MAZDA 2 1.4 MZ CD Elégance

ESPACE CITADINE
  • Habitabilité
  • Performances
  • Comportement
  • Modularité sans originalité
  • Confort arrière
  • Pas de contrôle dynamique de stabilité

Prix : 15 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres Diesel common rail
Cylindrée 1399 cm³
Puissance maxi 98 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 160.00 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 3.92 m
Largeur 1.68 m
Hauteur 1.54 m

Poids

Total 1085 kg

Capacités

Coffre de 248 à 1044 dm³
Réservoir 45 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 160 km/h
0 à 100 km/h 15.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.20
Urbaine 5.80
Mixte 4.80
Essai 0.00

Cette petite japonaise tient bien sa place dans ce nouveau marché très en vogue des monospaces compacts. Ce style de véhicule rencontre un réel succès auprès des jeunes familles à la recherche de la voiture pratique, de faible encombrement mais capable d’absorber tout ce qui accompagne parents et jeunes enfants.

Une allure dynamique et fonctionnelle

Des porte-à-faux très courts, une ligne de ceinture haute et des ouvrants de grandes dimensions, sont les caractéristiques propres à ce nouveau style de voiture. La partie avant rappelle cependant la famille MAZDA, en particulier avec sa calandre pentagonale typique de la marque. On est particulièrement surpris en pénétrant dans l'habitacle par l’ampleur de la garde au toit et de la largeur intérieure disponible. C’est naturellement sur la partie arrière que se porte l’attention. Elle doit répondre à deux impératifs : procurer un grand volume d’embarquement, et garantir une bonne aisance aux passagers. Les sièges arrière non réglables ne sont pas d’un grand confort avec des dossiers trop droits. Au niveau de la modularité, le système reste classique avec la banquette arrière articulable en deux parties. Il permet, en partant d’un coffre de 267 dm3, d’obtenir un volume d’embarquement de 1.044 dm3 et le chargement d’objets longs est possible en rabattant horizontalement le dossier du siège de passager avant. Le seuil d’embarquement très bas facilite le chargement d’objets lourds. En contrepartie, l’ampleur du hayon descendant très bas est une gêne lors d’un stationnement exigu. . Le caractère jeune et dynamique de la MAZDA 2 se retrouve dans le style du design intérieur. La couleur titane de la console médiane, des poignées intérieures de portes et des touches de lève-vitres électriques souligne la transition entre le tableau de bord et l’ensemble de l’habitacle. La couleur "bleu électrique" des surfaces d’appui des sièges et des flancs d’accoudoirs apporte une luminosité particulière, quoiqu'un peu "flashante". Au tableau de bord, l’instrumentation s’inscrit dans des cerclages aluminium largement dimensionnés. De nombreux compartiments de rangement ont été prévus pour les passagers sous forme de grands bacs dans les panneaux de portes, de porte-gobelets à l’arrière et dans la console médiane, et de poches aumônières au dos des sièges avant. Le conducteur n’a pas été oublié dans la mesure où il dispose d’un rangement personnel sous le volant ainsi qu’un casier à monnaie près de la colonne de direction. Nous disposions pour notre essai de la MAZDA 2 équipée du moteur Diesel à rampe commune de 1.400 cm3. Bien qu’un peu bruyante en régime lent, cette motorisation se révèle plus agréable en régime stabilisé. Disposant d’un couple moteur de 160 Nm à 2.000 tr/mn, elle se révèle souple et bénéficie de bonnes reprises. La puissance de 68 ch développée à 4.000 tr/mn permet de maintenir une allure soutenue en régime de croisière. Cette mécanique est gérée par un calculateur PCM (Powertrain Control Module) qui calcule le temps idéal d’injection et d’allumage pour assurer une puissance optimale avec la consommation la plus basse possible. Ce calculateur gère en particulier la consommation électrique, en modulant le débit de l’alternateur en fonction des quantités de courant dont le moteur a besoin à chaque instant. Afin que cette mécanique, malgré sa faible cylindrée, soit performante mais sobre, sa conception a fait l’objet de recherches particulières sur le haut moteur pour limiter les forces de friction et alléger au maximum les équipages mobiles. Ainsi le bloc moteur est réalisé en aluminium. Le cycle d’ouverture et de fermeture des injecteurs est assuré par des systèmes piézo-électriques, ayant recours à un cristal de quartz réagissant à une décharge électrique. Plus précis que les systèmes purement mécaniques, il contribue à la réduction de la consommation. La cellule a fait l’objet d’études poussées en matière de sécurité. Aux airbags frontaux à double étage et aux coussins latéraux s’ajoute un mécanisme spécial désaccouplant le pédalier pour l’éloigner des pieds du conducteur en cas de choc frontal. Les places arrière sont équipées de trois ceintures de sécurité 3 points et d'appuis-tête du type "casquettes" qui, hors fonction de protection, s’escamotent pour assurer une parfaite visibilité arrière. Le système de freinage ABS comporte un répartiteur de charge et une aide d’urgence. On peut regretter que le contrôle dynamique de stabilité DSC ne soit réservé qu’à la motorisation 1,6 litre essence, alors qu’il ne serait pas superflu avec cette motorisation Diesel.

Un intérieur d’accueil agréable

Le caractère jeune et dynamique de la MAZDA 2 se retrouve dans le style du design intérieur. La couleur titane de la console médiane, des poignées intérieures de portes et des touches de lève-vitres électriques souligne la transition entre le tableau de bord et l’ensemble de l’habitacle. La couleur "bleu électrique" des surfaces d’appui des sièges et des flancs d’accoudoirs apporte une luminosité particulière, quoiqu'un peu "flashante". Au tableau de bord, l’instrumentation s’inscrit dans des cerclages aluminium largement dimensionnés. De nombreux compartiments de rangement ont été prévus pour les passagers sous forme de grands bacs dans les panneaux de portes, de porte-gobelets à l’arrière et dans la console médiane, et de poches aumônières au dos des sièges avant. Le conducteur n’a pas été oublié dans la mesure où il dispose d’un rangement personnel sous le volant ainsi qu’un casier à monnaie près de la colonne de direction.

Un petit Diesel dynamique

Nous disposions pour notre essai de la MAZDA 2 équipée du moteur Diesel à rampe commune de 1.400 cm3. Bien qu’un peu bruyante en régime lent, cette motorisation se révèle plus agréable en régime stabilisé. Disposant d’un couple moteur de 160 Nm à 2.000 tr/mn, elle se révèle souple et bénéficie de bonnes reprises. La puissance de 68 ch développée à 4.000 tr/mn permet de maintenir une allure soutenue en régime de croisière. Cette mécanique est gérée par un calculateur PCM (Powertrain Control Module) qui calcule le temps idéal d’injection et d’allumage pour assurer une puissance optimale avec la consommation la plus basse possible. Ce calculateur gère en particulier la consommation électrique, en modulant le débit de l’alternateur en fonction des quantités de courant dont le moteur a besoin à chaque instant. Afin que cette mécanique, malgré sa faible cylindrée, soit performante mais sobre, sa conception a fait l’objet de recherches particulières sur le haut moteur pour limiter les forces de friction et alléger au maximum les équipages mobiles. Ainsi le bloc moteur est réalisé en aluminium. Le cycle d’ouverture et de fermeture des injecteurs est assuré par des systèmes piézo-électriques, ayant recours à un cristal de quartz réagissant à une décharge électrique. Plus précis que les systèmes purement mécaniques, il contribue à la réduction de la consommation.

Un bon niveau de protection et de confort

La cellule a fait l’objet d’études poussées en matière de sécurité. Aux airbags frontaux à double étage et aux coussins latéraux s’ajoute un mécanisme spécial désaccouplant le pédalier pour l’éloigner des pieds du conducteur en cas de choc frontal. Les places arrière sont équipées de trois ceintures de sécurité 3 points et d'appuis-tête du type "casquettes" qui, hors fonction de protection, s’escamotent pour assurer une parfaite visibilité arrière. Le système de freinage ABS comporte un répartiteur de charge et une aide d’urgence. On peut regretter que le contrôle dynamique de stabilité DSC ne soit réservé qu’à la motorisation 1,6 litre essence, alors qu’il ne serait pas superflu avec cette motorisation Diesel.

La MAZDA 2 en version Diesel "common rail" se place sur les rangs de la concurrence avec des modèles du même type développés par d’autres constructeurs européens et asiatiques. Si l’esprit est le même, les différences portent particulièrement sur toutes les recherches d’astuces au niveau de la modularité, point sur lequel la MAZDA 2 est moins innovante..

Guy NICOLAS

2003-12-01