TOYOTA RAV4 Hybrid 2WD 218ch Collection e-CVT

ESPACE SUV
  • Efficience de la motorisation hybride
  • Personnalité du style
  • Habitabilité
  • Volume de chargement
  • Autonomie limitée en mode EV
  • Pas de version plug-in
  • Manque de réactivité de la transmission en accélération

Prix : 45 600 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type Essence injection directe et indirecte à cycle Atkinson - Moteur électrique synchrone à aimant permanent - Traction – BVA à train épicycloïdal e-CVT
Cylindrée 2487 cm³
Puissance maxi 218 ch à 0 tr/min
Couple maxi 22.50 mkg à 3600.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.60 m
Largeur 1.85 m
Hauteur 1.68 m

Poids

Total 1590 kg

Capacités

Coffre de 580 à 1690 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 180 km/h
0 à 100 km/h 8.40 s

Environnement

Emission CO2 105 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.70
Urbaine 4.70
Mixte 4.60
Essai 5.70

HYBRIDE SINON RIEN

A l’occasion du lancement de la cinquième génération de son RAV4, TOYOTA fait le choix de ne proposer le modèle qu’en motorisation hybride en France, en deux ou quatre roues motrices. Exit donc le Diesel et le 100% essence. Bien que ce soit une offre unique en son genre sur le segment, elle est cohérente avec la stratégie de la marque et justifiée par la part écrasante de choix de cette motorisation sur la précédente génération. Vingt-cinq ans après le lancement du tout premier RAV4, force est de constater que le concept a bien évolué.

COMPLETEMENT SUV

Ce nouveau TOYOTA RAV4 est complètement nouveau et adopte à l’occasion de cette cinquième génération la  plateforme GA-K (GA pour global architecture) de TOYOTA qui permet notamment de baisser le centre de gravité et de renforcer la rigidité de la structure. Ces deux points sont fondamentaux pour améliorer les qualités dynamiques sur un véhicule de ce type, habituellement haut et lourd.

Les dimensions reflètent les ambitions SUV du modèle. Si la longueur reste contenue à 4,60 mètres, l’empattement s’accroit de trente millimètres et profite notamment aux passagers arrière, la hauteur diminue de dix millimètres et la largeur prend autant pour renforcer l’assise du véhicule.

Cette nouvelle plateforme a aussi contribué à renouveler le style de ce nouvel opus. Par rapport à la génération précédente, le nouveau design gagne clairement en personnalité avec des lignes très tendues, et une robustesse perçue renforcée par des passages de roues marqués qui donnent de l’assise au véhicule (surtout en monte pneumatique dix-huit pouces). Si on s’éloigne de l’univers du 4x4 en termes de style, c’est pour mieux coller aux codes du SUV. En tentant de se différencier dans un créneau très concurrentiel par un design plus affirmé, ce RAV4 cinquième du nom prend le risque d’être moins consensuel que le précédent. On aime ou pas. La livrée du modèle d’essai avec le pavillon noir, les passages de roue, les bas de caisse noir laqué associés à une peinture blanc nacré sont du plus bel effet. Notons aussi au passage le traitement chromé des doubles canules d’échappement.

LE SUV DES FAMILLES ?

A l’intérieur, le sentiment de robustesse est prolongé par le design moderne de la planche de bord, assez rectiligne et rehaussé par des touches de chrome. L’écran tactile est bien positionné, la navigation dans les menus est facilitée par des touches d’accès direct aux fonctions mais en termes de réactivité ou de définition, ce n’est pas le meilleur du genre.

En qualité perçue, encore quelques détails qui rappellent que nous sommes dans un modèle généraliste, avec des vis apparentes ici et là (il suffit de tourner le volant) et des plastiques durs notamment dans les parties basses. Cela reste toutefois globalement satisfaisant. Les commandes de climatisation et de la radio prennent la forme d’une molette comportant un revêtement caoutchouteux qui laisse… perplexe.

La position de conduite est typée SUV et facile à trouver. On profite de la position surélevée du véhicule sans avoir l’impression de conduire une camionnette. Avec une ceinture de caisse haut perchée, disposer de la caméra 360° et de sa vue d’oiseau pour la rétrovision et les angles morts est un vrai plus à recommander.

En termes d’habitabilité, le volume de coffre est en augmentation par rapport à la version précédente et atteint 580 dm3 sous tablette, de quoi emmener tranquillement les bagages d’une famille en vacances. Les sièges avant sont confortables et enveloppants et la banquette arrière accueille facilement deux adultes grâce à une bonne garde au toit. La place centrale arrière, plus petite, est toutefois moins confortable.

Côté équipements, la dotation de cette finition Collection est très complète. La présentation est flatteuse avec une sellerie mixte cuir / Alcantara noire bien réalisée et rehaussée par des surpiqures bleues. Les équipements spécifiques à cette finition sont notamment la sono JBL 9HP avec caisson de basse dans le coffre - peu convaincante - la caméra 360°, la peinture bi-ton avec pavillon noir et jantes dix-huit pouces noires. La signature lumineuse se fait au travers de feux et projecteurs à LED qui participent au dynamisme du style.

Au chapitre des équipements de sécurité, on retrouve sur toutes les versions les derniers raffinements technologiques comme le régulateur adaptatif, l’aide au maintien dans la voie, l’alerte de pré collision, la reconnaissance des panneaux etc… De quoi atteindre une conduite semi autonome dans certaines conditions. Mention spéciale au rétroviseur intérieur doté d’un écran à LED relié à une caméra qui se trouve en haut de la lunette arrière et qui permet d’avoir toujours une image nette de l’arrière du véhicule quelles que soient les conditions de visibilité ou en cas de coffre plein jusqu’au toit. A l’usage, ce type d’équipement est toutefois un peu déroutant, il est possible de le désactiver.

En synthèse : équipements complets, bon confort, habitabilité et volume au rendez-vous. De quoi sérieusement envisager cette proposition comme SUV familial au quotidien comme pour les grands trajets de vacances. Ajoutons que pour traiter l’ensemble des situations de conduite, il est possible de bénéficier d’une déclinaison 4WD grâce à l’ajout d’un moteur électrique dédié au train arrière.

L’EFFICIENCE POUR PHILOSOPHIE

C’est sur la partie mécanique que TOYOTA cherche avant tout à se démarquer de la concurrence. Le constructeur reste ici fidèle à sa proposition de motorisation hybride non rechargeable incluant une transmission à variation continue. La copie est encore améliorée, le moteur quatre cylindres essence adopte une cylindrée de 2,5 litres (et l’appellation Hybrid Dynamic Force) et fonctionne sur la base d’un cycle Atkinson qui favorise le rendement au détriment de la puissance. Cette motorisation associée à un moteur électrique promet une puissance combinée de 218 chevaux et des performances de bon niveau avec un 0 à 100 km/h réalisé en 8,4 secondes et surtout une consommation très contenue de 4,6 l/100 km de sans plomb en cycle mixte (NEDC correlé).

Même si cette consommation n’a pas pu être atteinte, sur le parcours de l’essai tous types de trajet confondus (ville, route, autoroute) et en 250 kilomètres, le score de l’afficheur de bord s’est élevé à 5,7 l/100 km, sans ménager la monture : imbattable pour un gros SUV de 1.590 kg. Une performance qui fait de cette motorisation une alternative tout à fait crédible au Diesel.

Le moteur essence est suffisamment puissant, on ne ressent pas trop - comme sur d’autres modèles de la marque - de sensation de moulinage en cas d’appel de puissance élevé. Pour autant, même avec 218 chevaux, ne vous attendez pas à des sensations exceptionnelles en conduite dynamique. Si la réserve de puissance est bien dimensionnée pour les dépassements en sécurité et les situations d’urgence, ce RAV4 invite par nature à une conduite en phase avec sa philosophie d’hybride : c’est-à-dire avec calme et anticipation. Comme ce n’est pas une hybride rechargeable, l’autonomie en tout électrique est très limitée, du coup le mode EV manque d’intérêt. Il vaut mieux laisser faire le système, la gestion des différents modes de conduite se fait en toute transparence, avec une insonorisation bien travaillée.

Toutefois comme tous les hybrides, ce RAV4 ne sera pas économe sur tous les types de parcours, par exemple à haute vitesse sur autoroute, où le moteur essence est majoritairement sollicité. Sur parcours urbain et semi urbain en revanche, on profite à plein de l’association thermique-électrique et l’efficience de l’ensemble est vraiment remarquable.

Avec ce nouveau RAV4, TOYOTA réalise un SUV résolument dans l’air du temps. Dans un segment de SUV familiaux déjà bien encombré, la personnalité affirmée du style et surtout cette offre - pour l’instant unique - de motorisation hybride en font une alternative tout à fait recommandable et se différentiant largement, pour un tarif raisonnable. En attendant la riposte…

Yann LISSARDY

2019-06-15