AUDI A3 2.0 TDI 140 DSG

ESPACE COMPACTE
  • Agrément de conduite
  • Performances
  • Qualité de finition AUDI
  • Vraiment trop chère
  • Fermeté de la suspension
  • Moteur sonore
  • Accès aux places arrière peu commode
  • Visibilité latérale arrière

Prix : 29 780 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres 16 S, turbo Diesel
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 140 ch à 7000 tr/min
Couple maxi 32.30 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.21 m
Largeur 1.77 m
Hauteur 1.42 m

Poids

Total 1470 kg

Capacités

Coffre de 260 à 0 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 207 km/h
0 à 100 km/h 9.40 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.90
Urbaine 8.10
Mixte 7.20
Essai 7.00

Succession très réussie

L’AUDI A3 de première génération a rencontré un grand succès. Presque 900.000 A3 ont été vendues en sept ans ; la succession n’était pas facile, mais elle n’avait pas d’autre choix que de réussir. La deuxième génération d’A3 est apparue à la fin du printemps 2003 avec des mensurations légèrement modifiées, des motorisations essence et Diesel nouvelles, des équipements de confort améliorés et des qualités routières plus efficaces. La nouvelle A3 n’est, pour le moment, proposée qu’en version trois portes, la version cinq portes étant prévue dans le courant de cette année.

Le tour d’un heureux propriétaire

A première vue, l’aspect extérieur de la nouvelle ressemble beaucoup à l’ancienne, alors que l’esthétique semble légèrement plus massive en particulier vue de l’arrière ce que confirme un poids sur la bascule un peu plus élevé. Grâce à un empattement allongé de 6,5 cm, l’habitabilité est sensiblement supérieure surtout pour ce qui concerne les places arrière où les passagers adultes sont plus à l’aise. Pour atteindre la banquette arrière, il faut faire quelques gesticulations plus ou moins aisées, mais ici rendues plus faciles par le système "Easy Entry" permettant le basculement du dossier du siège avant avec l’avancée de l’assise du siège. Les vitres de custode ne s’ouvrent pas, mais convient-il de le regretter alors que la climatisation à réglages séparés gauche-droite est bien efficace ? Les occupants des sièges avant sont confortablement installés. Dans la version essayée, les sièges sport recouverts de cuir et d’Alcantara (option à 1.040 €) sont en plus fort agréables. La qualité de finition est celle d’une AUDI, ce qui veut tout dire, mais cela se paye très cher. L’offre actuelle d’AUDI en motorisations Diesel dans la gamme A3 comprend le 1.9 TDI développant 105 chevaux et le nouveau 2.0 TDI de 140 chevaux. Ce bloc alimenté par injecteurs-pompes, dispose de quatre soupapes par cylindre et d’un turbo à géométrie variable. Ce nouveau TDI est moins rugueux que les modèles précédents, l’agrément et le confort de conduite s’en trouvent ainsi grandement améliorés. L’A3 est maintenant disponible soit avec une boîte manuelle à six rapports, soit avec la nouvelle boîte automatique DSG. La première AUDI équipée de cette transmission originale a été le Coupé TT V6 de 3,2 litres de cylindrée. Outre AUDI, plusieurs modèles des marques VOLKSWAGEN et SEAT sont maintenant dotés de cette DSG. La boîte de vitesses DSG pour "Direct Shift Gearbox", traduisible en français par boîte de vitesses à changement rapide, peut être considérée comme une boîte mécanique, sans pédale d’embrayage. En réalité il s’agit de la combinaison de deux boîtes trois vitesses et de deux embrayages multi-disques dont les engrenages agissent alternativement. Ainsi par exemple, lorsque le deuxième rapport est enclenché et que la limite du régime moteur est atteinte, le second embrayage commence à enclencher le troisième. La transition entre les rapports est immédiate, puisque lorsque la seconde vitesse débraye, la troisième est déjà engagée. De cette manière les changements sont extrêmement rapides. Le conducteur peut choisir le mode automatique normal ou sport. En mode sport, la gestion électronique retarde alors le passage des rapports et rétrograde plus rapidement. Si le mode manuel est sélectionné, le passage des vitesses se fait de façon séquentielle au moyen du sélecteur de plancher ou par les palettes situées de part et d’autre du volant. Palette de droite pour monter les rapports et palette de gauche pour les descendre, mais tournant (hélas) avec le volant, ce qui n’est pas très pratique. Revers de cette médaille, la DSG est disponible en option moyennant 2.070 €. Plutôt chère… Prendre le volant de cette A3 "mazout" est un vrai régal. Les 140 chevaux placés sous le capot font vite oublier le type de carburant qui se trouve dans le réservoir. Dans le cas où le conducteur opte pour le mode sport sur autoroute ou autres configurations routières, il sera vite grisé par des performances de premier ordre, une tenue de route au dessus de tout soupçon et un freinage fort efficace. Par contre le regret viendra vite du côté de la suspension qui épargne peu les irrégularités de revêtements. La consommation même à allure sportive demeure très raisonnable. La direction électrique est particulièrement agréable. Dans le trafic, attention à la visibilité latérale arrière qui n’est pas très fameuse.

Nouvelle motorisation

L’offre actuelle d’AUDI en motorisations Diesel dans la gamme A3 comprend le 1.9 TDI développant 105 chevaux et le nouveau 2.0 TDI de 140 chevaux. Ce bloc alimenté par injecteurs-pompes, dispose de quatre soupapes par cylindre et d’un turbo à géométrie variable. Ce nouveau TDI est moins rugueux que les modèles précédents, l’agrément et le confort de conduite s’en trouvent ainsi grandement améliorés. L’A3 est maintenant disponible soit avec une boîte manuelle à six rapports, soit avec la nouvelle boîte automatique DSG.

Nouvelle boîte DSG à six rapports

La première AUDI équipée de cette transmission originale a été le Coupé TT V6 de 3,2 litres de cylindrée. Outre AUDI, plusieurs modèles des marques VOLKSWAGEN et SEAT sont maintenant dotés de cette DSG. La boîte de vitesses DSG pour "Direct Shift Gearbox", traduisible en français par boîte de vitesses à changement rapide, peut être considérée comme une boîte mécanique, sans pédale d’embrayage. En réalité il s’agit de la combinaison de deux boîtes trois vitesses et de deux embrayages multi-disques dont les engrenages agissent alternativement. Ainsi par exemple, lorsque le deuxième rapport est enclenché et que la limite du régime moteur est atteinte, le second embrayage commence à enclencher le troisième. La transition entre les rapports est immédiate, puisque lorsque la seconde vitesse débraye, la troisième est déjà engagée. De cette manière les changements sont extrêmement rapides. Le conducteur peut choisir le mode automatique normal ou sport. En mode sport, la gestion électronique retarde alors le passage des rapports et rétrograde plus rapidement. Si le mode manuel est sélectionné, le passage des vitesses se fait de façon séquentielle au moyen du sélecteur de plancher ou par les palettes situées de part et d’autre du volant. Palette de droite pour monter les rapports et palette de gauche pour les descendre, mais tournant (hélas) avec le volant, ce qui n’est pas très pratique. Revers de cette médaille, la DSG est disponible en option moyennant 2.070 €. Plutôt chère…

Agrément de conduite de haut niveau

Prendre le volant de cette A3 "mazout" est un vrai régal. Les 140 chevaux placés sous le capot font vite oublier le type de carburant qui se trouve dans le réservoir. Dans le cas où le conducteur opte pour le mode sport sur autoroute ou autres configurations routières, il sera vite grisé par des performances de premier ordre, une tenue de route au dessus de tout soupçon et un freinage fort efficace. Par contre le regret viendra vite du côté de la suspension qui épargne peu les irrégularités de revêtements. La consommation même à allure sportive demeure très raisonnable. La direction électrique est particulièrement agréable. Dans le trafic, attention à la visibilité latérale arrière qui n’est pas très fameuse.

Beaucoup de regrets de ne pas placer cette A3 très réussie sur la plus haute marche de notre cotation par étoiles, tant elle réunit de qualités de finition, de performances, d’agrément de conduite, de sécurité… mais le prix à payer et le confort très relatif de sa suspension restent deux défauts majeurs qui lui coûtent ce firmament.

Jean-Pierre LAURAIN

2004-04-15