RENAULT Mégane R.S. Trophy 300 BVM

ESPACE Sportive
  • Configuration encore plus efficace
  • Châssis et freinage
  • Sensations
  • Consommation et autonomie
  • Ecran multifonction peu intuitif
  • Prix et malus écologique

Prix : 44 100 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 soupapes - Turbo Essence injection directe - Traction - BVM6
Cylindrée 1798 cm³
Puissance maxi 300 ch à 6000 tr/min
Couple maxi 40.80 mkg à 2400.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.36 m
Largeur 1.87 m
Hauteur 1.43 m

Poids

Total 1419 kg

Capacités

Coffre de 384 à 1 dm³
Réservoir 50 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 260 km/h
0 à 100 km/h 5.70 s

Environnement

Emission CO2 183 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.60
Urbaine 10.40
Mixte 8.10
Essai 13.40

UNE AFFAIRE DE FAMILLE

L'an dernier à la même époque, nous avions essayé la RENAULT Mégane R.S. de 280 chevaux. Aujourd'hui, c'est sa grande sœur que nous prenons en main avec ses 300 chevaux et son châssis encore plus rigide. C'est actuellement une évolution plus radicale de la Mégane RS que nous avions à l'époque appelé la pistarde en costume. Qu'en est-il de cette nouvelle mouture ? Nous allons le voir ensemble pour un nouvel essai plutôt sportif.

Marche arrière

Afin de ne pas avoir une impression de redite par rapport à l’article précédent sur la Mégane R.S. standard, nous n'allons pas revenir sur ce qui a pu être dit précédemment mais plutôt nous attacher à mettre l'accent sur les différences. L'impression de puissance ou l'autonomie, rien n'a changé. La couleur est différente, blanche pour notre Trophy avec un sticker "TROPHY" sur la lame avant et des magnifiques jantes "Jerez triple tons" de dix-neuf pouces. Extérieurement, ce sont les principaux changements. Seulement voilà, le sticker "TROPHY" à l’avant correspond surtout aux évolutions techniques qui sont l’âme même de cette version.

Cœur sportif

Tout d’abord au niveau moteur, la barre des 300 chevaux est atteinte, ce qui lui permet de se rapprocher de ses concurrentes allemandes et nippones que sont la FORD Focus RS (350 chevaux) et la HONDA Civic Type R (320 chevaux). Il faut noter que la prochaine mouture germanique tendra à se rapprocher des 400 chevaux, la faisant ainsi basculer dans la catégorie supérieure. C’est le 1.8 litre turbo à injection directe doté d'une nouvelle technologie de turbo à roulement à bille "ball bearing" issue de la Formule 1 qui permet d’obtenir ce résultat et de propulser ainsi notre française à 260 km/h. Afin de plaire à une clientèle plus large, la Mégane se dote pour la première fois d’une boîte mécanique (400 Nm) qui vient compléter l’offre de la boîte EDC (420 Nm) déjà présente sur la version R.S. de base.

Une ligne d'échappement spécifique épaule le moteur afin d’accroître encore les performances grâce à un clapet mécanique. Ce système, piloté en fonction du mode de conduite sélectionné grâce au multi-sense, permet d’offrir un maximum de sonorité et de performances lorsqu’il est ouvert (modes Sport et Race) et inversement lorsqu’il est fermé, procurer un maximum de confort (modes Comfort et Neutral).

Le châssis Cup est de série et associé à un différentiel mécanique Torsen qui permet une utilisation encore plus sportive. L’efficacité est redoutable en courbe de par la stabilité apportée mais également grâce à la précision de la direction qui permet de déposer notre Mégane exactement à l’endroit voulu. L’utilisation du système 4CONTROL renforce encore cette impression en procurant une agilité hors du commun. Il est aidé en cela par le train avant à pivot indépendant qui permet une meilleure gestion de la motricité en courbe, caractéristique des modèles sportifs de la marque au losange. Le système 4CONTROL permet de braquer les roues arrière en opposition des roues avant à basse vitesse (en dessous de 60 km/h et de 100 km/h en mode Race) et d’avoir ainsi un comportement plus réactif puis, au-delà, de braquer les roues dans le même sens afin d’augmenter la stabilité à haute vitesse. Cela peut être un peu perturbant au début mais on a rapidement du mal à s’en passer.

Les sièges Recaro à coque rigide et revêtement en Alcantara sont proposés en option. Ils permettent non seulement un maintien supérieur aux sièges sport de série, qui ont pourtant déjà un niveau de maintien élevé, mais permettent également d’abaisser l'assise du siège de vingt millimètres, pour une position de conduite proche de celle d’une auto de compétition. Ce sentiment est renforcé par le levier de vitesses à débattement très court et le frein à main manuel positionné de telle manière qu’il permet de supporter l’avant-bras, apportant du confort en conduite sportive.

Le dernier point notable de cette évolution concerne le freinage. L’adoption de nouveaux freins bi-matière aluminium-fonte, plus légers et dissipant mieux la chaleur, et d’étriers Brembo, concourent à un freinage plus efficace et plus endurant. Il est ainsi plus mordant et plus facile à doser en fonction des situations.

Retour vers le futur

Comme nous en parlions dans l’article précédent, sa devancière, la RENAULT Mégane RS 275 Trophy-R a pendant longtemps détenu le record du tour du Nürburgring pour une traction. Cette nouvelle mouture est taillée pour la gagne et reprendre son dû. Et c’est durant notre essai que la Mégane R.S. Trophy-R a repris son record à la HONDA Type R avec un temps de 7’40’’100 soit près de trois secondes de mieux que la nippone.

Alors oui, vous me direz que c’est une version R qui a été utilisée, de nombreuses modifications ont été effectuées afin d’alléger la voiture de presque cent trente kilos mais tout en conservant le même moteur. La concurrence ne devrait pas tarder à répliquer puisque c’est quasiment devenu une compétition officieuse que se livrent les constructeurs sur l’anneau allemand.

A l’usage ?

Comme la précédente, la Mégane R.S. Trophy est un plaisir à piloter. Les améliorations techniques apportent un vrai plus en termes de sensations. Le revers de la médaille est que tout cela se paie dans la vie de tous les jours. La consommation est un peu plus élevée et le confort est plus que ferme, voire même désagréable sur une route dégradée. Par contre, pas de roulis dans les virages et une voiture qui vire à plat comme sur des rails. La direction est ferme et une route abimée peut, à basse vitesse, vous amener littéralement à vous battre contre la route pour garder votre cap.

Soyons franc, ces petits désagréments ne remettent nullement en cause le plaisir que l’on prend à son volant et une petite route de campagne devient un terrain de jeu à la hauteur. Il faut juste savoir rester raisonnable et modérer sa conduite mais le bruit et les sensations ressenties, même à basse vitesse, permettent de profiter pleinement du voyage. D’autant plus que la position de conduite permet d’envisager de longs trajets sans trop de fatigue.

Vous l’aurez compris, cette évolution de la Mégane R.S. est encore plus efficace et plus addictive que sa devancière. Le mode Race, toujours aussi ultime, vous assure des sensations de conduite dont vous aurez du mal à vous passer. Bien évidemment, elle est totalement utilisable au quotidien mais c’est sur circuit ou sur routes fermées qu’elle exprimera tout son potentiel si vous vous sentez l’âme d’un pilote, d’autant plus avec la boîte mécanique. Si vous pouvez profiter de cette expérience, sautez sur l’occasion.

Michel SANTONI

2019-05-22