PEUGEOT 3008 GT Line 1,6L BlueHDi 120 S&S BVM6

ESPACE SUV
  • Le look baroudeur
  • Le côté futuriste de la planche de bord
  • Le confort de la voiture
  • L'agrément de conduite
  • Consommation décevante
  • Pas de commandes de climatisation dédiées
  • Moins fonctionnelle que ses concurrentes
  • Mauvaise vision ¾ arrière

Prix : 35 050 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 8 soupapes Turbo Diesel injection directe rampe commune
Cylindrée 1560 cm³
Puissance maxi 120 ch à 3500 tr/min
Couple maxi 30.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.45 m
Largeur 1.84 m
Hauteur 1.62 m

Poids

Total 1300 kg

Capacités

Coffre de 520 à 1482 dm³
Réservoir 53 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 189 km/h
0 à 100 km/h 11.20 s

Environnement

Emission CO2 104 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.50
Urbaine 4.70
Mixte 4.00
Essai 6.20

L’OFFENSIVE PEUGEOT SE POURSUIT

PEUGEOT a décidé de renouveler son monospace, le 3008, en le transformant définitivement en SUV. Le constructeur sochalien en a aussi profité pour opérer une montée en gamme. Le BlueHDI 120 sera sûrement l’un des moteurs les plus vendus et son utilisation devrait être essentiellement familiale (une grande partie de l’essai a d’ailleurs été faite lors de vacances en famille). 

Design

Quelle évolution ! Les avis sur le design de la première version du PEUGEOT 3008 ont été unanimement négatifs ; le design du nouveau 3008 ne laissera personne indifférent. Dès le premier regard, on note la transformation du monospace en SUV à l’allure robuste, qui se caractérise par sa face avant verticale, sa calandre à damiers ciselés et à ses optiques "félines". On remarque aussi les nombreux inserts de chrome qui viennent souligner les principales lignes de la carrosserie. A l’arrière, un bandeau horizontal noir brillant intégrant des feux à LED à trois griffes parachève le style de la voiture. Certains trouveront ce PEUGEOT 3008 trop massif ou manquant de finesse mais son look de baroudeur séduira plus d’un conducteur lassé par les allures, parfois fades, des voitures de la catégorie des monospaces.

Intérieur

En prenant place, on retrouve le petit volant des derniers modèles PEUGEOT et, pour le reste, rien de connu jusque-là chez la marque au lion. Un écran tactile de huit pouces est posé au centre de la planche de bord et un deuxième écran personnalisable remplace les compteurs. Une série de six touches de raccourci pour les fonctions de confort (radio, GPS, climatisation) complètent l’ensemble. Au quotidien, elles s’avèrent indispensables car (comme sur la 308) le réglage de la climatisation se fait par une fonction de l’écran tactile. De larges zones de décors textile (le même que les sièges) donnent aux occupants l’impression d’être dans cocon malgré un environnement futuriste d’une grande sobriété. Concernant les premières impressions, la qualité perçue est en très nette hausse. On assiste à une montée en gamme ; seuls quelques détails de finition, probablement liés au nombre de composants et de matériaux différents qui constituent la planche de bord, ainsi qu’à ses lignes tortueuses, la différencient des meilleures voitures premium.

A cela s’ajoute la très bonne habitabilité du 3008. Même les plus grands (dont je fais partie) apprécieront de voyager aux places arrière grâce à la bonne assise de la banquette et à un espace aux jambes remarquable. L’absence de tunnel de transmission permet d’avoir trois vraies places. Le coffre de 540 litres est l’un des plus grands de la catégorie et les banquettes 2/3-1/3 se rabattent d’un geste simple pour offrir un volume de 1.482 litres et un plancher presque plat ; des objets longs peuvent aussi être chargés après la mise en tablette du siège avant passager.

Malgré ce quasi sans faute, quelques défauts sont à souligner. En premier lieu, on retrouve la position de conduite alambiquée des dernières PEUGEOT. Les plus petits et les plus grands auront du mal à trouver les bons réglages ; soit le volant est trop bas, soit il cache le magnifique écran remplaçant les compteurs. Cette voiture au look de baroudeur est avant tout une familiale ; certains pourront regretter l’absence de rangements par rapport au nouveau VOLKSWAGEN Tiguan qui en propose presqu’autant que n’importe quel monospace. Enfin, au quotidien, j’ai trouvé l’absence de commandes de climatisation indépendantes pénible.

Conduite

Dès les premiers tours de roues, on apprécie la discrétion du moteur Diesel qui se confirme sur autoroute. Son couple de 300 Nm, plutôt généreux, est disponible à 1.750 tr/mn et arrive progressivement. Bien aidée par la boîte de vitesses (dont seuls les deux derniers rapports sont un peu longs), la conduite est souple tout en permettant d’avoir de la reprise si besoin. Cette motorisation suffira à la plupart des familles ; les gros rouleurs, les personnes souhaitant tracter ou sortir des sentiers battus préfèreront néanmoins s’orienter vers les moteurs plus puissants de 150 et 180 chevaux.

Sur un trajet mixte (autoroute, montagne, ville) de 1.000 km en région Auvergne-Rhône-Alpes, la consommation moyenne a été de 6,2 l/100 km, bien au-dessus de celle, inférieure à 5 l/100 km, annoncée par le constructeur. A noter que tous les trajets sur autoroute (qui représentent environ les deux tiers du test) ont été réalisés avec une voiture pleine (passagers et valises) et au régulateur de vitesse réglé à la vitesse maximale autorisée. Nous ne nous attendions pas à consommer aussi peu qu’annoncé, mais le passage à la pompe a été la mauvaise surprise de cet essai.

La vision de trois-quarts arrière est particulièrement mauvaise à cause de la ceinture de caisse haute et des vitres pincées. Certaines aides à la conduite se sont révélées très pratiques, voire indispensables. On pense essentiellement à l’excellente caméra de recul et au système de surveillance des angles mort, notamment sur autoroute.

Malgré des jantes de dix-neuf pouces, le PEUGEOT 3008 s’est avéré être confortable dans toutes les situations. Le compromis confort dynamisme est de tout premier ordre. J’ai personnellement trouvé que le confort s’apparentait quasiment à celui d’une routière de la catégorie supérieure. Sur route sinueuse, le poids limité (1.300 kg) et le roulis maitrisé lui confèrent une agilité surprenante pour une voiture de ce gabarit. Le court rayon de braquage permet de se faufiler partout, même dans les rues les plus étriquées ou dans un trafic chargé. Dans toutes les circonstances, ce PEUGEOT 3008 est vraiment plaisant à conduire.

La concurrence sur le segment des monospaces et des SUV est rude. Le look ravageur de ce nouveau PEUGEOT 3008 devrait réussir à séduire les familles recherchant de la nouveauté. Bien né, son seul vrai concurrent est le nouveau VOLKSWAGEN Tiguan qui dispose de plus de rangement et de surfaces vitrées plus importantes, lui donnant un côté plus familial. Bien que la plupart des véhicules vendus seront équipés des petites motorisations (celle essayée ou le 1,2 litre PureTech essence de 130 chevaux), il manque à ce modèle des motorisations plus puissantes (supérieure à 200 chevaux) et une transmission intégrale pour être réellement à la hauteur de ses prétentions. Cela dit, le nouveau PEUGEOT 3008 est une réussite et, en tant que père de famille, je me serais bien vu repartir avec…

Philippe de LAVERNETTE

2017-06-15