MAZDA 3 2.0 Skyactiv-G 120ch Signature

ESPACE COMPACTE
  • Moteur / boîte
  • Sérieux
  • Prix
  • Habitabilité
  • Visibilité vers l’arrière
  • Consommation

Prix : 24 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - traction – BVM6 Essence injection directe
Cylindrée 1990 cm³
Puissance maxi 120 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 21.00 mkg à 4000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.45 m
Largeur 1.80 m
Hauteur 1.47 m

Poids

Total 1205 kg

Capacités

Coffre de 364 à 1263 dm³
Réservoir 51 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 195 km/h
0 à 100 km/h 8.90 s

Environnement

Emission CO2 119 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.30
Urbaine 6.50
Mixte 5.10
Essai 6.90

SERENITE

La MAZDA 3 est une vieille connaissance au sens où elle existe depuis des années au fil des générations (en y incluant les 323). Elle représente en quelque sorte la Corolla ou la Civic de MAZDA. Notre génération, la troisième, arrive bientôt à son terme (voyez le Kai Concept présenté à Genève qui annonce joliment la suite) et avant l’arrivée de la relève, une petite série spéciale est toujours bienvenue. C’est l’occasion de faire un petit bout de route avec cette discrète compacte qui ne demande qu’à être connue, et bien sûr reconnue…

Cadeau

Il est à peine besoin de présenter la 3, mais pour les retardataires, la MAZDA entre dans le segment C des PEUGEOT 308 et RENAULT Mégane. On peut même dire qu’elle le surclasse, car, depuis la génération précédente, la 3 se situe dans la partie longue du segment. Une MAZDA 3 mesure dix centimètres de plus qu’une Mégane. Bien qu’elle ait l’air plus compacte que sa devancière, il n’en est rien, les 4,47 mètres n’ont pas évolué. A qui profite cette généreuse dimension ? Pas au volume de coffre qui reste en deçà de celui de nos plus courtes françaises. C’est l’empattement qui en profite (un peu) en comparaison avec la Mégane. Et pourtant l’intérieur ne donne pas cette impression de largesse.

Restons dans l’habitacle. Celui-ci respire le sérieux ; je n’ai pas dit la tristesse dans le travers où on associerait sérieux avec noir intégral. MAZDA a utilisé quelques décors alu autour du volant, de la planche de bord et de la console centrale. Je décerne tout de suite un bon point pour la sellerie, agréable à l’œil et confortable en maintien. L’écran central de sept pouces placé en sommet de console, assure les informations. Bien que tactile, une molette sur la console, presqu’anachronique, complète ou redonde la commande (navigation, média, ordinateur de bord ou téléphone). La série Signature ajoute l’affichage tête haute qui rappelle vitesse, panneaux et navigation, la voiture étant capable de lire les panneaux.

Credo

Notre 3 est équipée d’un quatre cylindres essence de deux litres donnant 120 chevaux, c’est la petite puissance en sachant que ce même moteur peut procurer 45 chevaux de plus. MAZDA est un des rares constructeurs avec HONDA, à ne pas avoir succombé aux sirènes du "down sizing" qui consiste à supprimer un cylindre, en tout cas réduire la cylindrée et compenser ce manque par un turbo au moins. Ce choix devrait être bien "vu" par ceux qui pensent longévité, et a minima procurer une certaine sérénité de conduite. Le moteur assure à la fois une relative élasticité au gré des régimes et surtout une agréable onctuosité. On n’avait un peu perdu ce genre de considération ces derniers temps avec tous ces trois cylindres. On se dit qu’avec une telle cylindrée, c’est la consommation qui va en pâtir. Et on n’a pas complètement tort, l’ordinateur m’a affiché un score moyen de 6,9 l/100 km, pourtant obtenu avec une conduite plutôt de type "Eco Challenge" en mixité route et ville. MAZDA propose aussi une association avec une boîte automatique (à six rapports également), mais ce serait se priver du passage très précis des rapports, une spécialité MAZDA ! La sérénité se retrouve enfin dans la tenue de route et le freinage, sans critique.

KoDo

La sérénité, maître mot associé à la 3, se voit dans style pile dans la nouvelle vague MAZDA caractérisée par une calandre dominant la face, soulignée d’un jonc chromé qui se termine de part et d’autre dans les optiques. L’autre trait dominant chez MAZDA est matérialisé par le galbe des ailes avant, sorte de vague qui vient mourir sur le flanc arrière. Les stylistes du constructeur parlent de "KoDo" (l’âme du mouvement)… Ces convergences de lignes donnent une poupe plutôt trapue, assez conventionnelle, juste marquée par le béquet de toit. Heureusement, l’écran central accueille une caméra de recul, un autre des bénéfices de notre série spéciale.

Ne cherchez pas une association au "plat signature" d’un grand chef, la 3 Signature se place plutôt dans les signes qu’elle procure. Extérieurement, les feux avant et arrière sont à LED et les jantes en alliage sont spécifiques. Pour passer de l’extérieur à l’intérieur, les portes s’ouvrent et se ferment intelligemment tant qu’on a la commande en poche. Cette série se place en niveau 2 pour 1.300 € de plus que la finition d’entrée "Elegance" qui est déjà très bien dotée pour le prix. Elle offre déjà une ribambelle d’aides à la sécurité comme la surveillance des angles morts ou le freinage intelligent à basse vitesse (détection de pétons ou d’obstacles). A 24.900 € ou 26.100 € en version 165 chevaux, le prix est plus qu’intéressant au regard des prestations de la voiture.

La recherche de sérénité peut être un critère de choix de sa prochaine voiture. On a envie d’une voiture sérieuse, bien équipée, capable de reprises et bien sûr le tout pour un prix contenu. La MAZDA 3 est une compacte qui gagne à être connue. Caractérisée par une motorisation de cylindrée élevée au regard de la puissance, la voiture ajoute une donne qui pourrait apparaître dépassée pour certains. D’accord, la consommation pourrait être meilleure, mais on ne peut pas tout avoir. La sérénité peut avoir, dans certains cas, un prix à payer et finalement celui de la 3 reste tout à fait accessible…

Philippe NIOLLET

2018-01-01