JAGUAR E-Pace First Edition D180 AWD BVA

ESPACE SUV
  • Comportement dynamique
  • Ligne JAGUAR
  • Finition et équipement
  • Accord moteur/boîte automatique
  • Poids et consommation
  • Montée en gamme à prix excessif
  • Suspension ferme

Prix : 63 700 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes - Turbo Diesel injection directe - 4x4 - BVA9
Cylindrée 1999 cm³
Puissance maxi 180 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 43.85 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.39 m
Largeur 1.98 m
Hauteur 1.65 m

Poids

Total 1843 kg

Capacités

Coffre de 577 à 1234 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 205 km/h
0 à 100 km/h 9.30 s

Environnement

Emission CO2 147 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.10
Urbaine 6.50
Mixte 5.60
Essai 9.30

AMBITIEUSE

Avec le lancement de la E-Pace, JAGUAR confirme son appétence pour le marché incontournable du SUV. Après la F-Pace qui se positionne avec succès sur le créneau des crossover familiaux, la E-Pace espère contrer l’hégémonie des constructeurs germaniques qui, avec l’AUDI Q3 et le BMW X1, se taillent la part du lion sur le marché des compacts premium. Elle vient aussi se confronter avec le récent VOLVO XC40 qui a opté pour des moteurs puissants et des équipements haut de gamme.

Provocante

Essayer une JAGUAR, c’est forcément un peu différent. On associe à la marque performances sportives, lignes sculpturales, tableau de bord en bois précieux et compteurs Smiths. Même si les productions contemporaines s’éloignent nécessairement de certains clichés des années 60,  cet essai va nous permettre de juger si la nouvelle venue s’inscrit dans les valeurs emblématiques et modernisées de la marque.

Sans conteste, le design de la E-Pace se remarque. Aux antipodes des (trop) classiques AUDI Q3 et BMW X1, le dernier SUV du constructeur britannique propose un style différent des ténors du segment. Arrivant tard sur ce marché déjà très fourni, JAGUAR n’a pas hésité à donner dans le spectaculaire. La longueur et la hauteur de la E-Pace sont sensiblement identiques à celles de ses principaux concurrents, mais sa largeur en impose : 1,98 mètre, c’est quinze centimètres de plus qu’un Q3 ou qu’un X1.

De face, la E-Pace impressionne avec son capot plongeant surmontant une calandre béante inspirée de la F-Pace, elle-même encadrée par deux prises d’air latérales de belle taille. L’absence de porte-à-faux avant et surtout arrière, les grosses roues de vingt pouces qui équipent notre véhicule renforcent son allure virile et l’assoient sur la route. De profil, le pavillon fuyant plus épuré que celui de son aînée porte les gènes JAGUAR et contribue aisément à identifier la marque. Il est visuellement prolongé par une casquette qui surplombe la lunette arrière. La poupe est particulièrement réussie avec des hanches généreuses surmontées par des feux effilés. Les deux sorties d’échappement de bon diamètre parachèvent le caractère viril du véhicule.

 

Sportive de luxe

Même en l’absence de ronce de noyer, l’habitacle fleure bon le luxe dans notre version haut de gamme First Edition, avec des sièges et une planche de bord revêtus de cuir noir et agrémentés de surpiqûres rouges qui égayent un peu une ambiance au sérieux tout germanique. Le toit panoramique tranche par sa transparence avec le garnissage du pavillon en suédine noire. La planche de bord, tournée vers le conducteur, dispose d’une casquette au dessin original et d’une large console inclinée agrémentée d’une poignée de maintien. Il est dommage que quelques plastiques entourant les compteurs et l’écran central apportent une fausse note dans cet ensemble riche et bien fini.

En matière d’instrumentation, le conducteur bénéficie, sur notre modèle d’essai, de deux cadrans de facture classique, d’un affichage tête haute personnalisable et d’un large écran multimédia de dix pouces au format 21/9, placé en position centrale et regroupant toute la partie infodivertissement. Cet écran surmonte avec bonheur une série de touches et trois molettes d’accès direct aux commandes de chauffage et climatisation faciles à régler. Au pied de la console centrale, la plaque de chrome satiné entourant le levier de vitesse intègre les commandes d’ESP et le choix du mode de conduite : normal, éco, dynamique ou neige et glace. L’ergonomie du poste de conduite a été réalisée autour du pilote, dans un esprit cockpit qui rappelle le coupé E-Type, clin d’œil au positionnement sportif de notre SUV.

Côté rangements, les quatre bacs de porte de bon volume sont complétés par une volumineuse boîte à gants et un grand compartiment situé dans la console centrale. Le volume du coffre, avec 577 litres, se situe dans la bonne moyenne de la catégorie. Si le diable se niche parfois dans les détails, pour la E-Pace, ce serait plutôt le jaguar. Les concepteurs ont intégré dans le contour noir du pare-brise la silhouette d’une maman jaguar suivie de son petit, et cette silhouette est projetée en ombre chinoise par l’éclairage au sol lors de l’ouverture de la portière.

 

Variantes à foison

Construit sur un châssis extrapolé à partir de celui du cousin Evoque, la E-Pace n’accueille sous son capot que des moteurs Ingenium quatre cylindres deux litres, essence et Diesel. Deux niveaux de puissance sont proposés en essence, 250 et 300 chevaux, et trois en Diesel : 150, 180 et 240 chevaux. Manifestement, la marque britannique a placé la barre très haut ! Côté transmission, toutes les motorisations sont offertes en boîte automatique à neuf rapports, et seules les versions Diesel 150 et 180 chevaux sont disponibles en boîte manuelle six rapports.

Toutes les E-Pace sont par ailleurs équipées de transmissions intégrales plus ou moins sophistiquées selon la puissance des moteurs, et seule, la version Diesel 150 d’entrée de gamme est proposée en simple traction. Il est logique que JAGUAR capitalise sur le savoir-faire reconnu de LAND ROVER en la matière… Si on croise ces motorisations avec les quatre niveaux de finition proposés (base, S, SE, HSE) et la possibilité d’intégrer l’habillage sportif intérieur et extérieur R-Dynamic sur chacune des versions, nous obtenons près d’une cinquantaine de variantes. Si le prix d’appel se situe à 35.700 € pour la Diesel 150 chevaux en version traction et finition de base, la facture peut culminer à 64.550 € pour la motorisation 300 chevaux essence R-Dynamic assortie de l’exécution luxueuse HSE.

Une série First Edition s’ajoute à la gamme pérenne. Disponible uniquement la première année suivant le lancement, cette série dispose d’une finition de niveau SE complétée par divers équipements. Citons  les roues de vingt pouces, un toit panoramique fixe, une ouverture électrique du coffre et une fonction démarrage mains libres. Toutes les aides à la conduite sont présentes ou presque : gestion des feux de route automatique, sélecteur de mode de conduite avec personnalisation, régulateur de vitesse adaptatif, affichage tête haute, système de surveillance des angles morts avec assistance active et freinage d'urgence à haute vitesse... Côté confort enfin, la First Edition bénéficie de sièges en cuir Windsor réglables électriquement et à mémoire et d’un système audio Meridian 380 W à onze haut-parleurs. Ce modèle nous a été confié équipé d’une motorisation Diesel 180 chevaux, transmission intégrale et boîte automatique.

 

En piste !

C’est à quatre adultes que nous prenons la route sans bouder notre plaisir à l’idée de rouler dans une voiture cosy dont la ligne sportive se remarque. Première constatation, à toutes les allures légales, les bruits de moteur et de roulement sont bien contenus et permettent aux passagers de profiter de la qualité de l’ensemble audio Meridian.

Avec un couple de 430 Nm dès 1.750 tr/mn, notre motorisation Diesel de 180 chevaux est largement suffisante pour sécuriser notre équipage lors des manœuvres de dépassement. Par ailleurs, avec la neige tombée la veille, la transmission intégrale rassure sur les petites routes qui peuvent se révéler piégeuses dans leurs parties ombragées. La direction retransmet fidèlement l’état de la route et le niveau d’adhérence de la voiture. En conduite de bon père de famille, la boîte automatique est douce lors des montées de rapports, et les rétrogradages peuvent être gérés à l’aide des petites palettes solidaires du volant si la transmission n’est pas suffisamment réactive. Nous n’avons pas eu besoin du mode de conduite "neige et verglas", mais avons testé la position "dynamique" qui joue sur la direction, la sensibilité de l’accélérateur et surtout sur la stratégie des changements de rapports. L’efficacité de cette commande est réelle et apporte de la vivacité à la boîte dans un sens comme dans l’autre. Mais le manque d’enthousiasme des passagers a justifié un retour en mode "normal" d’autant que notre E-Pace qui ne bénéficiait pas de l’amortissement piloté, fait payer son dynamisme par un confort ferme. Les roues de vingt pouces chaussées de pneumatiques taille basse, série 45, ne sont pas étrangères à la remontée des imperfections de la route.

Malgré la largeur de la E-Pace, son agencement façon cockpit et, en particulier, le volume de la console centrale pénalisent la largeur disponible pour  les jambes du passager avant qui se retrouve engoncé entre ladite console et la portière. Rien de rédhibitoire, mais il est dommage que la vocation première de la E-Pace, un SUV polyvalent, soit ainsi contrariée. Les deux passagers installés à l’arrière voyageront avec un espace aux jambes suffisant à condition de ne pas excéder une taille de 1,80 mètre.

Dernière remarque, la E-Pace est lourde, trop lourde. C’est étonnant pour un modèle positionné comme sportif par son constructeur. Avec 1.843 kg à vide, notre version présente une surcharge pondérale de plus de 150 kg versus un AUDI Q3 Quattro ou plus de 200 kg rapporté à un BMW X1 à transmission intégrale. Et si cet embonpoint ne pénalise pas l’agilité de notre SUV grâce à sa puissance moteur et aux aides à la conduite dont il dispose, on le ressent lors du freinage qui manque de mordant, et surtout à la consommation qui a dépassé neuf litres lors de notre essai routier effectué en total respect des limites légales.

 

Spéciale technophiles

Bien entendu, la E-Pace dispose des aides à la conduite habituelles disponibles sur les hauts de gamme modernes. D’autres assistances spécifiques qui résultent du savoir-faire acquis par JAGUAR LAND ROVER en matière de tout-terrain, contribuent à sécuriser son comportement sur les terrains difficiles. C’est ainsi que le contrôle de progression toutes surfaces (ASPC) permet de démarrer et de maintenir une vitesse constante dans des conditions difficiles en présence de boue, herbe mouillée, verglas, neige ou sur des pentes raides. Réservé aux versions automatiques, il fonctionne comme un régulateur de vitesse conventionnel et opère entre 3,6 et 30 km/h. Toujours en termes de sécurité, la E-Pace dispose aussi d’un airbag piéton qui se déploie sur la base du pare-brise en cas de collision à une vitesse comprise entre 25 et 50 km/h.

Selon JAGUAR, la E-Pace est "l’un des véhicules les plus connectés et les plus intelligents de son segment". Le constructeur met en avant le système d’infodivertissement Touch Pro mis au point par JAGUAR LAND ROVER monté en série sur toutes les versions. Pour l’avoir en partie testé, l’ergonomie de certains menus reste à parfaire. L’écran tactile de dix pouces situé au centre du tableau de bord permet un affichage multifonctions tandis que les passagers disposent de la Wi-Fi  4G à bord pour huit appareils, de quatre prises douze volts et de cinq prises USB permettant de recharger leurs appareils. L’application Remote compatible avec nombre de smartphones permet à distance de verrouiller ou déverrouiller le véhicule, préchauffer ou climatiser le véhicule avant un trajet ou visualiser le dernier emplacement de stationnement et de bénéficier d’un guidage piéton jusqu’à votre voiture. Pratique !

Enfin et pour l’anecdote, notre JAGUAR disposait d’une innovante "clé-loisirs" étanche, sorte de bracelet en caoutchouc sans pièces mobiles ni pile, que l’on peut porter sur soi lorsqu’il n’est pas pratique de conserver la télécommande, pour faire du sport par exemple. Il suffit d’approcher ce bracelet de la partie supérieure de la plaque d’immatriculation arrière pour verrouiller ou déverrouiller la voiture, tandis que la télécommande restée à l’intérieur sera automatiquement désactivée.

Si votre objectif est de rouler dans un SUV cossu, largement motorisé et qui ne passe pas inaperçu, la JAGUAR E-Pace est faite pour vous. Il faudra bien sûr mettre la main à la poche car les tarifs liés aux motorisations et niveaux de finitions grimpent vite. Le constructeur britannique a été optimiste en ne proposant que des moteurs puissants, notamment en essence, qui s’acquittent de malus conséquents. Avec les freins qui pèsent sur le marché du Diesel, JAGUAR proposera-t-il une monture essence peut-être moins sportive, mais plus raisonnable ?

Bruno ROUMEGOUX

2018-03-29