FORD Fusion Plus 1.4 TDCi Durashift

ESPACE CITADINE
  • Efficacité boîte
  • Performances
  • Inconfort des sièges avant
  • Manque de rangements aux places arrière

Prix : 16 950 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 8 soupapes Turbo Diesel Injection Directe, Rampe Commune
Cylindrée 1398 cm³
Puissance maxi 68 ch à 4000 tr/min
Couple maxi 16.10 mkg à 2000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.02 m
Largeur 1.72 m
Hauteur 1.53 m

Poids

Total 1196 kg

Capacités

Coffre de 337 à 1175 dm³
Réservoir 45 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 159 km/h
0 à 100 km/h 16.90 s

Environnement

Emission CO2 0 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.20
Urbaine 4.00
Mixte 4.40
Essai 6.50

Durashift et Duratorq sont dans une auto

Ni trop minispace, ni trop petit break, le FORD Fusion profite de sa spécificité. Observez autour de vous, ce que j’ai fait au volant de "ma" Fusion, vous en croiserez une rapidement. Discrètement, elle trace son bonhomme de chemin, concurrençant large puisqu’elle empiète à la fois chez les petits breaks et les petits monospaces. Dans la saga des boîtes robotisées équipant les petites voitures, voici la "Durashift" de FORD. Et comme elle est présente sur la Fiesta et sur la Fusion, c’est la plus baroudeuse des deux petites FORD qui a été retenue en cette saison fertile en minispace.

Durashift

Puisqu’elle est à l’honneur dans cet article, autant commencer par elle. La boîte mécanique robotisée se distingue par sa curieuse grille identifiée sur le pommeau de levier de vitesses (stylisé sur cette version "Plus"). Pour se convaincre justement que le levier de vitesses n’en est pas vraiment un, un coup d’œil sous la planche de bord rassurera votre pied gauche et vous-même, sur l’absence de la pédale d’embrayage. Classique, le démarrage se fait sélecteur de vitesses sur neutre et pied (droit) sur le frein. L’indicateur de position des vitesses est droit devant, entre les deux compteurs. La formalité du démarrage étant satisfaite, amenez le levier vers la gauche afin d’enclencher la première. Une impulsion vers la gauche fait changer de modes : manuel ou automatique. La première sensation, en tout automatique, est positive tant le temps de réaction de cette boîte est court. D’habitude, les "robotisées" sont coutumières d’une certaine lenteur dans les passages en mode auto. La Durashift dément agréablement la règle, avec des passages corrects sans propulser conducteur et passagers en avant à chaque changement. Mais la boîte robotisée se distingue d’une boîte (tout) auto par son utilisation manuelle. La première découverte (après avoir fait l’impulsion à gauche pour avoir le mode voulu) est la grille inversée par rapport à l’habitude. Décidément, cette boîte est hors normes. La montée des rapports se fait via une impulsion vers l’arrière. Personnellement, ce fonctionnement me paraît plus intuitif à la manière d’un passage de première en deuxième ou de troisième en quatrième. Pour le reste, la réaction est quasi immédiate permettant une conduite coulée ou rapide selon le choix. Le conducteur garde toute latitude dans ses gestes, le calculateur restant le plus discret possible, dans l’esprit des boîtes de ce type. La boîte Durashift équipe la Fusion 1.4 TDCi, le petit turbo Diesel développé en commun avec PSA, moteur qu’on a déjà testé sous les capots des deux marques. Il reste discret (l’insonorisation a été soignée), mais d’une sobriété relative vu le test essentiellement urbain. La boîte robotisée est également proposée avec la motorisation essence Duratec 1.4i 16V. Les inconditionnels du "tout automatique" viseront la version 1.6i 16V, la seule disponible avec une boîte de type CVT (le principe du Variomatic à courroie) qui circule également avec le Focus C-Max. La gamme Fusion a été revue en début d’année avec une redistribution sur trois finitions (Trend, Trend Pack et Plus) et une baisse des prix. C’est la condition marketing pour survivre et relancer ou maintenir une gamme dans la jungle automobile. La boîte Durashift n’est disponible qu’avec les deux niveaux supérieurs moyennant 600 € supplémentaires par rapport à la même version à boîte mécanique. La Fusion Plus (700 € de plus que la Trend Pack) offre climatisation, jantes alliage et un module de rangement amovible qui se place entre les deux passagers arrière (rappelant le système d’OPEL). A noter que certains équipements sont déjà présents sur le niveau inférieur. Enfin, pour le look coco, la Fusion Plus se distingue par la sur teinte des vitres arrière, les extensions d’ailes, de spoiler et de jupe et la calandre spécifique à la grille claire au motif en croisillons plus marqué.

Duratorq

La boîte Durashift équipe la Fusion 1.4 TDCi, le petit turbo Diesel développé en commun avec PSA, moteur qu’on a déjà testé sous les capots des deux marques. Il reste discret (l’insonorisation a été soignée), mais d’une sobriété relative vu le test essentiellement urbain. La boîte robotisée est également proposée avec la motorisation essence Duratec 1.4i 16V. Les inconditionnels du "tout automatique" viseront la version 1.6i 16V, la seule disponible avec une boîte de type CVT (le principe du Variomatic à courroie) qui circule également avec le Focus C-Max.

Dure à cuire

La gamme Fusion a été revue en début d’année avec une redistribution sur trois finitions (Trend, Trend Pack et Plus) et une baisse des prix. C’est la condition marketing pour survivre et relancer ou maintenir une gamme dans la jungle automobile. La boîte Durashift n’est disponible qu’avec les deux niveaux supérieurs moyennant 600 € supplémentaires par rapport à la même version à boîte mécanique. La Fusion Plus (700 € de plus que la Trend Pack) offre climatisation, jantes alliage et un module de rangement amovible qui se place entre les deux passagers arrière (rappelant le système d’OPEL). A noter que certains équipements sont déjà présents sur le niveau inférieur. Enfin, pour le look coco, la Fusion Plus se distingue par la sur teinte des vitres arrière, les extensions d’ailes, de spoiler et de jupe et la calandre spécifique à la grille claire au motif en croisillons plus marqué.

Des petites boîtes robotisées testées, la Durashift de FORD se montre la plus polyvalente. Efficace en mode manuel, c’est la raison d’être de ces boîtes, elle est également rapide en mode automatique, ce qui n’est pas si courant. Le repos du conducteur peut se faire en version essence ou Diesel. Pour compléter l’offre, deux finitions sont disponibles avec une dotation en équipements de série pas mal pourvue dès le premier. niveau La Fusion, quelle que soit la boîte retenue, garde ses efficaces arguments pour poursuivre sa discrète (mais efficace) conquête du marché.

Philippe NIOLLET

2004-11-15