KIA Sorento GT line Ultimate 2.2 CRDI 200 BVA

ESPACE SUV
  • Look affirmé
  • Ensemble moteur transmission automatique
  • Confort aidé par la technologie embarquée
  • Tarif et malus (8.753 € en 2018)
  • Modèle peu connu
  • Comportement pataud en conduite sportive

Prix : 54 350 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - Turbo Diesel injection directe common rail - Intégrale semi-permanente - BVA6
Cylindrée 2199 cm³
Puissance maxi 200 ch à 3800 tr/min
Couple maxi 44.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.78 m
Largeur 1.89 m
Hauteur 1.69 m

Poids

Total 1953 kg

Capacités

Coffre de 142 à 1662 dm³
Réservoir 71 L
Nb de places 7

Performances

Vitesse maxi 203 km/h
0 à 100 km/h 9.60 s

Environnement

Emission CO2 174 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.90
Urbaine 7.80
Mixte 6.60
Essai 7.80

DERNIER LIFTING POUR LE SORENTO

Malgré une année 2017 record en termes de ventes pour KIA, plus 10,5%, le Sorento a bien du mal à s’imposer sur le créneau des grands SUV. Avec seulement 365 immatriculations en 2017, cette troisième génération apparue sur nos routes courant 2015 vient de subir son dernier lifting. Mais est-ce suffisant pour enfin lui permettre de mieux trouver sa place face à une concurrence elle aussi en forte évolution ?

Ses cibles

Si vous cherchez un grand véhicule familial de sept places, très bien équipé, confortable, sécurisant, capable ponctuellement de sortir du bitume et pouvant embarquer les bagages de toute la famille, alors, tout comme le PEUGEOT 5008, le RENAULT Espace ou le HYUNDAI Santa-Fe, ce Sorento, beaucoup moins diffusé sur nos routes que ses concurrents, est une alternative qui vous permettra de rouler différent. Avec sa garantie de sept ans ou 150.0000 kilomètres, il se doit d’être regardé.

Côté extérieur

Dès le premier regard, la face avant en impose avec son bouclier judicieusement modernisé, ainsi que la calandre "Tiger nose" bien dans le style des modèles de la marque. Les deux grandes nervures du capot courant jusqu’aux montants du pare-brise et la nouvelle signature visuelle agrémentée d’antibrouillards multifacettes à LED, lui assurent une allure résolument cossue. L’arrière, quant à lui, avec son hayon surmonté d’un becquet, son faux diffuseur couleur aluminium et sa double sortie d’échappement rectangulaire, est tout aussi séduisant. Mais c’est vue de côté que le KIA impose le mieux son style. Dans cette teinte "gris Manhattan", la mixité de chrome et d’aluminium des joncs de fenêtres, des rails de toit et des poignées lui offrent un look de baroudeur chic. Bien posé sur les belles jantes de dix-neuf pouces aux étriers de frein rouges, le design aux flancs harmonieusement creusés ainsi que les marchepieds, procurent à l’ensemble, une ligne fluide, bien proportionnée, malgré ses dimensions généreuses.

Vie à bord

Dès que vous ouvrez la porte, vous êtes accueillis dans un univers de cuir noir surpiqué en blanc du plus bel effet, d’éléments de mobilier laqués noirs, de touches d’aluminium satiné et de chrome savamment orchestrés dans l’habitacle. L’ensemble du tableau de bord est harmonieux et constitué de matériaux de bonne facture. A quelques exceptions près, la plupart des éléments sont moussés. Vous trouvez rapidement votre position de conduite dans les superbes et confortables sièges ventilés et chauffants à commandes électriques siglés GT Line. Vos petites affaires personnelles trouvent facilement leurs places dans les nombreux rangements participant ainsi au confort procuré par cet habitacle bien agencé ou tout tombe facilement sous la main. Le compteur de vitesse intègre un écran multifonction TFT LCD couleur de sept pouces et le combiné huit pouces, intégrant entre autre le GPS, est plutôt intuitif d’utilisation. Côté connexions, vous disposez d’un combiné comprenant une prise USB, une auxiliaire et deux alimentations 12 V ainsi qu’un système de recharge d’un smartphone par induction. KIA a su dans cette avalanche de technologie, mixer avec goût les commandes tactiles et manuelles.

Pour ce qui est des passagers, ceux du deuxièmerang sont tout aussi bien choyés avec notamment la climatisation et les sièges chauffants aux dossiers inclinables. Pour les grands gabarits, vous pouvez régler la distance aux genoux grâce aux sièges montés sur glissières, profiter des prises USB, des rideaux de vitres ou du grand toit panoramique et ouvrant. Quant aux deux sièges du troisième rang, ils sont facilement mis en place à partir de la commande dans le coffre et peuvent même occasionnellement accueillir des adultes.

L’ouverture mains-libres très pratique du coffre est couplée au système de démarrage. Il suffit, clé en poche, de se présenter face au hayon qui s’ouvre automatiquement après quelques secondes. Le seuil de chargement placé assez haut, facilite l’embarquement des bagages. Il est gargantuesque avec ses 605 dm3, vous bénéficiez même d’un petit compartiment sous le plancher, devant celui de la roue de secours, bien pratique pour loger les équipements de sécurité et autres petits objets. Dans le cas où vous auriez des envies de déménagement, les sièges arrière 1/3-2/3 une fois rabattus, dégagent un beau volume de 1.662 dm3 avec un plancher pratiquement plat. Le petit plus, est la mémorisation à partir de la clé, du degré d’ouverture du coffre en fonction de la hauteur du conducteur, qui est bien entendu à fermeture automatique.

Les équipements et options

Hormis la peinture métallisée, la configuration de ce modèle est déjà entièrement équipée de série. En plus des équipements déjà cités, vous pouvez compter sur un grand nombre d’aides à la conduite comme l’assistance au démarrage en cote (HCA), le contrôle de stabilité (VSM) qui intervient simultanément sur le contrôle de la force de freinage, le couple du moteur et la direction, le régulateur de vitesse adaptatif (SCC) dont la distance d’intervention est réglable suivant quatre niveaux, le système visuel et sonore de surveillance des angles morts (SCC) couplé avec la détection de trafic arrière (RCCW). Le Sorento accueille aussi l’assistance active au maintien de la voie (LKA), le freinage d’urgence autonome (FCA), la gestion intelligente des feux de route (HBA), les projecteurs full LED qui pivotent en fonction de la position du volant et le système assure la gestion de l’éclairage en fonction de la circulation. La liste est complétée par le système de reconnaissance des panneaux (ISLW), l’aide au stationnement en créneau et en bataille, la vision panoramique 360° à l’aide de quatre caméras et bien d’autres. Seul petit manque à cette profusion de technologie, j’aurais aimé profiter de l’affichage tête haute.

Dynamique

Bien installé, voici maintenant venu le temps de prendre le volant. Mode Eco enclenché et c’est parti. Malgré son gabarit, se faufiler dans la circulation parisienne est chose facile, la boîte auto est agréable, le 2,2 litres a du couple et les grandes surfaces vitrées facilitent la vision même si dans certain cas les montants du pare-brise demandent une petite adaptation. La direction est douce et les pavés sont plutôt bien absorbés.

Sur la nationale, je joue avec les palettes au volant pour animer les 200 chevaux du moteur qui distille malgré les 1.953 kg de l’ensemble, de bonnes sensations, et répond présent à la moindre impulsion sur la pédale de droite. Vite lassé, je m’en remets au mode Sport tout aussi expressif dans les relances. Je suis surpris par la graduation du compteur de vitesse, 20, 40, 60… pas en phase avec nos limitations 30, 50, 70, certes un détail mais franchement peu pratique, sauf pour la nouvelle limitation à 80 km/h sur route.

Sur l’autoroute, je repasse en mode Eco et je profite pleinement de l’affluence de technologie. Après avoir choisi le paramètre de distance souhaité, le régulateur adaptatif est un vrai régal. Les kilomètres défilent et je me rends compte que du fait de sa largeur imposante, il m’est difficile de reposer les coudes, que ce soit côté portière ou côté console centrale. Mais tout comme le grand toit panoramique et ouvrant, le système audio Premium Harman Kardon, avec ses dix haut-parleurs, participe à la sérénité générale.

C’est de nuit que j’attaque les petites routes sinueuses de ma fin de parcours. Bien aidé par le système d’éclairage pivotant Full LED performant, je passe en mode Sport afin d’augmenter légèrement le rythme. L’ensemble moteur boîte est toujours présent, le freinage est puissant et endurant même si le ressenti à la pédale peut être légèrement perturbé dans certains cas par quelques vibrations parasites. L’enroulement des virages est fluide, et le châssis, bien aidé par le contrôle de stabilité, sait se montrer assez homogène et jamais piégeur, même si l’ensemble est un peu pataud en conduite soutenue sur routes très sinueuses, mais ce n’est pas non plus une sportive. Il fait vraiment bon voyager en famille en toute sérénité à bord de ce Sorento.

Le KIA Sorento peut ravir le quotidien de bien des conducteurs, avec un look bien dans l’air du temps, un équipement digne des modèles premiums et un comportement dans la très bonne moyenne de la catégorie. Certes le tarif est élevé dans cette version à 53.650 €, mais il est situé entre ceux de certains modèles germaniques premiums et ceux de marques plus généralistes. Il fait vraiment bon voyager à bord de ce KIA Sorento et il mérite pleinement votre attention au moment de faire votre choix.

Eric OGUEY

2018-06-28