RENAULT Talisman Intens Energy TCe 200 EDC 4Control

ESPACE Berline
  • Châssis 4Control
  • Puissance moteur
  • Dotation et habitabilité
  • Consommation
  • Caractère
  • Détails de finition

Prix : 36 800 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - Essence Turbocompressé - Traction - BVA7
Cylindrée 1618 cm³
Puissance maxi 200 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 26.54 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.85 m
Largeur 1.87 m
Hauteur 1.46 m

Poids

Total 1430 kg

Capacités

Coffre de 0 à 608 dm³
Réservoir 51 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 237 km/h
0 à 100 km/h 7.60 s

Environnement

Emission CO2 127 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.60
Urbaine 7.50
Mixte 5.60
Essai 0.00

A L’AISE, BLAISE !

Cocorico !!! Depuis quelques années nos constructeurs nationaux se sont enfin décidés à refaire de grandes berlines 100% "French Touch" afin de revenir dans le secteur, certes en déclin mais très statutaire, des grandes berlines familiales. C’est ainsi que cette Talisman est arrivée en 2015 avec la lourde tâche de faire oublier la trop discrète et méconnue Laguna 3. La version essence que nous essayons aujourd’hui ne devrait représenter qu’une infime partie des ventes de ce modèle, mais elle entre en concurrence frontale avec le savoir-faire des spécialistes d’outre-Rhin. Alors, à nous les autoroutes allemandes, comme au (bon) vieux temps de la R21 Turbo ? Bien Zurrrr….!

Le noir lui va si bien…

On ne va pas se mentir : la Talisman est une grosse voiture. La berline reste très légèrement plus courte que le break avec 4,85 mètres, mais une telle longueur reste cependant difficile à habiller correctement. Lors de notre précédent essai, nous avions loué l’abîme stylistique de cette auto par rapport à sa devancière, mais dans sa livrée claire les lignes nous étaient parfois apparues comme inutilement chargées et un brin pataudes. Force est de constater que dans cette livrée bleu cosmos assez foncée, ces petits doutes sont comme gommés. Bizarrement une couleur foncée fait mieux ressortir le dessin de la ligne générale de l’auto en gommant les petits détails inutiles. C’est ainsi que l’on apprécie mieux la "chute de pavillon" sur son profil, toute soulignée de chrome en haut des portes. Depuis l’arrivée de Laurens Van den Acker au style du constructeur au losange, celui-ci s’est aussi remis à savoir faire des faces avant. Si elle n’a pas obtenu de prix de design celle de la Talisman est en tous cas bien caractéristique avec ces deux "C" lumineux dans le prolongement des phares, et le logo "king size" affiche un caractère statutaire.

Notre voiture d’essai disposait du pack 4Control avec châssis à roues arrière directrices. Ce système, apparu sur feue la Laguna GT, braque les roues arrière en fonction de la vitesse ou de l’attitude de l’auto (prise d’appui, accélération, etc…) afin de lui procurer réactivité et agilité. Cette option, facturée tout de même 1.500 €, inclut également la suspension pilotée.

A l’intérieur, c’est l’espace qui prime, au grand bonheur des passagers arrière et du coffre, même si celui-ci ne propose pas de hayon mais une banquette arrière rabattable tout de même. Dans cette finition "Intens", l’habillage simili cuir/tissu des sièges parait solide à défaut d’être haut de gamme. Le traitement de la planche de bord en plastique moussé est de bonne facture, mais pas ceux de la console centrale semblant sensibles aux rayures, ni ceux trop durs mis au niveau des genoux et des contre-portes. Dommage...

 

Sous son meilleur jour

 

Une RENAULT restera toujours une voiture à vivre et on appréciera tout particulièrement ici l’ingéniosité déployée dans l’aménagement de l’habitacle. Le rangement clos pour smartphone portable implanté devant le levier de vitesses en bas de console est ainsi très pratique mais vous fera oublier plus d’une fois votre téléphone dans la voiture. Il ne lui manque plus qu’une recharge par induction. Un petit coup de griffe est cependant mérité sur l’implantation des prises USB pas très ergonomique.

 

Au niveau du poste de conduite, les multiples réglages du siège permettent de trouver une position confortable quel que soit votre gabarit. Le combiné d’instrumentation comprend deux jauges analogiques de température du liquide de refroidissement et de carburant, entourant un écran central faisant office de compte-tours et de tachymètre. C’est là un petit regret à ce niveau de gamme car, dans les standards actuels, la plupart des concurrentes affichent maintenant une instrumentation complètement digitale comme le i-cockpit de PEUGEOT, qui vont permettent beaucoup plus de possibilités d’affichage et de personnalisation comme par exemple la navigation. C’est là un manque que le grand écran de 8,7 pouces de la console centrale ne parvient malheureusement pas à faire totalement oublier.

Pour le reste, la dotation est particulièrement bien fournie. Outre le démarrage sans clé on mentionnera les phares à LED Purevision, le régulateur de vitesse adaptatif agissant au besoin sur les freins, ainsi que le viseur tête haute (en option à 500 € sur Intens). Ce dernier s’avère très lisible et fonctionnel, d’autant plus qu’à la différence de systèmes concurrents la lame de réflexion est blanche et non foncée, et ne gêne donc absolument pas le champ de vision. Quelques vibrations apparaissant cependant sur route dégradée et en impactent la lisibilité.

Parmi des petits regrets se trouvent le bac amovible du rangement central entre les sièges avant, peu pratique à manipuler et gênant l’accès au compartiment refroidi pour les canettes, ainsi que le système RLink-2. Si le système initial était une vraie réussite, il a trop pris d’embonpoint au fil des ans. Le système de cette Talisman est peu réactif et a perdu de son intuitivité au risque de se perdre maintenant dans les nombreux menus. Mais LE détail qui énerve concerne l’intégration du système COYOTE qui transforme votre voiture en moulin à paroles et "pouic-pouic" en tous genres. Trop c’est trop et désactiver le système et toutes les alarmes pour être enfin tranquille demande un petit moment d’investigation, car baisser le son ne suffit pas : la musique de l’autoradio continuera de s’adapter à chaque alarme rendant l’écoute de la radio inconfortable. Il n’est donc que trop recommandé d’investir le temps nécessaire à bien lire le manuel pour pouvoir configurer le système à votre main : après tout, si vous appréciez que votre voiture vous fasse la causette, c’est votre choix.

Un châssis exemplaire

LA bonne surprise vient bien du comportement. Le système 4Control est toujours aussi démoniaque et paye amplement sa place, tant il donne à cette auto de taille respectable l’agilité d’une trottinette en ville et des vitesses de passage en courbe dignes d’une ALPINE ! Pour être tout à fait honnête cependant, cette Talisman n’est pas une sportive. Elle préfère plutôt enrouler tout en puissance sur de belles routes dégagées. Le petit 1,6 litre se montre rageur et brutal en bas grâce au souffle de son turbo, mais se montre assez linéaire dans ses montées en régime sans véritablement se transfigurer en démon jusqu’à la zone rouge. Les performances sont cependant bien là, comme en atteste le 100 km/h atteint en bien moins que huit secondes. Le fait est que RENAULT a ici fait dans le sérieux : efficace, pas démonstratif. La voiture est donc en toutes circonstances légère et alerte, ce qui en soi procure déjà un très bon agrément au quotidien, d’autant plus que l’insonorisation moteur est de tout premier plan, ce que regretteront certains mais que l’on apprécie sur long trajet. En conclusion, sur la ligne "tirer des bourres" sur autoroute allemande : "check" !

Les seuls petits défauts constatés concernent la brutalité de la transmission au démarrage, la voiture embrayant assez sèchement dès que l’accélérateur est un tant soit peu sollicité, la boîte EDC 7 se montrant par ailleurs douce et réactive sur ses changements de rapports une fois lancée. Enfin la suspension, quoique pilotée, ne nous a pas impressionnés par sa capacité de filtrage sur route dégradée.

Une copie trop germanique ? C’est ce qu’on est en droit de se demander face à cette auto affûtée mais manquant finalement de personnalité. Cette Talisman TCe 200 a pourtant de solides arguments de grande routière efficace, à commencer par ses fameuses roues arrière directrices, mais c’est dans les détails qu’elle pêche pour pouvoir entrer de manière fracassante dans le haut du panier. Cette version est cependant bien placée dans la gamme, moins chère même que le dCi 160 : un argument à considérer si vous n’êtes pas un gros rouleur et voulez profiter de l’agrément d’une grande berline. Enfin, pour les aficionados des familiales sportives, RENAULT sortira en septembre 2018 une version "S-Edition" portée à 225 chevaux et dotée d’un look exclusif, que nous vous présenterons prochainement.

Frederic JOUSSET

2018-07-04