PEUGEOT 5008 2.0 BlueHDi 150 BVM6 Allure

ESPACE SUV
  • Ligne dynamique
  • Ergonomie et confort
  • Sept places de série
  • Comportement routier
  • Coffre réduit en configuration sept places
  • Sièges de la troisième rangée peu confortables
  • Disparition du moteur HDI 150

Prix : Non communiqué

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - Turbo Diesel injection directe rampe commune - Traction – BVM6
Cylindrée 1997 cm³
Puissance maxi 150 ch à 2750 tr/min
Couple maxi 37.73 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.64 m
Largeur 1.91 m
Hauteur 1.65 m

Poids

Total 1490 kg

Capacités

Coffre de 110 à 1940 dm³
Réservoir 56 L
Nb de places 7

Performances

Vitesse maxi 206 km/h
0 à 100 km/h 10.50 s

Environnement

Emission CO2 118 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.20
Urbaine 5.30
Mixte 4.60
Essai 6.20

ENCORE UN SURDOUE DANS LA FRATRIE !

Une fois n’est pas coutume, Actua-Auto vous présente ici un article écrit avec l’esprit de journaliste amateur et une approche en "bon père de famille". C’est en effet l’attitude que nous avons adoptée pour cet essai qui nous a amenés des routes de la région parisienne jusqu’à la belle région du Lot. Ce parcours longue distance nous a permis de mettre à l’épreuve ce 5008 dans différentes configurations : en ville, sur autoroute ou encore sur route sinueuse et étroite. Quel est notre verdict ? Découvrez-le…

Du monospace au SUV…

Habitué à conduire un monospace âgé de quelques années, j’avais hâte de voir quels progrès offrait ce 5008. Loin de moi l’idée de vouloir vraiment comparer mon monospace de 2009 avec un SUV de 2018, mais il est intéressant d’analyser les évolutions techniques, la différence de confort entre mon véhicule habituel et le nouveau véhicule familial de PEUGEOT.

Côté design, le 5008 est le grand frère du 3008, la similitude est flagrante. Pour un non-initié, la différence entre un 3008 et un 5008 concernant sa ligne extérieure se voit principalement dans la différence de longueur (+ dix-neuf centimètres pour le 5008). Ils partagent tous les deux des similarités dans leur design extérieur avec cependant quelques différences dans le bouclier avant. La grille de calandre est spécifique ainsi que la custode et le hayon qui ont été redessinés sur le 5008. La tendance stylistique prise par PEUGEOT et le dessin de ce 5008 font qu’il est pleinement dans la filiation PEUGEOT.

PEUGEOT considère désormais le 5008 comme un SUV et non plus un monospace. Cette fantaisie sémantique est très tendance chez les constructeurs. Peu importe, le 5008 est par nature un véhicule familial qui permet d’accueillir sept passagers (les sept sièges sont de série). Attention les deux sièges de la troisième rangée repliés dans le coffre sont des sièges d’appoint. Ils ne sont pas adaptés à des adultes pour parcourir de longues distances dans de bonnes conditions. Une petit plus est la possibilité de les enlever complètement du coffre pour donner à celui-ci encore un peu plus de volume, ce dont il ne manque pas au passage. A noter que le siège passager avant peut se plier en mode tablette, ce qui est très astucieux pour du chargement en longueur (jusqu’à 3,20 mètres).

Habitacle sûr et très accueillant

L’habitacle cossu est très agréable et accueillant. Le volume offert aux cinq occupants principaux, le confort des sièges en cuir noir, la luminosité, le nombre important de rangements et l’ergonomie proposée sont d’excellentes qualités. Les passagers de la deuxième rangée bénéficient de trois sièges, tous de mêmes dimensions, ainsi le passager du milieu ne sera pas lésé. Le conducteur est très bien installé avec des commandes au volant très bien disposées. Les différents boutons de raccourci et l’écran digital de douze pouces offrent une bonne ergonomie que nous avons plutôt l’habitude de trouver sur les modèles premiums des constructeurs d’outre-Rhin. La position de conduite, la taille du volant, le positionnement et la taille du pommeau de vitesses mécanique et la qualité de la direction assistée permettent une prise en main aisée et rapide.

N'en jetez plus !

Les finitions disponibles sur le PEUGEOT 5008 sont au nombre de cinq, avec les niveaux Access, Active, Allure, GT Line et GT, auxquels il faut ajouter la série spéciale Crossway. Cette dernière s'intercale entre les niveaux Allure et GT Line et se démarque par son style un peu plus sportif et son système Grip Control. Nous avons disposé de la version Allure dont l’offre en équipements est pléthorique (et aussi parce que PEUGEOT a ajouté quelques équipements supplémentaires en option dans la voiture). Même lors de notre longue phase d’essai, il n’est pas sûr que nous ayons pu tous les tester tant la quantité est impressionnante. Le tableau i-cockpit déjà présent sur le 3008 a des qualités émérites et indéniables. Qu’il est agréable d’avoir accès à des informations sur son véhicule tout en ayant la possibilité de les faire apparaître avec un agencement modulable à souhait. Cette possibilité de "customisation" est un vrai plus (on a le choix entre un mode d’affichage "minimal", "conduite", "navigation" et "personnalisé").

A l’épreuve des Causses du Quercy

Qu’en est-il du comportement routier de ce véhicule ? C’est un point sur lequel nous avons voulu être très attentifs pendant notre essai. Notre véhicule d’essai était équipé d’un moteur deux litres BlueHDI de 150 chevaux et d’une boîte mécanique à six rapports. Le 5008 pèse presque 1.500 kg à vide. Une telle masse pourrait être pénalisante à l’usage, il n’en est rien. A faible vitesse (en dessous de 50 km/h), le moteur se fait un peu entendre. Ce n’est pas gênant en milieu urbain mais cela est plus perceptible en pleine campagne fenêtres ouvertes, cependant l’habitacle feutre efficacement le niveau sonore. A plus vive allure et lors des accélérations, le niveau sonore n’est pas forcément démultiplié. De toute façon, cela reste un moteur Diesel, il faut donc s’accommoder avec cet aspect.

Nous avons testé ce 5008 sur un peu plus d’un millier de kilomètres sur différents types de revêtement, sur des parcours divers et variés (autoroutes, routes sinueuses des Causses du Quercy) et à différentes vitesses.

Le 5008 obtient un satisfecit de notre part pour sa capacité à être à l’aise dans l’ensemble de ces conditions. Il faut le dire j’étais assez dubitatif de parcourir tous ces kilomètres avec une boîte manuelle qui selon moi ne sied pas forcément à ce type de véhicule. J'ai été surpris par la très bonne adaptation de la boîte au couple proposé par le moteur. Même après des heures de route, il n’y a eu aucune lassitude de ma part à changer les rapports. Ce 5008 est bienveillant pour les passagers même en courbe ou sur routes cahoteuses, en effet le véhicule a passé haut la main notre test dit "enfant sujet au mal des transports" et pourtant notre version d’essai était équipée de pneumatiques de dix-neuf pouces (attention au tarif pour les remplacer). Nous avons testé le freinage avec un véhicule chargé et avec plusieurs passagers, rien à dire la distance de freinage est correcte et la sensation de sécurité au rendez-vous.

"Feu" moteur, snif !

Attachons-nous maintenant à l’analyse des aptitudes de "feu" le moteur deux litres de 150 chevaux. Pourquoi le qualifions-nous de feu ? En effet depuis cet été PEUGEOT a décidé de ne plus proposer cette motorisation au catalogue de vente. Ce choix nous étonne car, à l’usage, nous avons apprécié sa capacité de réaction, sa plage d’utilisation et sa frugalité en mode stabilisé. Nous avons pu la tester dans différentes conditions de circulation, dépassements sur autoroute, conduite nécessitant de la précision sur route plus étroite, utilisation en régime stabilisé avec le régulateur de vitesse et enfin routes sinueuses nécessitant de nombreux changement de rapport. Ce moteur nous a offert une bonne alternative en termes de puissance sur l’ensemble du parcours avec une vraie capacité d’adaptation à ces différentes conditions. Avec notre essai long et l’adoption de différents styles de conduite, l’ordinateur de bord a affiché une consommation moyenne de 6,2 l/100 km. A titre de comparaison, mon C4 Picasso de 110 chevaux consomme plus.

Depuis la fin de l’été, l’offre Diesel au catalogue du 5008 propose soit la version 130 chevaux, soit la version 180 chevaux. Nous avons testé le 180 chevaux sur un 3008, nous le savons très efficace mais il est nettement plus cher à l’achat que la version 130 chevaux. Le 150 chevaux était donc une bonne alternative à ces deux motorisations. Tant pis.

Luxe calme et volupté

Dans toutes ces conditions, l’ensemble transmission, boîte, moteur a été convaincant. Alors bien sûr, notre analyse et notre appréciation des performances est faite au regard de ce que nous pouvons attendre d’un SUV (ou d’un monospace n’en déplaise à PEUGEOT). Le 5008 ne malmène jamais ses passagers. Bien au contraire, il les "chouchoute" alors qu’au regard de son gabarit, on aurait pu s’attendre de temps en temps à un comportement pataud, il n’en est rien. La tenue de route est de très bonne facture et la prise de roulis est faible en virage. On note cependant que nous avons ressenti en de rares occasions quelques à-coups lors de certaines relances en charge à bas régime.

Vous prendrez bien un petit coup de boost ?

Lors de notre essai, nous nous sommes quelquefois amusés à enclencher le bouton "SPORT" qui active le Driver Sport pack. Cela se traduit par les effets suivants : la direction assistée et la cartographie de la pédale d'accélérateur deviennent plus réactives, la sonorité du moteur est amplifiée et plus sportive. Un changement de couleur de l'affichage du combiné s'opère en passant du blanc au rouge, laissant apparaître des paramètres relatifs à l'exploitation dynamique du véhicule (puissance, pression de suralimentation, couple délivré, accélération longitudinale et transversale). L’association entre ce mode sport et le moteur 150 chevaux apporte un vrai plaisir supplémentaire de conduite. Cependant PEUGEOT aurait pu se passer d’ajouter une bande sonore qui simule un moteur de formule 1 dans les enceintes. Avec ce mode, la consommation est évidemment plus importante.

Ce PEUGEOT 5008 a réussi haut la main notre essai sur longue distance. Nous avons pu apprécier le véhicule dans différentes conditions, c’est une très bonne extension du très réussi 3008 pour qui recherche un peu plus de places. Basé sur la même plateforme (EPM2), le 5008 offre les mêmes qualités esthétiques (pour peu que l’on apprécie ce type de ligne), de très bonnes qualités dynamiques et de tenue de route. Les heures de route ont été très agréables. PEUGEOT a mis la barre assez haut avec notamment un vrai effort sur l’ergonomie et le confort. Le moteur Diesel de 150 chevaux n’est plus proposé à la vente. Il vous faudra donc choisir en étant soit très raisonnable en optant pour le BlueHDi 130 chevaux (33.800 à 37.950 € avec BVM6 et +1.800 € avec BVA EAT8) ou alors casser un peu plus sa tirelire pour opter pour le 2,0 litre de 180 chevaux (disponible uniquement en version GT Line (43.050 €) ou GT (44.900 €) et avec boîte automatique EAT8). A vous de voir.

Harry ANDRE

2018-09-15