AUDI A3 5 portes TDI 130 Ambiente

ESPACE COMPACTE
  • Performances
  • Consommation
  • Agrément Conduite
  • Qualité de finition
  • Equipements
  • Prix élevé
  • Suspension et sièges fermes
  • Boîte 6 à guidage perfectible

Prix : 25 368 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres turbo Diesel injecteurs pompe
Cylindrée 1896 cm³
Puissance maxi 130 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 310.00 mkg à 1200.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.15 m
Largeur 1.74 m
Hauteur 1.43 m

Poids

Total 1200 kg

Capacités

Coffre de 0 à 354 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 205 km/h
0 à 100 km/h 9.20 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.20
Urbaine 6.90
Mixte 5.10
Essai 6.30

Quand le superbe TDI fait oublier le diesel

En 1996, l'AUDI A3 faisait ses débuts dans le segment des compactes. A cette époque, la raison et l'économie semblaient être des critères décisifs pour l'achat d'une voiture de cette catégorie. L'AUDI A3 s'était démarquée de cette tendance. Elle avait repris les références propres à la marque aux anneaux, mettant l'accent sur la sécurité, le design, l'innovation et sur des critères de qualité de modèles de gammes supérieures. Forte de son succès commercial (ses ventes ont notamment doublé en France entre 1997 et 1999), l'AUDI A3 profite de l'année 2001 pour entamer une nouvelle carrière. Son esthétique renouvelée, son habitacle revalorisé et sa dotation technique optimisée lui permettent de relever encore la barre dans sa catégorie.

nc

AUDI avec l'A3 s'affirme comme le spécialiste du haut de gamme dans la catégorie des véhicules compacts et propose à une clientèle exigeante un grand éventail de versions : 3 et 5 portes, 101 à 210 chevaux en essence, 90 à 130 chevaux en Diesel, boîte manuelle à 5 ou 6 rapports, séquentielle ou "Tiptronic" à 5 rapports, transmission aux roues avant ou "Quattro" (intégrale permanente). Le restylage d'octobre 2000 est discret et il n'est pas évident d'identifier l'évolution de l'A3 par rapport aux versions antérieures. A l'extérieur, on remarquera des optiques d'un seul tenant recouvertes d'un verre clair, une face avant avec une calandre redessinée, un nouveau hayon avec ouverture par une touche sensitive électrique et de nouveaux feux arrière. A l'intérieur, commandes de climatisation et de chauffage ressemblent à celles de l'A4. La console centrale comprend désormais un porte-gobelets et un emplacement prévu pour un autoradio. La nouvelle motorisation Diesel de l'AUDI A3 de cet essai développe la puissance de 130 chevaux avec un couple impressionnant de 310 Nm à 1.900 tr/mn obtenus par le système à injecteurs-pompes cher au groupe VOLKSWAGEN. Cette technique est adoptée pour les moteurs Diesel jusqu'à la cylindrée de 2 litres. La pression d'injection peut atteindre 2.050 bars. Ce type d'injection directe fournit dès les plus bas régimes une puissance et un tempérament que l'on aurait jugés impossibles voici quelques années. Outre ce 130 chevaux, le TDi est aussi disponible en versions de 90 et 110 chevaux. L'AUDI A3 TDi 130 ch est proposée en deux niveaux de finition assez curieusement appelés Ambiente et Ambition. L'équipement de série est déjà assez complet dès le premier niveau Ambiente notamment, climatisation à régulation automatique, projecteurs antibrouillard, cinq jantes en aluminium, vitres athermiques teintées vertes etc… L'Ambition est luxueusement équipée mais il faut alors débourser 23.100 FF supplémentaires. Inutile de rappeler que la finition est exemplaire, c'est une AUDI. A l'avant les sièges bien dessinés et l'espace suffisant procurent un bon confort, mais les passagers de la banquette arrière sont moins à l'aise. Si le confort des occupants de l'A3 est satisfaisant sur le revêtement régulier des autoroutes, il se dégrade assez fortement dès que l'on quitte ces grands axes. La fermeté des sièges et de la suspension ne pardonnent pas la moindre irrégularité de surface des routes de moindre qualité. L'A3 n'aime pas les routes bombées et sinueuses prises à allure soutenue. Le coffre bien que d'un volume moyen est facilement transformable en rabattant la banquette arrière. La présentation de l'habitacle est très agréable, toutes les commandes à bord sont bien placées, mais la montre n'est visible que par le conducteur. Le plaisir de conduite procuré par cette Diesel est tout à fait extraordinaire. Dès les premiers tours de roues, le conducteur est impressionné par la souplesse, l'excellence des reprises et les performances atteintes par cette auto. La boîte manuelle à six rapports qui équipe en série l'A3 TDi 130 rend possible un pilotage rapide voire sportif, cependant le guidage du levier de vitesses est légèrement imprécis lors du passage des cinquième et sixième rapports. Le freinage est sans défauts et la tenue de route est sécurisante. A ces nombreux atouts s'ajoute une remarquable sobriété. En effet, sur un parcours varié d'un peu plus de 500 kilomètres à allure soutenue, la consommation moyenne n'a été que légèrement supérieure à 6,2 litres aux 100 kilomètres. Il en résulte une autonomie d'environ 750 kilomètres. Le coût de revient s'avère fort intéressant.

Un nouveau moteur TDi et des performances étonnantes

La nouvelle motorisation Diesel de l'AUDI A3 de cet essai développe la puissance de 130 chevaux avec un couple impressionnant de 310 Nm à 1.900 tr/mn obtenus par le système à injecteurs-pompes cher au groupe VOLKSWAGEN. Cette technique est adoptée pour les moteurs Diesel jusqu'à la cylindrée de 2 litres. La pression d'injection peut atteindre 2.050 bars. Ce type d'injection directe fournit dès les plus bas régimes une puissance et un tempérament que l'on aurait jugés impossibles voici quelques années. Outre ce 130 chevaux, le TDi est aussi disponible en versions de 90 et 110 chevaux.

Bien équipée et bien finie

L'AUDI A3 TDi 130 ch est proposée en deux niveaux de finition assez curieusement appelés Ambiente et Ambition. L'équipement de série est déjà assez complet dès le premier niveau Ambiente notamment, climatisation à régulation automatique, projecteurs antibrouillard, cinq jantes en aluminium, vitres athermiques teintées vertes etc… L'Ambition est luxueusement équipée mais il faut alors débourser 23.100 FF supplémentaires. Inutile de rappeler que la finition est exemplaire, c'est une AUDI.

Bon confort mais habitabilité moyenne

A l'avant les sièges bien dessinés et l'espace suffisant procurent un bon confort, mais les passagers de la banquette arrière sont moins à l'aise. Si le confort des occupants de l'A3 est satisfaisant sur le revêtement régulier des autoroutes, il se dégrade assez fortement dès que l'on quitte ces grands axes. La fermeté des sièges et de la suspension ne pardonnent pas la moindre irrégularité de surface des routes de moindre qualité. L'A3 n'aime pas les routes bombées et sinueuses prises à allure soutenue. Le coffre bien que d'un volume moyen est facilement transformable en rabattant la banquette arrière. La présentation de l'habitacle est très agréable, toutes les commandes à bord sont bien placées, mais la montre n'est visible que par le conducteur.

Etonnant TDi, vif et sobre

Le plaisir de conduite procuré par cette Diesel est tout à fait extraordinaire. Dès les premiers tours de roues, le conducteur est impressionné par la souplesse, l'excellence des reprises et les performances atteintes par cette auto. La boîte manuelle à six rapports qui équipe en série l'A3 TDi 130 rend possible un pilotage rapide voire sportif, cependant le guidage du levier de vitesses est légèrement imprécis lors du passage des cinquième et sixième rapports. Le freinage est sans défauts et la tenue de route est sécurisante. A ces nombreux atouts s'ajoute une remarquable sobriété. En effet, sur un parcours varié d'un peu plus de 500 kilomètres à allure soutenue, la consommation moyenne n'a été que légèrement supérieure à 6,2 litres aux 100 kilomètres. Il en résulte une autonomie d'environ 750 kilomètres. Le coût de revient s'avère fort intéressant.

La réputation d'AUDI, c'est la qualité et la finition de ses produits. La note à payer est toujours élevée et conforme à cette image de marque de qualité fort justifiée, à propos de laquelle ses fidèles et heureux clients ne sauraient transiger. Cette super Diesel aurait dû décrocher cinq étoiles dans le verdict, mais prix et fermeté de la suspension constituent un sérieux handicap pour mériter la suprême récompense. Dommage !

Jean-Pierre LAURAIN

2001-05-01