RENAULT Mégane Coupé-Cabriolet 2.0 Turbo Luxe Privilège

ESPACE CABRIOLET
  • Toit vitré
  • Motorisation adaptée
  • Confort & polyvalence
  • Consommation
  • Vibrations de la ceinture au-delà de 80 km/h
  • Quelques options mesquines
  • Volume malle arrière en version décapotée

Prix : 27 300 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres turbocompressé
Cylindrée 1998 cm³
Puissance maxi 165 ch à 5000 tr/min
Couple maxi 27.20 mkg à 3250.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.36 m
Largeur 1.78 m
Hauteur 1.40 m

Poids

Total 1415 kg

Capacités

Coffre de 190 à 490 dm³
Réservoir 60 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 220 km/h
0 à 100 km/h 8.70 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.10
Urbaine 10.90
Mixte 7.90
Essai 9.50

Les performances en plus !

Pour fêter son anniversaire au printemps, la Mégane Coupé-Cabriolet s’est offert une nouvelle motorisation essence bien connue chez RENAULT, le 2.0 Turbocompressé ! Apparue en 2003, la Mégane Coupé-Cabriolet a marqué l’abandon par la marque au losange du traditionnel cabriolet à toit en toile. Elle s'est en effet laissée séduire par le chant des sirènes du pavillon rigide escamotable, fort du succès rencontré par PEUGEOT avec sa 206 CC. C'est donc sur ce terrain qu'elle vient concurrencer la nouvelle concurrente venue, en la personne de la PEUGEOT 307 CC.

Une innovation : le toit vitré !

Désireux de conserver son esprit d’innovation, la Mégane Coupé-Cabriolet a été commercialisée en version Diesel mais surtout équipée ,en série sur tous les modèles, d’un toit en verre du plus bel effet. L’agrément proposé par ce toit en verre n’est plus à démontrer… En premier lieu, le pavillon vitré est censé supprimer un frein à l'achat pour de nombreuses personnes rebutées par l'acquisition d’un cabriolet. Pour elles, le cabriolet est handicapé par la faible luminosité et la mauvaise visibilité arrière imposées par la capote. D'autant qu'elle reste en place en moyenne 90 % de l'année. La Mégane Coupé-Cabriolet garantit ainsi le plaisir visuel de la conduite sans toit toute l'année. Cette superbe innovation technologique devrait faire rapidement boule de neige auprès de ses concurrentes, pour le plus grand bonheur de la clientèle ! Côté aménagement, le poste de conduite n'évolue pas, si ce n'est par l'implantation à la base de l'accoudoir des commandes du toit et de descente des quatre vitres. La manœuvre s'exécute en vingt-deux secondes sans aucun déverrouillage préalable. Au-delà de 80 km/h et de quelques dizaines de minutes, le filet anti-remous condamnant les deux places arrière devient une nécessité ! Et malgré sa facturation (mesquine) de 260 Euros, il ne parvient pas à résoudre le problème des vibrations provoquées dans le brin de ceinture de sécurité… Les trajets autoroutiers deviendront vite pénibles et, comme nous, vous opterez rapidement pour une remise en place du toit rigide. Autre petite mesquinerie, sur ce modèle qui chapeaute aujourd’hui la gamme Mégane Coupé-Cabriolet, il vous faudra opter pour la version Luxe (celle de notre essai) ou débourser la modique somme de 250 Euros pour disposer du régulateur de vitesse, pourtant si agréable et si sécurisant… Déjà rencontrée sur la Vel Satis, la Laguna ou même le Scenic, la motorisation proposée sur le Coupé-Cabriolet dispose d’une puissance avantageuse de 165 chevaux mais surtout d’un couple de 27,5 mkg à 3.250 tr/mn, le tout associé à une boîte de vitesses à six rapports dont le maniement est très agréable. Ne croyez pas pour autant que cela transforme le Coupé Cabriolet en une véritable sportive. Si les performances sont en net progrès par rapport à la version 2.0 16V 136 chevaux, la présence du turbo ne se fera quasiment pas sentir… Les "fanas" du "coup de pied aux fesses" ne seront donc pas comblés, par contre les amateurs de conduite rapide mais sans renier sur le confort y trouveront leur compte ! Car c’est bien dans ce domaine que la Mégane 2.0 Turbo excelle. Polyvalente à souhait, elle sait tirer parti de tous les revêtements pour vous emmener à bonne allure où vous le souhaitez, même si les suspensions ont été un peu raffermies pour suivre le rythme imposé par la "belle". Quand vous saurez par ailleurs que la consommation demeure raisonnable avec une moyenne de 9,5 litres aux 100 km, il ne vous faudra plus grand chose pour être totalement convaincu ! Une fois le toit rigide escamoté, la Mégane Coupé-Cabriolet conserve une rigidité surprenante ! Son pare-brise particulièrement enveloppant augmente l’impression de sécurité… même s’il faut prendre garde en descendant du véhicule à ne pas se cogner la tête sur la partie proéminente. La Mégane Coupé-Cabriolet est donc véritablement une voiture tout temps utilisable en toute saison. Rouler en cabriolet impose souvent certaines concessions, avec la Mégane Coupé-Cabriolet, celles-ci sont vraiment minimes. Il n’y a guère que la malle arrière, toit escamotable replié, qui vous empêchera d’emmener toutes les valises dont vous pourriez avoir besoin…

Pas de changement à l’intérieur, sauf…

Côté aménagement, le poste de conduite n'évolue pas, si ce n'est par l'implantation à la base de l'accoudoir des commandes du toit et de descente des quatre vitres. La manœuvre s'exécute en vingt-deux secondes sans aucun déverrouillage préalable. Au-delà de 80 km/h et de quelques dizaines de minutes, le filet anti-remous condamnant les deux places arrière devient une nécessité ! Et malgré sa facturation (mesquine) de 260 Euros, il ne parvient pas à résoudre le problème des vibrations provoquées dans le brin de ceinture de sécurité… Les trajets autoroutiers deviendront vite pénibles et, comme nous, vous opterez rapidement pour une remise en place du toit rigide. Autre petite mesquinerie, sur ce modèle qui chapeaute aujourd’hui la gamme Mégane Coupé-Cabriolet, il vous faudra opter pour la version Luxe (celle de notre essai) ou débourser la modique somme de 250 Euros pour disposer du régulateur de vitesse, pourtant si agréable et si sécurisant…

Motorisation bien connue

Déjà rencontrée sur la Vel Satis, la Laguna ou même le Scenic, la motorisation proposée sur le Coupé-Cabriolet dispose d’une puissance avantageuse de 165 chevaux mais surtout d’un couple de 27,5 mkg à 3.250 tr/mn, le tout associé à une boîte de vitesses à six rapports dont le maniement est très agréable. Ne croyez pas pour autant que cela transforme le Coupé Cabriolet en une véritable sportive. Si les performances sont en net progrès par rapport à la version 2.0 16V 136 chevaux, la présence du turbo ne se fera quasiment pas sentir… Les "fanas" du "coup de pied aux fesses" ne seront donc pas comblés, par contre les amateurs de conduite rapide mais sans renier sur le confort y trouveront leur compte ! Car c’est bien dans ce domaine que la Mégane 2.0 Turbo excelle. Polyvalente à souhait, elle sait tirer parti de tous les revêtements pour vous emmener à bonne allure où vous le souhaitez, même si les suspensions ont été un peu raffermies pour suivre le rythme imposé par la "belle". Quand vous saurez par ailleurs que la consommation demeure raisonnable avec une moyenne de 9,5 litres aux 100 km, il ne vous faudra plus grand chose pour être totalement convaincu !

A son aise dans toutes les circonstances

Une fois le toit rigide escamoté, la Mégane Coupé-Cabriolet conserve une rigidité surprenante ! Son pare-brise particulièrement enveloppant augmente l’impression de sécurité… même s’il faut prendre garde en descendant du véhicule à ne pas se cogner la tête sur la partie proéminente. La Mégane Coupé-Cabriolet est donc véritablement une voiture tout temps utilisable en toute saison. Rouler en cabriolet impose souvent certaines concessions, avec la Mégane Coupé-Cabriolet, celles-ci sont vraiment minimes. Il n’y a guère que la malle arrière, toit escamotable replié, qui vous empêchera d’emmener toutes les valises dont vous pourriez avoir besoin…

Avec ou sans son toit escamotable en verre, la RENAULT Mégane Coupé-Cabriolet vous emmène dans un bain de lumière que vous saurez apprécier quelle que soit la saison. Sa polyvalence et son confort sont les deux atouts maîtres de cette version suralimentée qui saura augmenter les performances de l’ensemble sans pour autant grever votre porte-monnaie ! En attendant l’arrivée d’une concurrence certaine sur ce créneau, il n’y a aucune hésitation pour craquer tout de suite…

Fabrice DUMAS

2004-10-30