ALFA ROMEO Giulia 2.0 TB 280 Q4 Veloce AT8

ESPACE SPORTIVE
  • Agrément de conduite
  • Sécurité et confort
  • Sonorité moteur pas à la hauteur
  • Consommation
  • Prix

Prix : 54 190 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne - 16 soupapes Turbo injection directe essence
Cylindrée 1995 cm³
Puissance maxi 280 ch à 5250 tr/min
Couple maxi 41.00 mkg à 2250.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.64 m
Largeur 1.86 m
Hauteur 1.45 m

Poids

Total 1530 kg

Capacités

Coffre de 0 à 480 dm³
Réservoir 58 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 240 km/h
0 à 100 km/h 5.20 s

Environnement

Emission CO2 148 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.90
Urbaine 8.90
Mixte 6.40
Essai 0.00

DIVA

Très sollicitée et attendue, la toute nouvelle ALFA ROMEO Giulia Veloce élargit la gamme avec cette impressionnante berline sportive aux aptitudes remarquables. Cette version essence est un compromis entre la Giulia classique de 200 chevaux et la rugissante Quadrifoglio et ses 510 chevaux. "Il Biscione", symbole de puissance et d’éternité renoue de nouveau avec la marque lombarde.

Design italien

L’ALFA Giulia est construite dans une usine située à Cassino en Italie. C’est une belle voiture italienne qui ne laisse personne indifférent grâce à une ligne discernable entre toutes grâce au fameux "Trilobo" icône de design ALFA. Cette nouvelle déclinaison Veloce ressemble à sa majesté Quadrifolio avec plus de sobriété et d’équilibre des lignes, suffisamment modelées pour être latines. L’avant du véhicule est reconnaissable au moindre coup d’œil dans le rétroviseur. La calandre triangulaire à nid d’abeille est présente, les impressionnantes prises d’air et les grandes optiques horizontales composées de phares bixénon de série et de feux de jour à LED donnent ce look si réussi à la Giulia. A l’arrière, le diffuseur est remarquable avec deux sorties d’échappement, qui accentuent la note résolument sportive de la voiture. De belles jantes spécifiques de dix-neuf pouces représentant le trèfle resplendissent, accentuées par les étriers de frein couleur rouge. Veloce, prononcez "Vélotché", conjugue esthétisme et fonctionnalité.

 

Bien équipée

L’intérieur est tout à fait remarquable : sellerie en cuir pleine fleur rouge finement travaillé, garnitures en aluminium brossé, volant sport gainé de cuir, palette de changement de vitesses en aluminium. Seul le style italien est capable d’exprimer cette combinaison des matériaux utilisés en parfaite harmonie avec la personnalité de la "bella Giulia". Forme, fonctionnalité et beauté de l’habitacle sont indissociables. Ce n’est pas pour rien que toutes les qualités offertes ont permis à la Giulia d’être au premier rang du palmarès de Wards des dix meilleurs habitacles pour l’année 2016.

Le cockpit comble parfaitement tous les besoins du conducteur. Tout semble bien millimétré. Le tableau de bord jouit d’un magnifique coup de crayon. Au volant, de grandes palettes de commande en aluminium brossé sont bien adaptées à la prise en main. Les sièges sont stylés et très confortables. Leurs réglages électriques s'ajustent lors de la prise de position du conducteur. Le must est à l’ouverture de la portière ; le siège recule pour faciliter la montée du conducteur. L'assise est idéale, sans fermeté ni mollesse. Les sièges bénéficient de bourrelets latéraux renforcés. La banquette arrière est bien dessinée, elle est ferme mais sans excès. L’espace pour les jambes est tout à fait correct.

Une belle console centrale est surplombée par un écran central de 8,8 pouces et l'affichage TFT sept pouces de l’ordinateur de bord est situé face au conducteur. Un système multimédia dernière génération est accessible grâce au bouton rotatif "Rotary Pad", avec radio numérique, système de navigation "AlfaTM Connect 3D Nav" disposant de plans 3D haute résolution. J’ai regretté la caméra de recul s’affichant comme une incrustation sur l’écran et réduisant sensiblement l’affichage. Par contre, l’acoustique est remarquable avec la qualité du système "Sound Theater" de la marque HARMAN KARDON. Le son prend vie avec une puissance de 900 watts, quatorze haut-parleurs et un caisson de graves, un ampli?cateur à douze canaux et la technologie Logic7 intégrée.

 

Sécurité

Pas de réelles surprises, on retrouve les aides à la conduite, telles que le freinage automatique d’urgence avec reconnaissance des piétons, la caméra de recul, l’assistance au maintien dans la file, le régulateur de vitesse adaptatif. Un système de surveillance d’angle mort scrute en permanence les zones aveugles de chaque côté arrière du véhicule à l’aide de deux capteurs positionnés sur le pare-chocs arrière. Un système de détection d’obstacles surveille la zone arrière du véhicule lors de manœuvres en marche arrière. Le système de freinage intègre un système électromécanique qui réunit les fonctions de freinage et du contrôle de stabilité.

 

Polyvalente

L’ALFA ROMEO Giulia allie en même temps la berline spacieuse confortable taillée pour la route et la sportive rugissante s’exprimant avec une dynamique performante. Elle est équipée du système DNA (Dynamic, Normal, All Weather) qui permet de sélectionner différents modes de conduite selon le besoin du conducteur. Ce système permet d'adapter le comportement routier et le fonctionnement de l'ESP aux souhaits du conducteur mais aussi à la qualité de la route. En mode Normal actif, adapté aux trajets en ville et sur autoroute, la voiture se présente tout à fait sage. En mode Dynamic, avec la suspension active, elle se présente plus volontaire et privilégie la performance et la réactivité. Le passage des rapports par les grandes palettes permet de bien ajuster la vitesse. Cependant gare à sa consommation, ce mode contribue à exploser les 6,4 l/100 km affichés par le constructeur. Enfin, le mode All Weather (Tout Temps) permet de donner plus de stabilité à la voiture, notamment sur route glissante.

 

Moteur

ALFA propose deux modèles équipés de la transmission intégrale Q4 et boîte automatique. Pour notre essai, le premier est le nouveau 2.0 litres "Turbo Benzina" (ou TB), un quatre cylindres en ligne turbo, de deux litres de cylindrée et développant 280 chevaux et 400 Nm de couple dès 2.250 tr/min. Le second comprend lui aussi quatre cylindres, mais c’est un turbo Diesel de 2,2 litres qui délivre 210 chevaux et un couple de 470 Nm dès 1.750 tr/min.

Sur la route, c’est un vrai bonheur : l’ALFA ROMEO est puissante et réactive. Elle colle bien à l’asphalte et la tenue de route dans les virages est indéniable. Le freinage renforcé est puissant, ferme et stoppe en un instant. En ville, elle est maniable et précise, le seul agacement est le bruit des clignotants, pas trop discret. Le stationnement est assez anxiogène aussi avec des capteurs qui sonnent de tous bords sans savoir exactement ce qui gêne, mais bon on peut les désactiver.

Pour se payer la belle, il faudra débourser 54.190 € en 2.0 litres TB 280 et un malus de 1.153 €… Nul doute que la concurrence est rude face aux Allemandes. Mais l’ALFA ROMEO a tout pour plaire et une place importante à jouer dans sa catégorie, c’est une berline sportive. Pour les Alfistes, ce renouveau de la marque italienne incarne la perfection, les performances et redonne surtout son âme. 

Jean-Pierre RICCI

2017-06-15