SUZUKI Vitara 1.4 Boosterjet Hybrid

ESPACE SUV
  • Efficacité hybridation
  • Confort
  • Consommations
  • Accès à la transmission intégrale
  • Pas encore de boîte auto compatible

Prix : de 22 640 € à 27 790 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes - Turbo injection directe essence + SHVS 48 V - Intégrale Allgrip - BVM6
Cylindrée 1373 cm³
Puissance maxi 129 ch à 5500 tr/min
Couple maxi 24.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.17 m
Largeur 1.77 m
Hauteur 1.61 m

Poids

Total 1245 kg

Capacités

Coffre de 375 à 1120 dm³
Réservoir 47 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 190 km/h
0 à 100 km/h 10.20 s

Environnement

Emission CO2 141 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 6.20
Essai 0.00

TRIP ELECTRIQUE

Les calculs de malus/bonus vont de moins en moins dans le sens de ce dernier, condamnant les constructeurs à proposer des alternatives au 100% essence. SUZUKI avait exploré une piste d’hybridation en 2016. Précurseur en la matière, le constructeur passe une deuxième étape en améliorant son dispositif, et en le déclinant sur la plupart de ses modèles. Parmi ceux-là, le Vitara, deuxième meilleure vente de SUZUKI en France l’année dernière, passe au mode Hybrid.

Haute tension

Le Vitara a été remodelé pour le début 2019, et il poursuit sa carrière sereinement avec environ 7.000 ventes en France, la première place étant réservée à la Swift. Le Vitara 2020 ne récupère donc aucune évolution extérieure si ce n’est le logo Hybrid apposé sur le hayon. Il dévoile un secret qui, comme tout secret, se cache dans les entrailles du véhicule. Mais avant de percer ce secret, il nous faut revenir en 2016 au volant de la Baleno SHVS (pour Smart Hybrid Vehicle by Suzuki). SUZUKI inaugurait un alterno-démarreur associé à une deuxième batterie (de technologie Li-Ion). Leur mission était d’aider et de soulager le moteur thermique, et ainsi de réduire la consommation d’essence.

SUZUKI poursuit son œuvre en améliorant le système qui entre dans la catégorie de l’hybridation légère ou "Mild Hybrid". L’alterno-démarreur et la batterie sont conservés mais en passant de 12 à 48 V, non seulement le moteur thermique est soulagé, mais cette fois-ci l’énergie stockée dans les batteries donne du boost en l’assistant en cas de besoin. Le but pour ne pas dire le jeu est de recharger les batteries et la conduite hybride utilise tous les moyens pour y arriver : les décélérations et freinages. En complément, c’est la nouveauté du système, l’injection d’essence se coupe carrément lors des ralentis ou des changements de vitesse. Dans le même esprit d’efficacité, certaines fonctions sont électrifiées comme la pompe à eau ou le calage de la distribution. Résultat affiché par SUZUKI, le gain en consommation est d’environ 1,7 l/100 km malgré le surpoids de quinze kilogrammes.

L’hybridation est associée au 1,4 Boosterjet qui devient la seule proposition moteur, exit donc le 1,0 Boosterjet. Pour l’occasion, et surtout pour améliorer le rendement, le moteur a subi quelques évolutions comme la modification des injecteurs (passés à sept trous permettant une puissance d’injection à 350 bars) ou l’optimisation du taux de compression. La consommation moyenne est donnée à 5,7 l/100 km (selon la nouvelle norme plus réaliste WLTP). Elle est un peu plus élevée si le Vitara est en transmission intégrale. Le paradoxe fait que le SUZUKI peut conserver son savoir-faire dans le domaine du 4x4 tout en restreignant ses émissions. On comprend bien que c’est l’avenir pour les 4x4 s’ils ne veulent pas se voir très pénalisés par le malus écologique, encore lui… Il est d’ailleurs nul en configuration traction et de 125 € en "AllGrip".

Bas régimes

Au volant, pas de surprise, le confort et le silence du Vitara n’ont pas été dégradés. Le but est bien sûr d’adopter une conduite écologique pour recharger les batteries, et réduire l’utilisation du moteur thermique. Attention, la voiture ne possède pas de mode 100% électrique. Le petit écran placé entre les deux compteurs explique le fonctionnement. Mais la conduite tranquille peut se transformer en un mouvement plus dynamique en utilisant le sélecteur "AllGrip" qui comporte un mode "Sport". Mais même sans cela, le générateur électrique apporte 13,3 chevaux qui compensent la légère perte de puissance du 1,4 litre (129 chevaux contre 140 auparavant). La troisième association, à la boîte automatique, n’est pas encore possible mais cela ne saurait tarder, d’ici la fin de l’année. Le Vitara reste néanmoins disponible avec une boîte auto, mais il se passe du mode hybride.

Le passage à 48 V permet au système hybride d’apporter deux fonctions au moteur thermique dans l’esprit du "boost". Le bénéfice de l’électricité est son apport de couple (53 Nm) immédiat compensant l’inertie du moteur thermique. Et dans le même esprit, le surcroît de couple s’applique également dans les bas régimes avant que le turbo du Boosterjet n’agisse. La puissance du 1,4 litre baisse mais le couple augmente. Et donc, retour au volant, même sans activation du mode "Sport", le Vitara réagit promptement, d’abord avec l’aide électrique puis avec l’effet du turbo.

Bas prix et dotation haute

La gamme a été simplifiée pour l’occasion avec trois niveaux de finition. Et comme le prix est très intéressant, autant choisir le haut de gamme "Style" à moins de préférer, comme 95% des ventes, le niveau 2 "Privilège". Le premier s’échange contre un chèque de 25.790 € alors que le second se contente de 23.840 €. Ajoutez 2.000 € pour la transmission "AllGrip" et quelques euros encore pour la peinture métallisée, la seule option. A noter que le Vitara peut toujours être habillé de la peinture "So’Color" bicolore (le toit et les rétroviseurs sont d’une couleur différente du reste de la carrosserie). Les systèmes de sécurité sont en série comme l’éclairage LED. La liste des équipements de notre haut de gamme d’essai est ultra complète avec entre autres un système de navigation actif, une sellerie cuir (synthétique) et microfibre et surtout un toit panoramique intégral (et ouvrant).

SUZUKI poursuit sa stratégie d’électrification de sa gamme en améliorant son système d’hybridation. Il est une aide efficace pour assister le moteur thermique et permettre une réduction des consommations et rejets désagréables. Le Vitara est l’un des premiers à bénéficier de ce système d’hybridation légère, et il ne s’en porte que mieux. Le prix est canon, les prestations sont à la hauteur au regard de ce prix, le SUZUKI offre une alternative enviable. La gamme SUZUKI continuera d’ailleurs de s’étoffer avec la suite logique : hybride rechargeable et tout électrique. Rendez-vous dans quelques mois pour en reparler…

Philippe NIOLLET

2020-02-26