FIAT Nuova Multipla

ESPACE CONTACT
  • Aménagement, habitabilité
  • Tenue de route
  • Look plus consensuel
  • Pas de moteurs "Multijet"
  • Descente limitée des vitres avant

Prix : 16 500 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type nc
Cylindrée 0 cm³
Puissance maxi 0 ch à 0 tr/min
Couple maxi 0.00 mkg à 0.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.09 m
Largeur 1.87 m
Hauteur 1.70 m

Poids

Total 0 kg

Capacités

Coffre de 430 à 1300 dm³
Réservoir 63 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 0 km/h
0 à 100 km/h 0.00 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 0.00
Urbaine 0.00
Mixte 0.00
Essai 0.00

La voiture (un peu moins) comme les autres

Il en a surpris plus d’un depuis sa présentation en 1998, copie conforme du concept car du même nom dévoilé au Mondial 1996. Depuis son lancement, le Multipla a mené une carrière plus discrète que ses concurrents, tout aussi compacts, dirigés par le RENAULT Scenic. Quelque 200.000 ventes plus tard (dont 25.000 en France), le Multipla revient pointer le bout de son museau. Justement, le museau façon bec de canard avec trois étages de phares de la première génération avait effrayé bon nombre d’acheteurs potentiels. C’est particulièrement dommage quand on connaît les capacités de la voiture. Le nouveau Multipla, dévoilé au dernier salon de Genève, s’est donc permis quelques remodelages dont le plus notable touche la face avant. Vous l’auriez deviné. Dans l’esprit des récentes FIAT, cette face avant est devenue beaucoup plus consensuelle. Dommage diront certains mais ils n’étaient apparemment pas majoritaires.

Nouveau nez en vue

Le nouveau Multipla arrivera sur nos routes à partir de septembre prochain, juste avant le Mondial de l’Auto. Voyez les photos, la face avant s’est quelque peu assagie. Le capot, plus enveloppant, assure la liaison, normale et sans décrochement, entre le pare brise (inchangé) et le bouclier. Plus volumineux, les boucliers sont mieux intégrés et sont entièrement peints, comme les protections latérales. L’allure de la voiture y gagne. A l’image des Punto et Idea, le Multipla s’offre désormais une calandre en nid d’abeille, avec les deux barrettes chromées encadrant le logo. Les trois étages de phares se retrouvent regroupés horizontalement sous une seule glace lisse soulignée par le clignotant, qui, lui aussi, est rentré dans le rang. Là encore, le design Idea est passé par-là. Indéniablement, l’avant est devenu pus banal mais, dieu merci, il reste harmonieux. L’arrière a moins évolué, il adopte deux feux plus conventionnels et un logo au centre du hayon. Le reste de la carrosserie du monospace compact FIAT ne change pas (ouf). Le style conserve les flancs verticaux, la ceinture de caisse ultra basse (et donc l’importante surface vitrée) et le hayon vertical et galbé. Revers du lifting et surtout de la taille des boucliers, la longueur du Multipla a franchi le seuil fatidique des quatre mètres (4,089 m pour être précis contre 3,994 m pour la version précédente). Le Multipla garde néanmoins la pole position en restant le plus compact de tous les monospaces compacts (respectivement dix-sept et trente centimètres plus court que le Scenic cinq places et le VW Touran). Le FIAT empiète même, si on se base sur la seule longueur, sur le créneau "L0" des petits monospaces – un OPEL Meriva ne mesure que cinq centimètres de moins. A l’image de l’enfant qui déclare ne pas aimer un plat alors qu’il ne l’a même pas goûté, le Mutipla n’a souvent pas pu laisser découvrir son habitacle aux gens rebutés par son look. Ce dernier point étant résolu, FIAT a conservé l’intérieur de la génération précédente. Toute l’architecture repose sur la recherche d’espace intérieur alors que la voiture mesure quatre mètres de long et un mètre quatre-vingt de large. L’architecture trois plus trois reste donc le cheval de bataille du Multipla qui vante ses six places individuelles et identiques (même largeur). Les flancs verticaux, la forme haute et relativement parallélépipédique de la voiture jouent à fond la carte du volume intérieur. Les accoudoirs de porte sont verticaux pour gagner en largeur et la surface vitrée confirme la sensation d’espace. On en est surpris de se sentir assis aussi haut, trompé par la ceinture de caisse aussi basse. Revers de la médaille, les vitres (même à l'avant) ne descendent pas jusqu’en bas. La planche de bord n’a pas changé, adoptant un bloc compteur, levier de vitesses et radio en position centrale. Le compteur est orienté vers le conducteur. Les rangements supérieurs de la planche sont conservés. L’acheteur a ensuite le choix entre garder la planche en plastique ou recouverte de tissu. Celui-ci apparaît de meilleure facture, un peu moins nid à poussière en quelque sorte. Le Multipla précédent avouait une grande faiblesse de finition. Souhaitons que cette nouvelle génération ait rectifié le tir. Les assemblages des voitures d’essai apparaissent mieux soignés, à commencer par la présentation des plastiques de la planche moins rêches, notamment sur le bloc central. Le nouveau Multipla adopte le système "Bluetooth" qui permet de téléphoner sans liaison filaire. La modularité n’a pas changé, elle n’avait pas de raison de le faire. Les sièges sont repliables et escamotables. On trouve des bacs sous la planche, dans le toit (derrière les pare-soleil), dans les portières. Le plancher est ultra plat mais dépourvu de trappes. Le volume de coffre est toujours intéressant (430 litres) et peut aller jusqu’à 1.300 et même plus de 2.000 litres en configuration trois places et chargement jusqu’au toit. L’option gratuite de remplacer le siège central avant par un réfrigérateur reste valable. Trois finitions sont proposées (Active, Class et Emotion). Non content d’être super compact mais logeable, sa configuration large assise sur quatre roues placées aux quatre coins du parallélépipède, lui confère une tenue de route quasiment digne d’un kart. Le FIAT Multipla vire à plat et ne souffre même pas de sa hauteur. La tenue de route est donc sans reproche, les mouvements de caisse sont bien amortis. Même sur des petites routes italiennes, la grande largeur du Multipla ne trouble pas la conduite, aidée par les rétroviseurs malins conservés de la génération précédente. En plus des classiques miroirs, deux glaces supplémentaires ont été ajoutées, pour supprimer l’angle mort côté conducteur et pour viser le trottoir côté passager. Aidées par un radar de recul (série selon la finition), la direction assistée et la visibilité, les manœuvres sont presque un jeu d’enfant. Deux motorisations constituent la gamme Multipla, un 1.6 16V de 103 chevaux pour l’essence et surtout le 1.9 JTD de 115 chevaux pour le turbo Diesel. Bien que dans la cible des 110 chevaux, on peut regretter que le Multipla ne bénéficie pas des nouveaux moteurs Multijet, le 140 chevaux par exemple. Une troisième version baptisée "Natural Power" se rapproche de l’esprit "Flower Power". En effet, c’est sous cette appellation que FIAT désigne ses véhicules écologiques à double carburation : essence et gaz naturel (méthane). Très développée en Italie, l’alimentation au gaz naturel a relativement supplanté le GPL. En France, les pompes à gaz étant plus que rares, le Multipla 1.6 écologique devrait pourtant pouvoir être vendu aux particuliers et surtout aux entreprises. Les bonbonnes de gaz sont placées sous le plancher et ne sacrifient rien au volume. Avec seulement 83 chevaux, ce Multipla est plus à la peine que ses deux frères qu’on soit en mode gaz ou en mode essence mais l'écologie ne fait pas vraiment bon ménage avec les performances. Comme avec un GPL, un bouton au tableau de bord permet de passer d’un mode à l’autre.

Six en quatre

A l’image de l’enfant qui déclare ne pas aimer un plat alors qu’il ne l’a même pas goûté, le Mutipla n’a souvent pas pu laisser découvrir son habitacle aux gens rebutés par son look. Ce dernier point étant résolu, FIAT a conservé l’intérieur de la génération précédente. Toute l’architecture repose sur la recherche d’espace intérieur alors que la voiture mesure quatre mètres de long et un mètre quatre-vingt de large. L’architecture trois plus trois reste donc le cheval de bataille du Multipla qui vante ses six places individuelles et identiques (même largeur). Les flancs verticaux, la forme haute et relativement parallélépipédique de la voiture jouent à fond la carte du volume intérieur. Les accoudoirs de porte sont verticaux pour gagner en largeur et la surface vitrée confirme la sensation d’espace. On en est surpris de se sentir assis aussi haut, trompé par la ceinture de caisse aussi basse. Revers de la médaille, les vitres (même à l'avant) ne descendent pas jusqu’en bas. La planche de bord n’a pas changé, adoptant un bloc compteur, levier de vitesses et radio en position centrale. Le compteur est orienté vers le conducteur. Les rangements supérieurs de la planche sont conservés. L’acheteur a ensuite le choix entre garder la planche en plastique ou recouverte de tissu. Celui-ci apparaît de meilleure facture, un peu moins nid à poussière en quelque sorte. Le Multipla précédent avouait une grande faiblesse de finition. Souhaitons que cette nouvelle génération ait rectifié le tir. Les assemblages des voitures d’essai apparaissent mieux soignés, à commencer par la présentation des plastiques de la planche moins rêches, notamment sur le bloc central. Le nouveau Multipla adopte le système "Bluetooth" qui permet de téléphoner sans liaison filaire. La modularité n’a pas changé, elle n’avait pas de raison de le faire. Les sièges sont repliables et escamotables. On trouve des bacs sous la planche, dans le toit (derrière les pare-soleil), dans les portières. Le plancher est ultra plat mais dépourvu de trappes. Le volume de coffre est toujours intéressant (430 litres) et peut aller jusqu’à 1.300 et même plus de 2.000 litres en configuration trois places et chargement jusqu’au toit. L’option gratuite de remplacer le siège central avant par un réfrigérateur reste valable. Trois finitions sont proposées (Active, Class et Emotion).

Kart en mains

Non content d’être super compact mais logeable, sa configuration large assise sur quatre roues placées aux quatre coins du parallélépipède, lui confère une tenue de route quasiment digne d’un kart. Le FIAT Multipla vire à plat et ne souffre même pas de sa hauteur. La tenue de route est donc sans reproche, les mouvements de caisse sont bien amortis. Même sur des petites routes italiennes, la grande largeur du Multipla ne trouble pas la conduite, aidée par les rétroviseurs malins conservés de la génération précédente. En plus des classiques miroirs, deux glaces supplémentaires ont été ajoutées, pour supprimer l’angle mort côté conducteur et pour viser le trottoir côté passager. Aidées par un radar de recul (série selon la finition), la direction assistée et la visibilité, les manœuvres sont presque un jeu d’enfant. Deux motorisations constituent la gamme Multipla, un 1.6 16V de 103 chevaux pour l’essence et surtout le 1.9 JTD de 115 chevaux pour le turbo Diesel. Bien que dans la cible des 110 chevaux, on peut regretter que le Multipla ne bénéficie pas des nouveaux moteurs Multijet, le 140 chevaux par exemple. Une troisième version baptisée "Natural Power" se rapproche de l’esprit "Flower Power". En effet, c’est sous cette appellation que FIAT désigne ses véhicules écologiques à double carburation : essence et gaz naturel (méthane). Très développée en Italie, l’alimentation au gaz naturel a relativement supplanté le GPL. En France, les pompes à gaz étant plus que rares, le Multipla 1.6 écologique devrait pourtant pouvoir être vendu aux particuliers et surtout aux entreprises. Les bonbonnes de gaz sont placées sous le plancher et ne sacrifient rien au volume. Avec seulement 83 chevaux, ce Multipla est plus à la peine que ses deux frères qu’on soit en mode gaz ou en mode essence mais l'écologie ne fait pas vraiment bon ménage avec les performances. Comme avec un GPL, un bouton au tableau de bord permet de passer d’un mode à l’autre.

Il y avait deux camps, celui des inconditionnels qui ne juge que par l’ingéniosité du concept trois plus trois avec coffre et les "total réfractaires" effrayés par le look. Le nouveau Multipla conserve la sympathie des premiers et a, grâce à son museau remodelé, pour tâche de conquérir les sceptiques, majoritaires du second camp. Le Multipla se présente donc avec une livrée plus consensuelle avec des couleurs jeunes lui redonnant un coup de fouet stylistique. Si la finition suit, l’aménagement intérieur reste un modèle d’optimisation des volumes. Bref, le nouveau FIAT Multipla mérite vraiment qu’on se ré-intéresse à lui…

Philippe NIOLLET

2004-07-05