AUDI A7 55 TFSI Quattro S tronic 7 Avus Extended

ESPACE
  • Style très réussi
  • Qualité de fabrication
  • Habitabilité
  • Effets de lumières de l'ensemble HD Matrix LED
  • Ensemble motorisation – châssis très homogène
  • Prix
  • Hybridation timide
  • Rigidité suspension avec surmonte vingt et un pouces

Prix : 94 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type V6 - 24 soupapes - Essence Turbo injection directe - 4 roues motrices - BVA7 double embrayage
Cylindrée 2995 cm³
Puissance maxi 340 ch à 5000 tr/min
Couple maxi 50.99 mkg à 1370.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.97 m
Largeur 1.91 m
Hauteur 1.42 m

Poids

Total 1890 kg

Capacités

Coffre de 535 à 0 dm³
Réservoir 73 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 5.30 s

Environnement

Emission CO2 161 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.90
Urbaine 9.30
Mixte 7.20
Essai 11.30

A7 SPORTBACK : WHAT ELSE ?

Complètement renouvelée au début de 2018, l'A7 Sportback reste fidèle au segment des grandes berlines statutaires type coupé quatre portes. La qualité de fabrication, l'agrément de la motorisation, la rigueur du châssis sont à la hauteur de son rang et le contenu technologique est absolument pléthorique. Pour qui ne veut pas céder à la mode des SUV, cette A7 propose tout ce qui se fait de mieux à ce niveau de prix. Alors, A7 Sportback : What else ?

Toujours aussi belle !

Cette deuxième mouture de l'AUDI A7 inscrit son style dans la lignée de sa devancière. Reconnaissable au premier coup d'œil, la filiation avec le modèle précédent est immédiate. Ce n'est donc pas une révolution mais bien une évolution en lien avec les dernières productions de la marque. La calandre s'affirme encore plus jusqu'à devenir proéminente, les lignes sont un peu plus tendues, donnant une silhouette affirmée - finalement plus masculine - tout en restant fidèle à la fluidité de dessin du coupé quatre portes d'origine. Le traitement remarquable des optiques en fait un des éléments clés du style tant les effets des feux HD Matrix LED impressionnent et marquent une signature lumineuse unique (en tout cas dans la finition Avus Extended).

La première A7 était une réussite, la seconde sublime encore le design d'origine. Chez AUDI, on ne change pas une équipe qui gagne. Toujours aussi belle...

Qualité de finition irréprochable et intérieur high-tech

Avant de rentrer dans le véhicule, le déverrouillage lance un jeu de signature lumineuse du plus bel effet. L'ensemble HD Matrix LED se met en mode "spectacle", balayant à l'avant comme à l'arrière l'ensemble des segments LED qui le composent. Impossible de passer inaperçu en particulier la nuit ou dans un parking souterrain : effet "Guerre des étoiles" garanti.

Il suffit ensuite d'ouvrir la porte (sans cadre – c'est un coupé) pour apprécier le travail d'assemblage et la qualité des matériaux du modèle. L'ensemble est très homogène, extrêmement bien fini. Les détails sont soignés, le cuir est magnifique, les inserts de chrome sur le volant ou la console centrale sont sobres. Le dessin de la planche de bord est très réussi et respire le sérieux. Tout au plus peut-on regretter le manque de touches de couleur de l'ensemble : c'est propre, sans bavure, moderne, mais un peu sombre.

Ce qui accroche l'œil dans l'habitacle c'est la technologie embarquée : pas moins de trois écrans vous accueillent au poste de pilotage. Derrière le volant, le bloc compteurs "AUDI Virtual Cockpit" est complètement configurable en fonction de vos besoins : compteur classique vitesse et compte-tours, mais aussi cartographie, GPS, infos véhicules etc. On trouve un écran tactile plus "classique" au centre du tableau de bord pour gérer toutes les fonctions d'info-divertissement du véhicule (audio, navigation, fonctions du véhicule etc.). Enfin au-dessus de la console et en dessous de l'écran central, un troisième écran pilote les fonctions de confort et d'aides à la conduite (climatisation par exemple). Tactile lui-aussi, il offre la particularité d'écrire avec son doigt en traçant directement les lettres sur l'écran : bluffant quand on tape une adresse pour la navigation par exemple. Avec tous ces écrans, plus de boutons ! Et dans la finition de l'essai, on retrouve encore une partie des informations directement sur le pare-brise avec un "head-up display" de qualité. Bref : vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas à combien vous rouliez.

Du côté des aides à la conduite, AUDI propose sur cette A7 un véhicule autonome de "niveau 2". Sur quatre voies à vitesse stabilisée, le véhicule se conduit presque tout seul et corrige de lui-même sa trajectoire. Tout est fait pour assister le conducteur (voire s'y substituer...) avec par exemple : régulateur de vitesse adaptatif, aide au maintien dans la voie, détecteur d'angle mort, aide au freinage d'urgence etc. La plupart de ces aides se font oublier au quotidien, toutefois si vous avez le "malheur" de doubler sur voie rapide sans mettre votre clignotant, vous allez sentir une légère résistance du volant pour vous rappeler tout cet arsenal technologique. Franchement, au début, ça surprend... Et le plaisir de conduire, alors ?

En ce qui concerne la vie à bord, l'AUDI A7 a beau être un coupé, quatre adultes peuvent sans difficulté trouver leur aise à bord. La garde au toit aux places arrière convient même aux grands gabarits. Seule la place centrale arrière est plus inconfortable, desservie notamment par l'emprise du tunnel de transmission. Il y a également de la place dans le coffre, et avec 535 litres, les départs en vacances en famille sont tout à fait envisageables. Le profil de coupé et donc le hayon de l'A7 rendent par ailleurs ce volume de coffre très accessible. En complément, l'insonorisation soignée des vitrages acoustiques et la sono Bang & Olufsen époustouflante font presque oublier à vos passagers que vous êtes en voiture (encore une fois, au moins pour ceux qui peuvent s'offrir la finition Avus Extended).

V6 340 chevaux et Quattro : décollage immédiat

L'autre bijou de cette AUDI A7, c'est son ensemble moteur – châssis redoutable. Le V6 3.0 litres TFSI développe 340 chevaux et est accouplé à une boîte à double embrayage à sept rapports et à la transmission intégrale Quattro chère à la marque. Ajoutons une suspension pilotée et, avec plusieurs modes de conduite prédéfinis, l'auto est capable de passer du "cruising confort" sur autoroute aux attaques sport sur les petites route à virages serrés. Un peu décevante quand même est la lenteur relative des passages de vitesse : la boîte préfère définitivement la conduite coulée au mode sport.

Cet ensemble homogène affiche de (très) belles performances : 5,3 secondes pour le 0 à 100 km/h. Avec une telle accélération, c'est sûr, il vaut mieux être bien assis pour le décollage. Ça pousse, ça pousse fort, ça pousse longtemps et en toute sécurité tant l'impression d'être scotché au bitume est grande. Pourtant ce n'est pas la vocation de l'engin : avec deux tonnes et cinq mètres de long, une telle réserve de puissance représente plutôt une garantie de pouvoir se sortir de toutes les situations pour la conduite du quotidien.

Mention spéciale pour les quatre roues directrices qui confèrent une agilité insoupçonnée à l'ensemble. En aucun cas un gadget : un vrai plus vu l'encombrement et la masse en mouvement. Chapeau. On se croirait au volant d'une auto d'une taille bien inférieure. Un bémol toutefois : sur le modèle d'essai la surmonte de vingt et un pouces en pneus à taille basse rend la suspension vraiment sèche même en mode confort. Attention aux dos fragiles.

Afin de répondre aux exigences environnementales, AUDI inaugure sur ce modèle un système de micro-hybridation accouplé à une batterie li-ion dans le coffre. L'objectif ? Permettre notamment un mode "roue libre" qui va couper complètement le moteur à basse vitesse lorsque la configuration de la route s'y prête, et économiser du carburant. Au quotidien, ce système fonctionne sans que le conducteur s'en rende compte : une petite jauge au tableau de bord indique quand il est actif. Avec cette – timide – incartade dans le domaine de l'électrification, les consommations d'homologations baissent et deviennent même "raisonnables" vues la puissance, la taille, et la masse de l'engin.

Avec cette nouvelle A7 Sportback, AUDI démontre encore une fois l'ensemble de son savoir-faire automobile. C'est une réussite sur tous les plans : style, finition, équipements, motorisation. Une réussite qui se facture presque 100.000 € tout de même, mais pour ce prix-là : what else ?

Yann LISSARDY

2018-09-20