélioration intéressante pourrait être la possibilité de mémoriser l'ensemble des réglages en fonction de l'utilisateur et de coupler cela aux réglages des sièges électriques lorsqu'ils sont disponibles.

Les équipements de sécurité et d'aide à la conduite sont tous paramétrables à partir d'une touche de l'écran de contrôle. La finition Intens est équipée en série des alertes de détection de fatigue, de distance de sécurité, de survitesse avec reconnaissance des panneaux de signalisation et de franchissement de ligne ainsi que du détecteur d'angle mort et de l'aide au freinage actif d'urgence avec détection des piétons, ouf... Notre version d'essai est en plus équipée en option de l'assistant de maintien de voie et de l'affichage tête haute, un équipement pléthorique qui vous permet de rouler en toute sécurité.

Le volume à bord correspond bien à ce que l'on attend d'un véhicule familial : une grande boîte à gants (motorisée, attention aux genoux !), de nombreux espaces de rangement sous les pieds de chaque passager, une console centrale coulissante Easy Life avec accoudoir intégré et deux zones de rangement dont une avec prises USB pour les passagers avant. Les passagers arrière ne sont pas en reste, avec des vitres surteintées équipées de rideaux pare-soleil, des prises USB, un accoudoir central... Les enfants profitent également de tablettes aviation qui leur permettent de fixer leur tablette, numérique celle-ci, grâce aux sangles intégrées. Cependant, ces tablettes peuvent être parfois gênantes pour des adultes un peu grands. Le coffre en version longue cinq places accueille facilement de grosses valises. Avec les sièges arrière escamotés à l’aide de la commande One-Touch à partir du coffre et le siège avant passager plié en portefeuille, le volume de chargement devient vraiment impressionnant.

Conduire un monospace familial ?

De la place, des rangements, des équipements de sécurité et des tablettes à l'arrière… On est bien dans un monospace ! Reste à espérer qu'il n'en soit pas de même au volant. Allez, on appuie sur le bouton Start et c'est parti : un grand tour en ville, un peu de route de campagne et de l'autoroute, la vie courante d'une familiale en quelque sorte.

Et là, c'est la bonne surprise ! A part le rayon de braquage un peu trop grand en ville, la maniabilité est assurée grâce à la dureté réglable de la direction et en plus, les reprises à faible vitesse sont au rendez-vous. En ce qui concerne le Park Assist, je ne suis pas fan de la technologie mais elle peut aider si l'on n'est pas un fervent amateur de créneaux. Ainsi, à part la longueur un peu élevée, eh oui, on a rien sans rien, notre Scénic est relativement à l'aise en ville.

Mais soyons clairs, c'est sur route et sur autoroute qu'il est le plus à l'aise. Une boîte de vitesses bien étagée et des aides à la conduite qui sécurisent son comportement permettent des trajets de longue distance sans fatigue excessive. C'est dans cette situation que les fameuses jantes de vingt pouces assurent une bonne stabilité surtout à haute vitesse. Les cent soixante chevaux sont bien là, même si on aimerait parfois que le couple soit présent plus longtemps mais on reste dans un monospace familial, il ne faut pas l'oublier.

Au global, le comportement routier n'a quasiment plus rien à envier à une berline classique et en combinant la boîte de vitesses robotisée et le moteur dCi de cent soixante chevaux, les performances sont à l'unisson.

Ce RENAULT Scénic de quatrième génération a de quoi séduire. Que l'on soit chef de famille ou célibataire actif, il y a moyen de se faire plaisir au volant de ce véhicule bien équipé avec un volume de chargement intéressant sans pour autant sacrifier au plaisir de conduire. En effet, le modèle essayé avec sa boîte robotisé et son moteur de cent soixante chevaux permet d'envisager toutes les situations avec sérénité. Un bon cru de ce best-seller qui a toutes les chances de continuer à jouer les premiers rôles sur son segment.

Michel SANTONI

2017-05-12