MERCEDES Classe E 300 Coupé Sportline

ESPACE COUPE
  • Très confortable (habitacle comme suspensions)
  • Cinq modes de fonctionnement parfaitement adaptés
  • Attirante pour sa sportivité mais aussi pour son aspect classieux.
  • Manque de nervosité au démarrage en mode SPORT+
  • Consommation un peu élevée
  • Quelques options incontournables qui alourdissent une facture déjà élevée

Prix : 64 200 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne Turbo injection directe essence
Cylindrée 1991 cm³
Puissance maxi 245 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 38.00 mkg à 1400.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.83 m
Largeur 1.86 m
Hauteur 1.43 m

Poids

Total 1685 kg

Capacités

Coffre de 0 à 425 dm³
Réservoir 66 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 6.40 s

Environnement

Emission CO2 160 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.90
Urbaine 8.90
Mixte 7.00
Essai 10.00

MAIN DE FER ET GANT DE VELOURS

Approcher un Coupé MERCEDES haut de gamme est toujours une expérience émouvante, car on se sent autant au contact de l'histoire que de l'avenir. Le niveau de finition est immanquablement au top et les solutions techniques sont toujours d'avant-garde sans toutefois bousculer outrageusement les codes qui pourraient mettre en péril l'image de la prestigieuse maison MERCEDES.

La Classe

Ce Coupé E300 ne fait pas exception à la règle et vient compléter une gamme très riche, allant de la presque basique Classe A aux démoniaques MERCEDES-AMG. Notre Coupé du jour est plutôt placé haut dans la hiérarchie car le ticket d'entrée est de plus de 53.000 €. Mais il ne vole pas ses acquéreurs car il allie une ligne tout à la fois originale, classieuse et sportive, à une technologie de pointe permettant de bonnes performances et un confort sans égal. Notre Coupé bénéficiait de nombreuses options, comme le pack Edition 1 (à 6.000 € !), ce qui alourdit la facture mais personnifie grandement ce véhicule déjà exceptionnel.

 

Sur un air de 300 SL

Le premier regard sur ce Coupé Classe E renvoie une ligne élancée et est accroché par les deux bossages de capot qui rappellent immédiatement la mythique MERCEDES 300 SL (celle des années 50 avec les portes "papillon"). Bien parti avec cette première accroche, on est immédiatement attiré par les énormes roues de vingt pouces, chaussées de pneus n’ayant quasiment pas de flans (245/35). Tout de suite, on pense à ses vertèbres en utilisation sur nos départementales fatiguées. On verra plus loin que notre dos n'aura même pas à se plaindre de ces splendides jantes… La robe de la voiture essayée était parée d'un beau blanc nacré mat qui fait son effet, afin de marier classe et sportivité. Cette dernière valeur est renforcée par une face avant agressive, dotée d'une large grille de calandre agrémentée d'une constellation de picots chromés et ornée en son centre d'un énorme sigle MERCEDES (lequel cache une des multiples caméras). Trois grosses bouches d'aérations dans la partie basse du pare-chocs avant, pour refroidir les freins et le moteur, participent également à l'aspect agressif de la voiture. Globalement, le véhicule fait plus fin qu'il n'est réellement, car la largeur est conséquente (2,055 mètres aux rétroviseurs) et prend toute sa mesure sur petite route car l'on empiète vite sur la file d'en face.

L'absence de montant sur les portes et sur les vitres latérales arrière affine la silhouette et cela est très agréable à vivre lorsque les vitres sont descendues, car on se croirait dans un cabriolet. Le toit ouvrant participe à cette impression et illumine d'autant plus l'habitacle.

 

Place au raffinement

L'intérieur mêle également le raffinement et le côté sportif de l'engin, avec un design très "léché" et une présentation très ergonomique des différentes fonctions, le tout sans fausses notes, sauf peut-être (à mon goût) la multitude d'ouïes d'aération un poil surchargées de chrome, tout comme les petits haut-parleurs situés sur le haut des portes. Les beaux sièges sont garnis de cuir et offrent un excellent maintien et un confort inattendu, le must étant l'énorme écran permettant d'effectuer tout un tas de réglages (radio, climatisation, etc…), d'assurer la navigation et de reporter les images des multiples caméras cernant la voiture. Avec un tel équipement, se garer est un jeu d'enfant : plus besoin de regarder autour de soi, il suffit de regarder l'écran et guider la position de la voiture en fonction de ce qui vous entoure. On a parfois même l'impression qu'un drone vous surveille et vous donne une vue du dessus de la voiture. Il manque juste maintenant l'assistance complète, avec stationnement automatique, mais cela devrait venir avec la ou les prochaines générations…

Comble du luxe, un diffuseur à parfum (plusieurs flacons disponibles) est intégré dans la boîte à gants et diffuse à votre gré une agréable odeur dans l'habitacle. L'accès aux places arrière est toujours un peu délicat malgré l'effacement automatique du siège, et nous avons affaire à une stricte quatre places. Le coffre est plutôt généreux et ne limite donc pas les escapades à une seule journée. Une trappe à ski est présente, bien utile pour transporter également un sac de golf car le coffre est juste en largeur pour y caser son driver.

Bien entendu, tout est électrique, jusqu'aux affichages sur le tableau de bord, lesquels sont très lisibles et présentent une touche "rétro" sur le compteur de vitesse et le compte-tours. L'écran central regroupant toutes les infos imaginables n'est toutefois pas tactile, bien qu'il soit facilement atteignable de votre index. Ceci est bien dommage quand on veut définir un itinéraire, car que ce soit avec les trois commandes possibles (au volant, avec la molette ou le "touch-pad" sous la main droite) ce n'est pas rapide et loin de ce que peut offrir en vitesse et en facilité un smartphone. Il y a peut-être une astuce à trouver dans le livret de bord épais comme un bottin !

Côté insatisfaction, on peut ajouter l'absence d'emplacement pour poser le smartphone. Et son interface USB de recharge est sous la trappe de l'accoudoir, sans trou pour laisser passer le fil : on le coince donc à la fermeture…

 

Félin à pattes de velours

Le cœur de la bête fonctionne avec seulement quatre cylindres, et une "petite" cylindrée de seulement 1.991 cm3, mais il distille quand même 180 kW (soit 245 chevaux) à 5.500 tr/mn, grâce à un turbocompresseur. Pour toucher le Graal, il faut se tourner vers le E300 4-Matic, lequel profite du noble V6 de trois litres boosté à 245 kW (329 chevaux) à 6.000 tr/mn, mais c'est une autre auto… Notre valeureux moteur développe un couple de 370 Nm propice à fournir des accélérations dignes de ce nom. Sachez que la bête ne se nourrit que de SP98, ce qui peut parfois être handicapant dans la recherche d'une pompe… Côté consommation, il sera difficile de descendre sous les dix litres aux cent kilomètres, mais l'on sera plus normalement vers treize à quinze litres en utilisant "pleinement" les capacités de la voiture sur route ouverte et sans pour autant être un fou du volant.

Le moteur a le privilège d'être accouplé à une boîte de vitesses automatique à neuf rapports de type 9G-TRONIC, fonctionnant parfaitement. Le passage des vitesses est très souple, imperceptible, quel que soit le mode choisi. Des palettes de commandes sont présentes au volant mais ne seront utiles que pour les plus furieux pour descendre les rapports en approche de virage.

Pour gérer efficacement tout ce beau monde, on dispose de cinq modes de fonctionnement : SPORT+, SPORT, CONFORT, ECO, et enfin PERSONALISé, lesquels jouent sur la dureté de la suspension et aussi de la direction, du régime moteur au passage de vitesses et probablement sur la sonorité de l'échappement dans les modes SPORT. Tous ces modes sont faciles à sélectionner grâce à une petite commande située sur le tunnel et ils remplissent parfaitement leur rôle dans ce pourquoi ils ont été définis. Le mode confort procure un réel… confort, cela tout en maintenant un haut niveau de performance, on a un amortissement digne d'une excellente limousine (même avec les pneus en 35). De toute façon, la tenue de route est "bluffante", quel que soit le mode choisi. Et sur une propulsion, chère à MERCEDES, c'est plutôt rassurant. Les freins ? Ils sont tellement adaptés à chaque situation qu'on n’y pense pas, ils font le job demandé sans rechigner, puissants quand il faut et doux aussi quand on ne veut pas être brusqué.

Mais, car il y en a un, en mode SPORT+, même avec la pédale au plancher au démarrage, on n'est pas collé au siège : il semblerait que le moteur soit "retenu" au démarrage, car sur les rapports suivants, on va très vite à la limite max du moteur, sans voir le "rupteur". C'est sûrement un effet "néfaste" de l'anti-patinage, et l'on se prête à rêver à quelques watts supplémentaires pour que l'on ait quelques frissons quand l'envie s'en fait sentir. On note une musicalité plus présente dans les modes SPORT : est-ce subjectif ou lié au régime moteur ? Toujours est-il que cela flatte l'ego et ravit les oreilles du mélomane sportif.

 

Avant la voiture de demain…

Ce Coupé E300 est équipé d'assistances à la conduite d'une nouvelle génération qui apportent un réel plus à la sécurité. Il s'agit de maintenir la voiture dans sa file, en se basant sur les lignes blanches (continues ou discontinues), et en corrigeant automatiquement la direction par une action imperceptible sur le volant. C'est appréciable sur autoroute ou toutes autres routes bien balisées et ne nécessitant pas de changement de file. En cas d'écart trop important de l'auto sur une bande blanche, la remise en ligne s'effectue plus brutalement avec ralentissement et correction du volant plus rapide : cela remet le conducteur dans l'état de vigilance qu'il avait perdu (pour cause de somnolence, de regards dans les champs, etc…). Egalement, un ajustement automatique de la distance entre le véhicule vous précédant est paramétrable, ce qui permet d'être sûr que la voiture freinera d'elle-même en cas de distance inférieure à celle sélectionnée. Cette fonction est vraiment utile, tant pour les étourdis que pour pallier des situations d'urgence.

Le constructeur MERCEDES est bien ancré dans le troisième millénaire et ses voitures offrent ce qui se fait de mieux. Ce Coupé E300 fait une synthèse des techniques aujourd'hui incontournables et qui apportent du confort, de la sécurité, du bien-être et même de la sportivité quand il faut. Avec sa ligne séduisante mais sportive, ses performances policées ou rageuses, son amortissement s'adaptant au feeling du jour, toutes ces caractéristiques sauront attirer des clients aussi variés que possible. Il n'est donc pas "un", mais grâce à ses multiples "visages" configurables, aidé d'une longue liste d'options, ce Coupé permet de rouler avec SA propre voiture, de celle que le voisin n'a pas.

Stéphane BERGER

2017-01-30