SEAT Leon 2.0 TSI 300 ch DSG6 Cupra R

ESPACE SPORTIVE
  • Plaisir de conduire
  • Confort
  • Esthétique
  • Consommation
  • Instrumentation vieillotte
  • Intérieur triste

Prix : 45 775 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - Turbo essence injection directe haute pression Traction - BVA séquentielle (DSG6)
Cylindrée 1984 cm³
Puissance maxi 300 ch à 5000 tr/min
Couple maxi 38.00 mkg à 1800.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.32 m
Largeur 1.82 m
Hauteur 1.44 m

Poids

Total 1479 kg

Capacités

Coffre de 380 à 1206 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 250 km/h
0 à 100 km/h 5.70 s

Environnement

Emission CO2 158 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.90
Urbaine 8.60
Mixte 6.90
Essai 11.80

L'IBERE SPORTIVE

SEAT est actuellement le seul constructeur automobile espagnol. La marque profite de la banque d'organes du groupe VW depuis 1986, tout en conservant sa personnalité "muy caliente". En effet, de nombreux modèles de la marque possèdent une, voire plusieurs déclinaisons sportives. FR, Cupra, Cupra R sont autant de modèles disponibles pour la SEAT Leon, la compacte familiale ibère. C'est cette dernière déclinaison, produite à 799 exemplaires dont quarante réservés à la France, que nous avons prise en mains lors de cet essai.

Ce mat n'est pas un échec

Esthétiquement, la Cupra R ne passe pas inaperçue. Comme la plupart des compactes sportives, elle est dotée d'une image propre. Pas aussi exubérante que la bodybuildée HONDA Civic Type R, pas de carrosserie bicolore comme la PEUGEOT 308, pas de couleur flashy comme les FORD Focus RS ou les RENAULT Mégane RS. Au contraire, tout est fait de discrétion et de subtilité. Une peinture grise matte foncée, des appendices aérodynamiques en carbone, des élargisseurs d'ailes rajoutés sur la carrosserie standard et surtout des touches de couleur cuivre, "details Copper", qui donnent une certaine distinction à notre Cupra.

La Cupra est très équilibrée et l'ajout des différentes pièces en carbone et les touches cuivrées lui rajoutent du caractère sans pour autant être ostentatoire. Les lignes de carrosserie tendues qui se rejoignent au milieu de la portière arrière sont vraiment dynamiques et sont bien plus flatteuses que celles du modèle précédent qui avaient tendance à écraser la ligne et la rendre pataude. Elles font également le lien entre les feux avant et arrière et mettent en avant la signature lumineuse.

Les deux sorties d'échappement rondes positionnées sur l'extracteur d'air en carbone et les extensions d'ailes donnent le ton de la sportivité discrète mais bien réelle quand on la regarde. Le S de SEAT et le Cupra cuivrés ressortent élégamment sur la carrosserie grise. Ils sont complétés par un R à damiers noirs qui interpelle les connaisseurs. L'aileron en carbone complète la dotation.

La peinture matte, en réalité un "covering" réalisé en usine et visible par opposition avec le contrefort des portières qui est bien brillant, ne sera pas aussi compliqué d'entretien qu'une vraie peinture matte et en cas de dégradation, il est possible de simplement le changer. Une bonne idée qui se révèlera pratique à l'usage.

Le R est mis

Comme pour les SKODA, la rigueur allemande est très présente, mais l'intérieur est moins moderne que les dernières productions de VOLKSWAGEN. Le grand écran central est celui des dernières SEAT avec uniquement trois boutons. Celui de mise en route, qui sert également au volume, celui qui active le panneau complet des fonctions et son équivalent pour le téléphone. On ne peut donc pas accéder à toutes les fonctions directement et il est nécessaire de repasser par le panneau de fonction général mais on s'y habitue rapidement. Le système de climatisation est lui accessible par le combiné dédié, ce qui est une bonne chose car il est simple à utiliser et évite de devoir être trop déconcentré lorsque l'on veut gérer son confort.

L'équipement est au niveau standard des dernières productions avec un Park Assist, un régulateur adaptatif et des sièges chauffants. L'instrumentation reste classique avec des compteurs à aiguilles à fond blanc et un petit écran central qui affiche les principales fonctions. On est malheureusement loin de l'écran totalement configurable de la Mégane RS et de son mode sport spécifique. La planche de bord est de qualité et la rigueur allemande est de mise dans cet intérieur un peu sombre mais heureusement rehaussé de joncs cuivrés et de badges R qui égayent l'ensemble. Le bouton R sur la planche de bord et la plaque devant le levier de boîte automatique rappelle que l'on est dans une version limitée et numérotée. Un bon investissement pour un modèle qui pourrait être un collector vu le nombre restreint disponible en France.

Les sièges, le volant et le levier de vitesses sont garnis d'Alcantara. Les dossiers des sièges-baquets sont ornés d'un Cupra bien visible. Les contre-portes sont garnies d'un tissu enduit imitant le carbone et dont le rappel est fait sur les arrêtes des sièges avant et arrière. Le pédalier en alu complète la dotation. Le coffre est suffisant pour une utilisation quotidienne et permet de partir en vacances sereinement.

Examen pratique

Comme décrit précédemment, l'intérieur n'est pas aussi flamboyant qu'on pourrait l'attendre d'une ibère au sang chaud mais, famille oblige, le côté germanique transparait dans la dotation. Les sièges sont par contre un peu moins fermes que leurs homologues germaniques et assurent un maintien bienvenu en particulier au niveau des épaules. La place à l'arrière est suffisante pour un trajet routier même si les grands gabarits se sentiront un peu à l'étroit sur un long trajet.

Position de conduite parfaitement réglée, poste de conduite configuré, ceinture bouclée, on appuie sur Start et c'est parti. Les différents modes de conduite sont testés. Pour un usage quotidien, les réglages du mode confort sont souples et agréables. La puissance disponible est discrète et permet de sortir de toutes les situations. La boîte DSG6 est souple et agréable tout en offrant un bon étagement. Le mode sportif pimente tout cela en offrant une puissance disponible plus rapidement et une suspension plus ferme. Un bon compromis pour une conduite sportive mais respectueuse du code de la route. En revanche, le mode R enclenché, les trois cents chevaux du deux litres TSI donnent leur pleine puissance. La boîte mériterait d'être un peu plus courte pour profiter encore mieux de sa sportivité. Disponible en France uniquement en boîte DSG, certains pays bénéficient d'une boîte manuelle à six rapports et de trois cent dix chevaux qui permettront de jouer un peu plus avec la puissance disponible.

La spécificité de la Cupra R réside dans ses réglages de trains roulants plus incisifs avec des voies élargies et une suspension pilotée plus ferme qui permettent d'exploiter bien mieux la puissance avec une efficacité clairement améliorée sur route sinueuse et irrégulière. Le comportement routier est un des points forts de cette sportive espagnole qui s'adapte aux différents types de revêtement avec facilité et permet ainsi de profiter du trajet dans un confort relativement acceptable dans toutes les situations.

Comme sur l'ensemble des sportives actuelles, les aides à la conduite sont totalement déconnectables. Sur route ouverte, il faut vraiment attaquer pour mettre en défaut le châssis et s'amuser à maîtriser la glisse. Et même dans ces cas-là, le comportement routier très sain permet d'anticiper les réactions de la voiture. N'ayant pas pu l'essayer sur circuit, il est difficile de dire si l'électronique se reconnecte à bon escient en cas de situation vraiment difficile mais dans tous les cas, le très bon freinage assuré par le système Brembo et le grip des Michelin Pilot Sport Cup 2 assurent un ralentissement efficace de la bête.

Tarif pimenté ou prix de l'exclusivité ?

Qu'il est loin le temps où les SEAT étaient des voitures bon marché. Notre Cupra R est disponible à 45.775, soit 7.995 € de plus que la version Cupra standard, et auxquels il faut ajouter un malus de 3.660 € en 2018. Bien évidemment, la tenue de route est un cran au-dessus et les spécificités extérieures ajoutent clairement du caractère à cette bouillante espagnole. En revanche, pour ce tarif-là, pas de combiné d'instrumentation numérique ou de systèmes de sécurité dernière génération.

Comment faut-il interpréter cela ? Comme un tarif élevé pour ces quelques évolutions ou plutôt comme le prix de l'exclusivité d'une version spéciale qui vous différenciera des autres conducteurs qui devront se contenter de modèles plus standards. Ce sera à vous de décider.

La SEAT Leon Cupra R est un très bon compromis de berline sportive compacte. Dans ce créneau où beaucoup de modèles ont des caractéristiques relativement proches, ce sera plutôt l'esthétique et le plaisir de conduire qui fera la différence. Alors si cette SEAT vous plait, dépêchez-vous car il n'y en aura probablement pas pour tout le monde.

Michel SANTONI

2018-09-01