KIA Sportage 2.0 CRDI 48V GT Line Premium

ESPACE SUV
  • Rapport prix / équipement
  • Consommation maîtrisée
  • Habitabilité
  • Moteur silencieux
  • Sept ans de garantie
  • Jantes 19 pouces inconfortables
  • Quelques percussions
  • Performances moyennes
  • Coffre réduit

Prix : 42 490 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - Turbo Diesel injection directe + système micro-hybride 48V - Intégrale - BVA8
Cylindrée 1995 cm³
Puissance maxi 185 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 40.80 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.50 m
Largeur 1.86 m
Hauteur 1.64 m

Poids

Total 1747 kg

Capacités

Coffre de 439 à 1418 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 201 km/h
0 à 100 km/h 9.50 s

Environnement

Emission CO2 149 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.20
Urbaine 6.10
Mixte 5.70
Essai 7.80

HYBRIDATION TIMIDE MAIS AGREMENT AU TOP

Trois ans après son lancement, le KIA Sportage, best-seller de la marque coréenne représentant un quart des ventes de KIA l’an dernier, s’offre déjà un petit lifting. En huit ans, les ventes de la marque ont progressé de plus de 55 %, un exploit dû en partie à cette fameuse garantie de sept ans qui a fait le buzz dans le monde automobile. Pour cette nouvelle version restylée, les retouches externes sont subtiles, on ne change pas le style qui est déjà très dynamique, le gros changement est sous le capot. Notamment, au sommet de la gamme, un 2.0 CRDi de 185 chevaux recourt à une hybridation légère 48 volts pour diminuer les émissions de CO2. Cette solution technique est normalement réservée aux constructeurs premium. Avec ce nouveau développement, KIA propose, désormais, au sein de sa gamme une variété de motorisation de type hybride, hybride rechargeable, hybride léger 48 volts. Il ne reste plus qu’à proposer un moteur à pile à combustible pour compléter la gamme de motorisations alternatives mais ce dernier projet est encore en cours d’élaboration pour une production normalement prévue en 2020.

Une hybridation légère uniquement sur le moteur deux litres

Sur ce nouveau Sportage, KIA propose trois motorisations Diesel avec un nouveau 1,6 litre CRDI de 115 ou 136 chevaux, un deux litres de 185 chevaux et une seule en essence de 132 chevaux. Ce choix peut surprendre sachant que les ventes de véhicule à motorisation Diesel dans l’Hexagone sont en diminution par rapport aux moteurs à essence. Devant les normes de pollution de plus en plus sévères, les constructeurs doivent proposer des solutions alternatives pour diminuer le taux de CO2 sans pour autant grever le budget global du véhicule. Pour cela, KIA propose un moteur Diesel hybride léger EcoDynamics+ qui consiste à combiner un alterno-démarreur de 48 volts relié à une petite batterie lithium-ion compacte de capacité 0,44 kWh et un moteur deux litres Diesel de 185 chevaux. Ce dispositif permet d’allonger les phases de coupure du moteur et de l’assister en phase d’accélération, et de manière imperceptible pour le conducteur. On reste sur sa faim avec ce type de système car il lui est impossible de rouler en tout électrique même sur de très courtes distance. En clair, il ne s’agit que d’une assistance ayant pour fonction de garantir un niveau de performances tout en limitant consommation et rejets de CO2. D’autant plus que cette version n’est disponible qu’avec une boîte automatique à huit rapports et en quatre roues motrices sur les finitions supérieures GT Line et GT Line Premium. Le résultat final est assez mitigé car même si ce système Eco Dynamics+ permet de réduire les émissions CO2 de 4 % suivant le protocole WLTP, pour atteindre 149 g/km (malus de 1.490 € en 2019), cela reste une valeur proche des concurrents directs. 

Agrément au premier plan

Le Sportage n’a jamais eu la vocation d’être le plus dynamique de son segment et il ne change pas sa philosophie avec son nouveau restylage. Le principal atout de ce Sportage par rapport à la concurrence est avant tout le confort et le silence de fonctionnement. De ce fait, le moteur 2.0 CRDI ne hausse jamais le ton et les réglages de suspensions privilégient la souplesse, même sur les surfaces accidentées, bien que les jantes de dix-neuf pouces transmettent régulièrement des percussions. Les caractéristiques de suspension du Sportage GT Line ont été testées et optimisées sur les routes européennes dans le but de répondre aux attentes de la clientèle. Associé à une nouvelle transmission à huit rapports "maison", le 2.0 185 chevaux fait correctement son travail et s'il ne donne pas le sentiment d’être un foudre de guerre, il est d’une grande souplesse, amplifiée à bas régime par le surcroit de puissance de 10 kW (13,6 chevaux) voire 12 kW en crête de l'assistance électrique. Cela contribue à la facilité de conduite en ville et à l’agrément puisque les redémarrages sont imperceptibles.

Design multi continents

La quatrième génération du Sportage a été principalement imaginée par une équipe européenne KIZA basée à Francfort travaillant en collaboration avec leurs collègues du bureau de style à Namyang (Corée) et aussi à Irvine (USA - Californie). Le bouclier avant est redessiné avec de nouveaux logements d’antibrouillards et de nouveaux inserts chromés. La calandre "Tiger Nose" a été retravaillée pour apporter un peu de dynamisme. Les feux avant sont désormais en Full LED avec des feux de jour à LED à quatre éléments qui deviendront à terme la nouvelle signature visuelle de KIA. A l’arrière, les feux restent horizontaux mais affichent une signature lumineuse en forme de C. Le feu de recul et les réflecteurs sont intégrés au nouveau bouclier arrière. La finition GT Line Premium privilégie les nouvelles jantes en dix-neuf pouces moins confortables mais plus esthétiques et préférées par la clientèle. L’habitacle évolue timidement, on retrouve un nouveau volant et la livraison haut de gamme voit son écran dédié au système d’info-divertissement passer à huit pouces (contre sept auparavant). Certes, il n’y avait pas la nécessité de revoir la copie en profondeur dans la mesure où l’ancienne planche de bord a plutôt bien vieilli. L’ergonomie est parfaite malgré un nombre de boutons assez conséquent. La finition distille une belle impression de qualité. Quelques options sont maintenant livrées en série comme les interfaces Apple CarPlay et Android Auto, la camera 360° ou la détection de trafic en marche arrière. Le Sportage peut être équipé de raffinements bien utiles au quotidien, à l’exemple du hayon intelligent qui s’ouvre automatiquement lorsque le porteur de clé reste suffisamment longtemps derrière. Le coffre dispose d’un volume un peu juste puisqu’il ne peut accueillir que 439 dm3 (60 dm3 pris pour loger les batteries) de bagages en configuration cinq places. Lorsque les dossiers sont rabattus, ils dégagent un espace parfaitement plat grâce à un plancher réglable sur deux niveaux et le coffre atteint 1.428 dm3.

Le KIA Sportage de quatrième génération peaufine sa copie en dotant sa version 2.0 CRDI de 185 chevaux d’un système auxillaire micro hybride 48 V  avec un moteur électrique de 10 kW. Un choix raisonné car désormais les émissions de CO2 atteignent un chiffre raisonnable de 149 g/km, soit 10 g/km de moins que la version à moteur essence de 132 chevaux à deux roues motrices. On comprend ainsi le choix de KIA France de favoriser plutôt ses motorisations Diesel. Mais sa grande force est de proposer une garantie constructeur de sept ans ou de 150.000 kilomètres, un argument de taille qui rassure même les clients les plus frileux.

Jean-Pierre LO-HIVE

2019-03-01