SUBARU XV 2.0i Eyesight Exclusive

ESPACE Crossover
  • Garde au sol
  • Confort
  • Prix/Equipement
  • Moteur bruyant
  • Consommation
  • Volume du coffre

Prix : 31 990 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres à plat - 16 soupapes - Essence injection directe - 4 roues motrices AWD - CVT 7 rapports
Cylindrée 1995 cm³
Puissance maxi 156 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 19.99 mkg à 4000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.47 m
Largeur 1.80 m
Hauteur 1.62 m

Poids

Total 1439 kg

Capacités

Coffre de 385 à 1310 dm³
Réservoir 63 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 194 km/h
0 à 100 km/h 10.40 s

Environnement

Emission CO2 155 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.80
Urbaine 8.70
Mixte 6.90
Essai 8.70

L’ANTICONFORMISTE

Sur le marché dynamique des SUV, SUBARU fait partie des pionniers de la catégorie. Avec les modèles Outback et Forester, SUBARU présente le XV complètement renouvelé. Ce SUBARU XV n’est pas le plus extravagant du marché des crossovers mais il mérite le détour. Prenez une base d’Impreza avec une garde au sol surélevée, des boucliers et des protections de passage de roues spécifiques, vous obtiendrez ce SUBARU XV à l’aise sur tous les terrains.

Hors norme

La première génération a été lancée fin 2012. Le constructeur japonais avait réussi sa percée sur le marché américain sous la dénomination Crosstrek tandis qu’en Europe ce modèle restait sur une distribution plus confidentielle. Malgré un dessin proche de la première génération, le XV deuxième génération est totalement nouveau. Il repose sur la plateforme globale présentée en 2016 par SUBARU. Celle-ci amène un comportement de bonne facture. Son châssis rigidifié contient efficacement le roulis avec une direction précise. Le confort est de très bon niveau grâce à une belle progressivité de l’amortissement. Le SUBARU est à l’aise sur tous les terrains, c’est bien ce que recherche le public adepte de ce type de véhicule.

Sous le capot

Côté motorisation, deux moteurs sont proposés pour mouvoir ce SUV : en entrée de gamme, un bloc 1,6 litre de 115 chevaux et un deux litres "flat 4" de 156 chevaux cher à la marque nippone. Seuls ces deux moteurs essence sont proposés au catalogue, l’excellent moteur boxer Diesel ayant été écarté. Il est vrai que le marché se détourne petit à petit du tout Diesel, SUBARU en est un bon exemple.

Côté transmission, seule la boîte CVT à variation continue est proposée. Elle dispose de sept paliers avec un premier rapport assez court qui facilite les déplacements à basse vitesse avec un filet de gaz. Cependant, la marche arrière est vive (je la trouve trop nerveuse) surtout lors de manœuvres pour se garer en créneau notamment. Inversement en marche avant, la transmission est souple voire un peu trop. Sur les premiers rapports, la voiture est agréable, par contre, au-dessus de 80 km/h les accélérations sont lentes.

Le XV aurait mérité une meilleure insonorisation lors d’accélérations franches. En vitesse stabilisée, il reste par contre très silencieux. Ce SUV incite plus à une conduite souple bien en ligne avec la tendance actuelle de réduction de la vitesse sur les routes secondaires. Ne cherchez pas de version deux roues motrices, le SUBARU XV n’est commercialisé qu’avec une transmission intégrale permanente. La transmission intégrale conserve une répartition 60/40 sur les trains avant et arrière avec la fonction d’aide à la conduite en tout terrain de série : le X-Mode. Cette transmission intégrale fait partie de l’ADN de ce constructeur du soleil levant. Couplez là avec une garde au sol de 220 millimètres, permet à ce crossover de s’aventurer sur les chemins non carrossés sans problème. C’est même l’un des meilleurs de sa catégorie. Selon SUBARU, les pentes verglacées de 35° ne lui font pas peur.

Intérieur

À l'intérieur, la qualité perçue est en nette progression. La planche de bord est moderne avec un grand écran central tactile de huit pouces. L’ergonomie a été améliorée. Il est compatible des Apple CarPlay et Google Android Auto. La présentation intérieure est de bon niveau : équipement de série très complet, nombreux rangements et plastique moussé font partie de la panoplie. Le SUBARU XV offre une bonne habitabilité aux places arrière que ce soit en longueur aux jambes ou en garde au toit. Par contre, le volume de coffre limité à 385 litres noircit le tableau. Il est toujours possible de lui ajouter un coffre de toit sur les barres de toit longitudinales.

Sécurité

SUBARU a ajouté de série un système d’aide à la conduite baptisé "EyeSight". Celui-ci est composé de plusieurs capteurs et caméras qui scrutent la route en permanence et préviennent le conducteur de tout écart. Il alerte en cas de franchissement de ligne discontinue si le clignotant n’a pas été enclenché et aide au maintien de trajectoire. Le système manque un peu de finesse et de douceur. Le SUV embarque également un régulateur de vitesse adaptatif. L’association de tous ces dispositifs ont permis, à SUBARU, de décrocher cinq étoiles aux très exigeants crash-tests Euro NCAP.

Sur un marché très concurrentiel, le SUBARU XV se démarque avec de belles prestations facturées à un tarif attractif. Tous ses concurrents n’ont pas ses capacités en tout chemin. Rappelons sa garde au sol de 220 millimètres, sa transmission intégrale ou son moteur boxer de deux litres. Toutes les rivales, notamment allemandes, proposant ces mêmes prestations sont à des tarifs bien plus élevés. Dommage que ce SUBARU XV souffre d’un malus (en 2018) de 3. 113 €…

Regis DUPRAT

2018-06-28