VOLKSWAGEN Touran Gamme

ESPACE PRESENTATION PRESSE

Prix : Non communiqué

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type nc
Cylindrée 0 cm³
Puissance maxi 0 ch à 0 tr/min
Couple maxi 0.00 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 0.00 m
Largeur 0.00 m
Hauteur 0.00 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 0 à 0 dm³
Réservoir 0 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 0 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 0.00

Le premier monospace compact de Volkswagen

Le 14 avril 2003, VOLKSWAGEN va commercialiser le Touran. Il sera disponible en configuration à cinq ou à sept sièges, en deux motorisations Diesel et une motorisation essence et en quatre niveaux de finitions. Le segment des monospaces compacts est déjà bien occupé par CITROËN avec le Picasso, par PEUGEOT avec le 307 SW (break sept places), par RENAULT avec le Scénic, par OPEL avec le Zafira à 7 sièges et maintenant par le tout nouveau Meriva à 5 places. VW a un peu tardé pour entrer dans ce marché à succès et en très rapide évolution. C’est maintenant chose faite. Le style du Touran n’est pas très original et a beaucoup de ressemblance avec celui des concurrents qu’il va devoir affronter. Cependant il ne peut pas renier son air de famille avec la Golf, ce qui ne peut être que flatteur quant au soin apporté à la finition de l’auto en particulier.

Ergonomie, modularité et habitabilité excellentes

Pour une longueur totale de 4,39 m et une hauteur de 1,65 m le Touran sera proposé en configuration cinq places avec un coffre à bagages d’une contenance de 695 à 1.989 litres et une longueur de plancher atteignant 1,75 m. Les trois sièges de la deuxième rangée peuvent être repliés ou facilement retirés, chacun pesant moins de 16 kilos. La configuration à sept places comprend deux sièges supplémentaires pouvant être escamotées dans le plancher, le volume du coffre ne dépassant pas de 121 litres dans ces conditions. Aux places avant, l’ergonomie des fauteuils a été pensée en vue d’obtenir une assise haute (631 mm) et un coulissement longitudinal important sur 254 mm. De série, le siège du conducteur est réglable en hauteur sur 61 mm et l’ergonomie de la pédale d’accélérateur, articulée au plancher, a été précisément étudiée pour éviter la fatigue du pied. L’exceptionnelle modularité du nouveau monospace de VOLKSWAGEN autorise jusqu’à 500 combinaisons différentes. Selon les niveaux de finition, le Touran offre jusqu’à 39 compartiments de rangement, les passagers du troisième rang disposent aussi de casiers latéraux. Très pratique et sécurisant, le couvre-coffre se fixe aussi bien derrière la deuxième rangée que derrière la troisième. La plate-forme du Touran est nouvelle et servira de base à d’autres prochains véhicules du groupe comme la nouvelle AUDI A3 et la future Golf 5. Cette plate-forme inaugure de nouvelles suspensions. A l’avant, les jambes élastiques sont articulées sur des triangles inférieurs, eux-mêmes fixés à un berceau intermédiaire en alliage léger. A l’arrière, un nouvel essieu coudé est solidement articulé sur deux bras tirés et six bras de guidage transversaux fixés, comme à l’avant, à un cadre auxiliaire. La cinématique du train arrière engendre un faible pincement positif lors de la compression des ressorts de façon à garantir un comportement neutre, voire légèrement sous-vireur. Ressorts et amortisseurs sont dissociés. Un soin particulier a été apporté à la maîtrise du roulis, encore plus désagréable pour les passagers que dans une berline du fait de la position élevée des assises. Trois motorisations seront proposées pour le lancement commercial du Touran en France. Chacune bénéficie de la technologie de l’injection directe et répond avec succès aux futures normes antipollution EU4. En Diesel, le Touran reçoit la dernière version du 1.9 TDI 100 chevaux consommant (donnée constructeur en parcours mixte) 5,9 litres aux 100 km, ce qui devrait lui assurer une autonomie supérieure à 1.000 kilomètres. La nouveauté, c’est le TDI 2 litres développant 136 chevaux. Selon VW, la vitesse maximale du Touran 2.0 TDI est de 197 km/h, sa consommation moyenne est de 6 litres aux 100 km et 10,6 secondes lui suffisent pour atteindre 100 km/h. Le Touran à motorisation essence est doté du 1.6 FSI à injection directe développant 115 chevaux à 5.800 tr/mn. En option, le Touran FSI pourra être équipé d’une boîte Tiptronic à 6 rapports. La gamme essence sera complétée en août avec le classique 1.6 16v de 102 chevaux et en septembre par un 2.0 FSI développant 150 chevaux. Le Touran possède de série une boîte de vitesses à 6 rapports avec carters en magnésium et commande par câbles. Ces boîtes sont conçues pour atteindre la vitesse maximale en cinquième, tout en croisant à régimes moteur plus faibles en sixième. Dans quelques mois, les versions TDI pourront être équipées de la nouvelle boîte DSG (pour Direct Shift Gearbox) découverte sur la Golf R32. Il s’agit d’une boîte automatisée, sur le schéma d’une structure mécanique de boîte manuelle, qui se distingue des autres boîtes du même type par son double embrayage à régulation de pression. Comme pour les autres modèles VW, la finition de base est le Touran qui inclut notamment tous les systèmes de sécurité active dont l’ABS (avec amplificateur de freinage d’urgence) et le correcteur électronique de trajectoire ESP. Les autres finitions sont Touran Confort, Touran Sport et Touran Carat. L’entrée de gamme est le Touran 1.6 FSI essence 5 sièges au prix de 19.420 €, le prix du Diesel TDI 100 est fixé à 20.810 €. L’écart de prix entre les configurations 5 places et 7 places est de 610 €.

Aux places avant, l’ergonomie des fauteuils a été pensée en vue d’obtenir une assise haute (631 mm) et un coulissement longitudinal important sur 254 mm. De série, le siège du conducteur est réglable en hauteur sur 61 mm et l’ergonomie de la pédale d’accélérateur, articulée au plancher, a été précisément étudiée pour éviter la fatigue du pied. L’exceptionnelle modularité du nouveau monospace de VOLKSWAGEN autorise jusqu’à 500 combinaisons différentes. Selon les niveaux de finition, le Touran offre jusqu’à 39 compartiments de rangement, les passagers du troisième rang disposent aussi de casiers latéraux. Très pratique et sécurisant, le couvre-coffre se fixe aussi bien derrière la deuxième rangée que derrière la troisième.

Une nouvelle plate-forme

La plate-forme du Touran est nouvelle et servira de base à d’autres prochains véhicules du groupe comme la nouvelle AUDI A3 et la future Golf 5. Cette plate-forme inaugure de nouvelles suspensions. A l’avant, les jambes élastiques sont articulées sur des triangles inférieurs, eux-mêmes fixés à un berceau intermédiaire en alliage léger. A l’arrière, un nouvel essieu coudé est solidement articulé sur deux bras tirés et six bras de guidage transversaux fixés, comme à l’avant, à un cadre auxiliaire. La cinématique du train arrière engendre un faible pincement positif lors de la compression des ressorts de façon à garantir un comportement neutre, voire légèrement sous-vireur. Ressorts et amortisseurs sont dissociés. Un soin particulier a été apporté à la maîtrise du roulis, encore plus désagréable pour les passagers que dans une berline du fait de la position élevée des assises.

Trois motorisations dont une Diesel inédite

Trois motorisations seront proposées pour le lancement commercial du Touran en France. Chacune bénéficie de la technologie de l’injection directe et répond avec succès aux futures normes antipollution EU4.

En Diesel, le Touran reçoit la dernière version du 1.9 TDI 100 chevaux consommant (donnée constructeur en parcours mixte) 5,9 litres aux 100 km, ce qui devrait lui assurer une autonomie supérieure à 1.000 kilomètres. La nouveauté, c’est le TDI 2 litres développant 136 chevaux. Selon VW, la vitesse maximale du Touran 2.0 TDI est de 197 km/h, sa consommation moyenne est de 6 litres aux 100 km et 10,6 secondes lui suffisent pour atteindre 100 km/h.

Le Touran à motorisation essence est doté du 1.6 FSI à injection directe développant 115 chevaux à 5.800 tr/mn. En option, le Touran FSI pourra être équipé d’une boîte Tiptronic à 6 rapports. La gamme essence sera complétée en août avec le classique 1.6 16v de 102 chevaux et en septembre par un 2.0 FSI développant 150 chevaux.

Le Touran possède de série une boîte de vitesses à 6 rapports avec carters en magnésium et commande par câbles. Ces boîtes sont conçues pour atteindre la vitesse maximale en cinquième, tout en croisant à régimes moteur plus faibles en sixième. Dans quelques mois, les versions TDI pourront être équipées de la nouvelle boîte DSG (pour Direct Shift Gearbox) découverte sur la Golf R32. Il s’agit d’une boîte automatisée, sur le schéma d’une structure mécanique de boîte manuelle, qui se distingue des autres boîtes du même type par son double embrayage à régulation de pression.

Bon niveau d’équipements de série

Comme pour les autres modèles VW, la finition de base est le Touran qui inclut notamment tous les systèmes de sécurité active dont l’ABS (avec amplificateur de freinage d’urgence) et le correcteur électronique de trajectoire ESP. Les autres finitions sont Touran Confort, Touran Sport et Touran Carat.

Les tarifs

L’entrée de gamme est le Touran 1.6 FSI essence 5 sièges au prix de 19.420 €, le prix du Diesel TDI 100 est fixé à 20.810 €. L’écart de prix entre les configurations 5 places et 7 places est de 610 €.

Lors de la récente présentation du Touran, seuls les 1.6 FSI et 1.9 TDI 100 en configuration 5 sièges ont pu être conduits. Sans préjuger des résultats des essais plus détaillés qui pourront être présentés ici, les impressions qui dominent sont le comportement de la nouvelle plate-forme qui est apparu en très net progrès par rapport aux réalisations précédentes. Tout spécialement pour la tenue de route, l’absence de roulis, la stabilité à vitesse élevée et la précision de la direction. Par contre le TDI 100 reste toujours assez bruyant lorsque l’on monte dans les tours et sa puissance est peut-être un peu juste. Le FSI s’est montré très agréable à conduire, mais apparemment assez gourmand. A bientôt pour d’autres essais de ce monospace compact façon VW.

Jean-Pierre LAURAIN

2003-03-01