VOLVO V50 2.0 D

ESPACE BREAK
  • Couple moteur
  • Agrément de conduite
  • Rangement
  • Espace intérieur
  • Suspensions sèches

Prix : 28 050 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres en ligne, turbo Diesel Common Rail
Cylindrée 1998 cm³
Puissance maxi 136 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 34.70 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.51 m
Largeur 1.77 m
Hauteur 1.45 m

Poids

Total 1456 kg

Capacités

Coffre de 417 à 1307 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 210 km/h
0 à 100 km/h 9.60 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.60
Urbaine 7.60
Mixte 5.70
Essai 7.00

Sport-break presque familial

Le marché du break était encore, il y quelques temps, quasi sinistré, étouffé par l'invasion des monospaces. Pour les marques non "monospacialisantes" la contre offensive fût de faire évoluer l'image vieillissante du break à dominante utilitaire vers un dynamisme convivial. A ce jeux chacun y est allé de son "space wagon". Pour Volvo où le break est une véritable institution, c'est le dynamisme qui a pris le dessus. Des maîtres mots, volumineux, robuste et familial, le constructeur suédois à fait régulièrement évoluer les qualificatifs vers l'élégance et la sportivité. Succédant au V40 qui ouvrait déjà la voie, le nouveau V50 en est une illustration sans équivoque.

Une ligne typée sport

Rares sont les nouveaux modèles affichant la même longueur que leur prédécesseur. Le VOLVO V50 mesure même quelques petits centimètres de moins que le V40, mais ce qu'il perd en longueur, il le gagne en largeur. Ainsi, les cinq centimètres supplémentaires renforcent le sentiment de sportivité. Le bouclier avant intégrant la calandre précède un capot court. L'habitacle se détache nettement pour évoluer vers un arrière pincé. Compacte et large d'épaules, la ligne renforce l'impression de sportivité. Les feux arrière remontent de chaque côtés du hayon en reprenant le style instauré sur la gamme supérieure (V70). De même, le galbe des portes conserve la forme épaulée propre au style VOLVO tout en inaugurant un profil convexe qui renforce l'apparence compacte de la ligne. Sans renier ses origines, ce nouveau break a su évoluer vers le dynamisme et une certaine classe. Symbole stylistique marquant les nouveaux modèles S40 et V50, la console centrale est sans doute le dernier souvenir de cette VOLVO lorsque l'on a oublié tout le reste. Ultra fine, au design épuré, elle relie la planche de bord au tunnel. En fonction des ambiances intérieures choisies, elle se fait chic, revêtue de bois précieux, high-tech en aluminium véritable, mais peut être aussi très tendance, en matériau translucide (disponible ultérieurement) laissant entrevoir certains composants électroniques des commandes qu'elle accueille. Sur cette lame sont en effet regroupés les pilotages de la climatisation (régulée gauche/droite), du système audio et du téléphone (option). Il faut souligner en contrepartie une ergonomie qui peut s'avérer déroutante. En comparaison, le reste du tableau de bord peut paraître un peu plus fade ou disons plus classique. La qualité des matériaux ne déçoit pas et les ajustements sont des plus corrects. Cette version d'essai était dotée d'une sellerie cuir de grande qualité qui renforce l'ambiance luxueuse et feutrée émanant de l'habitacle. En abordant les aspects vie à bord et ergonomie, le tableau apparaît en demi-teinte. La planche de bord occupe le terrain côté passager au point qu'il devient difficile de croiser les jambes ou même d'ouvrir la boîte à gants. D'ailleurs celle-ci offre un volume des plus réduits, littéralement squatté par le système de navigation. Les rangements dans les portières avant (aucun à l'arrière) ne font pas mieux et n'acceptent guère plus qu'un paquet de "Kleenex". Aux places arrière, l'espace est mesuré et plutôt fait pour deux adultes bien que les trois places soient dotées de ceintures trois points. Les dossiers sont rabattables et fractionnables laissant un plancher de coffre entièrement plat. Et si vous manquez encore de volume, le dossier du siège passager avant peut également basculer. Vous l'aurez certainement compris, l'habitabilité n'est plus l'argument majeur de ce nouveau break Volvo. La séduction s'opère maintenant derrière le volant. Equipé du moteur Diesel de nouvelle génération développé par PSA et Ford, le V50 bénéficie d'une mécanique brillante et économique. Ce deux litres de 136 ch doté d'un mode "overboost" (augmentation temporaire du couple) procure des accélérations et des reprises énergiques. Bien servie par un châssis rigide et des suspensions assez fermes, la conduite de ce break nous fait justement oublier que l'on est dans un break... La boîte six vitesses au levier court est d'un maniement précis et rapide. L'étagement permet d'exploiter toute la puissance du moteur et le sixième rapport réduit sur autoroute la consommation. Les 130 km/h s'atteignent sur un filet de gaz sans dépasser 2.200tr/mn. Autant dire que vous aurez le plaisir de profiter pleinement de l'excellent système audio. La marque suédoise fait partie des précurseurs dans ce domaine, et le nouveau V50 a été conçu dans une optique de protection optimale des passagers mais aussi des autres usagers de la route. La partie avant du véhicule présente une enveloppe de bouclier à absorption d'énergie permettant de réduire les blessures aux jambes. Le capot et les ailes sont également conçus pour absorber l'énergie d'une collision avec un piéton. Pour les passagers, rien, ou presque n'a été oublié. On retrouve donc tout ce qui ce fait de mieux en termes de systèmes de sécurité passive. A noter que les places arrière disposent également de prétensionneurs de ceintures. Pour finir sur ce chapitre, les sièges avant reçoivent le système WHIPS (système de protection contre le coup du lapin), qui en cas d'impact arrière permet au dossier et à l'appui-tête d'accompagner le mouvement du corps.

Style et modernisme avant tout

Symbole stylistique marquant les nouveaux modèles S40 et V50, la console centrale est sans doute le dernier souvenir de cette VOLVO lorsque l'on a oublié tout le reste. Ultra fine, au design épuré, elle relie la planche de bord au tunnel. En fonction des ambiances intérieures choisies, elle se fait chic, revêtue de bois précieux, high-tech en aluminium véritable, mais peut être aussi très tendance, en matériau translucide (disponible ultérieurement) laissant entrevoir certains composants électroniques des commandes qu'elle accueille. Sur cette lame sont en effet regroupés les pilotages de la climatisation (régulée gauche/droite), du système audio et du téléphone (option). Il faut souligner en contrepartie une ergonomie qui peut s'avérer déroutante. En comparaison, le reste du tableau de bord peut paraître un peu plus fade ou disons plus classique. La qualité des matériaux ne déçoit pas et les ajustements sont des plus corrects. Cette version d'essai était dotée d'une sellerie cuir de grande qualité qui renforce l'ambiance luxueuse et feutrée émanant de l'habitacle. En abordant les aspects vie à bord et ergonomie, le tableau apparaît en demi-teinte. La planche de bord occupe le terrain côté passager au point qu'il devient difficile de croiser les jambes ou même d'ouvrir la boîte à gants. D'ailleurs celle-ci offre un volume des plus réduits, littéralement squatté par le système de navigation. Les rangements dans les portières avant (aucun à l'arrière) ne font pas mieux et n'acceptent guère plus qu'un paquet de "Kleenex". Aux places arrière, l'espace est mesuré et plutôt fait pour deux adultes bien que les trois places soient dotées de ceintures trois points. Les dossiers sont rabattables et fractionnables laissant un plancher de coffre entièrement plat. Et si vous manquez encore de volume, le dossier du siège passager avant peut également basculer.

Sensations de conduite

Vous l'aurez certainement compris, l'habitabilité n'est plus l'argument majeur de ce nouveau break Volvo. La séduction s'opère maintenant derrière le volant. Equipé du moteur Diesel de nouvelle génération développé par PSA et Ford, le V50 bénéficie d'une mécanique brillante et économique. Ce deux litres de 136 ch doté d'un mode "overboost" (augmentation temporaire du couple) procure des accélérations et des reprises énergiques. Bien servie par un châssis rigide et des suspensions assez fermes, la conduite de ce break nous fait justement oublier que l'on est dans un break... La boîte six vitesses au levier court est d'un maniement précis et rapide. L'étagement permet d'exploiter toute la puissance du moteur et le sixième rapport réduit sur autoroute la consommation. Les 130 km/h s'atteignent sur un filet de gaz sans dépasser 2.200tr/mn. Autant dire que vous aurez le plaisir de profiter pleinement de l'excellent système audio.

La sécurité "made in" Volvo

La marque suédoise fait partie des précurseurs dans ce domaine, et le nouveau V50 a été conçu dans une optique de protection optimale des passagers mais aussi des autres usagers de la route. La partie avant du véhicule présente une enveloppe de bouclier à absorption d'énergie permettant de réduire les blessures aux jambes. Le capot et les ailes sont également conçus pour absorber l'énergie d'une collision avec un piéton. Pour les passagers, rien, ou presque n'a été oublié. On retrouve donc tout ce qui ce fait de mieux en termes de systèmes de sécurité passive. A noter que les places arrière disposent également de prétensionneurs de ceintures. Pour finir sur ce chapitre, les sièges avant reçoivent le système WHIPS (système de protection contre le coup du lapin), qui en cas d'impact arrière permet au dossier et à l'appui-tête d'accompagner le mouvement du corps.

Le changement de cap est réussi pour ce nouveau VOLVO V50 (break) qui va chercher ses arguments de séduction dans une ligne plus dynamique que familiale et dans l'agrément de conduite.

Stéphane GROSROYAT

2004-11-15