SUBARU BRZ 2.0

ESPACE SPORTIVE
  • Comportement
  • Style extérieur
  • Position de conduite
  • Consommation
  • Malus écologique
  • Vision ¾ arrière

Prix : 32 990 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres à plat - 16 soupapes - Propulsion - BVM6 - Injection essence
Cylindrée 1998 cm³
Puissance maxi 200 ch à 7000 tr/min
Couple maxi 20.00 mkg à 6400.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.24 m
Largeur 1.78 m
Hauteur 1.32 m

Poids

Total 1243 kg

Capacités

Coffre de 0 à 243 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 226 km/h
0 à 100 km/h 7.60 s

Environnement

Emission CO2 180 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.30
Urbaine 10.40
Mixte 7.80
Essai 7.90

LES PLAISIRS DE LA PROPULSION

SUBARU et TOYOTA se sont associés pour lancer un coupé sportif badgé respectivement BRZ et GT86. Ceux-ci ont été développés autour d’une inédite architecture : propulsion à moteur boxer avant. Entre ces deux modèles, les différences stylistiques et techniques sont vraiment minimes.

Tour du propriétaire

Le SUBARU BRZ est un coupé sportif gardant le style traditionnel avec un long capot, des ailes bien sculptées et un spoiler arrière sobre. Sa ligne de carrosserie est basse et sportive. Notre modèle d’essai est  vêtu de sa superbe robe "Bleu Mica" collant bien à l’image que l’on se fait quand on évoque le nom SUBARU. Le restylage que certains annoncent comme légeramène une touche sportive plus moderne : feux avants à LED, jantes alu de dix-sept pouces magnifiques, large diffuseur et feux arrière full LED redessinés.

La version testée est dotée d’une boîte mécanique à six rapports, plus dans l’esprit que la boîte auomatique. Avec les nouvelles mesures gourvernementales, le SUBARU BRZ souffre d’un malus conséquent. SUBARU a annoncé prendre en charge tout ou partie, à hauteur de 5.000 € (le malus 2018 est de 9.050 € en BVM et 4.890 € en BVA).

Intérieur

L’habitacle est simple et dépouillé. Tout est conçu pour la performance. Dès l’ouverture de la porte sans montant, le ton est donné. Les sièges baquets revêtus d’Alcantara sont siglés BRZ en surpiqure rouge du plus effet. La position idéale de conduite est très facile à trouver derrière un nouveau volant en cuir avec les commandes placées de part et d’autre du moyeu central. Le régulateur de vitesse est idéalement placé sous le volant du côté droit. Le tableau de bord accueille, à droite de l’immense compte-tours central, des données télémetriques telles que la courbe du couple. Cet ensemble est sobre et fonctionnel. Toutes les commandes tombent bien sous la main. Seule l’horloge digitale aurait mérité un restylage.

Le système multimedia est tactile. L’ergonomie n’est pas vraiment optimale et je n’ai pas été convaincu par le système "Starlink" face aux ténors tels que "Apple Car play" et "Android Auto". Le GPS (1.250 €) fait partie de la mince liste des options avec la peinture métallisée (610 €).

Cette petite nipponne n’est pas taillée pour le transport en commun. Ce n’est pas réellement ce que l’on recherche avec un coupé sportif 2+2. Seuls des enfants pourront prendre place à l’arrière. A noter la banquette arrière rabattue permet d’obtenir un plancher plat libérant une place importante pour le chargement depuis le coffre.

La position de conduite est basse. Elle offre un beau point de vue sur les galbes du capot. Après l’appui sur le bouton Start, la sonorité du flat 4 est contenue. Ce manque donne envie d’appuyer rageusement sur la pédale de droite afin de libérer les vocalises de ce boxer. En dessous de 3.000 tr/mn, le 2.0 litres offre un couple suffisant pour une conduite civilisée. Le moteur étant très linéaire sur cette partie, un filet de gaz permet de se mouvoir.

Sur la route

Passé ce cap, la cavalerie arrive accompagnée du râle spécifique du flat 4. On sent le potentiel. Le BRZ est très plaisant à conduire. Le volant et le pommeau de vitesses tombent bien sous la main. Un bémol, le frein à main est placé un peu haut. On se sent d’autant plus en confiance que le châssis, la direction et le moteur répondent au doigt et au pied avec une très grande précision. La boîte de vitesses est très précise et rapide. C’est un véritable plaisir de tomber un rapport afin de rester ou prolonger cette plage du moteur. L’équilibre est parfait.

Le freinage s’est montré très efficace avec suffisamment de mordant pour ma conduite. Il est possible de désactiver l’ESP pour revenir à une conduite à l’ancienne sans aucun filtre. Le comportement routier est sain. Ce modèle 2017 a profité de l’ajout d’une barre antiroulis arrière de plus grande section. Ce SUBARU BRZ ne surprend pas, il bénéficie d’un équilibre quasi parfait. C’est un vrai régal d’enchainer les lacets à son volant. La consommation lors de cet essai a atteint 7,9 l/100 km pour environ 250 km parcourus.

Budget

Le tarif s’élève à 32.990 € avec la boîte manuelle à six rapports et 34.990€ avec la boîte automatique. Au vu de l’esprit de cette voiture, la boîte manuelle est le meilleur compromis. Un prix d’attaque légèrement inférieur à son frère siamois TOYOTA. 

Le SUBARU BRZ n’est pas une super sportive mais dans la catégorie des voitures procurant un plaisir indéniable, elle se place dans le peloton de tête. Sa puissance est suffisante pour se faire plaisir. Cerise sur le gateau, son prix d’appel ne vient pas perturber cet ensemble très bien équilibré. Seul le malus écologique pourrait assombrir le tableau mais SUBARU devrait le prendre en charge jusqu’à 5 000 €. 

Regis DUPRAT

2018-01-20