ALFA ROMEO 147 2.0 TS SELESPEED

ESPACE SPORTIVE
  • Boîte Selespeed
  • Look
  • Equipement/finition
  • Jeu dans la direction sur route dégradée
  • Rayon de braquage
  • Poids

Prix : 24 650 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - essence
Cylindrée 1970 cm³
Puissance maxi 150 ch à 6300 tr/min
Couple maxi 181.00 mkg à 3800.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.17 m
Largeur 1.73 m
Hauteur 1.42 m

Poids

Total 1250 kg

Capacités

Coffre de 0 à 280 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 208 km/h
0 à 100 km/h 9.30 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 7.00
Urbaine 12.10
Mixte 8.90
Essai 13.00

En attendant la 147 GTA

Avec cette petite dernière dessinée par Walter Da Silva (aujourd’hui parti faire les beaux jours de SEAT), ALFA nous offre avec son modèle d’entrée de gamme, la plus puissance des ALFA 147 actuellement sur le marché. Avec ses courbes élégantes et son expression latine, elle tranche avec l’esthétique de ses principales concurrentes dans son segment. Associée à ce look et à une qualité de finition parfaite, cette auto est tout aussi amusante à conduire avec sa boîte mécanique robotisée.

Un super look

Extérieurement, cette voiture fait preuve d’originalité avec une silhouette craquante sans avoir recours à des artifices superflus (à l’exception de superbes jantes alu), surtout dans sa robe "Azur Nuvola" au reflet bleuté (en option). Le design de l’auto semble dessiné autour de l’écusson avant pour se prolonger à l’arrière, donnant à l’auto des lignes fluides et un caractère compact et dynamique. Même des détails tels que les poignées de porte au look "rétro", ont été pensés. A noter que le coffre en est, lui, dépourvu. Il doit être déverrouillé depuis l’habitacle ou au moyen de la commande d’ouverture. Mais la forme de la partie arrière, qui participe à l’esthétique de la 147, explique une visibilité et une habitabilité limitées, comme le montre le volume de coffre limite dans cette catégorie avec un seuil de chargement assez haut. Dans cet excès de fluidité, la magnifique calandre n’est protégée de l’extérieur que par une ridicule bande de plastique inefficace en cas de chocs, d’autant que le rayon de braquage de l’auto est important. Sur les flancs, les protections sont purement inexistantes. Enfin, la forme des rétroviseurs en goutte d’eau n’autorise pas une vision optimum. Qu’importe, cette auto est tout simplement belle, c’est ce qui compte ! Intérieurement, ALFA ROMEO a mis la barre haut avec l’utilisation de plastique de grande qualité, des cadrans rond sur la planche de bord de très bel effet et des informations facilement accessibles. Une bonne disposition des commandes et un superbe volant disposant de l’ensemble des fonctionnalités indispensables parachèvent le tableau. Ambiance donc "cosy" mais aussi sportive. Les sièges avant "semi-baquet cuir" contribuent au confort de la position de conduite et à la qualité de l’auto. Le climatiseur automatique bi-zones qui permet au conducteur comme au passager d'obtenir une température idéale, complète cet ensemble attractif, même si l’on peut se poser la question de l’utilité d’un tel système. L'ALFA 147 est aussi caractérisée par un souci maximal de sécurité: système ABS BOSCH de dernière génération avec répartiteur électronique de freinage intégré (EDB), VDC (déjà disponible sur la 166 3.0 V6) et de six airbags de série (deux airbags côté conducteur et passager, deux latéraux et deux airbags de fenêtre). Cette version est de plus équipée du système Cruise Control qui rend la conduite plus reposante lors des longs parcours en maintenant la vitesse choisie. Enfin, elle est équipée du système "CONNECT" intégré dans la partie supérieure de la console centrale qui combine téléphone, HiFi (Sound System BOSE) et guidage, (convivial après un temps d’adaptation aux menus déroulants). On lui reprochera une utilisation exclusive qui n’autorise pas l'emploi simultané du CD audio et du CD de guidage, l’un devant être remplacé par l’autre avant toute utilisation, la route étant ensuite mémorisée. La boîte Selespeed qui équipe de série cette version 2 l 150 ch, mais aussi sa grande sœur l’ALFA 156, n’est pas une transmission automatique mais bien une boîte mécanique robotisée : le conducteur reste libre à tout moment du choix du rapport pour son plus grand plaisir. La sélection de ces derniers s’opère par un petit levier ou par les commandes sous le volant. Elle hérite pour cela d'un embrayage robotisé (la pédale de gauche est supprimée). D’une utilisation rapide et pratique ce système de commande au volant issu de la de la technologie de MARANELLO (développé par FERRARI pour la F355) permet de garder les mains sur le volant pour monter ou descendre les rapports. On se prend presque pour un véritable pilote de circuit… La boîte séquentielle optimise la sélection des rapports et vous évite de lever le pied de l’accélérateur. L’électronique se charge de couper les gaz. La boîte reprend même des tours entre 2 passages pour conserver à tout moment un couple optimum mais aussi pour le plaisir auditif du conducteur…. Revers de la médaille, cette dernière passe aussi d’office le rapport supérieur dès que le moteur atteint son régime maximal. A noter cependant que les commandes au volant (up et down) ne sont disponibles qu’à partir d’une vitesse d’environ 10 km/h, ce qui, en cas de manœuvre à l’arrêt implique l’utilisation du sélecteur central. On retrouve également la position "city" qui permet d’activer une boîte automatique programmée pour faciliter une utilisation citadine de cette ALFA. Les puristes, quant à eux, pourront reprocher à cette boîte un temps de réponse un peu long, de légers à-coups en conduite sportive qui peuvent être évités en relevant légèrement le pied de l’accélérateur lors du passage des rapports et des palettes de sélection peu accessibles. Malgré un moteur délivrant 150 ch et un châssis efficace, le point faible de cette ALFA 147 est sans aucun doute son poids qui limite ses performances (9,3 s pour le 0 à 100 km/h) malgré une vitesse de pointe de 208 km/h. Couplé à la boîte Selespeed, on aurait souhaité disposer d’une auto plus incisive et plus joueuse afin d’exploiter et de profiter pleinement de cette dernière. Pour une utilisation classique de tous les jours, ce moteur d’une puissance très linéaire, est cependant largement suffisant et disponible à tous régimes. La tenue de route est quant à elle, sécurisante, aidée par un système de suspension et de freinage efficace qui lui offre un bon comportement dynamique dans son ensemble et une bonne adhérence au sol. La suspension ferme garantit cependant un bon confort pour une voiture à vocation sportive. A noter quand même, un léger jeu, sensible dans la direction sur route dégradée, qui peut surprendre la première fois.

Une qualité de finition et d’équipements

Intérieurement, ALFA ROMEO a mis la barre haut avec l’utilisation de plastique de grande qualité, des cadrans rond sur la planche de bord de très bel effet et des informations facilement accessibles. Une bonne disposition des commandes et un superbe volant disposant de l’ensemble des fonctionnalités indispensables parachèvent le tableau. Ambiance donc "cosy" mais aussi sportive. Les sièges avant "semi-baquet cuir" contribuent au confort de la position de conduite et à la qualité de l’auto. Le climatiseur automatique bi-zones qui permet au conducteur comme au passager d'obtenir une température idéale, complète cet ensemble attractif, même si l’on peut se poser la question de l’utilité d’un tel système. L'ALFA 147 est aussi caractérisée par un souci maximal de sécurité: système ABS BOSCH de dernière génération avec répartiteur électronique de freinage intégré (EDB), VDC (déjà disponible sur la 166 3.0 V6) et de six airbags de série (deux airbags côté conducteur et passager, deux latéraux et deux airbags de fenêtre). Cette version est de plus équipée du système Cruise Control qui rend la conduite plus reposante lors des longs parcours en maintenant la vitesse choisie. Enfin, elle est équipée du système "CONNECT" intégré dans la partie supérieure de la console centrale qui combine téléphone, HiFi (Sound System BOSE) et guidage, (convivial après un temps d’adaptation aux menus déroulants). On lui reprochera une utilisation exclusive qui n’autorise pas l'emploi simultané du CD audio et du CD de guidage, l’un devant être remplacé par l’autre avant toute utilisation, la route étant ensuite mémorisée.

Une boîte a vocation sportive

La boîte Selespeed qui équipe de série cette version 2 l 150 ch, mais aussi sa grande sœur l’ALFA 156, n’est pas une transmission automatique mais bien une boîte mécanique robotisée : le conducteur reste libre à tout moment du choix du rapport pour son plus grand plaisir. La sélection de ces derniers s’opère par un petit levier ou par les commandes sous le volant. Elle hérite pour cela d'un embrayage robotisé (la pédale de gauche est supprimée). D’une utilisation rapide et pratique ce système de commande au volant issu de la de la technologie de MARANELLO (développé par FERRARI pour la F355) permet de garder les mains sur le volant pour monter ou descendre les rapports. On se prend presque pour un véritable pilote de circuit… La boîte séquentielle optimise la sélection des rapports et vous évite de lever le pied de l’accélérateur. L’électronique se charge de couper les gaz. La boîte reprend même des tours entre 2 passages pour conserver à tout moment un couple optimum mais aussi pour le plaisir auditif du conducteur…. Revers de la médaille, cette dernière passe aussi d’office le rapport supérieur dès que le moteur atteint son régime maximal. A noter cependant que les commandes au volant (up et down) ne sont disponibles qu’à partir d’une vitesse d’environ 10 km/h, ce qui, en cas de manœuvre à l’arrêt implique l’utilisation du sélecteur central. On retrouve également la position "city" qui permet d’activer une boîte automatique programmée pour faciliter une utilisation citadine de cette ALFA. Les puristes, quant à eux, pourront reprocher à cette boîte un temps de réponse un peu long, de légers à-coups en conduite sportive qui peuvent être évités en relevant légèrement le pied de l’accélérateur lors du passage des rapports et des palettes de sélection peu accessibles.

Un poids trop présent….

Malgré un moteur délivrant 150 ch et un châssis efficace, le point faible de cette ALFA 147 est sans aucun doute son poids qui limite ses performances (9,3 s pour le 0 à 100 km/h) malgré une vitesse de pointe de 208 km/h. Couplé à la boîte Selespeed, on aurait souhaité disposer d’une auto plus incisive et plus joueuse afin d’exploiter et de profiter pleinement de cette dernière. Pour une utilisation classique de tous les jours, ce moteur d’une puissance très linéaire, est cependant largement suffisant et disponible à tous régimes. La tenue de route est quant à elle, sécurisante, aidée par un système de suspension et de freinage efficace qui lui offre un bon comportement dynamique dans son ensemble et une bonne adhérence au sol. La suspension ferme garantit cependant un bon confort pour une voiture à vocation sportive. A noter quand même, un léger jeu, sensible dans la direction sur route dégradée, qui peut surprendre la première fois.

En final, peu de reproches donc à faire à cette 147, elle serait presque parfaite ! ALFA a su trouver une remplaçante de qualité à son ancienne 145, capable de rivaliser sans rougir avec ses principales concurrentes. Couplé à ses qualités routières, il resterait cependant à lui trouver un rapport poids/puissance capable de satisfaire la vocation typée sport de ce modèle équipé de la boîte Selespeed. Tout comme la 156, espérons qu’ALFA nous sortira une version Selespeed sur sa future 147 GTA afin de remédier à ce problème.. Affaire à suivre !

Stéphane PEREZZAN

2002-06-02