VOLKSWAGEN New Beetle V5

ESPACE BERLINE
  • Souplesse et vivacité moteur
  • Look authentique
  • Conduite dynamique sereine
  • Confort
  • Habitabilité arrière et coffre limités
  • Dosage du freinage délicat
  • Mouvements de caisse
  • Plastiques nombreux
  • Prix

Prix : 25 490 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type V5 - 20 soupapes - essence
Cylindrée 2324 cm³
Puissance maxi 170 ch à 6200 tr/min
Couple maxi 22.40 mkg à 3300.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.08 m
Largeur 1.72 m
Hauteur 1.50 m

Poids

Total 1327 kg

Capacités

Coffre de 209 à 769 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 211 km/h
0 à 100 km/h 8.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.80
Urbaine 12.40
Mixte 8.90
Essai 0.00

Quand Choupette s'encanaille

Après les Golf, Bora et Passat, c'est au tour de la plus excentrique des Volkswagen de se doter du pétillant moteur V5. Cette cure de vitalité lui donne ses lettres de noblesse, la consacrant la plus performante des New Beetle, exception faite de l'extravagante RSi. Elle profite de cette occasion pour se pourvoir d'une sellerie cuir et d'un chargeur CD, la positionnant ainsi dans la gamme des luxueuses. Laissez vous inspirer et voguez au charme accrocheur de la New Beetle V5 !

Originale

Sa sympathique silhouette potelée ne laisse pas les regards insensibles tant elle nous invite à renouer avec nos souvenirs d'enfance. L'ouverture de la porte nous plonge dans l'univers d'anthologie de la Cox remodelée aux standards actuels. Seule touche d'orgueil de la marque, le sigle VW trône en bleu au centre du volant. Ce volant soigné à 3 branches, mêle cuir et alliage, laissant apparaître un volumineux compteur de vitesse (gradué jusqu'à 260 km/h !) en arc de cercle, abritant 2 petits cadrans réservés au compte-tours peu lisible et à la jauge à essence. L'ergonomie des différentes commandes, fonctionnellement étudiée, facilite la prise en main, sauf les commandes de lève-vitres implantées dans la contre-porte qui apparaissent moyennement accessibles. Point d'ombre à ce tableau, la partie supérieure de la console centrale s'avère proéminente et dévoreuse de volume. Certes de bonne qualité et de déclinaisons harmonieuses, les plastiques sont un peu trop présents, en particulier les garnitures de portes font très bon marché. Les sièges, quant à eux en cuir perforé, sont ajustables en hauteur. Leur dessin flatte autant l'œil qu'ils assurent un bon maintien latéral des cuisses et du dos, tout en préservant un confort ferme. Certains détails n'ont pas été négligés, notamment un étui à lunettes côté conducteur à la place de la poignée de maintien, une barre transversale au-dessus de la boîte à gants côté passager, un vide-poches plafonnier, 2 miroirs de courtoisie éclairés et surtout le soliflore disposé humblement à droite du volant. Cette résurgence tend à démarquer les possesseurs de la New Beetle. A ce panel savoureux, nous ajouterons 4 airbags (frontaux et latéraux), une climatisation hélas manuelle, une autoradio cassettes et chargeur 6 CD dans le coffre, un rétroviseur intérieur photosensible ou encore un essuie-glace à déclenchement automatique. La hauteur et la largeur appréciables de l'habitacle, la profondeur inhabituelle de la planche de bord (hélas dénuée de coffre de rangement) propre aux monospaces donnent une dimension d'espace surprenante et contribuent à renforcer la luminosité intérieure. Toutefois, les grandes tailles devront s'abstenir de voyager aux seules deux places arrière, sauf pour de petits parcours, tant le galbe tombant du pavillon invite la tête à flirter avec le toit. Parallèlement, le volume chiche du coffre (209 dm3) en limitera le chargement ou obligera à arbitrer en faveur du repli des sièges arrière. Telle la célèbre Super Coccinelle " Choupette " distançant toutes ses concurrentes à Monte Carlo, la New Beetle se dote de l'intéressant 5 cylindres en V de 2,3 l, développant 170 ch, dérivé du V6 Volkswagen. Cette cure de vitamines lui confère un dynamisme ravageur prouvé sur le terrain, qui propulse la New Beetle sous la barre des 9 secondes pour passer de 0 à 100 km/h. La transmission se révèle relativement longue, avec au rupteur (7.000 tr/mn) une 2ème qui vous mène allègrement à 100 km/h et une 3ème qui flirte avec les 160 km/h, mais le couple généreux du V5 s'en accommode fort bien. Cela en est même surprenant ; ce moteur offre une souplesse incroyable, son aptitude à repartir sans broncher dès 900 tr/mn sur les trois premiers rapports est spectaculaire. Dans les faits, le fonctionnement de ce 5 cylindres est plus à rapprocher de celui d'un 6 cylindres que d'un 4 par son onctuosité. La position de conduite très assise se trouve aisément grâce au réglage en hauteur et en profondeur du volant. Aidée des pneus larges 205/55, sa stabilité n'est que peu altérée sur sols humides grâce aux systèmes ASR/EDS (antipatinage et blocage de différentiel) et ESP déconnectable (contrôle électronique de stabilité) qui veillent au grain. Parallèlement à une direction précise mais qui manque de consistance à vitesse élevée, la boîte de vitesses à 5 rapports dont la commande se montre rapide, nette et précise favorise une prise en main immédiate. L'insonorisation soignée permet d'apprécier l'envoûtante sonorité du moteur, spécialement dans les bas régimes, mais les rétroviseurs extérieurs se font étonnamment bruyant du point de vue aérodynamique. Côté comportement routier, cette New Beetle fait la part belle au confort en usage normal voire dynamique. Mais un rythme plus soutenu laisse s'installer des mouvements de caisse nuisant à la précision des trajectoires, d'autant plus que le centre de gravité est haut perché. Le freinage quant à lui, sous la surveillance de l'ABS avec répartiteur électronique, se monte puissant mais présente un toucher dur sur une très faible course, ne facilitant pas un dosage fin.

Dynamique et psychédélique

Telle la célèbre Super Coccinelle " Choupette " distançant toutes ses concurrentes à Monte Carlo, la New Beetle se dote de l'intéressant 5 cylindres en V de 2,3 l, développant 170 ch, dérivé du V6 Volkswagen. Cette cure de vitamines lui confère un dynamisme ravageur prouvé sur le terrain, qui propulse la New Beetle sous la barre des 9 secondes pour passer de 0 à 100 km/h. La transmission se révèle relativement longue, avec au rupteur (7.000 tr/mn) une 2ème qui vous mène allègrement à 100 km/h et une 3ème qui flirte avec les 160 km/h, mais le couple généreux du V5 s'en accommode fort bien. Cela en est même surprenant ; ce moteur offre une souplesse incroyable, son aptitude à repartir sans broncher dès 900 tr/mn sur les trois premiers rapports est spectaculaire. Dans les faits, le fonctionnement de ce 5 cylindres est plus à rapprocher de celui d'un 6 cylindres que d'un 4 par son onctuosité. La position de conduite très assise se trouve aisément grâce au réglage en hauteur et en profondeur du volant. Aidée des pneus larges 205/55, sa stabilité n'est que peu altérée sur sols humides grâce aux systèmes ASR/EDS (antipatinage et blocage de différentiel) et ESP déconnectable (contrôle électronique de stabilité) qui veillent au grain. Parallèlement à une direction précise mais qui manque de consistance à vitesse élevée, la boîte de vitesses à 5 rapports dont la commande se montre rapide, nette et précise favorise une prise en main immédiate. L'insonorisation soignée permet d'apprécier l'envoûtante sonorité du moteur, spécialement dans les bas régimes, mais les rétroviseurs extérieurs se font étonnamment bruyant du point de vue aérodynamique. Côté comportement routier, cette New Beetle fait la part belle au confort en usage normal voire dynamique. Mais un rythme plus soutenu laisse s'installer des mouvements de caisse nuisant à la précision des trajectoires, d'autant plus que le centre de gravité est haut perché. Le freinage quant à lui, sous la surveillance de l'ABS avec répartiteur électronique, se monte puissant mais présente un toucher dur sur une très faible course, ne facilitant pas un dosage fin.

Plus qu'un simple exercice de style démontrant le savoir-faire VW, cette pétillante New Beetle franchira à n'en pas douter les obstacles du temps car malgré un prix encore trop élevé, elle offre une finition luxueuse et dispose d'un moteur débordant de vitalité lui conférant des qualités dynamiques de bon niveau. Mais pour un usage réellement sportif que n'autorise pas la souplesse de ses suspensions, il faudra se tourner vers l'extravagante RSi : affaire à suivre...

Jean-Pierre BALLEY

2002-05-01