CITROEN C5 Aircross PureTech 180 S&S EAT8 Shine

ESPACE Crossover
  • Confort
  • Modularité et habitabilité
  • Silence de fonctionnement
  • Tarifs contenus
  • Quelques plastiques durs
  • Ergonomie de l'écran tactile

Prix : 36 250 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes Turbo Essence injection directe - Traction - BVA8
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 181 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 25.49 mkg à 1650.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.50 m
Largeur 1.97 m
Hauteur 1.69 m

Poids

Total 1430 kg

Capacités

Coffre de 580 à 1630 dm³
Réservoir 53 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 219 km/h
0 à 100 km/h 8.20 s

Environnement

Emission CO2 129 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.90
Urbaine 7.00
Mixte 5.70
Essai 0.00

LE BAROUDEUR PULLMAN

Et un de plus ! Avec le lancement européen du C5 Aircross, CITROËN attaque de front le marché convoité des SUV du segment C sur lequel son cousin PEUGEOT 3008 est plébiscité. Si la plateforme est partagée, le nouveau venu mise sur un design et une personnalité très différents. En valorisant le confort comme argument commercial, le constructeur capitalise sur son histoire.

Taillé pour arrondir les angles

Tournant le dos aux berlines classiques tombant en désuétude, CITROËN a pragmatiquement conçu son nouveau vaisseau amiral dans l'univers du SUV. Le C4 Aircross, très largement inspiré par le MITSUBISHI ASX, illustrait la dernière incursion de la marque dans le monde du SUV compact. Il n'aura bouleversé ni les esprits, ni les carnets de commandes du constructeur.

Fort du succès du C3 Aircross lancé en 2017, les mêmes ingrédients ont été utilisés pour le dernier né : physique robuste, mais bouille aux rondeurs rassurantes. Bien que partageant 60 % de ses composants avec le 3008, le C5 Aircross ne fait pas appel aux mêmes arguments pour séduire. Il se démarque aussi de l'OPEL Grandland X qui mise sur un classicisme sous influence germanique.

Sur le dernier né, les marqueurs du style CITROËN sont bien présents et permettent une attribution rapide à la marque. Les fins feux avant Full LED à double étage sont disposés sur une calandre large sans être agressive, et surmontés par un capot musclé et horizontal exprimant la robustesse. Le profil est caractérisé par un encadrement chromé des vitres latérales à la façon du C4 SpaceTourer, et par de petits Airbump® situés au bas des portes et équipés d'inserts colorés personnalisables. Ces derniers viennent atténuer visuellement la hauteur du véhicule. La large face arrière est dotée de feux 3D à LED allumés de jour comme de nuit, renforçant la reconnaissance du modèle. Sept teintes de carrosserie sont combinables avec un toit noir optionnel et trois packs "Color" argent, blanc ou rouge s'appliquent notamment aux inserts des Airbump® et des boucliers avant. CITROËN propose ainsi trente combinaisons possibles pour personnaliser l'extérieur du véhicule.

Avec une longueur de 4,50 mètres, le C5 Aircross se situe vers le sommet de son segment, surclassant ses rivaux hexagonaux PEUGEOT 3008 et RENAULT Kadjar de cinq centimètres. Un plus qui lui permet de proposer des volumes généreux à ses passagers et à leurs bagages.

SUV génétiquement modifié

Alors que les ventes de monospaces déclinent par effet de mode plus que par raison, le cahier des charges de CITROËN a souhaité faire la part belle à la vocation familiale du C5 Aircross. Confort, modularité et volume utile ont guidé les recherches des concepteurs. En deux mots : SUV dehors, monospace dedans. Dans sa partie avant, l'habitacle tranche avec celui du 3008. L'accent est mis sur l'espace intérieur, visuellement renforcé par un bandeau courant sur toute la largeur du véhicule. L'instrumentation du tableau de bord oublie volontairement l'i-Cockpit sochalien pour proposer un combiné numérique plus classique, paramétrable dès le deuxième niveau de finition.

En position centrale, l'écran tactile multimédia de huit pouces ne peut renier son origine PSA, et comme sur les autres modèles du Groupe, mériterait un accès indépendant aux réglages de climatisation par boutons classiques. La diffusion de l'air est somptueusement assurée par huit grilles d'aération, pas moins, réparties deux par deux. Comme sur le C4 Cactus, une bande surpiquée façon sangle de bagagerie, située face au passager, complète le décor. La console centrale, élément clé de l'aménagement intérieur de tout SUV qui se respecte, est particulièrement réussie avec son habillage bicolore, ses touches chromées et ses inserts laqués noir. Outre le joystick de boîte automatique, elle supporte le bouton de démarrage, le sélecteur du Grip Control et les touches dédiées au choix du mode de conduite : éco ou sport. Sur le modèle qui nous a été confié, la qualité de fabrication et la clarté de l'ambiance "Metropolitan Beige" valorisaient particulièrement l'habitacle doté d'une finition haut de gamme. C'est moderne et chic, sans être ostentatoire. Notons tout de même qu'un plastique moussé aurait avantageusement remplacé la partie supérieure de la planche de bord équipée d'un élément rigide.

C'est sur l'aménagement de la partie arrière que le C5 Aircross creuse l'écart avec la concurrence. Capitalisant sur le savoir-faire de la marque en termes de monospaces, le nouveau SUV de CITROËN est équipé en série de trois sièges indépendants de même largeur, coulissant sur quinze centimètres, avec dossiers inclinables sur cinq positions. Ils assurent ainsi à tous les passagers arrière le même niveau de confort. Cette configuration permet aussi de moduler de volume du coffre selon les besoins. Proposant déjà une généreuse contenance de 580 litres avec les sièges reculés au maximum, le C5 Aircross peut engloutir jusqu'à 720 litres en réduisant drastiquement la place aux jambes des passagers arrière. Les sièges de rang deux sont escamotables dans le plancher et offrent un espace de chargement plan. Seule petite lacune, le dossier du passager avant ne peut pas basculer à l'horizontale pour emporter une planche à voile.

Un confort inédit dans la catégorie

L'ensemble de la gamme européenne du C5 Aircross est équipée par les suspensions à butées hydrauliques progressives déjà vues sur le C4 Cactus. Ce dispositif issu des modèles de compétition WRC et rallye-raid de la marque, complète les suspensions classiques par des butées hydrauliques qui viennent en relais lorsque les amortisseurs sont fortement sollicités, aussi bien en détente qu'en compression. Augmentant la capacité de débattement du véhicule, le filtrage lié aux déformations des routes et chemins s'en trouve grandement amélioré.

Dans l'habitacle aussi, CITROËN cajole les occupants. Les sièges larges et accueillants bénéficient d'une ergonomie soignée et d'un matelassage spécifique "Advanced Comfort" dès le milieu de gamme. Le confort d'assise est renforcé par une mousse moelleuse de quinze millimètres d'épaisseur surmontant un cœur haute densité, à la façon d'un sur-matelas. Sur les finitions les plus huppées, les sièges avant sont chauffants tandis que les reins, le dos ou les épaules peuvent bénéficier en option d'un massage multipoint à choisir parmi cinq programmes. Les tympans aussi sont à la fête ! Avec le vitrage feuilleté proposé en série sur les hauts de gamme, les blocs essence du C5 Aircross se font presque complètement oublier. Sur les Diesel, seuls quelques grondements subsistent à l'accélération, un confort sonore appréciable sur les longs trajets.

Des niveaux d'équipement respectables

Lors du lancement, le C5 Aircross est proposé en deux puissances, 130 et 180 chevaux, chacune étant motorisée par un bloc essence Puretech ou Diesel BlueHDi. Deux types de transmissions accompagnent la monture : boîte manuelle à six vitesses pour les 130 chevaux et automatique EAT8 sur les deux Diesel et le PureTech 180 chevaux. La gamme sera complétée fin 2019 par une motorisation hybride de 225 chevaux, dotée d'une autonomie de soixante kilomètres en mode zéro émission, qui viendra en appui des moteurs thermiques. En revanche, le C5 Aircross se passe de transmission intégrale, quelle que soit sa motorisation. Seule une commande de Grip Control en option lui permet d'aborder les parcours difficiles en améliorant sa motricité.

Le constructeur propose quatre niveaux de finition. Les premiers, Start et Live, sont jumelés aux modèles 130 chevaux, tandis que les niveaux intermédiaire et supérieur Feel et Shine, sont réservés aux motorisations les plus puissantes. Même en finitions basses, le C5 Aircross ne tombe pas dans l'indigence. Outre les trois sièges arrière indépendants, il bénéficie de la climatisation, de l'allumage des feux et des essuie-vitre automatiques, de la détection de sous-gonflage, du frein de stationnement électrique, ou encore de feux diurnes et feux arrière à LED. Les aides à la conduite répondent aussi à l'appel avec le freinage d'urgence, l'alerte de franchissement de ligne ou de risque collision, le régulateur de vitesse et la reconnaissance des panneaux de vitesse et recommandations.

Le niveau Feel intègre l'accès et démarrage mains libres, la caméra de recul, le GPS, le combiné personnalisable, la surveillance d'angle mort ou les sièges "Advanced Comfort" évoqués ci-avant. Enfin, la finition Shine propose le hayon mains libres, le régulateur adaptatif avec fonction Stop and Go et la conduite autonome de niveau deux. En matière de confort, les sièges avant chauffants avec réglages électriques pour le conducteur et les vitres avant acoustiques font partie de l'inventaire. Parmi les options pour technophiles, signalons la "ConnectedCAM®" intégrée dans le pied du rétroviseur intérieur, qui permet de prendre des photos ou vidéos à la demande ou de façon permanente, sauvegardées automatiquement en cas d'accident.

Une offre bien placée

La gamme s'échelonne entre un prix d'appel de 24.700 € pour une motorisation PureTech 130 en finition Start et boîte manuelle, et 39.150 € pour le bloc BlueHDi 180 en finition Shine  et boîte EAT8. Une fourchette qui place favorablement le C5 Aircross vis-à-vis de la concurrence, à l'exception de l'OPEL Grandland X qui se situe à un niveau légèrement inférieur. Les malus écologiques sont presque évités, avec 253 € pour la version 180 chevaux essence et 90 € pour la motorisation BlueHDi de même puissance. C'est sur les routes parfois tourmentées et souvent déformées des environs de Marrakech que nous avons pu mettre à l'épreuve les modèles 180 chevaux essence et Diesel associés à la boîte EAT8.

Reçu avec mention

PureTech ou BlueHDi, sur les deux véhicules qui nous ont été confiées, la puissance était largement suffisante pour une conduite aisée quels que soient les obstacles rencontrés et le profil de la route. La boîte EAT8, réactive, est bien secondée par deux palettes au volant qui seront plus fréquemment sollicitées pour rétrograder de façon inopinée que pour monter les rapports. Alors, essence ou Diesel ? Chaque version dispose d'arguments qui lui sont propres. Certes, le Diesel présente un couple plus important qui génère des reprises canon et consomme presque un litre de moins que son homologue essence. Si vous tractez une remorque ou roulez souvent bien chargé, aucun doute, c'est lui. Par contre, si vous voulez vous épargner des grondements lors des accélérations au profit d'un silence de fonctionnement étonnant, le PureTech est fait pour vous, d'autant que l'agrément de conduite est bien présent. L'écart de consommation qui se chiffre à environ un litre sur notre court essai, est à apprécier en regard des 2.900 € économisés lors de l'acquisition.

Si le doute est permis en termes de motorisation, il n'en sera pas de même sur le niveau de confort. Quelles que soient les imperfections rencontrées (bosses, trépidations, ornières,…), les suspensions à butées hydrauliques associées au moelleux de la sellerie font merveille. Seules les saignées traversées trop rapidement sont susceptibles de générer des coups de raquette. Le légendaire confort CITROËN est bien présent. Revers de la médaille, sans provoquer de roulis inquiétant, le C5 Aircross est affecté par quelques mouvements en lien avec la souplesse des suspensions et la hauteur de caisse. Il est certes moins dynamique ou précis qu'un 3008, mais c'est un choix. Ce SUV douillet mérite d'être mené en bon père de famille pour en apprécier toutes les qualités.

Avec le C5 Aircross, CITROËN a su se démarquer intelligemment en prenant le contrepied du 3008, son principal concurrent. Particulièrement confortable, sa vocation familiale alliée à un look typé aventurier devrait séduire nombre d'acheteurs potentiels. Bien qu'arrivée tard sur le marché du SUV compact, la marque aux chevrons peut être confiante.

Bruno ROUMEGOUX

2018-12-01