FIAT Stilo 1.9 JTD 115 Dynamic 3 portes

ESPACE COMPACTE
  • Rapport prix/prestations
  • Finition en progrès
  • Souplesse moteur
  • Ergonomie
  • Bruit
  • ESP en option

Prix : 19 060 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne, 8 soupapes ; Turbo Diesel, injection directe, rampe commune
Cylindrée 1910 cm³
Puissance maxi 115 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 254.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.18 m
Largeur 1.78 m
Hauteur 1.47 m

Poids

Total 1320 kg

Capacités

Coffre de 0 à 330 dm³
Réservoir 58 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 190 km/h
0 à 100 km/h 10.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.30
Urbaine 7.40
Mixte 5.40
Essai 0.00

Critique de la raison pure

La Stilo ne nous avait pas forcément émus en version 5 portes, étant plus proche d’une bonne familiale honnête que l’on choisit rationnellement que d'une auto "coup de cœur". Pourtant, FIAT avait soigné la sortie de son modèle phare de ce segment des compactes si juteux, mais si fermé, et la Stilo propose de réelles bonnes idées comme le toit panoramique ou le choix de différents types de tissus intérieurs. L’émotion et le sport sont donc plutôt l’apanage de la version 3 portes que nous vous présentons avec le moteur JTD common rail de 115 chevaux qui devrait, même dans cette version "Coupé", représenter une bonne part des ventes.

Più bella avec 3 portes

Même si par rapport à la gamme précédente Bravo/Brava les versions 3 et 5 portes partagent maintenant le même patronyme, elles n’ont pas grand-chose à voir côté style, à part la calandre. La version 5 portes plutôt anonyme cède ici la place à une auto taillée plus à la serpe et adoptant des lignes plus tendues avec un arrière relevé. L’ensemble est réussi et en tout cas très typé sport, mais pas assez au point de faire tourner les têtes dans la rue dans cette livrée gris métal du modèle d’essai. En jaune, peut-être… À l’intérieur cette version "Dynamic" présente un intérieur velours noir du plus bel effet, qui s’avère à l’usage être un nid à poussières et à peluches, assez difficile à nettoyer, surtout sur les montants de portes. La qualité des plastiques et leur ajustage sont en nette amélioration, mais n’arrivent pas encore au niveau d’une 307 ou d’une Golf. Le système en option "CONNECT", qui regroupe l’autoradio, le téléphone GSM et un système de navigation par satellite, était disponible sur notre véhicule d’essai. S’il implique la présence d’un large écran couleur du plus bel effet sur la console centrale, ce système s’avère à l’usage d’une ergonomie peu soignée. Il y a en effet trop de boutons, et on ne sait pas sur lesquels appuyer. Le fonctionnement du système n’est, de plus, pas assez intuitif. De même, la gestion des fonctions multiplexées de la voiture "My Car" est exilée en bas à gauche du volant, et s’avère peu pratique. Heureusement les sièges enveloppants sont équipés des réglages nécessaires afin de trouver une bonne position de conduite, et l’on se trouve finalement bien installé au volant de cette auto. Le moteur JTD 115 chevaux de cette Stilo représente l’actuel haut de gamme. Avec une voix pas forcément très agréable mais discrète, il se montre plutôt bonhomme et ne part pas dans de larges envolées lyriques. Il n’est cependant pas à la peine pour emmener tout cet équipage, sauf pour les reprises qui sont un petit peu en retrait. Il faudra alors jouer de la boîte 5 vitesses manuelle, sachant qu’ici une sixième aurait, en effet, été superflue. Finalement, loin d’un comportement réellement sportif cette Stilo joue la carte de la main de velours dans un gant de fer. Vous ne serez cependant pas trop gênés pour dépasser sur nationale car, même s’il est un peu en retrait par rapport à d’autres productions françaises ou allemandes, ce gros bloc turbo Diesel déménage quand même et affiche une souplesse appréciable ! En termes de comportement, on retrouve un châssis agile et sûr avec cependant des suspensions qui ne gomment pas assez bien les aspérités de la route et nuisent un peu au confort. Heureusement la bonne qualité de la sellerie rattrape la partie et permet de ne pas tasser le dos du conducteur ni du passager. Le freinage, doté en série d’un amplificateur en cas d’urgence, est endurant et se dose facilement, les anges gardiens électroniques ne se déclenchant pas trop tôt.

À l’intérieur cette version "Dynamic" présente un intérieur velours noir du plus bel effet, qui s’avère à l’usage être un nid à poussières et à peluches, assez difficile à nettoyer, surtout sur les montants de portes. La qualité des plastiques et leur ajustage sont en nette amélioration, mais n’arrivent pas encore au niveau d’une 307 ou d’une Golf.

Le système en option "CONNECT", qui regroupe l’autoradio, le téléphone GSM et un système de navigation par satellite, était disponible sur notre véhicule d’essai. S’il implique la présence d’un large écran couleur du plus bel effet sur la console centrale, ce système s’avère à l’usage d’une ergonomie peu soignée. Il y a en effet trop de boutons, et on ne sait pas sur lesquels appuyer. Le fonctionnement du système n’est, de plus, pas assez intuitif. De même, la gestion des fonctions multiplexées de la voiture "My Car" est exilée en bas à gauche du volant, et s’avère peu pratique. Heureusement les sièges enveloppants sont équipés des réglages nécessaires afin de trouver une bonne position de conduite, et l’on se trouve finalement bien installé au volant de cette auto.

Sûre et équilibrée

Le moteur JTD 115 chevaux de cette Stilo représente l’actuel haut de gamme. Avec une voix pas forcément très agréable mais discrète, il se montre plutôt bonhomme et ne part pas dans de larges envolées lyriques. Il n’est cependant pas à la peine pour emmener tout cet équipage, sauf pour les reprises qui sont un petit peu en retrait. Il faudra alors jouer de la boîte 5 vitesses manuelle, sachant qu’ici une sixième aurait, en effet, été superflue. Finalement, loin d’un comportement réellement sportif cette Stilo joue la carte de la main de velours dans un gant de fer. Vous ne serez cependant pas trop gênés pour dépasser sur nationale car, même s’il est un peu en retrait par rapport à d’autres productions françaises ou allemandes, ce gros bloc turbo Diesel déménage quand même et affiche une souplesse appréciable !

En termes de comportement, on retrouve un châssis agile et sûr avec cependant des suspensions qui ne gomment pas assez bien les aspérités de la route et nuisent un peu au confort. Heureusement la bonne qualité de la sellerie rattrape la partie et permet de ne pas tasser le dos du conducteur ni du passager. Le freinage, doté en série d’un amplificateur en cas d’urgence, est endurant et se dose facilement, les anges gardiens électroniques ne se déclenchant pas trop tôt.

FIAT signe ici une copie tout en équilibre et compromis. À un prix raisonnable, vous pouvez donc acquérir une voiture dotée d’une ligne agréable mais pas outrancière, avec un moteur plus souple que puissant et une finition dans la bonne moyenne. N’ont-ils pas finalement perdu un peu de leur génie ces Italiens, en voulant jouer ainsi la carte du compromis là ou les Golf et 307 excellent ?

Frédéric JOUSSET

2003-02-01